Pourquoi Trump personnifie le courage de nos pères fondateurs pour s’opposer aux pouvoirs en place

Un jour, lorsque des historiens impartiaux, au cerveau non lessivé par le camp des démocrates, réapparaîtront dans notre pays, ils établiront des comparaisons pertinentes entre l’ancien président Donald J. Trump avant, pendant et après le simulacre de procès qui lui a été imposé par la machine démocrate cherchant à l’empêcher de participer au scrutin, et des personnalités comme Thomas Jefferson, James Madison et John Hancock.

Bien que certains puissent trouver cela exagéré, ce n’est pas le cas.

 

Il y a environ deux ans, j’ai écrit un livre intitulé : « Les 56 » : des leçons de liberté de ceux qui ont tout risqué pour signer la Déclaration d’indépendance. Le seul objectif de ce livre était non seulement de mettre en garde contre les tentatives croissantes de l’extrême gauche d’annuler le 4 juillet et d’oublier nos pères fondateurs, mais aussi d’expliquer comment arrêter ces tentatives.

Pendant plus d’un an avant sa publication, j’ai passé des heures interminables à faire des recherches sur ces hommes qui ont finalement signé la Déclaration d’indépendance ainsi que sur ceux qui ne l’ont pas signée. Des hommes, soit dit en passant, qui étaient tous des êtres humains imparfaits, comme nous le sommes tous.

À bien des égards, c’est l’état d’esprit des hommes qui ont refusé de signer le document le plus célèbre de notre histoire qui a finalement mis en lumière l’incroyable courage, sacrifice et génie de ceux qui l’ont signé. Plus particulièrement, l’état d’esprit du plus riche des signataires.

En 1776, la grande majorité des riches des colonies gardaient le silence ou devenaient ouvertement « loyalistes » envers la Couronne britannique. Pourquoi? Ils ne voulaient pas faire de vagues ni risquer leur richesse et leurs privilèges.

Heureusement pour nous, nos riches pères fondateurs ont décidé qu’ils ne pourraient pas vivre avec eux-mêmes s’ils ne quittaient pas cette meute de moutons silencieux pour prendre position contre la tyrannie de la Couronne. Chacun d’eux s’est posé les deux questions les plus cruciales de sa vie : « Si ce n’est pas moi, qui ? Si pas maintenant quand ? »

Passons maintenant à juin 2015.

À cette époque, Trump était l’un des hommes les plus riches et les plus connus, non seulement aux États-Unis, mais dans le monde. Il était multimilliardaire et possédait un empire commercial mondial. Pourquoi diable ferait-il quelque chose ? Il était préférable, comme les riches de 1776, de jouer gentiment avec les élites établies des deux partis politiques afin de garantir sa richesse et ses privilèges.

Des amis de Trump m’ont dit que lors de son voyage à travers le pays en 2015, il avait été véritablement choqué et attristé par ce qu’il avait vu, à savoir que d’innombrables Américains souffraient des politiques ratées d’un système politique brisé et corrompu. Et c’est à ce moment-là qu’on m’a dit que Trump s’était posé ces deux mêmes questions : « Si ce n’est pas moi, qui ? Si pas maintenant quand ? »

Il s’est donc déclaré candidat à la présidence.

 

Et aussitôt, il a été attaqué par les forces de gauche ainsi que par les « Never-Trumpers » républicains qui savaient qu’ils ne pourraient pas le contrôler. Comme nous le savons, après avoir choqué le monde politique par sa victoire de 2016, ces attaques ignobles n’ont fait que s’intensifier. En 2020, il était clair qu’il n’y avait aucune ligne que les démocrates et leurs lèche-bottes des médias libéraux ne franchiraient pas pour « avoir Trump ».

En 2024, Trump n’a pas eu à deviner ce que certains démocrates lui réservaient s’il se présentait à la présidence, car ils ont ouvertement fait savoir leur stratégie. Ils avaient soif de sang pour l’emprisonner par tous les moyens nécessaires.

Maintenant, réfléchissez-y un instant. Trump savait que les démocrates rassembleraient contre lui une armée de juges, procureurs, procureurs de districts et cours suprêmes d’états  libéraux militants dans une tentative désespérée de l’emprisonner ; et il a quand même choisi de se présenter à la présidence.

