Perdre un enfant ou perdre un chien, c’est tout comme ?

 

Etrange société où tout se délite

De plus en plus d’enfants reçoivent des prénoms qui auraient pu être attribués à un chien ou un chat.

Des prénoms imaginaires ou même des prénoms qui n’étaient autrefois donnés qu’à des animaux, comme “Vanille”.

Des parents de victimes de meurtres sauvages appellent à ne pas avoir à la haine et donc renoncent finalement à se battre pour leur progéniture défunte.

Ils préfèrent se remémorer les bons moments passés avec leur enfant que d’entrer dans une démarche combattive, ne serait-ce que par la parole qui peut être un soutien à ceux qui se battent en actions dans l’arène politique.

Des marches blanches qui ne servent à rien, des bougies, des fleurs…

Alors finalement, quelle différence entre perdre un enfant ou perdre un chien quand on est dans cette logique ?

Cela fait de la peine aussi, de perdre un chien. Cela rend triste, on pleure, on se remémore les bons moments passés avec Toutou…

Enfin il me semble que si je perdais un enfant, j’aurais la rage.

Un enfant, c’est d’abord un héritier et en théorie, c’est même obligatoirement un héritier puisqu’il dispose d’une réserve héréditaire lui donnant un droit à l’héritage de ses parents. Certes, il existe des mécanismes juridiques permettant d’écarter cette réserve, comme les avantages matrimoniaux entre époux ou, dans une certaine mesure, l’assurance-vie. Celui qui sait qu’il va mourir prochainement peut encore dilapider son héritage, mais il n’a pas la certitude que les actes alors passés ne seront pas remis en cause à sa mort, notamment si son état de santé était de nature à diminuer sa lucidité.

Les citoyens passent normalement leur vie à payer des impôts en tous genres, à commencer par la TVA qui peut représenter jusqu’à 20% du prix d’un bien. S’ils décèdent sans héritier, leur succession reviendra à l’Etat qui s’emparera des biens durement acquis au cours d’une vie…

Un enfant doit encore des secours à ses parents. Il ne peut se désintéresser de leur sort, ne serait-ce que parce qu’il leur doit une obligation alimentaire réciproque. Sans doute qu’à notre époque on ne fait plus d’enfant dans le but d’être pris en charge par eux sur ces vieux jours. Les retraites sont souvent suffisantes pour faire face aux dépenses du grand âge, encore que les choses se compliquent si le parent doit partir en maison de retraite. La vente de la maison peut aider à payer.

Je ne crois pas qu’on fasse des enfants de nos jours dans le but d’être pris en charge financièrement par eux dans ses vieux jours. Cependant, faire des enfants est en quelque sorte un devoir du citoyen puisque les générations futures paieront les retraites des générations présentes…

Mais l’on espère au moins ne pas être abandonnés par eux à ce moment pour qu’ils veillent avec bienveillance sur leurs ascendants, qu’ils s’assurent qu’on n’abuse pas de leur faiblesse, qu’on ne les maltraite pas, pour prendre les bonnes décisions lorsque la personne âgée n’est plus à même de veiller sur elle-même. Les enfants ont ainsi vocation à devenir les tuteurs de leurs parents qui viendraient à être trop diminués pour gérer eux-mêmes leurs intérêts.

Perdre un enfant, c’est donc perdre un soutien moral pour ses vieux jours et perdre normalement une personne de confiance aussi pour cette période redoutée de tous. Dans un monde idéal, les parents apportent leur amour à leurs enfants afin d’espérer avoir la gratitude de leur soutien et de leur amour en retour dans les périodes difficiles.

Perdre un enfant, c’est donc perdre aussi un héritier à qui on aimerait laisser ses biens à son décès plutôt que voir l’Etat les récupérer pour financer des politiques qu’on n’approuve pas.

Un enfant c’est un être qu’on peut essayer de modeler pour s’en faire un ami pour la vie.

Perdre un enfant c’est perdre la possibilité de transmettre son nom, celui de ses propres parents, de ses ancêtres… c’est faire mourir une branche de l’arbre familial quand c’est un enfant unique. C’est aussi faire mourir une branche de la patrie.

