Cassandre…

Cassandre la prophétesse a beau prévenir, annoncer l’avenir… personne ne la croit !

Nous avons eu droit à un beau numéro de cirque. De prestidigitation.

Avec ce remaniement ministériel, un nouveau pas d’impuissants a été franchi.

Madame Belloubet à l’EN, on a cru à une farce comme ces pièces du Moyen Age, si tant est que l’on puisse parler de Moyen Age en évoquant celui de l’impétrante ( je suis horrible, ne le dites pas, je le sais, elle me pardonnera le mauvais mot si elle a bon fond).

On est bien entré dans l’ère de l’économie circulaire et du recyclage où il s’agit de s’essayer au neuf avec du vieux matériau, écologie oblige, ce sont Jadot-Canfin les maitres d‘œuvre de la politique française, qui décident de l’ancien recyclable et de l’ancien à jeter, de la bonne tête de vainqueur et de la mauvaise tête de vaincu, du à faire briller et du à faire pâlir.

C’est ainsi, cela a toujours été ainsi, ce sera encore demain ainsi, on livre au public tout-venant pékin de base des noms de décideurs, mais dans le secret des cabinets et des chiottes, ce sont toujours d’autres en sous-mains qui agissent, tirent les ficelles, ficellent les choses et empaquètent les entourloupes, faut en faire votre parti quand vous n’en êtes d’aucun, vous avez beau croire mais on vous cache toujours tout on vous dit jamais rien, c’est la règle d’or de ceusses qui tiennent les figurants par la couenne avec ou sans sextape, Judith Godrèche fait foi qui témoigne.

Tous les médias, les plateaux TV, les radios, la presse écrite y ont été ( et non tété, quoique…) de leurs analyses, commentaires, surprises, émerveillements, prospectives, sentiments et perceptions manière cris et chuchotements d’alcôves et révélations de non-dits, comme si la face du monde allait s’en trouver modifiée par une sorte de génie extrait par génération spontanée d’une lampe d’Aladin.

Quelle boursouflure du néant, du vide, de l’insignifiant dans toutes ces ritournelles et extases médiatiques destinées à seulement justifier de qualités, de volontés et de possibilités qui n’ont jamais existé excepté dans ces esprits de propagande, qui peut croire encore que dans la France de 2024 un nouveau Ministre, ou même un vieux, puisse servir à quelque chose d’utile tant que l’ensemble européen n’est pas mis au pas,  tant  que l’on ne sort pas du cadre vermoulu de la doxa générale, du convenu, de l’acceptable, de l’académique, du banal comme le mal d’Anna Arendt  ???

Disons-le tout net, tout ce cirque sent la fin de civilisation, on voit tous que plus personne ne maîtrise quoi que ce soit, hôpital, école, police, frontières, agriculture, bientôt le sac de Rome par les barbares, tous ceux qui le peuvent devraient commencer de chercher une terre d’accueil avant l’inévitable. Quand la métropole sera comme Mayotte, il sera trop tard….

Trop tard également pour pleurer, beaucoup avaient prévenu mais personne n’écoute jamais Cassandre.

Les images du bateau ivre, du Titanic, du radeau de la méduse, de la descente aux enfers, de l’Hadès et du Charon de l’Elysée conduisant les morts sur sa barque pour le dernier voyage s’imposent à celui qui sent comme ladite Cassandre qui a toujours vécu aux portes de la perception sans jamais avoir besoin de LSD, juste de connaitre l’Histoire du Monde et la nature des Hommes pour sentir les tremblements de terre et les éruptions des Vésuve et des Etna.

Il y a du comique et du tragique dans ce remaniement, du dernier gag avant fermeture du théâtre pour cause de liquidation judiciaire et faillite tant morale que matérielle, et de prise d’assaut de Troie, de Jérusalem, du Berlin 1945 et des déplacements de populations d’après-guerre.

Sauf que nous sommes avant-guerre.

Vous venez de vivre le comique, le tragique suit.

