Toute la vérité sur la chloroquine, administrée depuis toujours aux bien portants partant en Afrique


Toute la vérité sur la chloroquine, administrée depuis toujours aux bien portants partant en Afrique

.

On ne se lassera pas de dénoncer le crime de Macron et ses semblables. A l’heure où j’écris, vendredi 27 mars, 9h du matin, la chloroquine est toujours exclusivement réservée aux hôpitaux.. où sont conduits essentiellement des patients déjà en détresse respiratoire, alors qu’il faudrait traiter tout le monde dès la détection, dès les premiers symptômes, comme le rappelle le docteur Chabrière, collègue du Professeur Raoult.

.

La chloroquine est un anti-viral qui diminue la charge virale, accompagné d’un antibiotique bien spécifique, il ne peut pas faire de miracles passé un certain stade quand les poumons sont irrémédiablement abîmés. 

.

A l’heure où j’écris, les médecins de ville, les médecins de SOS médecins  qui sont les premiers à identifier la contamination ne sont toujours pas autorisés à prescrire de la chloroquine… il faut attendre que le patient aille mal et soit hospitalisé ! (voir le journal officiel)

A l’heure où j’écris, il y a encore nombre de praticiens hospitaliers qui, même s’ils utilisent la chloroquine,  tiennent à le faire dans le cadre d’essais, des  tests en double aveugle, avec la moitié des patients qui prennent des placebos…

Ne vous laissez pas faire, résistez, protestez, faites circuler nos articles, adressez-vous à l’Elysée en masse, aux Maires, députés… Ils doivent revenir en arrière et rendre la chloroquine accessible et prescriptible par  tous les médecins, TOUS ! 

Quel est le risque ? Qu’un médecin en présence d’un symptôme grippal le confonde avec le corona et traite  par erreur un patient à la chloroquine puisque les tests sont réservés aux cas graves de fait ? Et alors ? La chloroquine n’a jamais tué personne, quel est le risque ? De quoi Macron a-t-il peur ? De faire de l’ombre aux labos qui, de leur côté, travaillent pour trouver le médicament miracle ? 

.

Le docteur Chabrière est clair, logique, il ne peut que répéter l’évidence, face à des gens confits d’importance qui ne savent pas sortir de leurs « protocoles » pour le meilleur et pour le pire. Or le pire, c’est ici et maintenant.

Print Friendly, PDF & Email
Print Friendly, PDF & Email



Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.


15 thoughts on “Toute la vérité sur la chloroquine, administrée depuis toujours aux bien portants partant en Afrique

  1. Avatarvieux bidasse.

    Témoignage d’un militaire d’Outre mer.:
    Il m’a été imposé (comme des milliers de copains)de prendre la Quinine, puis la Nivaquine pendant des années:
    ce sont tous des dérivés de la quinine, extraite, selon ce que j’en sais du Quinquina..
    Et à ce jour, je n’en suis pas encore mort.

  2. AvatarPUGNACITE

    Combien de décès faudra t il encore avant qu une autorisation soit accordée aux généralistes ?

  3. Marcher sur des OeufsMarcher sur des Oeufs

    Avec la fragilité de certains patients ; le confinement obligatoire de tous les Français, exceptés pour les républicains démocrates des banlieues ; ce que l’on nous dit des décès en EPHAD ; je crains fort que l’on retrouve pas mal de personnes décédées chez-elles, quelquefois seules.

  4. AvatarChristian Jour

    Gouvernement de menteurs, manipulateurs. L’enfumage au plus haut degré de l’état. L’état est complice du nombre de morts.
    Il y a toujours des connards qui veulent attendre 6 ou 8 semaines en se foutant complètement du nombre de morts alors que le traitement du professeur Raoult marche très bien. On a un traitement efficace qui sauve des vies, ils attendent quoi, pour le généraliser et en fabriquer. Ces mecs qui veulent attendre et qui mettent en cause ce médicament et qui cherchent des poux sur la tête du professeur Raoul sont des meurtriers qui devraient être jugés et condamnés et ne plus exercer.

  5. MoktarMoktar

    Tout comme « vieux bidasse » (je le suis moi même) j’ai traîné mes guêtres dans presque toute l’Afrique Occidentale – AOF et nous avions obligation d’un traitement journalier avec la prise de nivaquine. Il n’y avait que le dimanche que nous ne prenions pas ce cachet.
    Alors les effets secondaires se font sentir maintenant presque 60 ans après: perte de mémoire, difficulté à courir un marathon, pipis inopinés, moins de vivacité en position allongée, port obligatoire de lunettes, etc..
    Cela étant jusque là tout fonctionnait normalement.
    Vous avez compris que je plaisantais ce qui est tout de même déplacé dans la situation actuelle où tout le monde aura compris (quoique….) que cette affaire repose exclusivement sur une vengeance personnelle et…et des gros sous.
    Ce qui m’amène également à conclure: Macron et toute sa clique doit être jugé et ne pas se satisfaire des deux « fusibles ».

