Lidl vend actuellement un télescope à 99,99 € : que faut-il en penser ?

La marque discount allemande, présente en France depuis 1989, c’est 1 580 magasins, 25 plates-formes logistiques, 46 000 collaborateurs uniquement France. 73 % des produits vendus dans notre pays sont fabriqués en France.

Lidl aujourd’hui dans le monde, c’est 12 000 supermarchés dans 31 pays et s’introduit ces temps-ci aux États-Unis et en Serbie (référence).

Mon objectif n’est pas de faire la promotion de Lidl bien évidemment mais c’est de souligner le caractère volumineux de cette enseigne, ce qui permet de faire des prix intéressants sur certains articles du fait des ventes en grand nombre.

Ainsi, actuellement, Lidl fait la promotion d’un télescope à 99,99 € : le BRESSER Télescope Skylux 60 / 700, avec support pour smartphone. Décortiquons un peu cet instrument pour voir s’il peut être conseillé d’être acheté pour des novices en astronomie.

Avant d’entrer dans le dur, pour ceux que la question intéresse particulièrement, je leurs conseille de lire préalablement l’article de ton serviteur sur Résistance républicaine en date du 26/05/2021, intitulé “Les instruments en Astronomie amateur…simplement expliqués” en cliquant ici.

Bien évidemment, Lidl n’est pas un constructeur de télescope. Il achète et il revend en tant que distributeur. Le télescope en question (le BRESSER Télescope Skylux 60 / 700, avec support pour smartphone) est fabriqué par BRESSER, marque allemande, très connue en astronomie amateur mais aussi professionnelle. Le siège social français de cette marque se trouve sur la Côte d’Azur à 20 minutes de chez moi, et j’ai donc le plaisir d’y connaître personnellement tous les collaborateurs que je retrouve régulièrement dans nos nuits d’observations astronomiques.

Les caractéristiques des instruments astronomiques sont toujours assez nombreuses et un peu compliquées pour qui n’est pas dans la partie. Ton serviteur va donc faire les choses simplement pour te faire comprendre l’essentiel de cet instrument vendu à 99,99 €.

Ci-dessous les principales composantes d’un instrument d’astronomie :

Il existe deux types d’instruments d’observation

  • le télescope qui possède des miroirs dont l’alignement est, parfois, assez difficile.
  • la lunette astronomique qui possède des lentilles. Celle-ci est d’un maniement beaucoup plus simple que le télescope car elle ne possède pas de miroir. C’est cet instrument que vend Lidl.

La principale différence entre le télescope astronomique et la lunette se situe au niveau du traitement de l’onde lumineuse. La lunette astronomique se sert de lentilles par réfraction en tant qu’instrument d’entrée de la lumière, là où le télescope est équipé d’un miroir qui renvoie la lumière et travaille donc par réflexion. On dit que la lunette est un outil de transmission (car l’onde lumineuse traverse la lentille ou les lentilles en question), alors que la lumière est réfléchie grâce au miroir dans le cas du télescope.

C’est la raison pour laquelle tous les instruments de base sont, en général, des lunettes astronomiques. C’est le cas de l’instrument vendu par Lidl.

Paramètres importants à connaître

Les paramètres essentiels d’un instrument sont le diamètre, la focale, et plus “accessoirement” le grossissement, qu’il s’agisse d’un télescope ou d’une lunette.

On désigne souvent un instrument par le couple diamètre / focale, par exemple “lunette 70 / 900” pour une lunette de 70 mm de diamètre et de 900 mm de focale.

  • Le diamètre (D) est le paramètre le plus important pour caractériser la puissance de l’instrument car il détermine la luminosité des images : plus le diamètre est grand, plus il collecte de lumière et aussi plus la finesse des images obtenues est grande. Les instruments de débutant ont le plus souvent un diamètre compris entre 60 et 80 mm pour une lunette, et 100 à 150 mm pour un télescope. La lunette proposée par Lidl à un diamètre de 60 mm, c’est correct.

