Des maires du Pays d’Aix à une soirée au Crazy Horse avec de l’argent public de l’Office Foncier Solidaire (OFS)

Lors du Congrès des maires à Paris, un groupe de maires du Pays d’Aix a eu la bonne idée de se rendre à une soirée au célèbre cabaret du Crazy Horse. Cette sortie, présentée comme une “soirée promotionnelle”, a été financée par l’Office foncier solidaire (OFS) de Bouc-Bel-Air. Ce dernier, une association bénéficiant de l’agrément de l’État, est financé par plusieurs municipalités de la région, suscitant ainsi des questions sur l’utilisation des fonds publics.

Le 22 novembre dernier, une quinzaine de maires de la région ont été parmi les spectateurs du cabaret parisien. Cette escapade a été couverte par les fonds de l’OFS de Bouc-Bel-Air. L’association est soutenue financièrement par plusieurs communes du Pays d’Aix. L’histoire raconte que les maires se sont régalés aux frais du contribuable.

 

Interrogé à ce sujet, l’un des maires présents lors de cette soirée a tenté de justifier cette sortie en déclarant : « C’était pour discuter d’enjeux immobiliers ». Cependant, cette explication — entre deux nichons — n’a pas apaisé les critiques et les interrogations concernant l’utilisation des fonds d’une association financée par l’argent du contribuable pour des événements non directement liés à sa mission initiale.

En réalité, l’association « Tous propriétaires » est un Organisme Foncier Solidaire à but non lucratif. Son objectif affiché est de faciliter l’accès à la propriété pour les personnes à faibles revenus dans une région où le coût du foncier est exorbitant. Cependant, c’est une illusion ! En effet, les acheteurs non seulement devraient s’endetter pour acquérir les murs en versant un loyer pendant une période de bail pouvant aller jusqu’à 99 ans, mais ils ne deviendraient pas propriétaires du terrain pour autant. « Vous n’aurez rien, mais vous serez heureux », a dit un Klaus Schwab goguenard.

En réalité, vous n’aurez rien, mais vous aurez le privilège de vous illusionner en tant que propriétaire tout en travaillant dans une région huppée, pendant que les maires et les promoteurs immobiliers se réunissent au Crazy Horse à mater des petits culs.

https://lemediaen442.fr/des-maires-du-pays-daix-a-une-soiree-au-crazy-horse-avec-de-largent-public-de-loffice-foncier-solidaire-ofs/

 1,228 total views,  2 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Et toute cette saloperie se plaint de se faire agresser ! La politique n’est plus qu’une grosse poubelle à merde qui ne sait rien faire d’autre que le pillage de ceux qui triment encore pour que toute cette saloperie puisse continuer à festoyer.

  2. Le rédacteur de cet article ne nous précise pas si la consommation des putes par les sémillants édiles a été prise en charges par les deniers publics !

  3. Ces corrompus doivent être licenciés immédiatement..
    Si ce n’est pas le cas, cela signifie que les autres élus sont aussi des corrompus, pas seulement des complices.

  4. Une sorte d’apéritif avant de se rendre au célèbre Bois à quelques encablures, pour passer à la consommation du plat de résistance.

  5. Et ensuite, toujours aux frais du contribuables, ils ont fait la tournée des boxons ??? Et après ils pleurent parce que le Peuple les disent ” TOUS POURRIS .

  6. C’était sans doute la première fois qu’ils ont procédés à un lever des couleurs!(avec l’aide de viagra offert,il va sans dire!)😅😅😅

  7. On aura tout vu….

    “… interrogations concernant l’utilisation des fonds d’une association financée par l’argent du contribuable pour des événements non directement liés à sa mission initiale.”

    Et il y en a un paquet au niveau du terrain national, là aussi un point à faire, gros même.

  8. Et après arrêt obligatoire chez les putes de luxe. Toujours avec le pognon du contribuable, bien sûr.

  9. Combien en rêvaient de la macronie qui permet tout , du petit délinquant en nike au grand délinquant fiscal en passant par le gros et gras politique véreux .

  10. Et après ils sont allés au bobinard, toujours à nos frais bien sûr pour discuter de l’avenir de l’immobilier. Des élus responsables, qui n’hésitent pas à mouiller la chemise. (J’avais mis un autre terme mais trop choquant.)

Les commentaires sont fermés.