Mort de l'immense Elie Wiesel, dénonciateur du Hamas

C’est pas de chance. Elie Wiesel est mort le même jour que Rocard.
Rocard auquel nous avons consacré un court papier rappelant simplement quelques-unes de ses trahisons, de ses turpitudes. J’annonçais d’autres approfondissements et puis je pense qu’il ne mérite pas plus. Qu’il disparaisse de nos mémoires, le plus vite possible c’est la seule chose qu’il faut attendre.
Et cet imbécile encensé par des imbéciles a quelque peu éclipsé la disparition d’un grand, lui, d’un juste, lui.
Elie Wiesel, survivant de l’Holocauste, prix Nobel et écrivain de talent, qui nous a permis, grâce à on autobiographie La Nuit, de découvrir de l’intérieur l’horreur des camps de concentration nazis.
Extraits de Libération

Préfacé par Mauriac, ce premier roman, la Nuit, est publié en 1958. Récit brutal et largement autobiographique d’un adolescent déporté. Elie Wiesel y raconte sa première nuit à Auschwitz et «la vision cauchemardesque» de ces nourrissons jetés vivants dans un fossé en flammes. Il se remémore la mort de son père, «l’une des nuits les plus accablantes de ma vie». Mourant sur son lit de camp, son père le supplie de venir à ses côtés. «C’était son dernier voeu – m’avoir auprès de lui au moment de l’agonie, lorsque l’âme allait s’arracher à son corps meurtri – mais je ne l’ai pas exaucé. J’avais peur. Peur des coups». Tétanisé, il voit les coups de gourdin mortels d’un SS s’abattre sur son père. «J’ai laissé mon vieux père seul agoniser. Sa voix me parvenait de si loin, de si près. Mais je n’ai pas bougé. Je ne me le pardonnerai jamais. Jamais je ne pardonnerai au monde de m’y avoir acculé, d’avoir fait de moi un autre homme, d’avoir réveillé en moi le diable, l’esprit le plus bas, l’instinct le plus sauvage», écrit-il dans la version originale de La Nuit, intitulée en yiddish Et le monde se taisait.

Revenu de l’enfer des camps de la mort, l’écrivain devenu citoyen américain dans les années 1960  a toujours considéré que son histoire était impossible à décrire, encore moins à comprendre, et pourtant nécessaire à raconter. Il écrivit : «Seuls ceux qui ont connu Auschwitz savent ce que c’était. Les autres ne sauront jamais.» Mais aussi : «L’oubli signifierait danger et insulte. Oublier les morts serait les tuer une deuxième fois.»

http://www.liberation.fr/planete/2016/07/03/elie-wiesel-la-mort-d-une-memoire_1463660

Naturellement, Elie Wiesel n’est pas boycotté par les medias qui lui rendent un hommage mérité, d’autant qu’il était politiquement correct -hélas !- lui qui disait qu’aucun être humain n’est illégal :

« No Human Being is Illegal ».

A lui je pardonnerai, eu égard à son grand âge, au milieu où il vivait qui l’empêchait sans doute d’avoir les pieds sur la terre de 2017,obligé, par son histoire, son oeuvre… de rester en 1945. Et puis parce que son simple réquisitoire contre le Hamas – qui a mis en rage oumma.com- suffit à oublier un faux pas.

Le Times refuse de publier le réquisitoire d’Elie Wiesel accusant le Hamas de sacrifier les enfants palestiniens

Il n’est pas aisé de dire non à Elie Wiesel, et pourtant The Times l’a fait. En effet, la direction du célèbre quotidien britannique a refusé de publier la récente tribune dans laquelle celui-ci s’est assis sur ses grands principes éthiques sans vergogne (…)

Prix Nobel de la paix, Elie Wiesel, le philosophe américain rescapé du nazisme, fait figure de vénérable sage dans le monde entier, lu par des millions de lecteurs, décoré des plus hautes distinctions et écouté presque religieusement, autant de marques de reconnaissance qui lui confèrent une immense influence sur les esprits.

Aussi, quand ce docteur honoris causa de plus d’une centaine d’universités dans le monde va dans le sens du vent, en se faisant l’ardent défenseur d’Israël et le plus intraitable des censeurs contre le Hamas, on a toutes les raisons de craindre que sa voix très partisane ne l’emporte sur la clameur de protestation dénonçant, dans toutes les langues, les atrocités commises par l’ultra-sionisme vengeur.

