Guerre. Israël annonce avoir découvert le plus grand tunnel du Hamas à Gaza

MÉTICULOSITÉ,  DEVOIR, ET MAUVAIS MATINS…

Il y a ceux qui réclament vaille que vaille, la libération des otages capturés par le Hamas le 7 octobre 2023, et ceux qui craignent les portées d’une telle revendication.

Il y a ceux qui estiment que la nation est l’élément le plus important, et d’autres qui n’ont cure de cette nation, de ce pays, de cette patrie, et qui insistent à ne voir que leurs propres besoins exaucés immédiatement et à tout prix.

Il y a des soldats qui meurent chaque jour pour protéger ce peuple errant depuis plus de deux mille ans, cette patrie sur leurs terres ancestrales qu’ils ont ressuscitée mais qui nargue les Arabes et les envieux, et certains civils qui n’ont que très peu de point d’attache avec elle…

Faudrait-il pour l’intérêt global sacrifier l’individu ?

De tout temps, durant toutes les guerres qu’elles soient régionales ou mondiales, le particulier disparaît face à l’intérêt global. La seconde guerre mondiale a été secouée par une confrontation généralisée, qui réclamait la participation de tous ceux qui refusaient la soumission aux Allemands…

En Israël, les juifs sanctifient la vie et donc, ils lui accordent une préséance inhabituelle, rarement appliquée dans le monde même libre et dit humain.

Les parents/proches de soldats morts durant un combat dont les corps n’ont jamais été restitués réclament à ce jour la récupération de leurs restes, que l’ennemi cherche à négocier…

Combien de soldats morts pour libérer des prisonniers et même quelques cadavres de combattants ? Les Israéliens ont cessé de compter.

Gilad Shalit – Le prisonnier le plus coûteux – Le Premier ministre israélien Ehud Olmert refuse toute négociation et lance, le 28 juin 2006, l’opération Pluies d’été, qui ne permettra pas sa libération. Quel a été le coût en vies humaines israéliennes de cette opération ? Cinq soldats israéliens ont été tués au cours du conflit, dont deux lors de la première attaque frontalière palestinienne et un lors d’un incident de tir ami. Six civils israéliens ont été tués et près de 40 ont été blessés. Finalement le tintamarre déclenché par la famille Shalit pour la libération de l’otage Gilad Shalit, a coûté en plus des morts et des blessés, la libération de 1027 prisonniers palestiniens avec du sang sur les mains dont le sieur Yahia Sinwar. Bibi Netanyahu, doit bien s’en souvenir, puisque c’est lui qui a conclu cet échange arbitraire. Yahia Sinwar est celui qu’Israël doit combattre en se mordant les doigts pour l’avoir libéré, comme tant d’autres, quelques années plus tôt.

À cette étape, les tunnels dits de contrebande existaient déjà à Gaza en 2006. Les pluies de roquettes n’ont fait depuis qu’augmenter. Nul n’ose demander pourquoi avoir laissé cette situation suppurer.

Aujourd’hui, la prétendue présence d’otages dans les tunnels du Hamas empêche les soldats d’agir librement… et chaque tentative d’assaut les place devant le danger de porter atteinte aux otages estimés être captifs/bouclier humain des terroristes du Hamas dont Yahia Sinwar…

Et c’est là qu’on comprend mieux pourquoi l’armée américaine ordonne à ses soldats de tirer sur l’otage… et de poursuivre la lutte contre l’ennemi, dont la carte victorieuse a été supprimée.

En Israël, le même tintamarre adopté pour libérer Gilad Shalit est revenu avec force décibels et théâtres… de quoi saper toute résolution, logique, perspective et santé d’esprit…

Alors, le soldat reçoit des ordres non seulement de sa conscience, de ses dirigeants, mais aussi des Américains et Européens qui lui font la morale : Attention ! Ne jamais porter atteinte aux innocents gazaouïs ! Ah ! Parce que vous trouvez qu’il y a des gazaouïs innocents ? Comment concevoir alors que la majorité des bâtiments à Gaza soient équipés d’entrées et de sorties de tunnels ? D’armes et de bombes même sous les lits de leurs bébés, de leurs enfants ? Dans les hôpitaux, les écoles – le sol de Gaza ressemble à du fromage gruyère tant il est perforé de tunnels.

