La Zone indo-pacifique serait une chance pour la France sans le boulet Macron

L’immature en visite protocolaire en Inde le 26 janvier, a demandé à voir les trésors des maharadjahs et à faire une promenade à dos d’éléphant. Touriste pour 30 heures, le gamin laissera certainement passer l’opportunité  qu’avait la France de jouer dans la cour des grands.

L’Inde et l’Insulinde, la Chine et les USA s’affrontent pour le contrôle du Pacifique. Lieu de passage privilégié du commerce international. Point de récupération idéal des engins spatiaux. Riche en poissons de toutes espèces. Sanctuaires où se réfugier quand adviendra l’apocalypse nucléaire. Et demain, le trésor des nodules polymétalliques. Moins chers que la course aux astéroïdes.

Au plan démographique, nous sommes des nains comparés à la Chine et à l’Inde. Mais au niveau géopolitique, nous avons de sacrés atouts. Un peu plus d’un million et demi de Français du bout du monde. Mais 82 % de la zone maritime exclusive (9 des 11 millions de kilomètres carrés). Hélas seulement 7 000 militaires, toutes armes confondues, pour protéger une poussière de terres éparpillées, pillées par des chalutiers-usines étrangers, souvent non pavillonnés, qui ratissent nos fonds marins.

Foutriquet, nul en géographie, l’est aussi en géopolitique

L’énarque non classé (une exception !) croyait que la Guyane était une île. Comme la crécelle Cécile Duflot, ex-ministresse de l’escrologie, situait le Japon dans l’hémisphère Sud. Avec un bac + 5 en géographie… Mais que la nullité des gouvernants n’obère pas nos espoirs !

La France est le seul pays européen membre de plein droit des structures politiques, économiques et diplomatiques de l’Indopacifique parce qu’elle y a des territoires.

Mais on n’est plus au temps des colonies. Bénéficiant d’un statut d’autonomie rare dans les institutions jacobines de la ripoublique, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française sont membres à part entière du forum des Îles du Pacifique.

Créée en 1971, l’organisation regroupe dix-sept États indépendants et territoires associés. La Calédonie et la Polynésie y figurent sous leur propre drapeau depuis 2016… Ce Forum est la principale instance de coopération politique et économique dans la région Pacifique. Pragmatique, sans s’encombrer de règles figées, ni charte ni traité international, cet aréopage peut intervenir depuis 1994 auprès de l’Assemblée générale des Nations unies.

La France pourrait tirer avantage de cette organisation, où les poids lourds sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Mais la défiance est toujours de mise. À l’époque des essais nucléaires en pleine nature, ça pouvait se comprendre. Mais aujourd’hui, seules les limites intellectuelles de Macrounette font problème. Il aurait voulu intégrer le forum du Pacifique dans l’UE !

L’avenir est aux paradis numériques et multimédias mais la France a refusé des offres qui offraient trop de libertés

Les Tokelau (prononcer toké laou) étaient un des pays les plus pauvres de la planète il y a 20 ans. Trois atolls sans port ni aéroport, vivant dans une économie de subsistance. Aujourd’hui, c’est Byzance. Le miracle provient du suffixe .tk et des noms de domaine gratuits. Le modèle économique repose sur des bandeaux publicitaires discrets portant sur 40 millions de comptes du monde entier, pour une population autochtone de 1500 habitants.

Le réseau et les serveurs ont été financés par un hollandais, Joost Zuurbier, et une participation aux bénéfices permet aux Tokélaouans de bien vivre… L’attrait principal du système est qu’il n’y a aucune censure. Seulement un contrôle a posteriori en cas de criminalité, trafics de drogues ou pédophilie. Naturellement, les pays les plus répressifs, le Francistan en tête, dénoncent « un système dangereux et malhonnête ».

Les Tuvalu (tou valou) ont une autre approche. Le suffixe .tv (ça tombe bien !) a été cédé à une filiale de Verisign pour 50 millions de dollars et rapporte un million USD/an payés par les utilisateurs : fabricants de téléfilms, montages et trucages numériques, imagerie médicale, traitement des images des engins spatiaux… Avec une fiscalité attrayante et surtout aucune cenSSure. Ce que la France réprouve formellement.

Les relations entre les petits pays du Pacifique et la France auraient pu être mutuellement fructueuses

Mais il aurait fallu un président responsable. Pas un frimeur qui voulait imposer des alliances militaires à des micro-États qui n’avaient rien demandé, pour les protéger contre l’impérialisme des USA et de la Chine… La guerre en Ukraine ne suffit plus à ce psychopathe mégalo. Comme son pote le taré Zelensky, il se voit déjà en maître du monde.

Partenaire éconduit en matière de défense des petits contre des géants, Macronescu se mêle de la gestion du réchauffement climatique par des jeunes nations insulaires dont il prétend orienter la politique. Mais il joue une fois de plus contre nature. Les atolls bas qui auraient dû être submergés au plus tard en 2020 sont toujours là. Près des deux tiers ont même gagné en surface et hauteur. Du fait des mouvements vers le haut de la lithosphère. Et de la sédimentation marine des rivages.

Gros morceau, la Papouasie-Nouvelle-Guinée l’a poliment éconduit. Une humiliation de plus après la longue table de Poutine et les baffes des Africains. Mais ce type n’a aucune dignité. Les glaviots glissent sur ses costards comme l’eau sur les plumes du canard.

Pas de papouilles au pays des Papous. Riches en minerais et autres ressources naturelles, ils ont fait savoir qu’il n’avaient nul besoin de la France pour assurer leur sécurité et leur prospérité. Par contre, les autorités de Port Moresby ont réservé à Xi Jinping un accueil des plus chaleureux. Même si l’archipel est un gigantesque porte-avions où l’armée US dispose d’un accès sans limites à six ports et aéroports. On ne confond pas les affaires avec l’industrie chinoise, et des alliances qui datent de la guerre contre les Japonais.