Il n’est pas aisé de dire non à Elie Wiesel, et pourtant The Times l’a fait. En effet, la direction du célèbre quotidien britannique a refusé de publier la récente tribune de l’éminent intellectuel, dans laquelle celui-ci s’est assis sur ses grands principes éthiques sans vergogne, pour reprendre à son compte, en l’amplifiant, l’allégation selon laquelle le Hamas se sert des enfants palestiniens comme de boucliers humains.

La diatribe, infiniment sournoise et violente, parrainée par « The Values Network », une organisation fondée par le rabbin Shmuley Boteach, a été jugée trop à charge et trop anxiogène par les responsables du Times, qui ont estimé qu’elle était susceptible de heurter une partie de leurs lecteurs, ainsi que l’a rapporté le New York Observer.

C’est dans une encre trempée au vitriol qu’Elie Wiesel, fort de son aura internationale, a jeté l’anathème contre le Hamas, tout en enjoignant le monde entier, des puissants aux citoyens ordinaires, à choisir le bon camp, celui d’Israël cela va de soi, en se gardant bien de dire que la barbarie est pourtant de ce côté-là du mur de la honte, et que la résistance à l’oppresseur assoiffé de vengeance est du côté du Hamas.

Dans une condescendance insupportable, cet énième ambassadeur de Netanyahou aux Etats-Unis joue les hommes de paix, poussant le cynisme et la suffisance jusqu’à « exhorter les Palestiniens à trouver de vrais musulmans pour les représenter ». C’est bien là le comble du racisme de la part d’un philosophe pro-sioniste qui avance masqué, drapé dans sa respectabilité, dans un Occident où le soutien à Gaza et à l’ensemble de la Palestine forme désormais une immense chaîne de la solidarité par-delà les frontières idéologiques, culturelles et cultuelles.

Voici le réquisitoire, truffé de sophismes insidieux, que le Times n’a pas publié :

« Dans ma vie, j’ai vu des enfants juifs jetés dans le feu. Et maintenant, je vois des enfants musulmans utilisés comme des boucliers humains, dans les deux cas, par des adorateurs du culte de la mort qu’on ne peut différencier des adorateurs de Moloch.

Ce dont nous souffrons aujourd’hui, ce n’est pas d’une guerre des Juifs contre les Arabes, ni d’une guerre des Israéliens contre les Palestiniens. Il s’agit plutôt d’une guerre entre ceux qui défendent la vie et ceux qui glorifient la mort. C’est un combat de la civilisation contre la barbarie.

Est-ce que les deux cultures qui nous ont donné les Psaumes de David et les riches bibliothèques de l’Empire Ottoman ne partagent pas l’amour de la vie, de transmettre la sagesse et un avenir à leurs enfants? Et, peut-on discerner cela dans le sombre futur offert par le Hamas aux enfants arabes, d’être des kamikazes ou des boucliers humains pour des roquettes?

Mais, avant que les mères incapables de trouver le sommeil, à Gaza et à Tel Aviv, puissent trouver le repos, avant que les diplomates puissent sérieusement amorcer la reprise du dialogue… le culte de la mort du Hamas doit être regardé pour ce qu’il est.

J’appelle les Palestiniens à trouver de vrais Musulmans pour les représenter, des Musulmans qui ne mettront jamais délibérément un enfant en danger.

J’appelle le Président Obama et les dirigeants du monde à condamner l’utilisation par le Hamas, d’enfants comme boucliers humains. Et j’enjoins l’opinion publique américaine à se tenir fermement aux côtés du peuple d’Israël qui lutte une nouvelle fois pour sa survie, et aux côtés des habitants souffrant de Gaza qui rejettent la terreur et soutiennent la paix. »

http://oumma.com/202882/times-refuse-de-publier-requisitoire-delie-wiesel-acc

L’islam n’est pas vraiment dénoncé mais le Hamas qui en applique strictement les principes et qui sacrifie effectivement les enfants oui. Palestiniens ou juifs, d’ailleurs.

On ajoutera que quelqu’un détesté par Alain Gresh est, forcément, un être extraordinaire :

http://blog.mondediplo.net/2010-04-18-Elie-Wiesel-l-imposteur-et-Jerusalem
Adieu, Elie, vous avez rendu notre vie plus belle et notre sentiment de l’humain plus élevé.