Perdre un enfant c’est perdre un être qui nous ressemble au moins en partie puisqu’il partage un patrimoine génétique, a reçu une éducation selon les conceptions de ses parents…

Perdre un enfant, c’est mourir à soi-même puisque c’est perdre la mémoire de ce qu’on a été aussi…

Enfin et surtout, perdre un enfant français c’est perdre un citoyen qui fasse contrepoids au grand remplacement, alors que l’immigration galopante et la distribution de papiers à qui en veut rend les patriotes minoritaires dans les urnes malgré la progression fulgurante de leurs idées…

Je ne suis pas sûr qu’on ait encore cette conception de l’enfant français de nos jours dès lors qu’au moins la moitié des enfants qui naissent de nos jours reçoivent des prénoms ridicules ou des prénoms étrangers qui n’ont aucun rapport avec l’origine de leurs parents.

Des enfants qui reçoivent des prénoms anglosaxons alors que personne dans la famille n’est d’origine anglosaxonne…

Des enfants qui s’appellent Athlana, Maeko, Mooky, Sakura ou encore Lilou… prénoms que pourrait porter un chien, ou un animal dans un zoo.

Alors pourquoi fait-on encore des enfants aujourd’hui ? Parce que c’est distrayant, plus rigolo qu’un chien ou un chat ? Pour le plaisir de se faire appeler “papa” ou “maman” ?

Il y a peut-être un instinct qui conduit à se reproduire. Un enfant, ce sont beaucoup de dépenses, beaucoup de temps et d’énergie à lui consacrer… Quand l’ordre des décès s’inverse, les parents enterrant leurs enfants, cet édifice d’efforts, de sacrifices s’écroule. La continuité des générations est menacée.

Comment peut-on ne pas avoir la haine quand on perd un enfant, dénoncer la “récupération politique” de ceux qui utilisent, à bon droit, le meurtre perpétué comme une illustration utile à leur combat afin de convaincre de son bien fondé ?

Toute argumentation utilise des exemples afin d’être concrète. Il n’y a rien d’immoral à se référer à un crime à des fins argumentatives.

Perdre un enfant, c’est priver la Nation d’un élément susceptible d’en perpétuer l’identité et d’en assumer les charges sa vie durant. C’est priver sa famille d’un descendant pouvant en recevoir l’héritage moral et patrimonial.

Ce qui me semble inquiétant, c’est qu’à part Patrick Jardin, on a l’impression que ceux qui ont perdu des enfants du fait de Barbares s’empressent plutôt de demander qu’il n’y ait pas de récupération politique que de soutenir ceux qui auraient pu, s’ils avaient été au pouvoir, empêcher cette atrocité.

Cette réaction contre-nature est le symptôme d’une société malade…

 1,861 total views,  2 views today

image_pdf

65 Commentaires

  1. Symptôme d’une société malade.
    Une société sur le déclin, qui s’auto phagocyte.
    Une société qui accepte de mourir.
    Des individus décadents et dégénérés, qui n’ont plus la force de combattre et qui ont baissé les bras, en acceptant le destin qu’on leur a choisi.

  2. Cachou, vous avez bien résumé le caractère du beagle, chien au demeurant, auquel je passe tout lorsque j’ ai de la chance de le garder.Il fait beaucoup de bêtises mais sans conséquence.
    Le mien était un cocker noir avec plein de gentillesse et beaucoup de chagrin lorsque celui-ci est décédé.
    Si je perdais un enfant, j’ aurais de la haine et exécuterais son assassin, sans regret. Peu-importe la suite.
    On ne dois jamais toucher à un enfant, mais pour cela il faut être bien éduqué avec du respect pour autrui, pas des sauvages.
    Chaque personne dans ce malheur réagit différemment mais il ne faut surtout pas être dans la soumission, au contraire.Il faut exprimer sa colère.

    • Je partage complètement ton analyse. Mais les souhaits que tu émets, dans ce pays de soumis et lobotomisés, ne sont devenus que du rêve.

  3. Je me demande si les marches blanches devenues une affaire pour tous y compris ces idiots des médias ne rapporte pas du fric à certain !! c’est tout ce que les Républicains savent faire en-dehors des vacance et loisirs la moitié de l’année. Ce pays ne mérite que ce qui lui arrive avec tous ces glandus

  4. les prénoms évoluent , d’autres sont intemporels , tant qu’a donné un nom a un enfant ou a un animal qui est un mot courant oui c’est débile . Combien de vaches se sont appelées germaine .. et de chevaux jules par le passé peut etre meme encore .
    Vouloir laisser un nom comment quand une famille n’a que des filles ? trés peu gardent leur nom de naissance .
    Pourquoi juger ceux qui ont perdus des proches et qui ne se battent pas , certains sont certainement anéantis et pas la force mentale de Mr Jardin .L’amour que l’on éprouve pour un etre vivant ne se mesure pas tout comme la souffrance qu’elle soit physique ou morale .
    Pour moi et l’avoir vécu perdre un menbre trés cher de ma famille et perdre mes animaux la douleur le chagrin est aussi dur et difficile et bien des années aprés que ce soit humain ou animal le fait de les évoquer me fait toujours pleurer

    • Etant fille unique, j’ai décidé de garder mon nom quand je me suis mariée, et mes enfants portent les noms de famille de leur père et de leur mère. C’est comme ça qu’on crée les noms de famille composés ! Et je dirai à ma fille de faire de même !

