Angleterre : une grand-mère atteinte de démence aux mains de la diversité

Des images bouleversantes montrent Mme Wall frappée à la tête avec un oreiller par l’un de ses “soignants” (le pire, celui à lunettes).

Voici un cas qui ne peut que nous faire réfléchir.

Sur le grand-remplacement par exemple.

Sur le sens de la vie quand on devient dépendant.

Sur l’évolution de l’accueil médical et le respect accordé aux anciens.

Sur notre acceptation à tomber un jour entre les mains de ces tortionnaires…

Voir aussi sur RR :

Une résidente âgée de 92 ans violée dans un Ehpad à Paris par un employé ressortissant du Congo

Exclusif. 

Daily mail

Dans certaines séquences, les jambes de Mme Wall sont saisies et maintenues de force en l’air.

 

Des images révèlent les sévices choquants infligés à une grand-mère atteinte de démence par des soignants cruels.

La famille a caché une caméra dans un cadre photo après avoir remarqué des ecchymoses sur le corps de la grand-mère.


Les sœurs Danielle et Rebecca Hinsley (photo, ici avec leur grand-mère encore valide) se sont plaintes au personnel de la maison de retraite de Wolverhampton en février 2020, mais n’ayant pas été satisfaites de la réponse, elles ont pris les choses en main.

Les petites-filles de Mme Wall ont installé une caméra sur un cadre photo dans la chambre de sa grand-mère pour tenter de voir ce qui arrivait à Mme Wall, qui ne pouvait pas s’exprimer.

La caméra a enregistré des images par détection de mouvement directement sur le téléphone de l’une des sœurs.

Vidéo

 


Mme Wall souffrait de démence depuis 2015 et avait 89 ans au moment des faits.

Tragiquement, la bien-aimée grand-mère de six enfants, arrière-grand-mère de douze enfants et arrière-arrière-grand-mère d’un enfant est décédée le 6 octobre de l’année dernière, à l’âge de 92 ans, peu de temps après que ses agresseurs ont été reconnus coupables.

 

Où sont les gentilles soignantes du joli temps passé ?

Edith Cavell, célèbre infirmière britannique d’un temps disparu

Dans les images bouleversantes filmées pendant quatre jours, on peut voir les employés sans cœur se moquer de la retraitée, la pousser, lui tenir agressivement les jambes en l’air et la pincer.

Dans une autre séquence, on voit l’un les voyous saisir de force Mme Wall et se moquer d’elle avant de la frapper à la tête avec un oreiller.

La vidéo choquante montre également le personnel sans honneur traitant Mme Wall de “dégoûtante” et la plaquant au sol alors qu’ils tentent de la nettoyer et de l’habiller.

Certaines séquences montrent comment les jambes de Mme Wall ont été tirées ou maintenues en l’air de force, malgré ses cris de détresse de plus en plus forts.

On la voit également poussée, entravée et avec une serviette sur le visage par des soignants censés préserver sa dignité.

Danielle, 36 ans, et Rebecca, 39 ans, ont présenté leur témoignage aux responsables de la maison de retraite, à la Commission de la qualité des soins et à la police des Midlands de l’Ouest.

Les soignants Ame Tunkara, 33 ans, Morounranti Adefila, 43 ans, Danny Ohen, 39 ans, et Bridget Aideyan, 49 ans, ont ensuite été inculpés de mauvais traitements et de négligence délibérée.

Ils ont été reconnus coupables et emprisonnés pour un total de 18 mois à la Wolverhampton Crown Court à la fin de l’année dernière.

Danielle, 36 ans, mère de cinq enfants, originaire de Wolverhampton,  déclare : “Elle est entrée pour la première fois dans la maison de soins en avril 2019 et les abus ont commencé en février 2020 – juste avant le confinement”.

Les ecchymoses au visage de Mme Wall ont incité les sœurs à acheter la caméra cachée qui a révélé les mauvais traitements

Sur une grande partie des images, Mme Wall était visiblement en détresse alors qu’elle était malmenée par les personnes qui s’occupaient d’elle

Mme Wall était âgée de 89 ans lorsque les faits ont été enregistrés, elle souffrait de démence vasculaire et ne pouvait pas parler

 

Son comportement a changé, elle a commencé à nous frapper, ma sœur et moi. Elle nous donnait des coups, nous criait dessus et nous disait de sortir.