 
 

 97 total views,  1 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Incroyable ce Goldenberg qui n’est même plus sûr de son identité, qui confond tout, et qui comme le dit si bien Imre Kertesz, autre Juif rescapé des camps : est prêt à adorer son propre ennemi ! Bravo Christine de rester d’un calme olympien devant ce genre de personne.

    • Bah ! une fois le calme olympien, une fois le mépriset le commentaire à la corbeille…

  2. La mort grandi les gens de bien tel Elie Wiesel.
    Pour ce qui est de votre papier sur Rocard 100% avec vous Christine, un pourri mort reste un pourri!

  3. Michel ROCARD s’en est allé, et avec lui sa  » pleine suffisance  » rejoindre son crapule de patron de la SFIO ! Mais arrêtons là l’insulte, ils ne sont plus de ce monde ! Quant à Elie WIESEL, qu’il s’en aille en paix, il le mérite bien ! Pour les crapules de dirigeants du Hamas, je souhaite qu’ils aillent en enfer dans les pires atrocités,  » Ils le méritent bien ! », emportant avec ceux cet islam puant et ravageur ! INCHA ALLAH ! INCHA ALLAH ! Et à ce moment là, nous pourrions dire, tous ensemble  » ALLAH AKBAR ! ALLAH AKBAR !

  4. Je suis outré. Tout simplement outré. Comment un site tel que celui-ci, qui méprise, insulte, calomnie à longueur de temps l’Islam, cette grande religion qu’il amalgame à dessein avec les quelques fous qui s’en revendiquent, peut-il oser un affront tel que de se réclamer du Grand Elie Wiesel ?!
    Elie Wiesel était un grand homme, que dis-je, un miracle, un homme au-delà du temps, dont la mémoire et les écrits lui survivront pour les siècles des siècles. Il était engagé dans la lutte contre le racisme, l’intolérance, la Haine ! Et pourtant voilà que je vois des gens qui prêchent ce même rejet de l’Autre qui l’utilisent, qui s’approprient son combat, son être pour servir leur propagande de haine.
    En tant que Juif, je connais la souffrance de mon peuple, qui a souffert le martyr en Europe pendant des siècles, jusqu’à son point culminant, la Shoah où nombre d’entre nous furent persécutés, torturés, gazés, brûlés et transformés en vulgaire mobilier, pour mieux nous avilir. Et voici qu’à nouveau les heures sombres s’abattent sur l’Europe, cette fois-ci sur les musulmans. Et qui sait, bientôt sur les Noirs, les Arabes, les Asiatiques, les Juifs ?
    Et pourquoi ? Combien de fois l’homme européen a-t-il sauvagement massacré les populations qui ne lui ressemblaient point ? Dans quel but ? La Haine tout simplement. Le multiculturalisme, le métissage sont deux choses absolument magnifiques, et pourtant les Européens n’en veulent pas, les rejettent systématiquement et persécutent des gens innocents.
    Je vous en prie, assez. Retirez cet article qui souille la mémoire d’Elie Wiesel. Arrêtez cette haine. Aimez l’Autre, lui qui a tant à nous apporter. Restez sourd aux appels funestes des sirènes du Racisme et de l’Intolérance. Vous valez mieux que ça.

    • David Goldenberg, enlevez les peaux de saucisson qui couvrent vos yeux. Pour le reste, Wiesel ne vous appartient pas qui était un homme libre et qui voyait clair notamment sur le Hamas. Apparemment si vous mourez sous le couteau d’un musulman criant ce qu’il dit plusieurs fois par jour dans sa prière « mort aux juifs » vous le bénirez pour ne pas faire d’amalgame. Bon vent.

      • M. Goldenberg , en tant que juif, je peux vous assurez que ce site respire l’intelligence et la vérité .
        L’autre veux votre peau ,si vous ne le voyez pas , changez de lunette .Je vous ferez juste remarquer que ceux dont il est question ont Mein Kampf pour livre de chevet et ont participé de manière active à la politique sanguinaire des nazis ,dont ils sont toujours les adorateurs.
        Dernière chose , si vous êtes pour le multiculturalisme , allez vivre à saint Denis , à garches ou dans une ville comme stains et portez votre kippa….vous verrez que le multiculturalisme ca rend la vie plus …. courte et en attendant invivable.
        Je ne vous salue pas .

        • Bonjour,
          Je constate que la vision de la Gôche actuelle et des médias , dont l’archétype est Plenel, c’est la vision du théoricien nazi Rosenberg, telle qu’exposée dans son journal, récemment traduit :
          Antisémitisme forcené (même plus dissimulé sous le masque de l’antisionisme) + Catholicisme réduit à la pédophilie des prêtres + Exaltation de l’islam.

