Larousse, dictionnaire de français ou dictionnaire de mots moches ?

 J’aimerais ne pas avoir à dénoncer la nouvelle attaque d’un grand dictionnaire contre notre belle langue, celle de Molière, le français ! Après le.la.les « iel, ielle, ielles » du Robert, autre attaque de la part d’un des dictionnaires préférés des Français : le Larousse qui accepte parmi ses 150 mots nouveaux une lourde charrette de mots anglais ! Des mots qui ne sont que mousse puisqu’ils ne concernent qu’un nombre réduit d’utilisateurs. Et des mots des moins harmonieux à l’oreille…

.
Oui, vous le savez : j’ai en horreur tout mot anglais introduit dans notre langue surtout lorsqu’il a son équivalent en français. 
Ainsi je trouve ridicules mes confrères journalistes qui préfèrent utiliser le terme « fake news » plutôt que « fausses nouvelles » alors que « fake » signifie « faux, fausse » et « news », « nouvelles » ! Il s’agit donc là d’un… remplacement ! Et cela, peu à peu, pourra nous mener au… grand remplacement !

Et cela, alors que nous sommes menacés d’un grand remplacement de notre civilisation judéo-chrétienne par celle mise en action par des islamistes et applaudie par leur cinquième colonne si peu embusquée puisque souvent sur nos écrans télés…
 Il faut savoir que la plupart des pays musulmans reprochent à la France d’héberger trop d’islamistes et d’être quasiment le seul pays occidental à être aussi accueillant à l’adresse de ces hommes qui, pourtant, nous veulent tant de mal !

.
Revenons au  grand remplacement, lui, de mots français… assassinés puisqu’ils disparaissent, laissant leur place à des mots anglais !
Ou alors simplement par l’adoption de mots anglais parce qu’ils n’ont pas d’équivalent en français. Alors que nous devrions prendre exemple sur nos amis Québécois qui n’emploient aucun mot anglais jusqu’à inventer des mots en français ! En outre, souvent avec un esprit très français ! Les Québécois sont, sans aucun doute, plus amoureux de la langue française que nous qui vivons en France !

.
Parmi les 150 nouveaux mots, sens, expressions, choisis pour entrer dans la future édition du Petit Larousse, en voici une très mince sélection :
 fast-fashion, webtoon, ultra-trail, détox, bot, skatepark, DJing, badiste…
Mais Larousse a ajouté des mots utilisés dans des régions françaises ou francophones. Peut-être pour se faire pardonner l’entrée de trop nombreux mots non d’origine anglaise mais tout simplement à 100% english ! Donc quelques mots non anglais…
Parmi eux, le « bokit » qui nous vient des îles de nos compatriotes guadeloupéens : le « Bokit » est le nom d’un casse-croûte. Mille excuses, Larousse précise qu’il s’agit d’un sandwich -mot venant du nom d’un comte britannique qui adorait cette invention culinaire due à son chef cuisinier car elle lui permettait de rester à sa table de jeux !

Entrée d’un nouveau sens pour le mot « brigadier », mot québécois utilisé pour désigner une personne chargée, non loin d’une école, d’assurer la sécurité des enfants aux passages pour piétons.
Et un terme n’existant pas en France et venant, lui, de Suisse : « traitillé » désignant une ligne dessinée grâce à une série de petits traits.
Et des mots qui ne sont utilisés que par une minorité :
-« platistes » qui désigne une personne étant persuadée que la Terre est plate !
-« pochoiriste » qui qualifie quelqu’un s’adonnant aux dessins à l’aide d’unpochoir !
 DJing » qui regroupe les techniques et les compétences mises en œuvre par un DJ, c’est-à-dire -encore en 2002- un « Disque-Jockey » devenu rapidement « Disc-Jockey » ! Donc un Djing, à quoi sert-il ? Tout simplement à la réalisation d’un mix. Mais d’où vient ce mot « mix » ? De notre verbe « mixer » sauf que ce verbe « mixer » a, lui-même était créé en 1934 à partir de « to mix » (ah, revoilà « mix » !). Et que signifiait « to mix » à l’époque ? Mais, tout simplement « mélanger », mot venant lui de « mêler ». Et ce mot découlant du bas latin « misculare » ! Voilà un exemple de « grand remplacement » de notre langue qui, elle, vient en majorité du latin !

.
Notre langue est composée de mots remontant à plusieurs siècles non modifiés mais ces mots bien français sont remplacés par des mots venant d’une langue vivant au sein de peuples qui n’ont aucune racine latine ! Ou pendant un temps des plus courts durant lequel l’apport s’est fait par des peuples parlant la langue d’oil ! Cela au quart nord-ouest de la France actuelle : des Franc-Comtois à l’est aux Normands à l’ouest et de la Wallonie -belge- au nord aux Saintongeais au sud.
Mais voilà, au XXIe siècle, la seule monarchie acceptée en France, est celle de l’enfant-roi !
Si une majorité de jeunes emploie des termes impropres ou détournés de leur sens originel, Larousse les phagocyte pour en faire ds “mots nouveaux” même si cela doit détruire notre belle et si harmonieuse langue !
Donc si, demain, les jeunes veulent que le nom de ce dictionnaire sonne mieux en anglais, Larousse va-t-il aller quelque jour jusqu’à sacrifier sa si douce appellation (devenue trop ringarde aux yeux d’une jeunesse dominée par une majorité d’incultes) et se faire  hara-kiri en se baptisant  d’un nom anglais ?