  • La focale (f) a une influence sur les grossissements obtenus, plus forts avec une focale longue (même si, en astronomie en fonction des observations souhaitées, un grossissement fort n’est pas toujours souhaitable). La focale représente simplement la distance qui sera parcourue par la lumière dans le tube optique de l’appareil. Le point qui est important en ce qui concerne la focale est le rapport de cette dernière avec le diamètre du tube optique. On parle encore d’ouverture (F/D).Une lunette classique est toujours assez longue : sa focale fait de l’ordre de 10 à 13 fois son diamètre. L’instrument proposé par Lidl a une focale de 700 mm pour un diamètre de 60 mm. C’est un très bon rapport.

Quel grossissement ?

Précisons d’abord que le grossissement n’est pas un véritable critère pour choisir un télescope ou une lunette astronomique. En effet, le grossissement dépend de l’oculaire utilisé. Un instrument est toujours livré avec plusieurs oculaires et on peut aussi acheter séparément des oculaires supplémentaires pour compléter sa gamme de grossissements.  Le télescope de Lidl est livré avec 2 oculaires : 20 mm et 4 mm avec un grossissement maximum de 525x. On peut donc considérer le grossissement comme un paramètre ajustable.

Ensuite, il ne faut surtout pas croire qu’un instrument d’astronomie doit grossir le plus possible. Car les grossissements faibles ou modérés peuvent s’avérer beaucoup plus appropriés que les grossissements forts dans beaucoup de cas.

 

Quel type d’instruments astronomiques acheter ?

Les fabricants et distributeurs laissent entendre que tous les types d’observation peuvent être réalisés par l’instrument vendu. Ceci est loin d’être exact.

Comment observer le ciel et l’univers ?

Pour faire simple, on peut dire qu’il y a deux façons d’observations :

  1. l’observation planétaire (couramment appelé le planétaire et, disons-le, le Système Solaire avec ses planètes).
  2. l’observation du ciel profond (couramment appelé le profond) avec tous les autres objets de l’univers, principalement les galaxies, les amas de galaxies, les amas stellaires (= amas d’étoiles), les nébuleuses (qu’elles soient diffuses, en émission, par réflexion, planétaires ou obscures), les quasars.

Pour ces deux observations, nombre d’instruments peuvent les réaliser avec plus ou moins de performances selon l’instrument et le choix de l’observation. Mais, là aussi pour la faire simple, on peut dire principalement ceci :

  • les lunettes sont nettement mieux indiquées pour le planétaire
  • les télescopes sont nettement mieux indiqués pour le profond

Le télescope de Lidl est indiqué comme convenir pour “le Soleil, la Lune, les Planètes et les amas d’étoiles”. C’est une utilisation préconisée comme étant honnête, même si pour les amas d’étoiles les visions de ceux-ci seront très petites.

Il faut savoir que la vision des planètes du système solaire avec des lunettes astronomiques restera très petite dans l’oculaire (= là où l’œil regarde). À l’achat de tels instruments les gens pensent que les planètes vont être énormes et qu’ils vont voir beaucoup de choses. Il n’en est rien du tout, à l’exception des lunettes professionnelles dont le prix est très important.

Prenons un exemple, Jupiter. Pourquoi Jupiter ? Parce que c’est la plus grosse, et la plus lumineuse planète du système solaire.

Bien entendu, si on met un oculaire grossissant additionné d’une lentille de Barlow (vendu avec le télescope de Lidl) on verra une image un peu plus grande légèrement.

Comment se servir d’une lunette astronomique ou de télescope ?

On pourrait presque dire que c’est là la véritable réflexion qu’il faut se poser avant d’acheter un tel instrument. J’ai connu plusieurs parents qui ont acheté une lunette astronomique, voir un télescope, à leurs jeunes enfants car les promesses des vendeurs étaient mirobolantes. Puis dans la quasi-totalité des cas l’instrument est laissé rapidement de côté et abandonné. Pourquoi ? Parce que son utilisation est loin d’être évidente.

Tout d’abord, il faut arriver à pointer un objet et on va s’en tenir, pour des lunettes astronomiques basiques, aux planètes. Il faut trouver cet objet pour le mettre dans le cadre de l’objectif de la lunette.

