Bravo Alexandre Morel, « tu fais partie de ceux qui rendent si fière notre belle France »

Alexandre Morel est un jeune agriculteur passionné qui parle de son travail en vidéos.

La phrase « tu fais partie de ceux qui rendent si fière notre belle France » est en fait le commentaire d’un internaute.

Les machines, les techniques, les saisons, les cultures, l’élevage… il met tout son cœur pour aborder tous les sujets de son métier, les bons côtés comme la dureté de la vie.

Un enthousiasme communicatif

Gageons que n’importe quel jeune de la ville qui s’ennuie qui tombera sur ses vidéos aura lui aussi envie de faire quelque-chose de sa vie.

Alexandre Morel, 20 ans, éleveur : « qu’est-ce qu’on attend pour faire de la bonne communication ! »

Il a la fougue de la jeunesse et sa parole peut être incisive.

Alexandre Morel est fils d’agriculteurs, étudiant et déjà très actif sur la ferme. Il a prévu de s’installer en 2024, en Gaec avec son père.

Engagé dans la communication, il a à cœur de défendre l’agriculture. Bien dans sa région et bien dans sa peau, il est présent sur Tik-Tok où il entend parler de son métier, mieux que ceux qui ne connaissent pas ce monde…

« On laisse beaucoup trop parler ceux qui nous dénigrent. »

La souffrance du monde agricole, « pourquoi est-ce qu’on n’en parle pas ? » interroge Alexandre Morel qui veut être un défenseur du monde agricole.

A 20 ans, on a tout l’avenir devant soi mais on ne sait pas toujours où on va. Alexandre Morel, lui, sait depuis plusieurs années qu’il sera agriculteur. Il a bien tenté quelques stages généraux en étant au lycée mais « rien ne m’intéressait » reconnaît-il. Alors, il a choisi les études agricoles et se prépare à s’installer sur l’exploitation familiale. Sa mère partira et lui, aîné de 4 enfants, prendra sa place aux côtés de son père dans le Gaec.

La ferme est basée dans l’Ain, en AOP comté, et est engagée dans un système conventionnel qui cherche à favoriser l’autonomie et être sur du moins intensif. Le cheptel compte 66 vaches à 90 % Montbéliardes, qui produisent 420 000 litres de lait par an, livré à la coopérative de Nantey, dans le Jura. La famille Morel est arrivée dans cette région en 2013. Né dans la Nièvre où ses parents étaient déjà agriculteurs, Alexandre a ensuite vécu en Bretagne, non loin du Mont Saint-Michel, où son père a travaillé dans une coopérative céréalière, et en Haute-Saône, où sa mère a suivi une formation pour pouvoir s’installer. Il a vu du pays et voyage encore beaucoup mais « je n’arrive pas à me faire à d’autres régions », dit-il.

Vous avez déjà tout un vécu sur les réseaux sociaux. Quand avez-vous commencé ?

Alexandre Morel – « J’ai toujours aimé faire des petites vidéos. Ça a démarré avec le Trophée national des lycées agricoles, en 2020, au tout début du Covid. J’ai réalisé des petites vidéos du monde agricole sur Instagram et je me suis rendu compte que la transmission du métier était une passion. Je me suis dit ” pourquoi ne pas me mettre sur TikTok ” 

Être sur Tik-Tok est-il un moyen pour un jeune en zone rurale d’être moins isolé ?

A. M. – « Pas du tout. Je suis à 20 km de Bourg en Bresse. C’est un endroit dynamique et je suis relié à une communauté de jeunes. »
 

Quels thèmes aimez-vous aborder ?

A. M. – « Un peu tout. Il y a du sérieux et du pas sérieux. Je poste des belles images de notre métier pour répondre à ceux qui nous dénigrent et pour valoriser l’environnement où je vis. La ferme est située à 250 m d’altitude. D’un côté c’est le début de la montagne. De l’autre, le début de la plaine bressanne. Ce sont des paysages opposés et j’adore ce mélange. »

Vous utilisez aussi des mots forts comme « tous corrompus » par exemple. Etes-vous vraiment révolté ?

A. M. – « J’emploie ces mots parce que c’est l’impression que j’ai. Je ressens que le modèle d’agriculture que nous proposons n’intéresse pas le syndicat auquel nous étions adhérents. 

L’interview complète ici

 

Partons à sa rencontre à travers quelques-unes de ses vidéos.





 599 total views,  1 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. La belle jeunesse française, courageuse, dure à la tâche, travailleuse, amoureuse de sa terre.
    Rien à voir avec les importés, OISIFS, dealers, hargneux et fainéants, le peuple de macron.
    Les technocrates de Bruxelles tuent nos agriculteurs sans scrupule ni remords.
    Il en meurent par centaines chaque année.
    Ecrasés par les charges et les normes de plus en plus chiantes, ils sont contrôlés par des inspecteurs armés d’un 45 magnum.
    Ces fonctionnaires-là, ont le droit d’être armés.
    Vous en pensez quoi de ce système pourri ???
    FREXIT

  2. Voilà un vrai héros. Ce sont des personnes comme lui qui incarnent l’avenir de la France, donnent en tout cas des raisons d’espérer.

  3. Les macronneux fouettent face à la menace paysanne, s’ils pouvaient nous retourner ce pouvoir indigne de marcher dans la bouse des vaches on applaudira comme jamais. Nono la rondelle et ses annonces mensongères, va pouvoir aller se pignoler en lisant ses grimoires pervers, au lieu de se croire administrateur de la trésorerie nationale. Le pignouf du palais ne pourra pas envoyer la garde prétorienne tailler les pécores, ce serait très mal perçu par un électorat qui s’apprête à le fusiller en juin prochain.

  4. Chapeau et admiration. Des Français comme lui, on en veut des millions à la place des parasites sociaux exotiques, qui crachent sur la France et nous pourrissent la vie.

  5. Quelle horreur ! Ils n ont meme pas la haine ! Ne veulent pas niquer la France voire casser du flic ! Parlent boulot au lieu de baiser et se faire des piquouzes . Meme pas un petit joint.Rien.
    Peut etre meme -Horresco referens- votent ils a droite.
    Ecoeurant.

  6. Bientôt le salon de l’agriculture, les agriculteurs devraient le boycotter…

  7. Enfin un jeune avec la tête sur les épaules qui nous change des parasites des cités. Tous mes voeux de réussite, ne change pas surtout!

  8. L’agriculture est une chose trop sérieuse pour que des gens qui n’y connaissent rien s’en mêlent, comme les technocrates de Bruxelles ou les crétins écologistes de chez ELV. Ce jeune homme est un exemple. Il faut redonner à nos agriculteurs la liberté qu’on leur a confisquée. Merci Jules Ferry pour ce texte plein d’espoir.

Les commentaires sont fermés.