      • j’ai des fréres et une soeur ,mais j’ai auusi gardée mon nom pour une raison la plus logique qui est qu’il est celui de votre naissance mais aussi celui de votre mort ; cela était facile en grande ville , lorsque j’ai décidée de vivre ailleurs la secrétaire de mairie du village ne pouvait le comprendre

    • Actuellement, surtout avec la nouvelle loi, beaucoup accolent le nom de leur mère à celui de leur père (si bien qu’on va finir avec des noms à rallonge comme les Espagnols). Le patronyme des mères a vocation à se transmettre.
      Quant à l’usage de prendre le nom de son mari lors du mariage, il est en régression. Peut-être parce qu’un mariage sur deux se termine pas un divorce, et parce que l’euphonie de l’association d’un prénom et d’un nom de naissance peut ne pas se retrouver dans celle du prénom avec le nom du mari.

  5. Excellent article tout en allusion à Christophe Marchais, le père de Mathis qui doit sûrement être un gauchiste ; on a vu son twit diffusé par TPMP dans lequel il s’adresse à son fils en l’appelant mon Matou ( analogie avec un chien) et ce pauvre Hanouna, très limité intellectuellement, n’a visiblement rien compris. On se souvient aussi de celui qui avait perdu sa femme au Bataclan ; il a écrit un livre “Vous n’aurez pas ma haine” et toute l’intelligentsia gauchiste l’avait hautement promotionné et un film avait été fait à partir du livre. Leiris s’est enrichi sur la mort de sa femme. https://www.jeuxvideo.com/forums/42-51-74190632-1-0-1-0-le-pere-de-mathis-demande-a-l-extreme-droite-de-se-taire.htm

  6. C’est le genre d’individu qui aurait plus de peine à la perte de son chien que de son fils. Comment ne peut-il pas avoir la haine !
    Pas de récupération politique, mais il est tombé dans les griffes du pouvoir : il faut se laisser faire !

  7. Moi qui visite les cimetières pour les prénoms et autres envies, je ne vois pas tellement de jeunes décédés, à part deux jeunes de 14 ans dans un village, et c’est un contre sens, ça perturbe …aujourd’hui les cimetières en sont plein, est il écrit : pour cause d’ensauvagement, de crime, de meurtre ? ce n’est pas normal et je me met à penser que ces jeunes ne feront pas une vie, des enfants, EST CE LE BUT DE CES ASSASSINS ??
    Nous devons arrêter ce processus , c’est une guerre ! allez dans les cimetières, vous constaterez par rapport à la date, et vu le nombre nous allons pouvoir créer des nécropoles comme les soldats en ont une, morts pour la France ! et nos jeunes eux, ils sont morts parce qu’on ne réagit pas !!

    • Je n’aime pas trop les cimetières, par contre je lis assidument la rubrique nécrologie du journal qui est un observatoire de la société…
      https://resistancerepublicaine.com/2019/06/21/les-musulmans-sont-ils-immortels-oui-si-lon-se-fie-a-la-rubrique-necrologie-des-journaux/
      Selon la façon dont sont rédigés les avis, vous percevez déjà beaucoup de variations dans l’état d’esprit des familles.
      C’est là aussi qu’on voit tous les prénoms débiles des enfants à partir des 3è et 4ème génération. Robert est le père de Sylvie qui est le mère de… Soa et Marley… il n’y a pas un truc qui cloche ?
      Et je reste toujours aussi stupéfait de voir que la “diversité” est absente des annonces nécrologiques. Quand vous lisez la rubrique nécrologie, vous croiriez qu’on n’est qu’entre Français d’origine ou de coeur dans ce pays !

  8. La disparition de la virilité. À force de demander aux hommes d’être sages, calmes, pondérés … on en fait des lavettes dans leur tête. Ce sont les Némésis qui montrent l’exemple. Battez vous, les hommes ! Tapez fort ! Défendez nous ! Défendez nos enfants !