La Terre tourne donnant l’impression que c’est le ciel qui tourne. Lorsqu’un instrument est fixé sur un objet, après avoir fait le nécessaire pour cela (voir ci-dessous), ledit objet se déplace. Lorsque l’instrument reste immobile par ce qu’il possède une monture dite “azimutale” l’objet ne sera visible dans l’objectif qu’environ deux minutes. C’est le cas de la lunette de Lidl. Pour suivre l’objet, seul un suivi manuel ne peut être fait, mais, très vite, l’objet est perdu.

Pour des instruments un peu plus sophistiqués (lunettes, télescopes), on les attache au pied par une monture équatoriale. À ce type de monture motorisée il faut ajouter un système de pointage “Go-To”. Cet ensemble permet de faire tourner l’instrument automatiquement en suivant l’objet pointé dans le ciel. Celui-ci reste donc dans l’objectif très longtemps. Le coût de ce type d’équipement est onéreux (plusieurs centaines d’euros), et son utilisation n’est pas extrêmement complexe mais demande une phase d’apprentissage.

Pour préparer son observation, il existe pour cela un pointeur (appelé aussi lunette de recherche ou viseur ou chercheurs, dans ce dernier cas s’il est équipé d’un réticule (une croix)), que possède la lunette de Lidl. Le viseur est ce petit instrument fixé sur le tube optique qui permet grâce à son large champ optique, de faciliter la recherche et la visée d’un objet céleste afin que celui-ci apparaisse dans le champ de l’oculaire de l’instrument d’observation. La localisation faite on peut passer ensuite à l’observation par la lunette. Cela ne va pas de soi, ça s’apprend.

 

Astrophotographie ou pas ?

La lunette de Lidl est vendue avec un support de téléphone portable. Attention de ne pas croire que ceci est destiné à l’astrophotographie. L’astrophotographie demande un équipement très onéreux, une très sérieuse formation, et un traitement des images quasi toujours. De bons résultats en astrophotographie ne s’obtiennent qu’après de nombreux mois d’expérience et de travail régulier.

Le support de smartphone de la lunette vendue par Lidl n’est destiné qu’à poser son téléphone comme on pourrait le faire sur une chaise à côté. Il n’a aucune autre utilité.

Ne pas croire également que l’on peut prendre des photos avec son smartphone dans l’oculaire pour avoir une belle image. Ceci n’est pas possible, sauf avec une expérience déjà pour cela, ce qui donnera de toute façon encore et toujours un résultat très médiocre et très limité.

CONCLUSION

L’achat d’un tel instrument ne se fait pas comme acheter un rasoir ou un lecteur de CD. Les observations du ciel, quel que soit l’instrument choisi en fonction de ses objectifs, demandent un minimum de connaissances et de l’apprentissage avant même d’observer sa première planète où sa première galaxie. C’est la raison pour laquelle beaucoup de ses achats après quelques tentatives rejoignent définitivement le placard ou Leboncoin.

Seule, la Lune pourrait être observée rapidement car elle est proche, grosse, et elle peut être localisée dans l’objectif sans trop de difficultés.

Je déconseille donc un tel achat à moins de connaître quelqu’un de compétent qui puisse expliquer les choses ou de s’inscrire à un club d’astronomie d’amateurs afin d’avoir de bons conseils.

Cela dit, le télescope vendu par Lidl actuellement est fabriquée par BRESSER et Lidl le vend 99,99 €. Pour aller le voir sur le site de Lidl, clique ici.

Il est très cocasse de signaler que ce même télescope, à quelques très petits détails près sans aucune importance (porte téléphone), est vendu sur le site même du fabricant BRESSER pour la somme de 77,00 € (clique ici) donc 22,99 € moins cher.

BRESSER fait encore mieux puisqu’il vend sur son site un télescope réfractaire (donc une lunette) de 60/900 (contre 60/700 de la lunette de Lidl) et avec une monture équatoriale alors que celui de Lidl n’est équipé que d’une monture azimutale (voir explications plus haut) pour la somme de 75,00 €. Clique ici.

