Macron invente un observatoire de la haine en ligne et donne à nos ennemis la tâche de nous surveiller


Macron invente un observatoire de la haine en ligne et donne à nos ennemis la tâche de nous surveiller
.
Au journal officiel de la « République en marche », le 24 juillet, une décision du 8 juillet du CSA relative à « la composition et aux missions de l’observatoire de la haine en ligne ».

La loi Avia est morte, vive la loi Avia ! Le CSA institue un observatoire « de la haine en ligne », comme si la haine n’était pas omniprésente dans toutes les opinions politiques…

Naturellement, seuls les politiques de la tendance LREM sont censés ne point être haineux et porter leurs adversaires dans leur coeur, malgré toutes les formules méprisantes et donc haineuses dont nous gratifient régulièrement Macron et un certain nombre de ses fidèles (« Vichy », « peste brune », « parasite », etc.).

Quant à savoir si mordre l’oreille d’un chauffeur de taxi est un acte d’amour, tout dépend du contexte sans doute…

Le CSA prend en effet sa décision sur le fondement de la la loi n° 2020-766 du 24 juin 2020 « visant à lutter contre les contenus haineux sur internet, notamment son article 16 » et la décision du Conseil constitutionnel n° 2020-801 DC du 18 juin 2020.

Cet observatoire va scruter vos publications en ligne sur un certain nombre de sites avec « pour missions :
1° D’analyser les contenus relatifs à la haine en ligne, notamment en les quantifiant ;
2° D’améliorer la compréhension de ce phénomène, notamment en suivant son évolution ;
3° De favoriser le partage d’information entre les différents acteurs concernés, publics et privés ».

Bref, cela ressemble à de la surveillance des « ennemis publics » (que l’on aime néanmoins, naturellement!) en « République en marche »…

Il y en a qui ont regardé un peu trop la télévision et la publicité de l’Orangina : « mais pourquoi est-il si méchant? »

L’observatoire est présidé par le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel.
« Il peut constituer des groupes de travail thématiques en son sein ». Par exemple, l’observatoire de l’islamophobie… étonnamment, ils n’ont pas encore osé intégrer le CCIF à la formation. Peut-être comptent-ils procéder par étapes et le rajouter bientôt ??

Surtout, « est nommé membre de l’observatoire, pour une durée de deux ans, un représentant de chacune des sociétés, ou une de leurs filiales, ou association éditant les services suivants, disponibles en France :

Dailymotion ;
– Facebook ;
– Google ;
– Linkedin ;
– Microsoft ;
– Qwant ;
– Snapchat ;
– TikTok ;
– Twitch ;
– Twitter ;
– Wikipedia ;
– Yubo ».

Cela fait du monde… surtout si l’on songe à toutes les mises à jour de Windows! Les informations de nos ordinateurs vont-elles être transmises à cet organisme ?

De plus, le cauchemar continue, « est nommé membre de l’observatoire, pour une durée de deux ans, un représentant de chacune des associations ou chacun des organismes suivants » dont on sait la conception biaisée que certains au moins ont bien souvent des objectifs nobles qu’ils sont censés promouvoir :

– Association française pour le nommage Internet en coopération (AFNIC) ;
– Civic Fab ;
– Conseil représentatif des institutions juives de France ;
– e-Enfance ;
– Génération numérique ;
– InterLGBT ;
– La Quadrature du Net ;
– Ligue des droits de l’homme ;
– Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme ;
Observatoire du conspirationnisme ;
Point de contact ;
– Renaissance numérique ;
– Respect Zone ;
– SOS Homophobie ;
– SOS Racisme ;
– STOP Homophobie ;
– Institute for Strategic Dialogue.

Alors que le CSA est censé être une autorité administrative indépendante, on ne cesse d’être surpris de lire dans la décision qu’est « membre de l’observatoire un représentant :

– du Premier ministre ;
– du ministre chargé des affaires étrangères ;
– du ministre chargé de la culture ;
– du ministre chargé de l’éducation nationale ;
– du ministre chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ;
– du ministre chargé de l’intérieur ;
– du ministre chargé de la justice ;
– du ministre chargé du numérique ».

Géniale, la séparation des pouvoirs !!!

Est également membre de l’observatoire par exemple, le « défenseur des droits ». Une institution pourtant largement politisée… https://resistancerepublicaine.com/tag/defenseur-des-droits/

.

Mais de quel droit se permettent-ils de se considérer comme étant au-dessus des partis, ces prétendus ennemis de la haine ?

La haine est légitime, puisque si la haine n’existait pas, l’amour n’existerait pas davantage.

Vouloir interdire la haine, c’est donc vouloir interdire l’amour, comme tant de concepts antagonistes forment des couples grâce auxquels l’Univers se maintient.

Une idée qui existe depuis la philosophie antique et que l’on retrouve dans de nombreuses civilisations, comme le Yin et le Yang sont complémentaires…

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Maxime

"On ne peut vivre agréablement si l'on ne vit avec prudence, honnêteté et justice" (Epicure). La France ne pourra retrouver la jeunesse de Bacchus peinte par Bouguereau qu'en renforçant le principe de précaution.


