Le Ministre de l’Intérieur allemand brasse du vent face aux menaces islamistes et à l’antisémitisme

J’ai lu pour les lecteurs de Résistance républicaine un article  d’Andrea Zschocher du magazine allemand  Stern :  Nancy Faeser chez Caren Miosga : « Notre société doit supporter beaucoup de choses » ; je vous résume l’essentiel ci-dessous. Paroles en l’air, de vagues phrases toutes faites… on a vraiment l’impression que le gouvernement allemand ne veut (ne peut ?) par s’engager dans un bras de fer avec les islamistes ni avec les antisémites. Bref, ils gagnent du temps, permettant aux autres d’avancer chaque jour davantage, comme en France, jusqu’à ce que l’on ne puisse plus rien faire  !

Étaient invités chez la présentatrice et journaliste allemande  Caren Miosga

  • Nancy Faeser, ministre de l’Intérieur et de la Patrie (SPD)
  • Güner Yasemin Balci, déléguée à l’Intégration à Berlin-Neukölln
  • Ronen Steinke, juriste, journaliste et auteur

La déléguée à l’Intégration de Berlin-Neukölln, Güner Yasemin Balci (49) a critiqué chez la ministre de l’Intérieur, Nancy Faeser (53, SPD) la manière de gérer la question « Muslim Interaktiv ».

Un pot-pourri de menaces de violence, allant des chants xénophobes à Sylt aux attaques antisémites en Allemagne en passant par le danger terroriste lors du prochain Euro de football : Nancy Faeser parle chez Caren Miosga de notre sécurité en Allemagne.

L’auteur de l’article déplore d’amblée le format de l’émission, 60 minutes  de pot-pourri où l’on parle de tout… et donc  de rien. Comme trop souvent en France, le journaliste qui anime l’émission n’approfondit pas les sujets, les survolant et permettant ainsi aux ministres de ne pas s’engager et de rester flous..

Ainsi, à  la question : « À quel point l’Allemagne est-elle sûre, Madame Faeser » tout était vraiment regroupé : des chants xénophobes à Sylt jusqu’aux attaques antisémites en Allemagne en passant par la menace terroriste lors du prochain Euro de football. La multiplicité du sujet aurait absolument présenté l’opportunité de déclencher plusieurs discussions distinctes. Mais au bout du compte, on s’est cantonné à l’aspect superficiel, une simple répétition de : Ah oui, pour ça, on pourrait, on devrait, il faudrait encore faire quelque chose

Le passage sur les “paroles d’extrême-droite” qui révulsent bien sûr Fraeser est emblématique de l’émission, ils ne savent comment gérer, tout simplement, pris en tenailles entre les menaces islamistes et la réponse de “l’extrême-droite” :

Scander des paroles d’extrême-droite, comme on peut l’entendre dans la vidéo de Sylt, qui fait le tour des réseaux sociaux depuis quelques jours, « est profondément méprisant et raciste », a jugé Nancy Faeser. C’est pourquoi, il serait également important de fixer des limites ici au lieu de les repousser toujours plus loin. Mais “nous sommes une société forte qui doit supporter bien des choses” . C’est pourquoi, il faut clarifier ce qui relève vraiment de la Justice dans ce qui est dit, crié et débattu dans cette vidéo et sur place. Car, a souligné à plusieurs reprises Faeser lors de cette discussion télévisée, ” tout ce qui ne nous convient pas n’est pas forcément interdit” . Il s’agit toujours de procéder à des vérifications dans ce cas.

Et le Ministre de l’Intérieur d’enfoncer des portes ouvertes : oui, il faudrait des procédures plus rapides avec des conséquences claires et nettes car « les coupables doivent comprendre qu’ils ont fait quelque chose de mal » et en supporter les conséquences. Cela renforcerait également l’image de l’État de droit, dont plus d’un ne se sent plus concerné.  Et, naturellement encore, on ne réussit pas à le faire la faute à  “période d’économies”  de ces dernières décennies concernant le système judiciaire. « Cela n’a pas fait du bien à l’État de droit » .