Beaucoup ont oublié, ou n’ont pas appris, qu’un certain nombre de pères fondateurs ont payé un terrible prix pour avoir signé la Déclaration d’indépendance ; par exemple : voir leurs maisons et leurs récoltes entièrement incendiées, leur bétail abattu, être emprisonnés, torturés, voir leurs femmes arrêtées et abusées sexuellement et leurs fils arrêtés.

Malgré cela, et à cause de cela, nos pères fondateurs croyaient que tant qu’ils ne les  emprisonneraient pas ou ne les tueraient pas, ils ne pourraient pas les faire se taire. Ils ne pourraient pas les empêcher de défendre notre liberté et nos droits.

Trump ne serait pas réduit au silence. Bâillonné illégalement ou pas, il a défendu ses droits tout en soulignant les menaces contre sa liberté… et la nôtre.

Alors que sa voix résonne encore, nous devrions tous penser : « C’est cette voie que je suis, si ce n’est par la grâce du ciel. » Car si les forces d’extrême gauche peuvent faire cela à un ancien président des États-Unis multimilliardaire, elles peuvent le faire à n’importe lequel d’entre nous.

Malheureusement, de nombreux milliardaires conservateurs, républicains et confessionnels dotés de vastes talents ont choisi de rester à l’écart. Ils ont choisi de « ne pas faire de vagues ». Ils se sont laissés intimider par les forces de l’extrême gauche.

Trump n’était pas, et n’est toujours pas de ceux-là. L’histoire honnête retracera un jour que lorsque les États-Unis de notre époque avaient besoin d’un champion ayant les caractéristiques d’un « père fondateur », Trump s’est levé et a mené le bon combat contre les institutions bien établies et contre des obstacles écrasants.

Un combat qu’il ne cesse de mener.

10 juin 2024,  par Douglas MacKinnon

Douglas MacKinnon a fait partie du personnel de la Maison Blanche et du Pentagone ; il est l’auteur du livre : « Les 56 », les leçons de liberté de ceux qui ont tout risqué pour signer la Déclaration d’indépendance.

 

https://www.frontpagemag.com/why-trump-personifies-the-courage-of-our-founding-fathers/

 798 total views,  1 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Passionnant et très intéressant, nécessaire pour comprendre un peu ce qui se passe pour la France et dans le monde ; une vision sur l’avenir surprenante quand on découvre.

    On y apprend aussi le deal que Trump avait fait avec Macron pour nous débarrasser de l’U€… macron a bien sûr refusé. Macron est vraiment notre nnemi.

    Sur TVLiberté : Bistro Liberté 13 juin 2024
    ◙ Pierre-Yves Rougeyron : « Il n’y a que les Forts qui sont Respectés sur la scène Internationale »
    https://tinyurl.com/4bjsm3vn
    ► DURÉE : 11mn

  2. =====
    ■ La Bourse de Moscou arrête les échanges des dollars et des euros: que signifie cette décision | 13.06.2024
    ► En vigueur à partir du 13 juin, la suspension a fait suite au nouveau train de sanctions américaines et britanniques, qui visent également les deux filiales de la Bourse, le Centre national de compensation et le Dépot national de règlement.
    Mais que se passe-t-il au juste?
    …/…
    ○ fr.SPUTNIKNEWS.africa : https://tinyurl.com/8yeev3m3
    ______
    • Les USA et l’U€ avaient encore décrété un train de sanctions la veille ou avant-veille.
    • L’U€ s’est servi de l’argent volé à la Russie pour le donner à l’Ukraine

  3. Merci pour cette rétrospective.
    TRUMP est un grand homme, il a la trempe des pères fondateurs.
    Il met sa vie et son avenir dans la balance, pour sauver son pays et surtout la LIBERTE.
    Les RINO sont identiques à nos péteux LR, sans couilles et sans colonne vertébrale.

  4. Le pays de la LIBERTE ne doit pas tomber aux mains des gauchistes qui détruisent notre civilisation occidentale.C’est terrible que les gens riches ne veuillent jamais renoncer à leur privilèges.Ils reprochent à l’ancien Président Trump d’être richissime mais au contraire des mondialistes très riches il aime les USA et s’interesse au bien du peuple.Nous avons visité les USA dans les années 1985,1990 et visité Philadelphie où fut signée la déclaration d’Indépendance.C’est un pays magnifique bien plus interessant que l’Angleterre……

Les commentaires sont fermés.