Innocents vous dites ? Cette morale dont vous  aspergez diligemment les Israéliens, comment se fait-il que vous ne n’appliquez pas ?

Faut-il vous rafraîchir la mémoire en vous parlant de vos guerres, de vos conflits ? Ou bien, « ce qui est bon pour le roi est interdit au vassal ? »

Il y a une odeur nauséeuse d’antisémitisme qui émane de toutes les initiatives proposées… Il y a aussi cet étrange glissement de terrain sous les pieds des Israéliens quand leur sécurité et leurs droits sont exposés… Ce n’est guère une impression, c’est une vérité pénible…

Alors, il faut immoler le soldat israélien pour une soi-disant éthique et noblesse inexistantes chez l’ennemi… et même chez ces distributeurs de morale.

Thérèse Zrihen-Dvir

 667 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. Difficile d’être un guerrier qui doit respecter la vie de ses ennemis.
    Surtout quand ces ennemis n’ont aucune humanité, même envers leurs semblables.

  2. Quelques bombes thermobariques à surpression ou des bombes à vide sur ces tunnels et on n’en parle plus .

  3. Le pourcentage de gazaouis innocents doit être infime. Il doit bien-sûr en exister. Il doit bien y avoir des gazaouis qui ont dû être révulsés par les attaques et qui ont de suite compris que les emmerdes allaient voler en escadrille. Une toute petite minorité, toute infime et sincèrement ceux-là on peut objectivement les plaindre. Mais l’énorme majorité qui a eu l’ivresse de descendre dans la rue fêter un massacre nous l’avons aussi tous vu. Qu’ils ne viennent pas couiner. Pour les otages, c’est bien triste, nous les plaignons tous. Mais Israël doit en faire le deuil. C’est horrible de dire ça mais il le faut. La sécurité d’Israël sera à ce prix. Je m’excuse auprès des familles, ce que je dis est horrible, je n’aimerais pas être à leur place, nous compatissons évidemment, mais si Israël veut éliminer le Hamas c’est à ce prix sans faire dans la dentelle.

  4. Chers amis – aujourd’hui en dépit de plus de 24 funérailles et oraisons funèbres, nous fêtons la fête de Tou Be Shevat – la fête des arbrisseaux que nous plantons pour célébrer la vie et ses fruits…
    Les arabes resteront arabes avec leur sanctification de la mort… Nous, nous célébrons Dieu en aimant la vie, comme le disait si bien Tolstoï.
    Amitiés
    Thérèse

  5. La fourberie du muzz, offenser au maximum et aussitôt, chialer comme une victime quand il y a représailles

  6. La solution : missiles, obusiers, canons de tous calibres, bombardements stratégiques à haute altitude, napalm, phosphore…bref, jusqu’à ce qu’il ne reste pas une pierre debout. Puis, envoyer des robots spécialisés et équipés de lance-flammes dans ces putains de tunnels pour finir le boulot. Après, on peut songer se mettre à la table des négociations (si il reste des négociateurs en face des israëliens.)

  7. Et pendant ce temps là le ministricule des affaires étrangères macronien réclame la création de deux états. Le macronicule veut fondre et faire disparaitre la France dans le creuset européiste mais en même temps il réclame le morcellement de la terre d’Israël. Ce type est complètement dingue et il ferait mieux de s’occuper de son arrière train.

  8. Personne ne peut se mettre à votre place, personne.
    Personne ne peut parler à votre place, personne.
    Une seule chose, faire confiance en la détermination d’Israël. C’est mon cas.

  9. Ls Romains avaient toute une série de lois, rassemblées dans les Douze Tables. Mais à la fin de l’énumération surgissait une dernière loi, qui d’un seul coup l’emportait sur toutes les autres : “Le salut du peuple sera la loi suprême” (“Salus populi suprema lex esto”)

  10. Des Gazouis innocents? Ça doit être une denrée extrêmement rare. J’ai pu constater les scènes de liesse et la maltraitance des otages arrivant à Gaza. Et puis plus rien. Ces images ont disparu des écrans. Merci Thérèse pour votre article. Prenez soin de vous. Amitiés.

Les commentaires sont fermés.