Nous y sommes allés le lendemain et elle avait des bleus sur les coudes, le visage, la tête et les poignets. C’est ce qui était visible pour nous, il y avait beaucoup d’autres choses sur son corps que nous ne pouvions pas voir.

Nous avons immédiatement appelé la direction, qui nous a simplement demandé d’envoyer les photos par courrier électronique. Ce n’était pas suffisant, alors nous sommes allés commander une caméra immédiatement.

Nous savions que quelqu’un lui faisait du mal. Les bleus sur le poignet n’étaient pas alarmants, mais nous savions qu’il se passait quelque chose à cause des bleus sur le visage.

Elles étaient au-dessus de son menton et de ses sourcils. Nous étions surtout en colère.

La caméra est arrivée le lendemain et nous l’avons installée. Nous l’avons laissée quelques jours et lorsque nous l’avons ramenée à la maison, ce que nous avons vu était tout simplement horrible.

Cela nous a brisé le cœur.

À un moment donné, une serviette a été placée sur le visage de Mme Wall avant qu’un soignant ne la traite de “dégoûtante

Danielle raconte que les pires sévices ont été infligés par Ohen, qui se moquait des paroles de sa mère et lui pinçait le visage.

Elle a ajouté : “L’homme était le pire. Il la frappait à la tête avec un oreiller.

Il se moquait d’elle parce qu’elle ne pouvait pas parler correctement, il lui pinçait le visage, lui tenait les jambes.

Il lui disait qu’il allait appeler la police.

L’autre femme la regardait fixement et tenait une serviette sur elle. Ils lui tenaient les jambes comme à un bébé, elle criait. Nous avions le cœur brisé et nous étions en colère.

Les sœurs ont immédiatement prévenu l’une des infirmières de la maison de retraite, qui a informé les responsables régionaux de l’entreprise avant que la police ne soit appelée.

Danielle raconte :

“Mon père et ma mère étaient très fiers. Nous avions promis à Nan [la mamie] de la protéger.

Comme c’était Noël, c’était la meilleure punition : ils n’ont pas pu passer Noël avec leur famille.

J’aurais aimé que ce soit plus long, mais je suis content que ce soit à Noël. Nous pensions qu’ils pourraient être condamnés à des peines avec sursis.

Nous pensons que Nan a attendu la fin du procès parce qu’elle a rapidement changé d’avis et a cessé de manger lorsque nous lui avons annoncé le verdict.

La semaine suivant le verdict, elle est décédée. C’est comme si elle attendait de savoir.

Elle était tout pour moi et sera toujours tout pour moi.

 

“L’homme était le pire”

Ohen et Aideyan, tous deux originaires de Wolverhampton, ont été reconnus coupables en septembre et condamnés respectivement à six et quatre mois de prison le 14 novembre.

Tunkara et Adefila, tous deux originaires de Walsall (West Midlands), ont été reconnues coupables en mai dernier et condamnées à quatre mois de prison chacun le 8 décembre.

Trois des quatre employés  provenaient d’une agence d’interim et l’un d’entre eux était un membre permanent du personnel du foyer.

La famille ne souhaite pas nommer la maison de retraite, qui est sous une nouvelle direction, mais elle  déclare que les autres membres du personnel avaient été “extraordinaires” avec Mme Wall.

L’inspecteur Kathryn Sargent, de la police des West Midlands,  déclare : “Cette femme âgée est malheureusement décédée en octobre et n’aurait pas dû passer les dernières années de sa vie à subir de tels mauvais traitements”.

 1,163 total views,  2 views today

image_pdf

33 Commentaires

  1. Il serait impératif que des caméras, partout, filment tout et soit regardées par des surveillants extérieurs.

    Ainsi, les faits incriminants deviendraient incontestables, car hélas une seule photo prête flanc à analyse critique et au fameux « hors de tout doute raisonnable ».