Professeur Têtenlair

 1,368 total views,  15 views today

image_pdf

27 Commentaires

  1. Explications limpides, cher professeur ! Un télescope chez Lidl, au milieu des yaourts et des cotons tiges, après tout, on peut rêver que des jeunes (ou moins jeunes) passant par là lèvent leur nez de leurs écrans vers la bonne étoile de la curiosité scientifique et métaphysique.

    • “…au milieu des yaourts et des cotons tiges…” > 😂🤣
      Cela dit, ton observation est très pertinente et je n’avais pas pensé à cet aspect de la chose. Cela pourrait éventuellement donner l’idée à certains de s’intéresser aux choses de l’espace.
      Merci de cette idée qui m’avait échappé.

  2. Comme toujours Prof, passionnant !
    Beaucoup d’infos simplement et clairement expliqué. On attend d’autres articles avec impatience.

    • Merci, fidèle ami Fonzy de tes félicitations qui me vont droit au cœur. Merci de ta fidélité concernant la lecture de mes articles.

  3. Salut le prof !
    Et meilleurs vœux célestes pour cette année nouvelle !
    Dans mon enfance, j’ai eu une lunette astronomique qui grossissait une cinquantaine de fois.. Avec ça j’ai découvert Jupiter, et quelques une de ses lunes de part et d’autre de la planète, et aussi les anneaux de Saturne !
    Ce que je conseille plutôt ce sont des jumelles ( astronomiques ? ), car alors le ciel étoilé se découvrent admirablement. Ce sont des milliers d’étoiles qui apparaissent à nos yeux éblouis ! Ils existent aussi des jumelles couplées avec un enregistreur pour photos et vidéos.
    Peut être pourrais tu nous faire un topo la dessus, et nous indiquer le meilleur !
    §:o)

    • RÉPONSE 3 SUR 3 À JAN CONNAISSANCE
      Les prix vont de 100 € jusqu’à près de 8 000 € (Jumelles ZEISS avec stabilisées 20×60 S). Pour ces prix élevés, il y a un stabilisateur très efficace, donc pas besoin de trépied et même si l’observation bouge un peu les jumelles, l’image sera absolument fixe, avec une définition extraordinaire, et beaucoup d’autres choses.
      Faire un petit topo sur les jumelles astronomiques serait intéressant, mais inévitablement, très vite, il abordera un aspect technique.
      Or, comme tu le sais, ami jan connaissance, ces articles sont des articles de vulgarisation et je pense qu’ils doivent le rester. Ils ne doivent pas aborder d’aspect trop technique.
      Bien à toi.

      • Merci Cachou pour ces précisions.
        Oui c’est bien ça, j’ai observé 4 satellites de Jupiter sous forme de points blancs. 3 d’un coté de la planète, et un de l’autre coté ! Et je confirme aussi que c’était bien en fin d’année
        Pour les jumelles, je comprends.
        Oui un stabilisateur, c’est intéressant ( aussi pour nos smartphones ! ) Il y en a de physique ou numérique. Bon je vais voir
        Un dernier mot : je te rejoint pour la réalisation, cette année, de tes 2 vœux !!
        Et caresse aux chat !
        §:o)

    • RÉPONSE 2 SUR 3 À JAN CONNAISSANCE
      Jupiter comporte 79 satellites dont les deux plus gros, Io et Europe, son gros à peu près comme notre Lune. Les deux autres à peu près comme Mercure. Voilà pourquoi on arrive à les voir sous forme de tous petits points quand les conditions sont favorables.
      Le mois idéal pour observer Jupiter est le mois de novembre. Car Jupiter est visible toute la nuit et c’est durant ce mois de novembre où elle est aussi la plus proche de la Terre (environ 595 millions de kilomètres). C’est donc surtout durant ce mois qu’il faut la choper pouvoir ses satellites.
      *****
      Oui, on parle bien de jumelles astronomiques (comme les lunettes). Avec des jumelles astronomiques, bien fixées sur trépied et si l’on connaît un peu comment chercher les objets dans le ciel, on peut voir un certain nombre de choses très intéressantes.