  9. Article très juste, mais très focalisé sur l’individu.
    L’enfant place les générations, vous inclut dans une lignée. Cette lignée fait partie d’un peuple, elle en est constitutive, peuple qui construit une nation dont il est le socle vivant. Être dans une lignée c’est faire partie de cela : un peuple, qui est plus grand que soi, une nation, qui peut demander votre vie pour la défendre.
    … une lignée c’est aussi articuler l’alliance de l’homme et de la femme dans les générations successives. Cela s’appelait le mariage. Avant qu’il devienne … plus rien de cela. Un simple contrat, comme acheter son pain.
    Chérir la cause du « mariage » homosexuel et déplorer son effet, l’enfant qui devient un jouet animé ? Alors qu’il suffisait de donner un statut aux homosexuels en couples, sans appeler cela « mariage » … Vraiment, une authentique loi de haine profondément destructrice, et longtemps.

  10. Pour les prénoms, le pauvre français est devenu si con qu’il donne des prénoms ( répétitions ) d’acteurs pour faire bien ou pour se différencier ; je vous le répète, les gens sont devenus encore plus débiles qu’en 1990.
    PS : un chien est souvent moins niais qu’un humain, en 2024.

  11. Tout à fait d’accord !
    Comme je n’ai rien, je ne risque rien ni moralement ni financièrement mais je ne comprends pas ces ” vous n’aurez pas ma haine ” car dans ma famille (lorsque j’en avais encore une ) ce serait plutôt du Monsieur Jardin que du courbeur d’échine ( néologisme ? ) et je vous garantie que si un mec se serait attaqué à ma mère ( j’ai pas de mômes donc je prend mon meilleur amour ), je l’aurai certainement… Vous avez compris.

  12. J’abonde dans votre sens, notamment au sujet des prénoms. Comme vous, je suis stupéfaite par les prénoms actuels, y compris ceux des petites victimes, comme Lola – il n’y a pas longtemps c’était ce que l’on appelle un diminutif – quant à Matisse c’est le patronyme d’un peintre… Pourquoi, alors que le prénom Mathis existe ? Ce sont des choix incompréhensibles…. Et je me range aussi à votre avis sur l’absence de révolte de la part de ceux qui ont perdu un enfant, un parent, un ami, dans les attentats multiples dont notre pays, hélas, a souffert. Je m’insurge comme Patrick Jardin et ne laisse pas de m’étonner qu’il soit aussi seul dans sa lutte. Le silence des parents des victimes c’est celui de la mort, de la mort acceptée, de la résignation… Quant aux commentaires sur les animaux, je suis au diapason de ceux qui ont pleuré leur perte, très longtemps et avec beaucoup de souffrance. Idem.

  13. Perdre un enfant, c’est tout cela en effet, perdre ce qu’on a de plus cher et perdre toute foi en l’avenir. Et quand cette perte est le fruit immonde d’un assassinat barbare suivi d’une torture toute aussi barbare, c’est tellement insupportable que pour part je comprends tout à fait ceux qui font justice eux-mêmes quand la justice n’est pas à la hauteur, c’est-à-dire trop souvent. Rien à voir avec les dégénérés qui “n’ont pas la haine” ou dont la priorité est de défendre dans un tel cas la politique d’un vivre ensemble illusoire pour lequel ils œuvrent, encourageant ainsi les prochains meurtres. Ils me font presque aussi froid dans le dos que les tueurs.

    • Le tiers des grossesses se terminent en avortement.
      Le tiers.
      Le tiers.
      Étonnez vous que Notre Dame brûle.

      • Extrêmement bien dit. Je pense que la mise en valeur de l’IVG dont on ne cesse de louer les bienfaits, plus cette cérémonie d’un ridicule et d’une stupidité indescriptible de le mettre dans la Constitution, fait partie du plan satanique des mondialistes donc de leur caniche Macron. Leurs calcul est simple : moins les Français font d’enfants plus on pourra justifier l’immigration africaine et donc islamiste en très grande partie.
        Macron l’a dit il y a quelques années : “Il faut détruire pour reconstruire”. C’est le plan mondialiste, détruire tous les pays européens et la France est en tête pour cela, pour reconstruire une Europe où les pays n’existeront plus.
        Mais le bon français a encore son pain et ses jeux alors tout va bien, foutez-moi la paix quand vous me parlez de tout ça.

  14. “plus je regarde les hommes et plus j’aime les animaux”
    je valide et je signe.

  15. ces gens contre nature du “vous n’aurez pas ma haine” tuent deux fois leur enfant : pas étonnant qu’une politique mortifère que rien n’arrête, continue à ruiner le pays des bisounours et marches blanches aussi ridicules qu’inutiles et dont les racailles doivent bien rire : vous avez raison, la société est vraiment malade, gravement même

  16. “Plus je regarde les hommes, plus j’aime les bêtes”.

