Programme des JO de Paris : chienlit dingo et dictature macroniste !

À tout seigneur, tout honneur, Tony Estanguet le président du comité d’organisation. Un type dont je n’avais jamais entendu parler. Alors, je me suis rencardé. C’est un super champion de canoë. Même pas un marin d’eau douce. Les canoës ne sont pas des vrais bateaux. Si on voulait honorer les sports nautiques, il fallait chercher du côté des transateux. Ou de ceux qui se défient dans les quarantièmes rugissants.

Des organisateurs croquignolesques
Comment s’est-il retrouvé grand chambellan des olympiades, le Tony ? Le parcours classique des arrivistes mondialistes. Piston. Relations. Comité international olympique, Agence mondiale du sport, Tribunal international du sport. Porte-cartables de Valérie Détresse conseillère à la jeunesse de Chirac. Un détour sur RMC. Et nommé ambassadeur par la ministresse des Sports, Chantal Jouanneau en 2011.
La politique est la voie royale qui mène à tout. Remarqué par Hidalgogole, chouchou d’Amélie Ouste Casse-toi de là, il gagne son bâton de maréchal aux yeux de la caste politico-médiatique en devenant officiellement un des leurs, en février 2024. Quand il est visé par une enquête du Parquet national financier portant sur les conditions de sa rémunération : 270 000 euros, soit 22 500 euros par mois. Une misère versée par le COJOP, une association à but non lucratif financée en quasi-totalité par des revenus commerciaux. Cherchez l’oxymore !
Surprise, le conseil d’administration est aux mains des trois grâces : Hidaldingo, Amélie Ouste Casse-toi de là et Valérie Détresse. C’est quand même scandaleux de voir que sur 15 membres, les blanchots se réservent la part du lion. Seulement deux Beurettes et une métisse antillaise. Les wokistes ont oublié de passer faire le ménage !
Pénurie de personnel et recrutements baroques
Pour encadrer l’événement dans et autour de Paris Poubelle ville du monde, il faut des matons veillant au respect du règlement. On a prévu d’engager un million de contractuels. En plus de notre flicaille éborgneuse et des Polacks qui viendront les aider à tabasser les Français.
Le sinistre de l’Inférieur dit avoir compris que le principal risque de perturbation est lié à des collectifs d’hyper-ultragauchistes revendiqués comme « Saccage 2024», « Dernière Rénovation » et « Les Soulèvements de la Terre » que Manu voulait inviter à son buffet champêtre saucisson pinard… Et des groupes informels regroupés sous l’appellation générique de « black blocs » et de « jeunes des quartiers.» Ça ne va pas être triste, avec une partie des trublions potentiels candidats pour intégrer la milice privée des Jeux !
Sur un million de postes à pourvoir, 180 000 impétrants ont été recrutés. Sans être trop sélectifs. Des bohèmes, des bouffons, des marginaux, des traîne-savates… Ce ne sont pas les pires. Tant qu’ils ne sont pas fichés S comme 800 d’entre eux, même la voyoucratie vermiculaire fait l’affaire. La DGSI a reçu ordre de ne pas se montrer trop regardante… Il reste encore 820 000 candidats en attente pour lesquels on n’a ni les moyens techniques de les profiler, ni la logistique pour leur assurer une formation minimum.
Quant à vérifier qu’une fraction de ces employés temporaires n’utiliseront pas leurs privilèges d’accès et leurs affinités pour gérer un marché noir des places surnuméraires, ou vendre des produits illicites… c’est mission impossible. Le « Stade de France » de sinistre mémoire, puissance cent ?
Pourtant, Moustapha Darmanin ne doute de rien. Il claironne : « Les Français doivent savoir que nous contrôlerons tous ceux qui s’approchent des jeux olympiques. »
Cet homme est un Titan qui force l’admiration ! La plupart des sources s’accordent pour évaluer à 15 millions au moins le nombre de visiteurs sur les 20 millions initialement prévus, dont le quart a renoncé à cause des risques de terrorisme islamique. Et les sbires de Moustapha vont les contrôler un par un. À poil et fouille rectale pour tous ? C’est un exploit digne de susciter la création d’une nouvelle discipline olympique !

Les saboteurs sont dans la place
Le ver est dans le fruit. « Saccage 2024 » une organisation glauque qui fédère des nostalgiques du trotskisme, des frustrés du show-biz et des voyous casseurs, a décidé de perturber les JO en infiltrant les structures d’organisation, sans renoncer à des opérations extérieures spectaculaires. Et pour ça, à l’insu de son plein gré, l’inénarrable Moustapha les a aidés en les victimisant.
Le 23 mars dernier à La Défense, des milliers de futurs miliciens participaient à une réunion d’information pour endoctriner les bleus chargés de veiller à la police des Jeux. Des discours lénifiants et la présentation de l’uniforme des volontaires. Rayés comme des zèbres avec des galurins ridicules. Le bon chic français supervisé par Brichel.
Au milieu de cette foule, des membres du collectif « Saccage 2024 » qui se surnomment les « involontaires » ont essayé de perturber la salle sans grand succès. Dès qu’un bolcho se manifestait, un bon coup sur la tête lui remettait les idées en place… Benalla a été remplacé. Ses successeurs sont plus discrets. Mais les méthodes restent les mêmes.
Pour un des participants : « Cette convention des volontaires n’a pas du tout été pensée pour nous préparer. Elle a été organisée pour faire des images destinées à la communication des Jeux. C’était barbant au possible, avec des informations sans intérêt diffusées en boucle sur l’écran géant. Mais les portes étaient fermées pour empêcher les gens qui s’ennuyaient de s’en aller. »