      • Ou encore:
        « Un pays incapable de nommer ses ennemis, et qui retourne contre lui la violence qu’on lui inflige, se condamne à une inévitable décadence. »
        Julien Freund
        Autrement dit une femme ou un juif qui défend l’islam c’est comme les dindes qui défendent thanksgiving.
        Bien à vous.

  5. Chère Christine, je m’adresse à vous directement parce que j’ai pour vous une grande admiration et un profond respect pour le formidable travail que vous faites quotidiennement, sincèrement.
    […]
    Merci de ne pas publier, ce sujet, de part le conditionnement des gens, est très lourd, et pourrait déclencher de vives et inutiles polémiques.
    Je ne sais pas quelle est votre véritable position sur ce sujet, mais soyez assurée de ma profonde estime à votre égard.

    • Cher Marcello conformément à votre demande je ne publie pas votre commentaire in extenso, mais je l’aurais fait de toutes manières. Je ne suis pas d’accord avec vous mais par ailleurs le sujet est clivant et on a autre chose à faire que de se disputer là -dessus, l’islam nous menace chaque jour davantage. Bien à vou s

  6. Ce que je retiens, c’est que trop de gens se retiennent de dire la vérité et la vraie nature de L’Islam criminogène qui massacre depuis 1400 ans jusqu ‘a encore de nos jours en son nom, qui se font complice de cette meurtrière Islamique inhumaine en se taisant et même en le couvrant de vertus honorables de ces actes criminels barbares, Islam de paix et d’amour pendant que des innocents paient de leurs vies.
    J’aurais préféré un Elie Wiesel dénonçant l’Islam meurtrière pour ces crimes barbares contre l’humanité, qui aurait fait pas mal d »économie de crimes contre des innocents et d’exposer beaucoup moins aux dangers mortels pour nos peuples européens avec cette saleté d’Islam barbare qui a déjà fait tant de malheurs dans le monde.
    De dénoncer enfin ce véritable ennemi de l’humanité qu’est l’Islam, car mal nommer les choses apportent du malheurs au monde, de fermer les yeux sur les crimes au nom de l’Islam, de laisser faire trop gentiment les massacres d’innocents et les grands dirigeants du monde se taire, que je ne supporte pas, je refuse cette Islam qui pue la haine et qui tue.
    L’Islam est inhumain et mortel, la haine et qui tue, plus de mensonges.

  7. Oui , je m’incline également avec toute la compassion qu’un trés, trés petit et médiocre patriote comme moi, ose exprimer s’agissant de cette personne tellement injustement accablée par un destin atroce, au cours duquel il a malheureusement perdu ses êtres les plus chers , en un lieu maudit situé en dehors de toute humanité !
    De part sa capacité de survie mentale aux horreurs sans nom d ‘Auschwitz , et son humble et universelle charité, Elie Wiesel nous a rendu un immense témoignage moral , devant demeurer pratiquement ineffaçable
    Oh combien devons nous jeter le plus profond des mépris sur les négateurs de la shoah, au point même de me priver de tout sentiment de sympathie , quand ces derniers sont condamnés par notre justice , par ailleurs parfois tellement partiale et politisée
    Si tant est que Elie Wiesel a rendu un témoignage d’une profondeur de vérité insurpassable s’agissant des faits d’Aushwitz dépassant toutes les horreurs ayant hélas précédemment frappé notre pauvre humanité , nous devons encore lui accorder notre sincére confiance, quand il décrit justement la nature intime du Hamas , en sa qualité d’organisation criminelle , adoratrice de la mort, dans la mesure ou ces scélérats sacrifient délibérément autant des palestiniens que les israeliens
    En refusant de publier l’article d’Elie Wiezel, le journal le Times, s’est donc fait d’emblée le complice objectif des monstres du hamas , et donc le complice de la crapule qui massacra la jeune Hallel Yaffa Ariel , 13 ans, de maniére ignoble
    Le refus de publier un tel article de dénonciation fondamental, ce journal a pratiquement fait l’apologie du terrorisme , faute normalement punie par la loi !
    Il semble évident que l’état et l’armée israélienne, sont les seuls garants de la survie de ce peuple israélien, qui sans cela serait irrémédiablement condamné à une nouvelle et ….ATROCE SHOAH !

Les commentaires sont fermés.