Disons-le tout net aussi, la France ne s’extraira du Livre des Morts pour reprendre sa marche dans le vivant que par une de ces figures qui sortent du cadre, capables de voir autrement le monde, les choses et les gens qui l’habitent, aptitude dont plus aucune université, faculté, grande école ou centre de recherche d’occident n’est capable d’en dispenser au moins les rudiments, plus particulièrement dans notre pays où c’est la banalité Arendtienne qui tient tous les cursus.

Changer de politique, c’est la penser autrement, interroger Dodone ou Delphes comme dans I comme Icare, pourquoi pas au lieu de seulement pourquoi, inutile pour vous de chercher, il n’y a pas ce genre d’Homme ou de Femme en France, ni en Europe, ni ailleurs, il n’y a que les besogneux de la copie et de la répétition du passé, des crimes et génocides anciens, des erreurs mille fois commises, des accords de Munich perpétuels, Asie, Occident, monde musulman, les mêmes errements se perpétuent et mènent à la même régression.

En fait, il ne peut plus y avoir ce genre de personne sortant du cadre qui puisse s’imposer dans le monde ou dans un pays donné sans dommages conséquents qui font hésiter lors des consultations électorales tant que les instances occultes, Conseils d’Administration de la finance, du capitalisme, du socialisme, du mondialisme ou du musulmanisme existeront pour dicter d’en haut aux intermittents du spectacle politique du globe des directives qui s’opposent directement aux vœux de ceux d’en bas qui les ont élus.

L’ennemi des peuples libres, du paysan, du travailleur, de l’étudiant, ce sont ces instances occultes.

Sortir du cadre pour autre chose, c’est sortir de ces instances, ou en créer de nouvelles à sa mesure.

Jean D’Acre

 926 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Jean d’Acre, je suis en total désaccord avec vous : ce n’est pas en cultivant le pessimisme qu’on progressera ! Je crois, mais rien n’est sûr, qu’il y a 2024 ans un bonhomme qui s’appelait Jésus, tout seul, par sa foi en l’avenir a un peu changé le monde et ses disciples, malgré des persécutions de tous ordres ont propagé sa foi à travers le monde.
    Je vous l’accorde, nous sommes bien bas aujourd’hui, mais demain ? Il est certain que tant que les patriotes ne s’uniront pas, on continuera à plonger, mais, un Philippe de Villiers (par exemple) pourrait réunir tous ceux qui aiment ce pays, sa civilisation et refusent les diktats d’une poignée de fonctionnaires européens, mercenaires à la botte d’une poignée de milliardaires qui se prennent pour des dieux. Laissez-moi le droit de rêver !

  2. “Trop tard pour pleurer”, mais juste à temps pour “sortir de la paille de quoi se défendre

  3. Nous avons refusé notre adhésion à l’Europe,en votant NON,à la majorité,au référendum de 2005. C’est la seule chose importante,sur laquelle nous devons revenir,pour nous défendre. Tout le reste est sans importance,puisque nous ne l’avons pas voulu. Notre refus d’adhérer à l’Union Européenne,doit tout simplement, à être reconnu.

    • Notre refus d’adhérer à l’Union Européenne,doit tout simplement,être reconnu.

  4. La cause de cette reddition en 15 jours avec remise de l’éducation nationale aux syndicats c’est le couple Macron Attal. En nommant Oudea Castera ils ont méprisés avec un profond dédain un des piliers de la république. Déroute en raz campagne en 10 jours. Après Alstom, le nucléaire l’EDF l’éducation nationale. La déroute s’annonce pour la famille avec l’avortement dans la constitution.
    Bonne nouvelle la neige sera belle en montagne. Bonne piste noire à tous.

  5. On entend bien, en effet, les craquements de la débâcle imminente. Il ne reste plus qu’à choisir entre le salut individuel (c’est-à-dire la fuite vers un refuge, s’il en existe encore), et la résistance individuelle, qui, même si elle est sans espoir, offrira du moins la possibilité d’une mort noble et la satisfaction d’entraîner quelques envahisseurs avec nous.

Les commentaires sont fermés.