    • En réalité, la citation souvent utilisée de “Plus je regarde les hommes, plus j’aime les bêtes” n’a jamais été citée comme telle, mais est le fruit de déformation des gens, style téléphone arabe.

      La citation originelle qui se rapproche le plus de cette déviance ci-dessus citée est :
      “Plus je connais les hommes, plus j’admire les chiens”.
      Elle est d’Erik Satie, compositeur et pianiste français (1866-1925)

      Et puis, on n’en a deux autres qui s’en rapprochent et qui sont les suivantes :

      “Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien. Plus je connais les femmes, moins j’aime ma chienne”.
      Pierre Desproges (1939-1988)

      “Plus je connais les hommes, plus j’aime les femmes”.
      Francis Blanche (1921-1974)

      • Je m’incline volontiers devant ta culture générale. Churchill disait, lui, qu’il était incapable de manger un poulet qu’il avait connu personnellement.

        • S’il avait connu Macron, l’aurait-il mangé ? Car Macron est du poux laid.
          Bon, je viens de me réveiller, j’ai donc une circonstance atténuante, Monsieur le Juge.

  17. Et quand un mineur,soit disant,chance pour la France,se fait tuer par la police, après avoir refusé de s’arrêter,lorsqu’elle lui avait demandé,et qu’il roulait à toute allure,sur les voies de bus,au volant d’une Mercedes volée,sans même avoir de permis. Que se passe-t-il ensuite,de la part de toutes ces chances pour la France.? Oui,des émeutes avec des tas de voitures brûlées;des magasins pillés,et toutes sortes de menaces,envers la France,qui les accueille,en les logeants,et en leur offrant des allocations à ne rien faire. Nous savons très bien,que le gouvernement de Macron,et notre justice,ne feront rien contre eux. Les Russes,eux,ne se laissent pas faire de cette façon;alors faisons comme les Russes,et agissons..;(Mais j’avoue que de la part des Français;je n’y crois plus du tout;car ils sont devenus trop mous,et se font avoir,sans même lever le petit doigt). La preuve,avec ce père,dont le fils s’est fait tuer,par une chance pour la France,et qui devrait appeler au soulèvement de tous les Français,pour venger son fils.

  18. Comment ne pas avoir la haine quand on perd un enfant ? Les temps changent et certains disent que c’est aussi le résultat des vaccins Covid qui modifient le cerveau. Je ne sais pas mais je pense qu’à un certain moment l’humanité se séparera au moins en deux parties sinon plus et que la planète deviendra invivable !

  19. On dirait même que ces racailles savent qui attaquer ! Des victimes choisies pour ne pas subir de vendetta des familles…

  20. La famille est un bien précieux inestimable,les enfants ont besoin de leurs parents,encore plus de nos jours où la société est devenue invivable et dangeureuse,et il est normal de s’occuper de ses parents,ils donnent tout à leurs enfants.

  21. bonjour Maxime

    et perdre un chien de cette race?
    IL VAUT BIEN PLUS !

    certains mômes n en valent pas davantage

  22. POST 1 SUR 3
    Ami patriote Maxime tu as écrit là un article excellent et pourtant difficile de par son sujet. Félicitations. Par contre, le titre me paraît un peu curieux, dans la mesure où l’animal n’a quasiment aucune place dans ton article, à part les prénoms. Mais peu importe.
    Comme toi, si je perdais un enfant assassiné par l’islam importé, je crois que je ferai comme Patrick Jardin. Un enfant est toute sa vie, c’est celui que l’on aime le plus.
    Ceux qui n’ont pas la haine sont ceux les trouillards qui ont peur de se montrer dans une société où il faut exécuter la pensée unique, laquelle est d’exalter l’islam comme la société idéale. Manifester contre l’islam qui vient de tuer son enfant est très mal vu par les gens pouvoir. Donc le peuple se tait, et il se tait même lorsque l’islam a assassiné son enfant.
    Voir l’acharnement indigne et scandaleux du gouvernement contre Patrick Jardin qui ne fait que dire les vérités qu’il ne faut pas dire selon la pensée unique.