8 thoughts on “Macron invente un observatoire de la haine en ligne et donne à nos ennemis la tâche de nous surveiller

  1. Avatarangoulafre

    La fin de ce qui fut un pays approche. Des siècles de construction mis au rebut en trois ans, il fallait y arriver…

  2. Avatarclairement

    Bien entendu que la lutte contre la haine est une grosse débilité car amour et haine sont inhérente à la substance humaine.

    D’ailleurs les crétins qui proposent un tel observatoire sont des modèles
    d’affection

    Je propose et c’est très sérieux de créer le délit d’ANTIJAPHETISME ( / ANTISEMISTISME )

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Encore merci Maxime pour cet article.

    Je relève au passage ce que je signale depuis pas mal de temps que QWANT (lequel, par ailleurs, porte les couleurs de Microsoft et Google ; son orientation est don signée) est à bannir ; il a été plébiscité très rapidement par l’Éducation Nationale et en est son moteur de prédilection. Plébiscité également par toutes les enseignes qui partagent le même esprit que la dominante et portée par Google, Microsoft, l’UE, les idéologies mondialistes, globalistes…

    Au passage, retenez que TOUT programme informatique, dont les sites internet qui contiennent du code « GOOGLE » sont des espions pour le système. C’est un peu à l’image du droit américain sur la fabrication matérielle qui contiendrait un seul élément, les vis par exemple qui soient américaines, les USA ont un droit sur la production, droit dont ils se servent pour porter préjudice aux entreprises françaises par exemple.
    – GOOGLE CODE
    :::: https://code.google.com/
    – GOOGLE CODE pour l’Education
    :::: https://edu.google.com/code-with-google/?modal_active=none&story-card_activeEl=enhance-any-subject

    En ce qui concerne les sites internet qui contiennent des portions de code Google pour l’écriture de leur pages, ces scripts ou portions de code sont des chevaux de Troie sur le site et pour ceux qui les consultent.

    Pour en revenir à QWANT j’avais relayé une information détaillée le concernant, je vais la rechercher. Bon en attendant voici une page qui donne quelques infos.
    -« Ce moteur de recherche, c’est Qwant. Cette alternative a été lancée il y a maintenant sept ans avec la volonté d’en faire un concurrent « made in France » de Google, même si sa dépendance aux outils étrangers a été remarquée (et demeure encore aujourd’hui) — ce qui trouble de fait son propos sur la souveraineté numérique et la protection de la vie privée des internautes, ses deux chevaux de bataille. »-
    :::: https://www.numerama.com/startup/qwant

    Enfin, je viens de découvrir un site à explorer ; sinon, souvenez-vous des commentaires ans lesquels je donnais des solutions pour dégoogliser la navigation internet et pour surfer plus librement sans pour autant passer par le dark net qui pourrait en dérouter plus d’un.

    ANONYMOUSE.org – [À explorer avant de s’y lancer totalement]
    :::: http://anonymouse.org/vip.html

    À VOIR AUSSI : « SOLID » le pari du « père du web » pour décentraliser le net et redonner le pouvoir aux internautes.
    Depuis 2018, Tim Berner-Lee planche sur une startup, Inrupt, qui entend développer une technologie permettant de décentraliser le web et rendre aux internautes la maîtrise de leurs données. Le projet, baptisé Solid, est en phase d’accélération.
    :::: https://www.numerama.com/tech/607447-solid-le-pari-du-pere-du-web-pour-decentraliser-le-net-et-redonner-le-pouvoir-aux-internautes.html

    …/…

  4. AvatarAnge LM. ( Bastia )

    Bonjour cela nous rappelle la triste époque du régime de Vichy , autre époque mais même méthodes et traîtrise , cela ne changera en rien notre combat contre l e barbare envahisseur islamisé . Vu que les milices du régime totalitaire nous surveille si biens ils vont vite nous identifier , ici en Corse aucun régime ,milices où associations ne nous imposeront leurs lâches directives totalitaires de soumission migratoire sans être confronté au pire cauchemar nazionaliste. Nous allons tous êtres confronté a épuration ,et à la neutralisation de la résistance anti islam , désormais si on ne veut disparaître il ne reste qu’une option inutile de la preciser ici. Salute

  5. AvatarRaslebol

    C’est juste pour compter les
    contestataires !!!
    Comme c’est macron qui gère les
    vannes
    de débit de migrants.
    S’il n’y a pas beaucoup
    de français mécontents, il peut
    laisser grand ouvert.
    La France, ce mec n’en a rien
    à foutre.
    Lui, c’est diriger l’Europe entière
    qui l’intéresse ce napomacron !

  6. AvatarGeorges Favier

    une fois de plus nos ennemis ont gagné, non pas par leur capacité mais par l’action de nos collabos à leurs genoux ! dites merci !

Comments are closed.