Manif en Val-de-Marne : planquez-vous, il y a des fachos partout ! Nous sommes revenus à février 1934 !!!

Voilà que la gauche crépusculaire du Val-de-Marne se croit revenue au 12 février 1934 ! 
Elle voit des défilés « fascistes » à tous les coins de rue.  Elle appelle donc « Ohé ! Ohé ! Camarades ! » à faire un rempart de leurs corps face aux hordes d’agresseurs aux uniformes noirs, frappant le pavé d’un pas menaçant, scandant leur marche du talon de leurs bottes !

 

.
Des associations, portant plutôt à gauche, voire plus, appellent à manifester samedi prochain  
-qui n’est pourtant pas le 12 février mais le 10 février, à croire que les organisateurs ne semblent pas savoir que fêter un anniversaire avant la date porte malheur !- à Villejuif.

Pourquoi dans cette ville du Val-de-Marne ? Parce que, du moins cela semblerait logique, c’est l’une des deux seules communes de France ayant une rue du « 12 février 1934 » (1). Comme quoi cette date de l’Histoire de France -qui a pourtant précédé la création du Front populaire !- n’a pas inspiré beaucoup de communes. L’autre commune est Saint-Benoît-de-Carmaux, et comme celle-ci est dans le département du Var, les organisateurs se sont peut-être dit que c’était un peu trop loin, Villejuif étant plus proche, le choix a été rapide…

Pourquoi avoir choisi cette date ? Parce que…
« L’année 2024 est celle du 90e anniversaire de la manifestation du 12 février 1934. » Mais c’est quoi cette manif’ ! Ah, mais c’est le jour de (je cite les organisateurs !) « la riposte antifasciste ouvrière marquant le début de la dynamique populaire et militante qui conduira à la création du Front Populaire et dans laquelle le mouvement syndical joua un rôle majeur ». Ah, voilà, on comprend mieux ! Si elle a conduit au « Front Popu », normal qu’autant de villes… deux ! aient baptisé l’une de leurs rues de cette date ! Quel hommage national !

.
Et si les associations appellent à manifester, c’est parce qu’elles sont inquiètes, oui, mais de quoi ? Vous ne le devinez pas ? Mais de « la montée de l’extrême droite. » Comme en 1934 ! Oui, parce que, 90 ans après, les gens de gauche entendent toujours « ses discours réactionnaires et xénophobes » ! D’autant que même si personnellement je ne me suis pas aperçu de ce qui suit en regardant les chaînes de télé d’État- selon les organisateurs, « ces discours envahissent les médias et orientent le débat public. » Ah, mais ! Quand les discours de gauche envahissent les télés du service public, c’est normal et même recommandé mais pas venant de gens de droite ! Et surtout d’ «extrêêêm’drrroit’»
dont les « propositions dangereuses et rétrogrades menacent nos fondements démocratiques. » 
Les organisateurs regrettent d’ailleurs « la loi immigration », la « banalisation des discours racistes » et même « le regain d’activité des groupuscules violents ».

Je ne sais où ils en ont vu mais ils les dénoncent !

Il faut les comprendre : les Val-de-Marnais de gauche ont perdu en 2021 ce dernier bastion de la ceinture rouge entourant Paris ! Et normal que le seul département communiste jouxtant Paris -et depuis 45 ans !- ait été le Val-de-Marne : c’est en effet celui qui est le plus à l’est de la capitale ! Comme « les pays de l’est » qui, à l’époque étaient sous l’une des plus dures dominations communistes : l’URSS qui  -malgré tous les pays « de l’est » qu’elle a dominés et qu’elle a entraînés dans la mort,  démocratiquement puisque les goulags étaient construits par des gens du peuple ! Même ceux qui y étaient enfermés étaient des gens du peuple : des millions d’Européens qui ont eu, comme seul tort, d‘être nés dans ces pays.


L’URSS fascinait, ô combien d’artistes genre Simone Signoret et Yves Montand ou d’intellectuels parmi lesquels Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre !
Et donc, les nostalgiques de gauche regrettent ce « Val-de-Marne d’antan » département né en 1965 de la volonté du Général de Gaulle voulant enlever un peu de population à l’agglomération parisienne dont il craignait l’importance électorale.
Ce « 94 » qui, pendant 45 ans sur 60 années d’existence, fut plus rouge que rose ou vert ! Et seule son adolescence, ses 15 premières années, fut bleue ! Le bleu qu’il a retrouvé en 2021 avec Olivier Capitanio, son président Les Républicains !