    • Merci Cachou, l’article est mauvais car écrit à la va vite et sans remettre les idées dans une hiérarchie qui s’imposerait… J’ai évoqué l’héritage patrimonial car je trouve que c’est un sujet important. Je n’ai pas d’enfant mais 36 cousins, nos grands-parents n’avaient pas un rond alors je sais qu’il y aura toujours quelqu’un pour hériter de mes biens le moment venu et qui en aura grand besoin.
      Humaniste, j’aime néanmoins les animaux, j’élève des perroquets et j’ai en ce moment une dizaine de couples de mésanges qui ont élu domicile dans les nichoirs que je leur ai installés dans mon jardin. C’est tellement touchant de les voir se démener pour nourrir leur progéniture et qu’elles aient agréé les nichoirs que j’ai patiemment installés à 6 mètres de hauteur dans les chênes…

      • RÉPONSE À MON AMI MAXIME 2 SUR 2
        Je te félicite de l’amour que tu portes aux animaux et de ce que tu fais pour eux. Tu as l’air de beaucoup aimer, entre autres j’en suis sûr, les oiseaux. Mon parcours “animalier” a commencé par l’amour des chiens, puis des chats, et il y a à peine quelques années pour les oiseaux. Et tout cela a encore évolué car maintenant j’aime tous les animaux du plus petit au plus grand. Je n’écrase jamais de fourmis, libère les mouches qui sont chez moi (pas beaucoup et en été !), etc.… Écraser un animal extrêmement minuscule me mets très ma à l’aise.
        Et enfin j’ai pris un engagement important il y a maintenant quelques années en étant “Enquêteur Animalier” à 30 Millions d’Amis et la Fondation Brigitte Bardot où l’on m’envoie sur des lieux de grands martyres des animaux.
        Ton article m’a passionné, et contrairement ce que tu crois, je l’ai trouvé intéressant et structuré. Tu es beaucoup trop dur envers toi-même. Amitiés patriotiques.

      • RÉPONSE À MON AMI MAXIME 1 SUR 2
        Ami Maxime, tu fais partie d’une race d’individus rares de nos jours, c’est-à-dire que tu possèdes humidité et modestie. Mais en l’occurrence, tu te trompes grandement, car je trouve excellent ton article, et je suis très sincère.
        Tu as choisi là un sujet très difficile de parler de l’amour des parents envers leurs enfants. C’est un sujet délicat pour ne pas tomber dans le mielleux et les poncifs, et c’est justement ce que tu n’as pas fait.
        D’autant plus que tu m’apprends que tu n’as pas d’enfant, pour ma part j’en ai 3, mais si je n’en avais pas j’aurais été incapable d’écrire un article comme tu l’as fait.
        La seule petite remarque que j’avais faite et qui n’a absolument aucune importance, est que le titre ne reflète pas réellement l’article sur l’amour que l’on peut porter sur un enfant ou sur un chien. Mais ce n’est que pets d’oiseaux.

  23. POST 2 SUR 3
    Par contre, je n’ai aucune preuve, mais je suis persuadé que toutes les familles des victimes d’attentats et d’assassinats doivent probablement toucher des sommes d’argent non négligeable versées par l’État.
    Comment se fait-il que dans tous les attentats en France au nombre de 73 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27attentats_islamistes_en_France) personne, personne n’a porté plainte contre l’État. N’y aurait-il pas eu versement de sommes d’argent pour éviter cela ?
    J’ai toujours été complètement sidéré de l’absence de réaction de toutes ces familles qui ont eu des victimes dans les attentats ou les assassinats individuels qui se comptent désormais par dizaines dans notre pays.
    C’est ce que tu dis dans ton article que ses réactions contre nature relèvent une société malade, mais je rajouterai une société dans laquelle tout le monde a peur et veut rester caché même quand son enfant a été sauvagement violé et assassiné. Les lâcheté et soumission française bien connue.

  24. POST 3 SUR 3
    Tu n’en parles pas dans ton article, mais je tiens à dire quelques mots sur la perte d’un animal. Ceux qui n’ont pas la fibre animale trouvent ridicule de ressentir une très grande peine au départ de son animal préféré. C’est une erreur.
    Ces gens n’ont pas compris qu’il existe plusieurs amours différentes sur cette Terre : l’amour de sa femme, celui de ses enfants, de Dieu, de la nature, de la musique, du sport, et tellement d’autres…
    L’amour de son animal est aussi fort que celui de sa femme et ses enfants, oui je le dis, mais il est tout simplement très différent. C’est ce que n’arrive pas à comprendre beaucoup de gens. J’ai perdu un chien et un chat et pour chacun d’entre eux j’ai pleuré pendant dix jours et mes yeux étaient rouges et gonflés. Et ça n’est pas ridicule. Car l’immense amour que je leur portais n’a rien à voir avec les autres amours que l’on peut ressentir, il est différent mais tout aussi puissant.