  2. Churchill les empêcherait d’entrer en Angleterre Il va falloir un autre 8 mai 1945 mais quand? Pour que le monde puisse de nouveau VIVRE LIBRE……..

  3. Leurs têtes disent tout d’eux. Si je les croisais je partirais le plus vite possible. Et quand j’entends nos politiques nous dire que nous avons besoin des migrants pour les métiers en tension, je suis horrifiée. Car, évidemment, ils ont cité les maison de retraite qui manquent de personnel soignant et où ils veulent caser des Africains et des Africaines. Nous savons déjà de quoi ils sont capables dans leur pays… Quant aux autres métiers en tension, telle la Restauration, vous faites confiance à de telles gens dans les cuisines ? Ils crachent dans les faitouts et vos assiettes. Je boycotte le restaurant mais j’espère surtout ne jamais devenir dépendante. Mieux vaut mourir que de se retrouver entre leurs mains !!! Merci le gouvernement ! Merci l’Europe qui place les plus faibles à la merci de bourreaux implacables !

  4. seules des vidéos 24H/24H dans l’ensemble de toutes les pièces d’un EPHAD mettront fin à ce scandale de la maltraitance pour laquelle rien n’est fait : à cela s’ajoute l’embauche de brutes épaisses étrangères et sans éducation, ni scrupule, qui n’a pas sa place dans nos pays , car en france c’est exactement pareil – ces criminels devraient être condamnés à mort

  5. Il y a aussi de la maltraitance dans les hôpitaux certaines infirmières dévouées, sympas,efficaces ayant de l’empathie de la compassion ,mais d’autres, ou aides soignantes, (on se demande pourquoi elles font ce métier, pas toujours bien payé certes mais les patients n’y sonts pour rien) je l’ai vu pour ma mère limite maltraitée par “des soignants “.que ces gens changent de metier si ils n’ont pas d’empathie,de compassion,de patience envers les malades et pensionnaires en ehpad. Ces gens ont été sanctionnés en angleterre (pas assez d’ailleurs)et je ne souhaite qu’une chose cest quand ils seronts à leur tour vieux et malade ,de subir la même chose que ce qu’ils ont fait a cette dame.

  6. Si vous avez un aïeul dans une maison de retraite et que vous voulez triester le fonctionnement, rendez-lui visite un jour banal ou un week-end, appuyez sur le bouton d’appel et déclenchez votre chrono.
    C’est tout.

  7. Il faudrait en faire autant dans certaines EHPAD en France …
    Je mets en avant le recrutement de personnes dont il ne faut pas citer l’origine et qui ont des comportements abjects vis à vis des vieux.
    Les directions sont complices et les associations propriétaires des EHPAD en question ne se préoccupent que de récolter des fonds pour d’autres usages.
    J’en connais une qui gère des EHPAD ET des centres d’accueil des migrants. Quel hasard !

    • Il est temps de purger la France et tout ce système pourri et corrompu!

  8. ” En France on a les mêmes débilles ce qui arrange les actionnaire de ce type d’établissements au cas où ? la seule initiative valable c’est une dragée dans la chetron et une balade dans le coffre d’une limousine . “

  9. Les parents donnent tout à leurs enfants, on ne doit jamais les abandonner.Dans ce monde sauvage il n’y a que la famille qui compte….

  10. Là mort par garotage, voilà ce que mérite ce genre d’ordures ! Revenir aux valeurs traditionnelles d’Europe Gréco- chrétienne, le respect des anciens , la défense de la veuve et de l’orphelin, l’esprit chevaleresque… Ceux que ces barbares n’ont pas car ce n’est pas dans leurs cultures, leurs gènes sont pourris et souvent a leur contact les jeunes européens deteingnes sur eux . Si le système nous les imposent refusons d’être en contact avec eux , refusons qu’on ‘ous les imposes au travail,a l’hôpital …. Là ségrégation comme solution en attendant la Remigration

  11. Annuaire diplomatique,dans une administration à Paris,dans les années 1990 il y a une mise en garde,pour les voyageurs ,de ne pas se rendre dans certains pays d’Afrique car il y a encore des mangeurs d’homme !