.
Ceux qui voudraient samedi revenir à 1934 et au Front Popu, vont certainement se faire le plaisir d’entonner « Camaraaades ! Chantons… C’est la luuuut…t’ eeeuh finale…eeeuh… Groupons-nooouuuus… z’éh !…demain… L’Inter…naaa…tional’…euh ! Seraaa le geeenre rhumain ! »
Mais, s’il y a des jeunes de moins de 30 ans, connaîtront-ils cette Inter… non, pas de Milan ! Et pas… simplement… nationale !!! Pas de problème, ils regarderont les paroles sur leur téléphone !
D’ailleurs, à propos de portable, pour cette manif’, les organisateurs vont certainement devoir rassembler le ban mais aussi l’arrière-ban voire l’arrière-arrière-ban pour pouvoir faire une photo qui remplisse au moins le cadre d’un téléphone portable…
D’ailleurs, ils se sont mis à plusieurs associations. Elles ont été appelées lors de ce ban public afin d’ameuter un nombre suffisant de manifestants pour remplir plusieurs bancs publics, comme le chantait Georges Brassens !

.
Ces partis politiques et comités locaux appellent à cette manifestation contre l’extrême-droite, vous savez, ces « faschooos » que l’on voit partout, dans toutes les rues, dans tout Paris jusque dans le plus petit hameau au fin fond de notre France ! Oui, partout, on y voit des gens estampillés sous un seul mot qui, à lui seul, donne la chair de poule : « extrêm’-drrrroite » !!! Ils sont en uniforme vert de gris, en bottes, je parie même que certains ont une petite, une toute petite moustache !


Heureusement que la gauche n’est pas morte en Val-de-Marne : c’est le sursaut ! Et donc voilà que les habituels et anciens dirigeants du Val-de-Marne, du moins leurs représentants locaux, très locaux, à savoir des encartés du PCF, du PS, la section -une seule !-, celle de Villejuif pour la CGT, des représentants de La France Insoumise, oui des LFI seront là, étonnant, ainsi que des membres du célèbre MRAP ! Sans oublier l’ineffable LDH mais uniquement du Val de Bièvre, ce qui ne doit pas faire lourd… Donc la LDH, vous savez la Ligue des Droits de l’Homme, je crois qu’ils sont anti-féministes : ils n’ont toujours pas changé leur intitulé, comme l’impose la loi « réveil », oui, la mode woke, ils auraient dû depuis longtemps muer leur intitulé en « Ligue des Droits de l’Ho.Fe.mme » ! Non ?

N’oublions pas non plus, des adhérents d’ATTAC, association qui, heureusement a choisi un acronyme court parce que scander son intitulé aurait été peu pratique puisque c’est “l’Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne” ! Ouf ! Mondialiste, que dis-je : altermondialiste, cette association est née à la fin du siècle dernier, en 1998. Il y aura également des représentants de la FSU-SNUipp94, le Syndicat National Unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC, un syndicat d’enseignants du premier degré affilié à la Fédération syndicale unitaire (FSU). 
À cela, il conviendra d’ajouter SUD Éducation.
Il y aura également le micro parti politique Génération.S fondé en 2017 par un ancien du Parti socialiste Benoît Hamon et dont, seuls des gens de gauche -et encore très peu- connaissent l’existence… 
Ah, veuillez m’en excuser, j’allais oublier de vous dire qu’il y aura des représentants d’ULSUD… Non, non, ne me demandez pas ce qu’est l’ULSUD ! Même wikipedia l’ignore puisque ce site, quand on lui demande ce qu’est « ULSUL », il vous propose toute une page sur les « USLD », à savoir les « unités de soins de longue durée, structures d’hébergement et de soins dédiées aux personnes âgées de plus de 60 ans. » Plus de 60 ans pour aller manifester contre des individus violents « d’extrêêêm’ drrroit’ », ce n’est pas recommandé !
Donc, si samedi vous allez à cette manif’, surtout ne croyez pas qu’il s’agit, parce que se déroulant à Villejuif, d’une manif’ pro-État juif. Ce serait plutôt le contraire tant ils haïssent celui que ses partisans appellent gentiment Bibi, à savoir M. Benyamin Netanyahou.

(1) Le 12 février 1934 a été marqué par une grève générale et des manifestations « antifascistes » dans de nombreuses villes de France à l’appel des syndicats et des partis de gauche pour tenter de défendre la République. À Paris, la manifestation était allée de la place de la Nation à la porte de Vincennes. Ce qui n’a pas dû fatiguer ces manifestants aguerris, la distance n’étant pas énorme, à peine 1 300 mètres ! À Villejuif, ce sera certainement encore plus court…

JACQUES MARTINEZ, journaliste, 
ancien chef d’infos de RTL (1967-2001), l’AFP, le FIGARO, le PARISIEN…

 1,016 total views,  2 views today

image_pdf

1 Commentaire

  1. Ca fera grincer bien des dents ou hurler, mais si les fascistes l’avaient emporté, nous n’en serions pas là. C’est à dire en train d’être mis en esclavage et génocidés.
    Mais même la corde au cou ou le couteau sous la gorge, il y en a qui trouveront à redire.

Les commentaires sont fermés.