Blanquer acceptera-t-il les propositions de Souâd Ayada pour supprimer les aberrations de Belkacem ?

Telle est la vraie et bonne question à se poser après avoir lu l’article de Philippe Kerlouan ci-dessous.

Ne jamais oublier que Blanquer est le Ministre de Macron et que Macron est le roi de l’enfumage…

Mais le rapport de Souâa Ayada pourrait bien servir d’épreuve de vérité sur Blanquer et sa liberté… Ce rapport sera-t-il soigneusement enterré, comme le fut le rapport Obin ? Et, s’il ne l’était pas, combien de temps pour qu’il aboutisse à de nouveaux programmes ? Sans compter, comme le fait remarquer Philippe Kerlouan, la force d’opposition des gauchistes de l’EN, fortement implantés…

 

SOUÂD AYADA RÉVISE LES PROGRAMMES SCOLAIRES ABERRANTS DE NAJAT VALLAUD-BELKACEM

Rien d’extraordinaire, simplement la voix du bon sens. C’est déjà beaucoup

 

Il faut lire, sur lepoint.fr du 30 juin, l’entretien de Souâd Ayada, inspectrice générale de philosophie, nommée par Jean-Michel Blanquer, en novembre 2017, présidente du Conseil supérieur des programmes (CSP) pour remplacer Michel Lussault, démissionnaire. C’est réconfortant : on a le sentiment que l’instruction publique peut, sinon renaître de ses cendres, du moins se libérer des préjugés où la démagogie et l’idéologie l’ont, depuis des décennies, enfermée.

Elle vient de remettre au ministre un « projet d’ajustement et de clarification des programmes de français, de mathématiques et de l’enseignement moral et civique » : un régal ! Et pourtant, rien d’extraordinaire. Simplement la voix du bon sens : c’est déjà beaucoup ! Je sais bien que le bon sens est accusé d’être réactionnaire, mais Souâd Ayada n’y voit aucun conservatisme :

« Le bon sens n’est pas méprisable, surtout quand il n’a qu’un seul but : assurer à chaque élève une instruction élémentaire qui rend possible sa vie sociale.  »

​‌”

Aux idéologues qui estiment que « [les élèves] peuvent négocier l’orthographe, la grammaire », elle répond qu’« il faut maîtriser la grammaire pour se sentir libre dans l’usage de la langue », apprendre le passé simple, replacer les accents circonflexes qui s’expliquent par l’étymologie, valoriser l’orthographe et la dictée quotidienne. Contrairement aux pédagogistes qui ont si longtemps sévi – et sévissent encore –, elle ne souscrit pas à l’idée que « l’élève construit ses savoirs » : c’est le maître qui instruit et permet à l’élève, quel que soit son milieu social et culturel, de s’émanciper.

Arrivée du Maroc à l’âge de quatre ans, elle sait que l’école est un outil de promotion sociale. Elle dénonce la « condescendance », le « cynisme », le « mépris de classe » de ceux qui justifient de moindres exigences au nom d’une fausse conception de l’égalité, ce qui revient à dire aux élèves des milieux les plus modestes :

« Puisque vous n’êtes pas capables d’accéder à toutes les subtilités de la langue, nous décidons, parce que vous êtes étrangers, parce que vous êtes pauvres, de ne pas vous les enseigner ! »

​‌”

Au lieu de promouvoir, une telle école « renvoie les élèves à leur milieu ».

Souâd Ayada a l’élégance de ne pas accabler les concepteurs des programmes de 2015, qui avaient suscité tant de polémiques, où les formules absconses ne manquaient pas : « verbalisation des inférences », « réalisations langagières » ou encore le fameux « prédicat ». Elle se contente de rappeler que les élèves sont des « usagers de la langue, non des linguistes » et qu’il ne faut pas introduire dans l’enseignement scolaire les recherches et querelles universitaires. Bref, la pédagogie, c’est l’art de mettre le savoir à la portée des élèves.

