Silence des islamogauchistes sur le sort des femmes afghanes…

Des femmes dans les rues de Kandahar city, en Afghanistan, en mai 2023.Elise Blanchard for The Washington Post via Getty Image

Ah, comme ce serait beau de les voir se battre autant pour dénoncer le sort des femmes afghanes, prisonnières des dérives de l’idéologie du chamelier, que pour leur prétendue “Palestine”…

A-t-on jamais vu pareil cirque, blocage de fac, de science pipo, actions violentes… pour faire réagir l’opinion publique sur cette problématique internationale ?

A-t-on jamais vu le même déballage médiatique sur le sujet ?

Motus et bouche cousue sur les dérives de la religion à Momo…

Des femmes empaquetées dans des burqa, réduites à n’être rien d’autre qu’un ventre qui procrée, des femmes sans identité.

Il y a d’ailleurs là une forme de parenté avec la gestation pour autrui où la femme se trouve réduite à être un ventre qui expulsera un produit humain. Même conception finalement antihumaniste de la femme, vagin ambulant réduit au silence et à l’absence d’expression.

Pas d’islamogauchiste pour manifester aux abords d’une mosquée afin de dénoncer les dérives constatées en terre d’islam, curieusement ?

Non, là, ils sont aux abonnés absents les gauchos…

 

En Afghanistan, pilule sans lendemain

“Depuis l’arrivée des talibans au pouvoir, les femmes afghanes doivent, en plus de tout le reste, faire face à une pénurie de contraceptifs. Entre médicaments frelatés et plaquettes vendues à prix d’or, un trafic dangereux est mené par le Pakistan. Enquête.

8 mai 2024

Dès qu’elle le peut, Ayesha enfile sa burqa bleu délavée pour faire le tour des pharmacies de son quartier, avec le même espoir : trouver enfin une pilule contraceptive. Vaines tentatives. À chaque fois, elle rentre bredouille. Dans son quartier ultra-­conservateur de Mazâr-e-Charîf, au nord de l’Afghanistan, sortir de son appartement sans son mari est déjà un exploit. Mais Ayesha n’a pas le choix. À 22 ans, elle est déjà mère de trois enfants. En avoir un quatrième ? « Ce serait une véritable catastrophe », soupire-t-elle au téléphone. Mariée de force à l’un de ses cousins quand elle avait 16 ans, elle a la voix qui vacille à l’idée d’être de nouveau enceinte. Elle avait pourtant tout prévu pour que ça n’arrive pas. Ses contraceptifs, elle les cachait dans une vieille boîte de serviettes hygiéniques que son mari « n’aurait jamais osé toucher ». Mais voilà, depuis plusieurs mois, la boîte est vide. À Mazâr-e-Charîf comme dans tout le pays, les précieuses pilules disparaissent discrètement des pharmacies.

Il était 10 heures du matin, ce fameux 15 août 2021, quand les premiers talibans ont pénétré dans Kaboul. Quinze minutes plus tard, le porte-parole des insurgés, Zabihullah Mujahid, affirmait que toutes les régions du pays étaient passées « sous le contrôle de l’Émirat islamique ». On connaît la suite : un mois après leur prise de pouvoir, les talibans ont appliqué leur programme mortifère pour les femmes. Interdiction pour les jeunes filles d’étudier au-delà de la sixième. Obligation pour toutes de se couvrir le visage et de rester chez elles, sauf en cas de nécessité. Parcs, salles de sport, hammams leur sont désormais interdits. Même les salons de beauté, jadis haut lieu de socialisation pour les Afghanes, ont été fermés. Le message est clair : au sein de l’Émirat islamique d’Afghanistan, elles n’ont plus leur place”.

https://www.vanityfair.fr/article/afghanistan-pilule-sans-lendemain-talibans-contraception

 702 total views,  9 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


12 Commentaires

  1. Le problème de tous ces pays où l’on maltraite les femmes est qu’ils sont bourrés de richesses , pétrole minerais divers , etc etc , alors au nom du fric on fera toujours le mort et des accolades a ne plus finir avec une double muselière pour les droits de l’homme . Désolé le monde est ainsi fait et a notre niveau nous pouvons pas y faire grand grand choses , sauf tremper dans l’urine certains bulletins de vote des partis qui font la honte de la démocratie .

  2. “vagin ambulant réduit au silence”.
    Horrible, femmes pondeuses reléguées au rang d’animal domestique, utile pour la procréation.
    Boîtes à incubation comme les porteuses de la GPA.
    L’extrême gauche a des points de convergence avec le dogme du pédo.

  3. “(…) de science pipo (…)”. Vous êtes bien bon. Je dirais “sciences pot de chambre” tellement ces zélites de demain ne sentent pas mais puent la haine.
    “…) Des femmes (…) réduites à n’être rien d’autre qu’un ventre qui procrée, des femmes sans identité.” Un champ de labour a-t-il besoin d’identité ? On lui demande seulement d’être tapissé d’un sol fertile.

  4. Chacun chez soi,en FRANCE,on a assez de problèmes…….Une fois en France,dans le monde du travail elles sont intraitables avec le personnel féminin OCCIDENTAL…….

  5. Dans l’antiquité les femmes utilisaient un citron évidé qui apportait une double action : accès fermé au col de l’utérus et action spermicide du citron

  6. Ces gens là (les gauchistes)n’ont aucunes valeurs et ne sont même plus socialiste , communiste ou anarchiste , non ils sont gauchistes,cette maladie infantile du communisme comme le disez Lénine (qui n’était pas une référence non plus).en effet vous avez raison aucun d’entre eux sont allés manifester pour les yazidis,les Kurdes (qui sont pourtant marxistes),les féministes iraniennes qui risquent leurs vies… Ces connards du npa,lfi et co.. qui soutiennent les voilleés, pendant qu’en Iran des femmes se battent pour enlever le voille.honte a eux . A écouter la chanson les demagos de jean pax mefret

    • Les jolies femmes ne font pas de vieux os en Iran. Surveillées particulièrement parce qu’elles inspirent le désir masculin et que c’est évidemment leur faute, jamais celle des hommes. Une mèche de cheveux visible et elles risquent la mort. Comme la jolie Mahsa Amini, 22 ans, morte après une arrestation par la police des mœurs en Iran. Traitée comme une criminelle pour un voile mal mis. Folie totale ! Abjection ! Honte !
      Mais on ne verra jamais les féminazies françaises s’en inquiéter, du moins pas plus que ça.

  7. Comme les ennemis de l’Afghanistan ne sont pas des juifs, ça n’intéresse pas les musulmans qui haïssent les juifs.Pas plus que le sort des pseudos palesttiens dans d ‘ autres pays du Moyen-Orient,ni des Palestiniens qui rejettent le Hamas.Ce qui intéresse les musulmans c’est de détruire les juifs,la soit disant lutte pour leur frères et sœurs palestiniens servent de paravents .

    • Détruire les juifs, mais aussi détruire les chrétiens, et détruire tout ce qui n’est pas mahométan.Cette espèce n’a jamais su que dévaster, massacrer, détruire.Rien de positif n’en est jamais sorti.