L’objection de Caren Miosga également, visant à savoir si les procédures éclair qui sont menées contre les « colleurs ès climat » ne pourraient pas être lancées également dans le cas d’attaques d’élus municipaux, a donné lieu aux figures de rhétorique auxquelles il fallait s’attendre. « Il ne doit pas y avoir d’exceptions », l’État doit réagir plus rapidement car cela renforcerait la confiance en l’État de droit. Tout est bien qui finit bien. Mais concernant la manière dont tout cela doit être mis en pratique, il n’y a eu ni questions, ni propositions.

.

Quid du danger terroriste lors de l’Euro de football ?  Nancy Fraeser, reconnaît  qu”une très forte menace abstraite”  plane, et qu’il n’existe aucune ” sécurité absolue”. Mais tout est fait pour assurer la sécurité des matches. Ouf! tout va bien !  La journaliste diffuse alors un extrait de l’ancien Ministre Thomas de Maizière, où il faisait état de son souhait de ne pas inquiéter outre mesure la population par ce qu’il savait. La seule réponse du Ministre, faite en riant, est : “Vous insinuez que j’en sais beaucoup plus que je ne le dis”. Et de confirmer : On sait qu’une organisation terroriste qu’on peut ranger du côté de l’ÉI, menace vaguement les matchs, mais des projets concrets ne sont pas connus.

.

Pourquoi l’association « Muslim Interaktiv » qui n’est pas uniquement active sur les réseaux sociaux, mais recrute même des membres en pleine rue selon Balci, n’est pas interdite depuis longtemps ?

Réponse du Ministre : certes il y a une menace potentielle qui se terminera peut-être par une interdiction d’agir.  Nous examinons la situation, quand nous serons prêts nous interdirons si ça tient le coup juridiquement…

Bref, quand ils auront tué, ils auront atteint “le cadre se prêtant à une action juridique…

.

Quant à l’antisémitisme… Elle revendique un cadre clair cette fois. Sauf que Ronen Steinke met les pieds dans le plat : la communauté juive ne fait pas vraiment confiance à la police où l’antisémitisme est endémique malgré les mesures disciplinaires engagées. Et Nancy Faeser de relativiser, il ne faut pas exagérer les choses et regarder ce qui est vraiment interdit.

.

Bref, cette émission n’est, une fois de plus, qu’un coup d’épée dans l’eau. Des positions prévisibles, trop de sujets important pour une heure d’entretien… qui ne mène à rien car il était bien entendu déjà clair auparavant que Faeser ne peut pas se prononcer au sujet de l’Euro de football, que les détails internes de la procédure d’enquête contre « Muslim Interaktiv » ou la critique d’officiers de police antisémites feront l’objet de commentaires plutôt rares…

Conclusion de l’auteur de l’article Andrea Zschocher

Vu sous cet angle, c’était déjà un signe important que le ministre de l’Intérieur souligne une nouvelle fois que le danger pour notre démocratie ne venait pas seulement de l’extérieur, mais que cela s’effrite également à l’intérieur et que nous devons nous y opposer en commun de toutes nos forces.

https://www.stern.de/kultur/tv/nancy-faeser-bei-caren-miosga—unsere-gesellschaft-muss-viel-aushalten–34743950.html

 

 997 total views,  2 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Flou et vague et bien décidé à ne rien changer, sans aucune surprise.
    Pourtant ils savent pertinemment la colère et ses raisons.
    Ils n’auraient pas fait cette émission d’enfumage sinon.
    Ils SAVENT et ils veulent continuer.

    On a la même engeance criminelle en France.

    “jusqu’à ce que l’on ne puisse plus rien faire !”
    … jusqu’à ce qu’on ne puisse plus rien faire sinon recourir à la force, le moteur de l’Histoire. Les choses ne changent jamais autrement.
    L’Histoire le prouve.

  2. Cette grosse vache ministérielle allemande est une antifa, une fois dit ça, plus besoin de commenter ou d’argumenter, à la trappe, point barre…

  3. Nos cousins Germains sont déjà remplacés. D’où la grande peur des autochtones survivants.

    • hélas , grande peur de seulement une partie des autochtones survivants.
      L’autre partie fait du vélo, attend les grillades du week end et se jette sur les glaces dès que le soleil brille…. et un petit coucou pendant mes vacances dans le Sauerland .

Les commentaires sont fermés.