    • RÉPONSE 1 SUR 3 À JAN CONNAISSANCE
      Je te souhaite aussi ami jan connaissance tous mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2024. Deux événements feraient mon bonheur pour cette année :
      – la disparition de la scène politique de Macron, pour ne pas parler d’une autre disparition plus physique…
      – la découverte des merveilles de l’espace pour le plus grand nombre.
      Lorsque l’on a un instrument correct et qu’on observe Jupiter, comme tu l’as fait dans le passé, si le ciel n’a pas de turbulences, et si la nuit est bien noire, on peut observer au maximum 4 lunes de Jupiter (appelées aussi satellites galiléens, naturels cela va de soi). Leurs noms sont Io, Europe, Ganymède et Callisto et ils ont été découverts par Galilée en 1610 ! Il y avait vraiment des génies à cette époque pour faire de telles découvertes avec du matériel quasi inexistant.

  4. Pourtant un tel achat est bien utile! En regardant par le “gros bout” on voit Macron et toute sa clique tout petit! Cela nous donne un sentiment de puissance que de pourvoir imaginer les écraser comme des cafards! C’est bon pour le moral! oui! 🤣🤣🤣

  5. Merci pour cet article passionnant. J’avoue cher Professeur Tetenlair que tu as bien vulgarisé la problématique télescope/lunette. Dieu sait que ce sujet est compliqué pour le commun des mortels qui n’a aucune initiation en la matière et encore moins en optique. Quand à expliquer la différence entre monture équatoriale ou azimutale le courage est de mise. Un pouvoir séparateur ou de résolution serait aussi un critère important mais à 99 euros il ne faut pas rêver. J’ajouterais à tes explications claires et précises qu’une bonne paire de jumelles en ville peut faire l’affaire à condition qu’elles soient un peu lumineuses. Cette année j’ai observé aux jumelles les tâches solaires et sans filtre! Comment? Le ciel gorgeait d’un brouillard clair mais assez dense pour ne pas risquer de perdre la vue. J’étais excité, émerveillé de voir deux tâches sombres nord-est de la sphère et sans filtres. Un cadeau de la providence. Merci encore pour ces sujets passionnants qui nous élèvent au dessus de tous ce que nous vivons comme actualité.

    • Un grand merci ami Gamma de tes compliments qui me font très plaisir ! Il est vrai que si on n’est pas initié, tout cela paraît bien compliqué. Mais, dans les grandes lignes, c’est assez simple. Après, c’est du domaine des astrophysiciens, et là c’est réservé à une petite élite.
      Tu as parfaitement raison quand tu dis qu’une bonne paire de jumelles peut donner des résultats à peu près équivalents vis-à-vis d’une lunette à moins de 100 €. Il faut un bon trépied pour qu’elle soit très immobile. On n’imagine pas le nombre d’observations intéressantes que l’on peut faire avec de simples jumelles (en dehors de regarder le soir sa voisine se mettre en pyjama pour la nuit 😂).
      À mon très humble avis tu as quand même pris des risques de regarder le soleil sans filtre. Certes il y avait un brouillard et aussi probablement des turbulences célestes, mais c’est très dangereux. Si je puis me permettre, je te conseille de ne plus jamais le refaire. Tout ce qui touche aux observations solaires doit être fait qu’avec des filtres efficaces. Enfin, tu le sais bien !

      • En effet ami cachou, j’ai été “très” imprudent. Mais pas de filtres sous la main. Ma curiosité m’a joué des tours et j’ai pris un risque calculé avant mon observation. Mais tu as tout à fait raison. Même pour observer la lune, surtout la pleine, des filtres sont de mise. Promis je ne recommencerai plus! Sans filtre :A DECONSEILLER”.

        • Un morceau de vitre ou une vieille paire de lunettes passées à la fumée d’une bougie et voilà un filtre qui vaut mieux que rien. Je l’ai utilisé pour des éclipses solaires et cela n’a pas mal fonctionné. Bon faut pas rester des heures non plus.

          • Ami Hoplite je te remercie pour cette astuce que je ne connaissais pas.
            Cependant, je ne te cache pas que je ne la mettrai jamais en pratique, et je ne te cache pas non plus que je déconseille totalement à tout le monde de la faire.
            La vue est trop précieuse pour jouer avec. On ne joue pas non plus avec le Soleil. Ceux qui le font, le font à leurs risques et périls.
            Mais, intellectuellement, ton idée est intéressante à exploiter pour d’autres observations ou certaines expériences.
            Merci à toi.

