Interview Dissident Pierre Cassen: « la bataille prioritaire est celle de l’identité française »

Publié le 24 octobre 2019 - par - 1 commentaire

Print Friendly, PDF & Email

Une réponse à “Interview Dissident Pierre Cassen: « la bataille prioritaire est celle de l’identité française »”

  1. Marcher sur des Oeufs Marcher sur des Oeufs dit :

    Quand l’islam nous serre jour après jour à la gorge.

    L’islam nous créerait-il notre dépendance, nos dépendances pour conquérir notre soumission ?

    Et les verts dans cette histoire ? Les idiots utiles, toujours aux gouvernements, au système et pourquoi pas aussi à la oumma notre futur système islamique.

    Organiserait-on notre carence énergétique tout comme on a programmé notre déclin démographique ?

    La paranoïa me gagnerait-elle, ou est-ce un excès de clairvoyance ?
    _______________________________

    Le Maroc plaide pour un bloc maghrébin uni exportateur d’électricité vers l’Europe
    :::: https://fr.sputniknews.com/maghreb/201910241042315273-le-maroc-plaide-pour-un-bloc-maghrebin-uni-exportateur-electricite-vers-europe/

    Le directeur général de l’Office national de l’eau et de l’électricité marocain a indiqué à Sputnik que les pays du Maghreb avaient les moyens de devenir une plateforme unie d’exportation d’électricité vers l’Europe. Il a souligné en marge du sommet Russie-Afrique que Moscou pouvait participer à ce projet.

    En marge du forum économique Russie-Afrique qui se tient les 23 et 24 octobre à Sotchi, Abderrahim El Hafidi, directeur général de l’Office national de l’eau et de l’électricité (Onee) marocain, a expliqué dans un entretien accordé à Sputnik la stratégie de son pays dans le développement de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables. Il a avancé que les pays du Maghreb, notamment le Maroc, l’Algérie et la Mauritanie, pouvaient former un seul et même bloc exportateur d’électricité vers l’Europe s’ils unissaient leurs forces. Il a par ailleurs ajouté que les entreprises russes pourraient jouer un rôle important dans ce domaine, entre autres dans le cadre d’un consortium russo-marocain.

    §.- La politique énergétique marocaine

    «En 2009, le Maroc a mis en place une politique énergétique qui vise à fournir au pays 40% de ses besoins en électricité à partir des énergies renouvelables, à l’horizon 2020», a déclaré le responsable, ajoutant que «ce pourcentage est appelé à passer à 52% en 2030, et nous pensons que le Maroc dépassera même ces objectifs».

    Par cette stratégie lancée sous l’impulsion du roi Mohammed VI, le royaume chérifien vise deux objectifs.

    Le premier «est d’assurer une autosuffisance complète au pays et de lui éviter les ruptures», a expliqué M.El Hafidi, soulignant que le Maroc visait également à diminuer sa «dépendance énergétique par rapport à l’étranger et enfin booster l’industrie énergétique dans le royaume en ramenant le maximum d’investissements étrangers».

    Le second, «l’étape ultime de cette stratégie, est que le Maroc espère exporter son surplus d’électricité vers l’étranger d’autant plus qu’il dispose d’une interconnexion avec l’Europe et l’Algérie», a affirmé le directeur général de l’Onee, annonçant que son pays «envisageait également de développer d’autres connexions avec des pays subsahariens via la Mauritanie».

    §.- Comment le Maghreb peut-il devenir exportateur d’électricité ?

    Abderrahim El Hafidi a expliqué comment, dans le cadre de la coopération énergétique entre l’Afrique et l’Europe, les pays du Maghreb pouvaient jour un rôle important. «Le Maroc espère devenir tout comme toute l’Afrique, une plateforme d’interconnexion logistique dans le domaine de l’énergie», a-t-il déclaré.

    Pour le responsable, plusieurs facteurs militent en faveur de cette vision. En effet, il a rappelé que «l’Europe a mis en place l’idée d’un pacte énergétique qui, malgré certains obstacles, va aboutir inéluctablement à une interconnexion continentale de tous les réseaux électriques nationaux européens». «Ceci forcera l’Europe à chercher à se connecter à d’autres marchés voisins, notamment celui de l’espace méditerranéen», a-t-il soutenu.

    Tout en soulignant que «le Maroc avait signé des accords de coopération avec l’Union européenne et certains pays européens concernant un marché libre de l’énergie», M.El Hafidi a mis en avant le fait que «le royaume chérifien avait déjà une interconnexion électrique avec l’Espagne et qu’il envisageait de construire une autre avec le Portugal, qui est en cours d’études».

    «Ce qui est important dans ce contexte, c’est de développer ces rapports économiques et commerciaux dans le secteur de l’énergie entre différents espaces géographiques, comme le Maghreb et l’Europe», a indiqué le responsable, soutenant que «de ce point de vue, la participation de l’Algérie est très importante». «Car cela va donner aux pays du Maghreb plus de capacités économiques et de poids dans les négociations», a-t-il lancé.

    Pour M.El Hafidi, d’autres pays peuvent également rejoindre ce réseau d’exportation d’électricité vers l’Europe. Ainsi, selon lui, «en Mauritanie tout comme au Sénégal, il y a une énorme transformation énergétique suite à la découverte et l’exploitation de gisements de gaz». «Ceci va considérablement augmenter les capacités de ces deux pays en matière de production d’électricité et donc en possibilités d’exportation», a-t-il indiqué, soulignant que «de ce point de vue, l’interconnexion avec la Mauritanie et le Sénégal ouvre d’énormes possibilités».

    «Le Maroc défend l’idée d’un marché mondial ouvert de l’électricité où les pays pourront exporter et importer une meilleure qualité à un prix intéressant», a-t-il mis en avant.

    §.- L’apport de la Russie

    …./….

Lire Aussi