La Russie ne deviendrait une menace pour l’Europe que si on accédait aux demandes de Zelensky

Je n’ai aucune affinité particulière ni pour la Russie de Poutine ni pour l’Ukraine de Zelensky, ce qui me permet, peut-être, d’avoir une certaine objectivité et sur la guerre qui les oppose depuis 2022 mais  également, sur ce qui devrait être la fin de ce conflit.
Que l’on me permettre de rappeler qu’avaient été signés, en 2014, les « Accords de Minsk » et, que cela plaise ou non, ce sont les Ukrainiens qui ont agressé régulièrement la population pro-Russe du « Donbass «  jusqu’en 2022.
Après l’annexion de la Crimée par la Russie (territoire qui était déjà, en très grande majorité, pro-Russe), certains pensent  que Poutine envisageait de « conquérir » la totalité de l’Ukraine en quelques semaines, en prenant Kiev. Cela ne s’est pas fait.  Son second objectif selon les mêmes, aurait été d’occuper un vaste territoire jusqu’au port d’Odessa.
Pour le moment l’armée russe occupe le « Donbass » et la Crimée lui appartient.
Ceci mis sur la table d’éventuelles négociations, où en sommes-nous ?
Pour la majorité des pays, y compris la France : « L’Ukraine ne doit pas perdre cette guerre » et c’est dans ce but que des armes et des milliards lui sont offerts.
En ce qui me concerne, j’ai une certitude : « La Russie ne peut pas perdre cette guerre » non plus.
Zelensky et l’Ukraine savent « Qu’ils ne peuvent pas gagner cette guerre ».
Alors quelles peuvent être les lendemains de ce conflit ? Ou des négociations et une paix sur les positions actuelles : la région du Donbass et la Crimée conservées par la Russie. C’est sans doute ce que souhaitent, sans l’avouer, l’Europe, les Etats-Unis, la Chine, etc.
Ce que n’envisage pas Zelensky et, sachant cela, son objectif est d’entraîner l’Europe et l’OTAN dans une troisième guerre mondiale et il ne le dissimule pas, réclamant tout récemment que l’on abatte les missiles russes « depuis les pays membres de l’OTAN » et, prochainement, il sollicitera l’appui de quelques armées de l’Union Européenne (envisagé récemment par Emmanuel Macron) et, bien évidemment, devenir membre de l’OTAN, sachant que Poutine ne l’acceptera jamais.
La Russie est-elle « une menace pour l’Europe » ? C’est ce que suggèrent de nombreux dirigeants de l’UE. En ce qui me concerne je ne le pense pas, tout au moins pour le moment,  mais elle pourrait le devenir si l’on accédait aux exigences de Zelensky
L’on ne peut qu’espérer que les dirigeants de tous ces pays « qui ne veulent pas que l’Ukraine perde cette guerre » seront assez lucides pour ne pas succomber à ce qui serait, à n’en pas douter, une guerre nucléaire inévitable.
Mais « lucides » le sont-ils ? Quand l’on constate que dans un autre conflit, qui nous menace également, trois pays, pour le moment (puisque l’Union Européenne envisagerait que plusieurs autres pays de l’UE reconnaissent cet Etat palestinien) l’Espagne, l’Irlande et la Norvège ont reconnu officiellement un « Etat palestinien » qui n’existe pas. Et que cela est une victoire glorieuse pour les terroristes du Hamas qui, non seulement, ont commis un « Pogrom » ignoble le 7 octobre mais, également, exige la disparition de l’Etat d’Israël, qui lui existe réellement.
Manuel Gomez

 708 total views,  3 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. Je ne pense pas non plus que la Russie soit une menace pour nous, si nous la laissons tranquille.
    Réduisons notre dette avant de gaspiller notre argent et n’envoyons pas nos jeunes se faire trouer la peau pour ce qui ne nous concerne pas.

  2. Zelenski a suffisamment dansé sur la musique de l’OTAN.
    Il est temps d’en finir avec cette guerre stupide et meurtrière, les USA ont eu leur gros lot, la destruction des gazoducs, la relance de l’économie militaire, la soumission et la ruine de l’UE.
    Il faut être dément ou stupide pour souhaiter la victoire de l’Ukraine.
    Une négociation pour la fin du conflit devrait être mise en chantier par deux grandes puissances.

  3. Après la lecture de cet article et l’éventualité d’une guerre nucléaire, je n’irradie pas la bonne humeur.

  4. L’objectif de Poutine, jusqu’à aujourd’hui, n’a pas été de prendre du sol ukrainien mais de supprimer l’armée ukrainienne et d’éviter les armées étrangères de l’OTAN à sa frontière. Il y réussit en ayant bien peu d’effets collatéraux sur la population civile et en respectant les lois. L’Ukraine doit négocier sans tarder la paix avec l Russie et arrêter d’impliquer des pays et des armées étrangères.

Les commentaires sont fermés.