Les Étasuniens s’invitent et s’installent durablement

Un an après la visite « historique » de Foutriquet (selon son service de presse) la dinde Kamala a rappliqué en juillet 2022 avec des petits cadeaux : 60 millions de dollars/an pour le secteur de la pêche et 50 millions pour les aides à l’artisanat et à l’agriculture… Une stratégie visant à couper l’herbe sous les pieds de la Chine.

Dans la foulée, les USA lancent une initiative de coordination économique et stratégique « Partners in the Blue Pacific ». Sont invités sous la houlette des USA, l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni mais aussi les Kiribati, les Salomon, les Tonga et d’autres mini-États. Mais pas la France de Macrounette.

Pour le moment, la Chine réagit en attirant dans son giron des archipels à l’importance symbolique, récompensés d’une aide économique s’ils renient Taïwan. Sinon elle est assez occupée en mer de Chine avec les confetti de terres émergées ou affleurantes, contestés par ses voisins. Mais il est probable que la dynamique de Pékin ne s’arrêtera pas là.

Au Fenua, les Chinois sont nos partenaires depuis longtemps

J’apprécie la civilisation chinoise, et j’applaudis quand ils démolissent des centaines de mosquées… Les bisbilles entre Taïwan et le continent ne nous concernent pas. Mais je mets en garde nos amis Pékinois. En cas de guerre, la petite île forteresse avec ses montagnes pentues de 4000 mètres, ses défilés encaissés et ses jungles tropicales pourrait ressembler à un mélange d’Afghanistan et de Viêt Nam.

En tout cas, au Fenua nous n’avons pas à nous plaindre des Hakka (apparentés aux Han) qu’on appelle ici « Tinitos ». Venus à partir de 1865 comme coolies agricoles, à l’époque où Tahiti vendait des oranges à la Californie (!) ils ont créé des entreprises familiales dans le secteur de la distribution. Sans vraiment rencontrer de concurrence. La plupart des Popaa ont une mentalité de fonctionnaires. Et beaucoup de Ma’ohi, pêcheurs ou cultivateurs, n’ont pas la bosse du commerce.

Aujourd’hui, la plupart des grandes surfaces appartiennent aux Chinois. Mais depuis 2013, ils contribuent aussi au financement des hôtels, à la rénovation des routes et aérodromes, et au fonctionnement des banques. Et sans eux, on n’aurait ni téléphonie mobile moderne, ni internet performant. La France, qui a claqué des milliards en Afrique pour monter des réseaux en déconfiture, refusait d’investir dans nos îles. Jusqu’en 2019, on avait des connexions lentes et aléatoires à des tarifs astronomiques.

Mais peut-on encore parler de Chinois ? Même si le Consulat général de la Chine est la seule représentation diplomatique à Papeete, au fil du temps nos Tinitos se sont métissés, ethniquement et culturellement, créant une nouvelle race, les sino ma’ohis… Avec beaucoup de femmes superbes. À la grâce sensuelle des vahinés qui parfois s’empâtent après avoir enfanté, les Chinoises ajoutent leur atavisme gracile et cet air d’éternelle jeunesse jusqu’à 50 ans. Quand on vient en France, et qu’on voit toutes vos bâchées, on a hâte de repartir dans nos îles.

Christian Navis

https://climatorealist.blogspot.com/

https://ripostelaique.com/la-zone-indo-pacifique-serait-une-chance-pour-la-france-sans-le-boulet-macron.html

 673 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Ceci dit, j’adore la finesse de la danse Tahitienne magnifique que j’ai pratiquée en France (métropole où les Tahitiennes m’appelaient la “Française”, ça en dit long…), j’aime leur contact (j’adore l’exotisme qui donne un peu de chaleur face à la froideur des relations françaises) mais je dois dire que j’y ai vécu, dans les associations, un racisme incroyable et parfois douloureux.

    Je crois que c’est pareil en Guadeloupe avec plein de témoignages y compris d’une collègue Guadeloupéenne pure souche qui en était offusquée.

    En Guyane, j’y ai rien vu de Français sauf les allocations familiales et le racisme des créoles.

    Sceptique que ce soit un avenir prolifique partagé pour la France.

  2. Il faut relativiser, je connais très bien la mentalité des iles du Pacifique dites Françaises, et pas forcément des amoureux de la France. Les Chinois (qui font partie de l’origine aussi) n’y font pas ce qu’ils veulent.

    Quant aux femmes superbes, ça énerve les Tahitiennes ce fantasme qui perdure à tel point qu’elles envoient malicieusement les touristes qui les demandent (subjugués bêtement par les images) vers les plages où ils peuvent voir la réalité qui en est loin.

  3. Oui, vous avez raison…quelques semaines avant la présidentielle de 2017 je les vu se mettre les pieds dans le tapis sur la Guyanne a la télé, en direct, au moment de je ne sais plus quelle grêve (contrôleurs aériens je crois ) Ou il demandait aux grévistes de ne pas bloquer” l’ile de la Guyane “….Comment une telle tapée de Français ont étè assez con pour mettre a la tête de l’état un gars qui jusqu’en 1967 n’aurait même pas obtenu son simple certificat d’étude…A ce propos…Il faut ressuscité ce diplôme qui sanctionne les éléves, mais aussi “les instituteurs”(je préfère cette appellation a celle dévalorisante et péjorative de”professeur des écoles “….Quand a la fameuse élèction, je crois que même si Marine ne passer pas, qu’en plus, ils ont tricher et magouiller les résultats, c’était plus sur !

Les commentaires sont fermés.