    • Toujours d’actualité.
      Ils n’arrêtent pas de parler de famines, mais sont bien ronds, surtout ceux qui arrivent par milliers chaque jour.
      On ne devient pas rond en mangeant des chips.

  12. Saloperies,quelques mois de prison ,pas suffisant ,traiter des personnes âgées pire que du bétail ,ici aussi ca existe ,regardez les scandales il y a quelques années sur certaines maisons de retraites .honte à tous ces pourris .

  13. Un aîné qui A une famille – surtout une qui prétend vouloir son bien -, n’a RIEN à foutre en maison de retraite.
    C’est cruel d’abandonner qui que ce soit dans ces structures; d’autant plus quand PERSONNE n’ignore les RISQUES!

    Quand on veut vraiment protéger nos aînés, on les assume jusqu’au bout et on les garde AVEC NOUS autant que possible!
    (Et là, il y aura moins de maltraitance vis-à-vis des aînés…!)

    Certes, il y a des cas particulièrement compliqués (forte violence physique de la part des aînés, par exemple)… mais dans ce cas, on fait le nécessaire PERSONNELLEMENT jusqu’à que ce ne soit plus possible et qu’on trouve quelqu’un de réellement compétent, respectueux, et SAIN, pour prendre la relève.
    Et on se dém*rde pour aller visiter nos aînés AUTANT QUE POSSIBLE si on doit les séparer du reste de la famille (car violence vis à vis des enfants, par exemple)!

    …Ca me tue, moi, toutes ces personnes qui se plaignent de voir papi et mamie maltraités en maison de retraite, alors que les pauvres ne seraient pas dans cette situation si ils avaient une famille qui se souciaient suffisamment d’eux pour s’en occuper PERSONNELLEMENT…!

    • moi ça ne me tue pas , prenez un alzeimer chez vous et vous verrez , c’est vous qui devenez gaga avant l’heure ! j’ai bien connu cela ..et se plaindre parce qu’il y a maltraitance , c’est normal, cela ne doit pas être , le personnel est payé pour travailler et avec humanité, le problème est qu’il n’y a plus de personnel ! un parent se permet aussi des choses qu’il ne fera pas avec des inconnus, c’est bien là le problème !

      • J’ai vécu avec mon papi pendant 10 ans, et j’aurais largement préféré qu’il eût été Alzheimer que… ce qu’il a été.

        J’ai pu supporter ces 10 années parce que j’étais une gosse, et que le fait que ce soit mon NORMAL les avait rendus très gérables…
        Mais pour mes pauvres parents, c’était (légitimement) l’Enfer.

        On ne me donnera pas de leçons sur les difficultés potentielles d’accueillir un aîné chez soi.
        Dans ma famille, il y a toujours eu quelqu’un pour prendre soin des anciens – QU’IMPORTE l’état de la personne!

        Ma mère a accueilli son père chez elle, alors qu’elle était gravement malade et handicapée, et qu’elle avait des enfants en bas âge à charge.
        Elle s’est occupée de lui, MÊME quand elle était sous PERFUSION et qu’elle n’avait pas d’aide (car mon père était alors hospitalisé)…

        Elle a assumé son rôle de fille, alors que son père ne le valait même pas…

        La famille, c’est sacré.

        Quand il y a des risques de blessures ou d’homicide : OUI pour trouver de l’aide auprès de gens spécialisés…!
        Mais pour ceux qui ne sont PAS dangereux…? Pour ceux qu’on aime et qui nous aime…?

  14. Ben voilà, allez y, recruter de la diversité, vous serez bien servi. Faites en venir d’autre.

    • Dans les années 1980, c’était déjà le cas.

      “Où, les gentilles soignantes ?” Oui ! Avant il y avait la vocation.

      Maintenant on a casé beaucoup de la diversité dans des métiers de services, dont aux soins médicaux en milieux hospitaliers. La “vocation” est partie avec ces infirmières laissant la place aux chances pour la frence qui viennent chercher leur pain dans ces professions.