  6. Edmond RichterEdmond Richter

    Chère Christine, de 1963 à 1968 j’ai vécu à Abidjan en Cote d’Ivoire et pris CHAQUE JOUR de la Nivaquine PENDANT 5 ANS. Je n’ai jamais eu aucun problème, comme des centaines de milliers d’expatriés n’en ont pas eu . Cette histoire de tests aujourd’hui nécessaires et d’inscription en tant que substance vénéneuse est d’une stupidité et d’une absurdité confinant à la folie furieuse!!! Sans exagération il s’agit de manoeuvres absolument criminelles dignes de la mafia ou de Nicholas Maduro. Il y a des fourches qui se perdent…

  7. AvatarKarnyx

    J’en ai pris tous les jours pendant 5 mois pendant mon séjour en Afrique il à une vingtaine d’année et cela ne m’a rien fait.
    De mémoire, je prenait une pilule de 200mg par jour.
    Je me souviens avoir demandé à des expatriés (ceux qui restent plusieurs années sur place) s’ils la prenaient.
    Ils m’avaient dit qu’ils ne la prenaient pas au quotidien mais seulement à forte dose (plusieurs pilules) pendant plusieurs jours en cas de forte fièvre.
    La seule chose que je sais, c’est que sur le long terme, cela peu créer à certains quelques soucis de santé.
    Les militaires ont considéré que ce risque était moindre que celui d’attraper le paludisme.
    Je ne comprends pas qu’ils ne s’expriment pas sur le sujet, puisqu’il y a des centaines de milliers de militaires qui en ont pris depuis des années ou qui en prennent encore.
    Connaissant le produit et connaissant les risques, si je suis malade et que j’ai la possibilité d’en prendre, je n’hésiterais pas.

  8. AvatarJean DESNOS

    Médecin rural pendant 30 ans (1962 – 1992), j’ai toujours utilisé la chloroquine pour traiter la phase de début des grippes, pendant 3 à 4 jours. Ici, dans le Quercy, j’ai contacté, mi – janvier, une « grippe » avec une broncho-pneumonie double et des râles pulmonaires audibles à plus de 2 mètres. Comme d’habitude je me suis traité seul 2 à 3 Nivaquine/jour pendant 3 jours, puis antibiothérapie sérieuse une semaine. J’ai 87 ans, je vais parfaitement bien SANS AUCUNE séquelle.

    1. Christine TasinChristine Tasin Post author

      Merci Jean pour ce témoignage qui renforce la colère, énorme que nous sommes nombreux à ressentir devant l’impossibilité de nous soigner dorénavant avec la chloroquine

  9. michèlemichèle

    J’ai utilisé la Nivaquine, quotidiennement, en Asie (Philippines) et, apparemment, je n’en suis pas mort.
    Par contre, je n’ai jamais eu de palud, même en circulant dans des zones exotiques, c’est le moins qu’on puisse dire.
    Gérard

  10. frejusienfrejusien

    c’est là qu’on remarque les gros défauts de notre système de santé, qui est tenu en mains de longue date par BIG PHARMA,

    et les docteurs qui sont actuellement contre le traitement à la chloroquine, se signalent comme les suppôts de Satan, en défendant bec et ongles le tas d’or sur lequel ils sont assis
    , ce sont les vendus aux labos, ils doivent avoir des avantages incroyables que nous n’imaginons pas,

    ceux qui travaillent dans le secteur doivent en connaître un rayon, on pourrait en faire des bouquins
    cette situation a été dénoncée depuis longtemps, mais rien n’a évolué, bien au contraire, puisqu’ils n’hésitent pas à jeter bas les masques, pour soutenir leur mafia ouvertement et mentir effrontément à la télévision,

    tous les malades sont pris en otage, sans aucun respect de la vie humaine !

    c’est un énorme scandale sanitaire et politique, un déni de démocratie

  11. Avatarbm77

    Frejusien vous mettez le doigt sur la situation politique, Française qui fait que, nous qui croyions benoitement être encore dirigés par des politique le sommes en réalité directement par les secteurs industriels et financiers . Les lobbies dont le travail est d’influer sur les politiques pour faire valoir leurs intérêts , peuvent désormais s’ épargner cette tâche puisqu’ils sont en lieu et place de ceux ci . Exemple , Buzyn pour la pharmacie, Delevoye pour les assurances, Macron pour les finances?? Et si on va plus loin les lobbies ne se limitant pas au commerce et au financier , il y a aussi les communautés qui usent du lobbying et le choix de certaines personnes au gouvernement, si ils ne sont en place par la pression d’un groupe,le sont par la logique communautaire ou raciale. En tout cas à cent lieues des valeurs Républicaines dont se targuent nos dirigeants!

  12. Avatarbm77

    Buzyn qui avait plombé le traitement par la chloroquine dès le 20 janvier en le décrétant vénéneux s’est depuis barrée , le Delevoye des assurances démasqué s’est aussi barré , il n’en manque plus qu’un !!!

    1. Avatarcalvo

      Oui mais lui, il faudra le raccourcir, sinon il va continuer à étendre sa capacité de destruction..

Comments are closed.