    • Observer le Soleil sans filtre est un danger pour la rétine. Attention aux rayons gamma du Dieu Ra.
      Article passionnant sur les Lunettes et Télescopes.
      Une lunette astronomique à 75 € sans portable , un objet à conserver dans son placard pour observer le ciel par nuit claire et glaciale.
      Tetenlair formidable .

      • Un grand merci ami Wharf de ta gentillesse et de tes compliments. Quand on est passionné par un sujet on prend beaucoup de plaisir à rédiger des articles. Le plus dur est de faire la sélection des éléments à mettre dans l’article et ceux qu’il ne faut pas mettre car ils risqueraient de compliquer les choses.

        • Sur une lunette astronomique, Le portable doté d’un logiciel de repérage ne permettrait il pas de viser pas complétement à l’aveugle dans le ciel par exemple Saturne ?

          • Oui, effectivement, tu as raison, la lunette vendue par Lidl possède un porte smartphone, car effectivement, il existe des logiciels de repérage en tout genre souvent d’ailleurs téléchargeables gratuitement (applications).
            Mais, pour en avoir essayé quelques-uns, leurs maniements n’est pas trop convivial, et aboutit à un résultat souvent extrêmement approximatif. C’est pourquoi dans le milieu des astronomes amateurs nous ne nous en servons jamais. Une erreur d’un dixième d’angle pour fixer ton objectif sur une maison à quelques centaines de mètres ne pose pas de problème. Mais la même erreur pour visionner une planète, compte tenu de la distance, te fait passer complètement et loin de la planète recherchée.
            Alors, mettons-nous dans la peau de l’acheteur du télescope à 99,99 € qui concernent des personnes désireuses de découvrir l’astronomie. Un averti achètera un autre matériel.
            Elles auront déjà du mal à se servir de l’instrument, alors le relier un logiciel de repérage, lui-même très aléatoire……😀

  6. En clair ce n’est pas lidl qui fait la promotion de la lunette c’est Bresser. Puisque la différence est la marge lidl. Bresser se sert de la notoriété lidl pour élargir la sienne. Tant que le client y gagne… A Noël ils auraient fait un méga carton.

    • Ce que tu dis, ami Jean Neth, est tout à fait vrai. Comme dit dans l’article, Lidl vend son télescope à 99,99 € et BRESSER vend le même sur son propre site à 77,00 €. BRESSER faisant une petite marge sur ce prix, Lidl a dû à peu près bien négocier sa marge pour un si petit prix.
      Il est donc évident que BRESSER va vendre un certain nombre de son télescope via Lidl.
      Personnellement, si j’étais le PDG de BRESSER, j’aurais peut-être refusé l’offre de Lidl. Lidl a une réputation de discount, même si le discount est mieux vu aujourd’hui qu’avant. Mais comme PDG de BRESSER, marque très sérieuse et réputée au niveau des astronomes amateurs et professionnels, voire un de mes télescopes vendu entre les poires, les carottes, les fromages et les articles de rentrée de classe et les balais de la cuisine, m’aurait fortement gêné pour la réputation de ma boîte.
      Avec le peu de marge que BRESSER doit se faire pour ce type de vente à bas prix et dont Lidl prend aussi une belle marge, un volume de vente qui sera à mon avis relativement restreint, je ne me serais pas lancé dans l’aventure pour protéger le prestige de ma boîte si j’en étais le PDG.

    • Ami Van Dunord je n’ai pas bien compris si ta question était une blague ou si elle était réelle. Dans cette deuxième hypothèse la réponse est non. Aucun instrument d’observation sur Terre ne perce les nuages y compris les plus grands télescopes de la planète, entre autres ceux installés au Chili mais aussi dans beaucoup d’autres endroits.
      Les observations sont fragiles, car le moindre petit nuage qui passe arrête tout ! Le premier critère de l’observation est donc de savoir s’il y aura des nuages ou pas.

Les commentaires sont fermés.