      Les malades, les personnes dépendantes qui sont confiées à cette diversité sont d’autant plus exposées aux risques de la maltraitance, de la violence verbale et physique ; que le personnel est précisément divers, plein de haine et de rejet envers l’autochtone blanc. Bien pensée cette politique d’accueil des autres.

      La mondialisations, le nouvel ordre mondial est vraiment anti-progressiste puisqu’il abâtardit, avilit, rabaisse, déconstruit, détruit tout. C’est probablement le but rechercher : détruire tout ; pour tout rebâtir ; recréer selon les critères du mondialisme humaniste.

      Comme quoi, on tombe souvent sur l’histoire des savants fous.

      Les dérives de la folie semblent plus puissantes que la raison et l’intelligence.

  15. Ces sinistres bourreaux devraient être expulsés et renvoyés là d’où ils viennent. Dix-huit mois de prison pour de tels actes, c’est peu cher payé. Perso, je préfère crever que d’aller dans un EHPAD. Et on importe de la main-d’œuvre étrangère chez nous? L’avenir s’annonce brillant avec des individus pareils.

    • “Perso, je préfère crever que d’aller dans un EHPAD.”

      Exactement.

      …Les familles de ceux qui sont maltraités dans ces structures ONT leur part de responsabilité dans les horreurs que subissent leurs aînés.
      Parce qu’abandonner papi et mamie dans les mains d’étrangers – dans ce qui est quand même communément désigner comme “creuvoirs” – plutôt que de les assumer personnellement… ce n’est pas ce que j’appelle de l’amour, ou même du respect ou de la simple affection…!
      Clairement pas un besoin de protéger les aînés non plus…!

      Si seulement on pouvait revenir aux valeurs familiales d’antan…

    • “Et on importe de la main-d’œuvre étrangère chez nous?”

      …Quand des Français – jeunes COMME vieux – ne trouvent souvent pas de travail, ou n’ont même pas la simple possibilité de faire des études supérieures pour une partie d’entre eux – ce qui leur assurerait pourtant un peu plus de chance de réussite dans le milieu du travail…

      Sans compter que la main-d’oeuvre étrangère est SEULEMENT là pour servir d’esclaves, car ce sont des travailleurs à moindre prix…
      Tous ces abrutis qui les font venir, en criant au racisme si on ne veut pas d’eux chez nous, et alors qu’ils (ces “abrutis qui les font venir”) sont les plus grands racistes de tous, car ils veulent se servir de ces étrangers (“bronzés de peau”) comme des esclaves – les considérant visiblement comme une sous-race seulement…
      P*tain de c*nnards d’esclavagistes…

      Et pendant ce temps, des Français qui se font piquer des offres d’emploie POTENTIELS pour être remplacés par une main-d’oeuvre qui coûte moins chère crèvent, eux, la bouche ouverte…

      (Ou alors, on va maintenant nous dire que les travailleurs Français seraient moins compétents que les étrangers…?)

    • c’est vrai que c’est pas cher payé,mais au moins il ont fait de la prison.
      en France,un rappel à l’ordre aurait été prononcé…

      • Et encore à condition que cela soit médiatisé ,sinon les dérapages et maltraitances en EPHAD sont étouffés par les directions complices ! Ca m’a toujours fait bondir dans les affaires de maltraitances quand ces ordures de directeurs ou de directrices clamaient qu’ils n’étaient pas au courant!

  16. “Ohen et Aideyan, tous deux originaires de Wolverhampton”
    “Tunkara et Adefila, tous deux originaires de Walsall (West Midlands)”

    Euh, vous êtes sûrs de vos informations ? Parce que sur les photos, ça ne saute pas vraiment aux yeux.

  17. Je n’aurais jamais laissé ma mère dans les sales mains de ces représentants de la “diversité”( pour faire poli un mot commençant par N est plus indiqué).

  18. Têtes de brutes. Parfois l’habit fait bien le moine. Écoeurant, à vomir.

Les commentaires sont fermés.