    • Ami Cachou, j’ai beaucoup plus pleuré sur la mort de mes petits compagnons que sur celle de certaines personnes. Je n’ai pas honte de le dire. J’ai récupéré leurs cendres déposées dans des urnes à leurs noms. Mon épouse et moi ne manquons pas de les saluer et de leur parler chaque jour. Leur esprit survit à la mort. Je suis sûr de les retrouver. Par contre, la compagnie de certains humains me répugnerait. Ah, une petite voix me dit qu’ils sont ou iront en enfer. Nous soignons nos chats avec attention. L’une d’elle, une chatte européenne , a atteint l’âge respectable de vingt ans et se porte bien. Merci pour ton commentaire plein d’humanité.

      • Ton message est plein d’amour et d’humanité, ami Argo, et il m’a bien ému. Cela ne m’étonne pas de toi.

        • Je me souviens parfaitement de ton article, ami gigobleu, magnifique article et qui m’avait beaucoup ému à l’époque. Je viens de le relire, j’ai ressenti la même forte émotion que celle de la première lecture.
          Ton texte restera éternel à chaque départ d’un animal qui faisait parti de notre vie et qu’on aimait.

        • Merci Gigobleu pour ce magnifique texte qui m’a fait venir les larmes aux yeux. Nos compagnons nous attendent de l’autre côté, j’en suis persuadé. Amitiés, que Dieu vous garde, ainsi que tous les vôtres.

          • Effectivement, ça va paraître ultra débile à presque tout le monde, mais je suis absolument persuadé que les animaux ont leur paradis dans le ciel. Je ne dis pas cela pour me rassurer (enfin, un peu quand même), mais les animaux sont des êtres vivants, ni plus ni moins que nous-mêmes, et comme je suis persuadé qu’il y a une vie éternelle pour nous, pourquoi n’y en aurait-il pas pour nos amis les animaux, quels qu’ils soient ?
            J’essaie d’avoir un esprit scientifique, ordonnée et méthodique, mais cela ne m’empêche pas de croire au ciel pour les humains et pour les animaux.
            Bon…….

    • De plus, et j’ai oublié de le préciser dans mon post précédent, le chien que j’ai perdu est exactement celui de la photo, à savoir un beagle. Véridique.
      Tous ceux qui ont des beagles disaient la même chose : ce sont des chiens extrêmement attachants, très gentils, mais impossible de les faire obéir. Ils sont têtus comme une mule si j’ose dire, et n’en font qu’à leur tête. Mais elle est si mignonne qu’on leur pardonne tout, les coquins.
      Ceux qui veulent voir sa photo cliquaient sur le lien ci-dessous :
      https://www.les-scandales-des-vaccinations.fr/

      • vous parlez de paradis pour les animaux. mon chien,un labrador bien têtu et très indépendant est décédé en mars de l’année dernière et il me manque…
        3 mois jour pour jour après son départ,j’ai rêvé de lui…je l’ai vu dans une sphère lumineuse et dorée où il paraissait heureux et délivré des dernières souffrances de sa vie…près de lui, un autre chien ou plutôt une autre chienne,labrador aussi,qui m’avait accompagnée précédemment une partie de ma vie,ces deux animaux avaient d’étranges ressemblances,bien au delà de la race.
        je pensais que le second devait être une “réincarnation” du premier…ce rêve est venu confirmer mes ressentis,dans une même sphère lumineuse qui est peut être le siège de l’âme?

        • Je m’associe à la peine que tu ressens pour la perte récente de ton labrador. Pour moi, ton rêve n’est que le reflet de ce qui se passe au-delà concernant les animaux. Oui, je suis persuadé qu’il existe un paradis des animaux.
          Merci de ton témoignage intéressant et très émouvant.

          • Ami Argo, Cachou, Alain Berroth Les animaux ont une ame, des guides et se reincarnent aussi Ils peuvent venir nous voir apres leur deces ( cela m est arrivé) ou en “rêve” pour donner un message ( cela m est arrivé aussi) Les oiseaux communiquent aussi et cela va peut être vous surprendre, les arbres et les plantes et même les poissons aussi ! Quant à l Invisible de l Univers et….ceux qu on appelle les “ET”, ils communiquent aussi ! Mais c est un autre sujet comme les esprits de la nature Plus je vis d experiences spontanées, plus je me dis que tout communique mais ce n est pas nous qui décidons, ce qui rabat notre vanité humaine ….

  25. Le peuple français est un peuple de geignards, toujours à renifler dans des mouchoirs. On me tuerait un des miens, j’exécute le responsable. Et j’assume mes propos.