.
Je n’ai plus acheté de Robert depuis que sa direction a eu l’idée assassine, pour notre langue, d’accepter les mots aberrants mais en outre inutiles (il les a d’ailleurs supprimés de son site) de « iel, ielle, iels, ielles » ! Depuis je me contente de son édition acquise en mai 2002, ayant refusé d’en acheter un nouveau. J’aurai la même réaction contre le Larousse… 
J’eusse préféré que nos dictionnaires édités en France prennent exemple sur nos amis Québécois !

D’ailleurs, je garderai mes « vieux » Larousse et Robert et acquerrai un ou même des dictionnaires véhiculant, non un franglais voire un « english », mais un bien meilleur français même si je dois le faire venir du Québec -avec bien entendu l’aide de ma modeste libraire proche de chez moi- plutôt que de privilégier le “dictionary” des éditions “The red head” » qu’il s’agisse du ” big”  ou du “small”

Jacques MARTINEZ, journaliste, 
à RTL, de stagiaire à chef d’édition des informations de nuit (1967-2001), pigiste à l’AFP, le FIGARO, le PARISIEN…

 713 total views,  3 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. Lorsque j’étais ado et afin de faire une jolie dissertation, j’ouvrais un dictionnaire sur diverses pages, au hasard, et souvent elles me le rendait bien car c’est comme cela que j’ai appris quelques verbes et mots.
    C’était en 70-80 donc maintenant, je crains le pire.
    Remarque, c’e n’est pas grave puisqu’aucun môme n’ouvre un dictionnaire de nos jours.
    Et je n’ose vous parler des bescherelles, mot inconnu des jeunes en 2024.

  2. tout comme vous cela m’insupporte d ‘entendre des mots ou expression anglaise alors que nous avons l’équivalent dans notre français , ce que je fais remarquer .Je reste au dictionnaire Larousse en trois volumes du temps de mes études et il me sied

  3. Respecter la Langue Française… c’est pas bien ; c’est ringard, c’est raciste, xénophobe, antirépublicain… bref : ce n’est pas frencés !

    Allez raconter çà aux Russes :
    – « La langue est un grand trésor national. Vous ne pouvez pas vous empêcher de la respecter, tout comme vous ne pouvez pas vous empêcher de respecter votre peuple autochtone. » – Ivan Melezh

    _____
    En profiter pour apprenre quelqus notions de Langue Russe ; ça peut toujours servir pour le présent et pour l’avenir.

    ■ Bienvenue sur les pages du site sur la langue russe
    Источник: https://russkiiyazyk.•• »

    ► Apprenez le russe avec le site “RYA” – votre temps ne sera pas perdu !
    ○ RUSSKIIYAZYK.•• : https://tinyurl.com/m3yn8t8e

  4. J’espère qu’à la lettre C on trouve toujours connard, collabo et à la lettre T, le mot traître.

  5. Excellent. Moi, c’est pareil. J’achetais le Robert, car son créateur était un pied-noir. Mais, quand son successeur – décédé il y a peu – s’est cru malin d’intégrer des mots improbables, j’ai quitté le Robert. Quant au Larousse, je n’ai plus de raison de l’acheter, car j’ai mon smartphone pour le vocabulaire.

  6. De nouveaux mots sombres à souhait pour désigner et accompagner le délitement et le pourrissement éthique, culturel et intellectuel envahissant progressivement la France.

  7. J’ai plein de dictionnaires anciens (Larousse, Robert et Hachette) qui font très bien l’affaire et que je conserve précieusement.

    • Bonjour,

      Très bon réflexe ! :=)

      J’ai gardé le vieux Larousse des années 50 de mes grands-parents, que j’ai toujours connu et que mes parents m’ont offert à la mort de ma grand-mère : on y lit des surprises sur la modification du sens des mots …

      • J’ai quelques dicos Larousse de 1939 à 1947 trouvés dans une brocante plus deux Flammarion. Comme je ne pratique pas le new langage et que je me fiche de cette époque dégénérée, ça suffit à mon bonheur.

  8. Mon dernier dictionnaire date de l’année 2000 et c’est justement pour les raisons évoqués dans l’article que je ne le change pas.

  9. Bonjour
    J’ai une technique infaillible.
    Dans mon boulot si mon interlocuteur cause en autre chose qu’un français correct, ben c’est tout simple je ne comprends pas et je demande qu’on m’explique…

    • Excellent !
      ou: moi, je demande qu’on me traduise en langue française ( pourtant je parle anglais et allemand; un chouia polonais espagnol italien ; le reste= Non !

Les commentaires sont fermés.