Un mélange très macronien d’amateurisme, de crétinisme, et de dictature fascisante.
Prenant pour des terroristes des syndicalistes qui tractaient sur le parvis de la salle de réunion pour informer sur les aléas d’un faux bénévolat et d’un vrai travail dissimulé pendant les JO, Moustapha a envoyé ses sbires, matraque haute et écume aux babines pour disperser des gens pacifiques qui n’avaient commis aucun délit. Et comme si cette intimidation ne suffisait pas, une vingtaine de malabars du GIGN sont accourus en renfort. Caparaçonnés comme Dark Vador. Et on n’est qu’à quatre mois des jeux ! À quoi ça ressemblera quand on sera dans le bain pour de bon ? Des rafles comme au bon vieux temps du Maréchal ?
« Une répression policière d’une violence inouïe, on se serait cru revenus au moment des Gilets jaunes, il ne manquait que les explosions des LBD », selon un témoin qui dit craindre une accélération de la répression à l’approche des Jeux olympiques… Tant est grande pour Macronescu la hantise d’une pagaille. Affichant sa nullité et son incompétence aux yeux du monde entier.
« Le tract distribué n’avait pas une visée de confrontation avec les bénévoles. On voulait juste dire attention à l’exploitation des volontaires. C’était un point d’info syndical comme on peut en réaliser à l’entrée d’une entreprise », explique un syndicaliste. Ajoutant, ce qui en dit long sur le niveau de terreur que font régner les nervis de la dictature macronesque : « Les gens sont curieux mais craintifs, ils ne veulent pas que d’autres personnes regardent s’ils ont pris le tract et ils se cachent pour le lire. »
Provocations, vantardises ? La pression monte dans la cocotte
Les « involontaires » prétendent avoir déjà deux cents agents dormants dans l’entourage d’Estanguet, le nautonier qui supervise le naufrage des Jeux… Certains vont essayer de perturber le parcours de la flamme sur le territoire français mais avec la dictature policière mise en place sur tout le trajet et la complicité des médias aux ordres, il est probable qu’on n’en parlera pas. Sinon pour présenter quelques incidents isolés attribués à des hurluberlus. Forcément d’extrême drouâte.
Parmi les projets des « involontaires », figure une forme de résistance passive consistant, pour ceux qui auront été embauchés, à ne pas se présenter sur les lieux de travail pour gripper la machine… Et pour ceux qui iront bosser, une multiplication des procédures aux prud’hommes car il semblerait que si le projet est mené à son terme tel quel, on ne comptera pas les manquements flagrants au droit du travail et les infractions à la Sécu.
Le gouvernement donne les bâtons pour se faire battre
Les étudiants délogés des résidences universitaires, dont certains n’ont pas d’autre endroit où aller… Les particuliers dont on réquisitionne un bien qu’ils comptaient louer pour améliorer leurs revenus… Les Parisiens qui seront consignés chez eux et devront présenter un ausweis comme au temps du covid… Sans oublier une inévitable hausse des prix, tous les fournisseurs et prestataires voulant profiter de cet emballement momentané de la demande.
Les grandes voies d’accès fermées, la circulation perturbée, les taxis à prix d’or, les transports collectifs engorgés… Les hôpitaux saturés avec priorité aux athlètes et à leurs mafias, le vulgum pecus passe après, il y a des ordres stricts en ce sens…
Et les clandestins et autres allogènes, déportés dans nos riantes campagnes… Ce qui ne satisfait ni les ruraux envahis, ni les bannis de la capitale qui s’y trouvaient bien et font des pieds et des mains pour y revenir. Le boxon risque d’être à la hauteur de l’impéritie des dirigeants.
Faire donner la troupe serait une solution à laquelle on songe sérieusement dans les hautes sphères. Le caudillo Manolito Macronillo se tâte. Égaler le général Tapioca, maître suprême du San Theodoros, il en serait bien capable, le bougre !  Seb Le Cocu, sous-chef des armées, attend les ordres. Ce serait un bon entraînement avant l’offensive vers l’Est pour casser du Ruskof.
Christian Navis
https://fascismedefrance.blogspot.com/

https://ripostelaique.com/programme-des-j-o-de-paris-chienlit-dingo-et-dictature-macroniste.html

 754 total views,  3 views today

image_pdf

2 Commentaires

  1. Très bon résumé de la gabegie olympique à venir, je me permets cependant de contester la charge répétée sur les forces de l’ordre, certes tous ne sont pas irréprochables et je concède volontiers que parmi eux il existent des sales cons, mais ce n’est pas la majorité du genre. Il faut aussi savoir que la base déteste les macronneux et ceux qui les servent donc le générald gromalin, la haute hiérarchie en revanche, se plie sans broncher aux délires du gugusse du palais, les seuls qui osent le contrecarrer sont en retraite ou ont basculé en politique. Cela dit je vais suivre avec intérêt ces olympiades, pas pour le spectacle dans le stade, mais pour la chienlit qui ne manquera pas de faire le bonheur des médias, à défaut de médaille d’or le bronze risque de couler abondamment autour du stade qu’on a désormais tort de dire qu’il est de France.

Les commentaires sont fermés.