    • Et t’es pas le seul à assurer ces propos, ami Argo.
      J’ai toujours dit, et je le pense vraiment, que si un individu tuait un de mes enfants, je suis prêt à faire 20 ans de prison pour le venger en descendant son assassin.
      Et comme toi, j’assume ses propos.
      C’est pourquoi j’admire énormément Patrick Jardin à qui les traites du gouvernement qui veulent une société islamique en France lui font toutes les misères possibles. Et je vomis sur tout les parents d’enfants assassinés qui restent dans leur coin non pas par courage comme on veut le faire croire, mais par peur et lâcheté.

    • Idem, ça prendrait le temps qu’il faut sans pardon ni oubli.

  26. Moi j’aurai la rage et je rejoindrai Patrick Jardin. Parce que j’en veux à cette société de sans couilles et à nos dirigeants criminels. Alors oui, je hurlerai ma haine et ma rage contre ces envahisseurs et tout ceux qui les font venir. Nos enfants sont sacrés, et n’y toucher pas, on est chez nous, merde.

  27. Perdre un enfant c’est aussi perdre un patrimoine génétique transmis depuis des générations. Le seul héritage non imposable. La richesse d’une civilisation.

  28. L’inertie des Français me hérisse. Perdre un enfant, c’est une tragédie. Un enfant, c’est un rayon de soleil, c’est la vie. Même quand ils sont casse-pieds, dès que je suis éloignée des miens, ils me manquent. Quand je vois des gens prendre des animaux et les traiter comme des humains, c’est aberrant. Autant j’adore les animaux de compagnie, autant les humaniser n’est ni bon pour eux, ni pour nous. L’Occident est vraiment malade.

    • Entièrement d’accord avec vous Julie. 👍. Un enfant c’est aussi donner un sens à sa vie, transmettre des valeurs familiales, donner et recevoir énormément d’amour (normalement). C’est assurer une descendance. Puis c’est aussi ce que fait toute espèce vivante, procréer pour assurer la pérennité de l’espèce. J’aime aussi beaucoup les animaux notamment les chiens, mais chacun à sa place. Un chien reste l’animal le plus fidèle qui se ferait tuer pour protéger ses maîtres. Cependant, chez moi, un chien, lorsque j’en avais, ne rentrait pas beaucoup dans la maison, sauf dans le cellier où ils dormaient et dehors dès le matin où ils avaient une niche pour se mettre à l’abri s’ils le souhaitaient en cas de forte intempéries. Ma fille ainée a toujours vécu avec des chiens, ils la suivaient partout. Lorsqu’on perd un chien on est ravagé par la tristesse mais rien à voir avec la perte immense d’un enfant dont on ne se relève jamais. Mes parents ont perdu mon frère jumeau. On vit avec mais on ne l’oublie jamais même presque 50 ans après.

      • Julie, Jean Neth Animal de compagnie, animal de ferme ou de garde, chien de berger, chien policier….On les traite differemment mais on a tous de l affection pour eux Le chien préfère être à la maison à côté de ses maitres et le suivre partout à l extérieur, il descend du loup qui vivait en meute avec un chef ( en couple avec femelle dominante) Il a besoin de se sentir sécurisé et protégé par eux Ceux qui les humanisent, les habillent etc ont tout faux par ignorance, ces chiens deviennent peureux et aboyeurs voire parfois agresssifs envers les étrangers J ai eu chien et chat avec de fortes relations affectives ( dont télépathie) mais ils savaient que j étais le chef et se sentaient protégés L homme est aussi un animal( primate) sur terre et les incarnations se succèdent..

        • Absolument exacte, on voit bien ami chouan que tu connais bien le psychisme des animaux. Félicitations !

          • Et les chiens, vrai mystère, captent très bien le psychisme des humains.

      • “Lorsqu’on perd un chien on est ravagé par la tristesse mais rien à voir avec la perte immense d’un enfant dont on ne se relève jamais.”
        C’est vrai, on se remet de la mort d’un animal après plusieurs années, mais on ne se relève jamais de la mort d’un enfant, tu as raison de le préciser.
        Mais au moment de la mort de l’un ou l’autre on ressent une tristesse aussi profonde et abyssale, car il ne faut pas oublier que l’amour pour un animal et un enfant est aussi puissant, mais il s’agit d’un amour extrêmement différent qu’il ne faut pas comparer, ce qui constitue l’erreur de beaucoup de gens qui ne comprennent pas que l’on puisse être très peiné de la mort d’un animal.

Les commentaires sont fermés.