40 toiles d’un impressionniste russe aux enchères

Bord de mer animé

Le 17 janvier à Neuilly-sur-Seine, la maison Aguttes dispersera aux enchères le fonds d’atelier d’Evgeni Ivanovitch Pospolitaki, un peintre russe méconnu qui travailla entre la Russie et la France, de la fin du XIXe au début du XXe siècle.

   

Portrait présumé de l’artiste par lui-même

 

Au programme, une quarantaine de toiles.

« Reconstituer sa carrière n’a pas été chose aisée car les sources à disposition sont assez parcellaires ou sont passées sous le rouleau compresseur de la Révolution russe ». Pierre-Alban Vinquant, directeur du département Art impressionniste et moderne chez Aguttes, présente aux enchères le 17 janvier un ensemble de quarante-deux œuvres issues de l’atelier du peintre russe Evgeni Ivanovitch Pospolitaki (1852-ca. 1915).

Cet artiste, fils d’un sergent dans l’armée, suivit une formation d’ingénieur civil et bâtiment avant de se tourner vers l’art. Il intégra l’Académie des beaux-arts de Saint-Pétersbourg en 1873, dans un contexte artistique agité. À cette époque, le groupe d’artistes dits des « ambulants » rejetait l’enseignement académique au profit d’une peinture indépendante, une voie qu’il emprunte à son tour.

 Fillette au chapeau, huile sur toile

 

« Pospolitaki fait partie de cette légion d’artistes qui ont exercé leur art entre Paris et leur pays d’origine », indique Pierre-Alban Vinquant.

 

Autour de 1880, l’artiste se rend à Paris où il découvre le travail sur les jeux de lumière engagé par les impressionnistes.

Il pose dès lors à son tour son chevalet devant les bords de mer, normands ou bretons, qu’il dépeint au gré d’une touche enlevée et d’une palette vive, jouant des contrastes entre les couleurs complémentaires.

Bord de mer aux pêcheurs à pied

 

Ses paysages, qui occupent la majeure partie de son œuvre, sont à rapprocher des travaux d’Alfred Sisley, dont on retrouve le goût pour les tonalités vives, les reflets bleutés ou rosés, et la touche fragmentée, mais évoquent également les œuvres à l’atmosphère silencieuse des peintres symbolistes comme Henri Le Sidaner

 

Pospolitaki était un artiste reconnu de son vivant. (…)

Magazine des enchères

Bord de mer au voilier

Bord de mer aux rochers, 1904

 

Ces peintres russes amoureux des paysages français.

Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, il y eut un véritable engouement des jeunes peintres russes pour les «études en plein air» en France.

Les indépendants russes partagent avec leurs camarades français le désir de faire sortir la peinture de l’académisme et de l’atelier pour cueillir en plein air, sur de petits formats, le motif vrai, vivant et naturel ; ce que permettent les nouvelles peintures à l’huile, ainsi que le développement des chemins de fer.

Des visiteurs que l’on regrette…

 922 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Merci pour la découverte de cet artiste russe. C’est fou ce que l’on apprend sur le site de Christine Tasin.

  2. Un grand merci, ami Jules, de nous faire découvrir ce grand peintre russe Eugène Pospolitaki qui est venu en France car il aimait ce pays et ses paysages. Je ne le connaissais pas.
    J’ai beaucoup aimé ses tableaux, ceux que tu nous as présentés dans ton article. Et tu m’as donné envie d’aller en découvrir d’autres sur la toile.
    Cela dit, je ne suis pas un fada de l’impressionnisme. C’est une technique picturale à part entière, cela ne fait aucun doute. J’apprécie les tableaux peints par cette technique, mais je n’ai jamais un énorme coup de foudre pour l’un d’entre eux.
    Découverte passionnante, un grand merci !

  3. Merci Jules pour cet article. Et du cadeau : j’adore les impressionnistes. Van Gogh , Sisley, Boudin et tant d’autres. Les Russes aussi.

Les commentaires sont fermés.