Encore faut-il que toutes ces bonnes intentions puissent être mises en œuvre. Car ils sont nombreux et bien implantés dans l’Éducation nationale, dans les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE), dans certains syndicats et jusqu’au sein de l’Union européenne, ces idéologues pour qui les élèves sont des apprenants et les professeurs, non des transmetteurs du savoir, mais des fournisseurs de compétences, s’adaptant aux besoins du marché.

La philosophie de Souâd Ayada est résolument conservatrice, au sens positif du terme. Comme Jean-Pierre Chevènement, l’un des rares ministres qui dénonçât les pédagogies constructivistes – les ministres de droite s’en sont accommodés ou les ont accompagnées –, elle se veut un « conservateur du progrès ». Nul doute que son chemin sera semé de chausse-trapes tendues par tous ces parasites, illuminés ou idéologues, qui vivent aux crochets de l’Éducation nationale, c’est-à-dire des contribuables, et finissent par en pourrir les fondements.

http://www.bvoltaire.fr/souad-ayada-revise-les-programmes-scolaires-aberrants-de-najat-vallaud-belkacem/

 291 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Que le président aime ce genre de musique pourquoi pas et d’ailleurs ça n’exclue pas qu’il puisse apprécier d’autres genres musicaux mais quand on lit le tweet qu’il aurait envoyé s’il en est bien l’auteur (l’article de Ouest France ne le site pas) c’est consternant, d’abord parce que s’il considère qu’il n’existe pas de culture française proprement dite s’il est logique avec son raisonnement il en va de même pour la culture africaine et pour cette musique l’acrobat, creuset de différents genres musicaux qui ne trouvent pas tous leur origine en Afrique , mais le plus lamentable. est l’évocation de son « humilité ». Il a l’air de s’excuser d’aimer cette musique comme s’il en était pas digne. Tenir des propos abaissants histoire de flatter ses interlocuteurs, on ‘touche le fond » .

  2. « Comme Jean-Pierre Chevènement, l’un des rares ministres qui dénonçât les pédagogies constructivistes »

    dénonçât ? un passé simple décoré d’un accident circonflexe et augmenté d’un beau-té pour les liaisons mal-t-à-propos ? ou un imparfait du subjonctif dont on se demande ce qu’il fout là ?

  3. Tiens, un article de mon collègue Philippe repiqué sur RR, ce qui peut te faire plaisir, un agrégé de LC…

    Le rapport de Souâa Ayada n’est pas le rapport Obin, c’est d’un autre sujet…
    Et originaire du Maroc, comme Belkacine, si après le pire le Maroc nous donnait le meilleur !

    Comme quoi nous aimons les maghrébin(e)s qui aiment la culture, le savoir, qui ne se laissent pas victimiser par la plus fausse des religions…

    • Vu son haut niveau intellectuel, je ne pense pas que Mme Ayada ait le coran comme livre de chevet. Rien à voir avec la désastreuse Belkacem et son QI d’huître avariée.

  4. Une vraie bouffée d’air frais ! C’est le constat avec horreur que j’ai fait avec mes 2 enfants. L’école telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est une machine infernale. Ceux qui y réussissent sont ceux dont les parents viennent en corriger les effets délétères. Il a fallu avec les 2 que je reprenne tout à zéro avec en plus la galère de devoir déconstruire les mauvaises habitudes induites notamment par la méthode semi-globale plus globale qu’autre chose. C’est une vraie machine à gaz pareil avec les réalisations langagières, une fumisterie sans nom. Il m’a fallu pratiquement un an pour chacun pour les ramener dans un apprentissage correct de la langue et de ses subtilités, tout un programme et des bons moments tensions avec eux. Les pauvres après une bonne journée d’école, une maman persécutrice avec les règles d’orthographe, de grammaire, de rédaction…un vrai chemin de croix. Mais à force de persévérance, les résultats sont là mais je ne dis pas merci l’école.

Les commentaires sont fermés.