Mickaëlle Paty : il y aura d’autres professeurs assassinés, par la faute de la justice française !

samuel-paty.png

Superbe cri d’alarme, de colère, de détresse… lancé par la soeur de Samuel Paty. Elle, Macron et ses manoeuvres fielleuses n’ont pas réussi à l’adoucir, à la calmer, à l’acheter. Pas de médaille en chocolat pour acheter son silence.

Cette femme est un socle de lucidité, de résistance. Une nouvelle Jeanne d’Arc, qui, inlassablement, répète qu’il y a le feu au lac et que si l’on n’agit pas avec vigueur, si l’on ne condamne pas très fortement qui s’attaque aux enseignants, on est tous morts.

Nous avions déjà évoqué son discours au Congrès des Maires de France :

https://resistancerepublicaine.com/2023/11/26/la-soeur-de-samuel-paty-sexprime-devant-les-maires-de-france/

Elle a accordé une superbe interview au Point dont F De Souche a publié de bonnes pages :

EXCLUSIF. La sœur de Samuel Paty et son avocat reviennent, pour « Le Point », sur les peines prononcées contre les mineurs mis en cause dans l’attentat ayant coûté la vie au professeur en 2020.

Quelques jours après le verdict, Mickaëlle Paty, sœur cadette du professeur, et son avocat, Me Louis Cailliez, s’expriment en exclusivité pour Le Point. Ils reviennent sur les peines prononcées, le huis clos de ce chapitre judiciaire, et partagent leur constat sur l’état de l’école et « l’idéologie islamique qui y prospère » aujourd’hui, alors que les menaces contre les professeurs se multiplient et que l’un d’eux, Dominique Bernard, mourrait à son tour sous les coups d’un terroriste, en octobre dernier.

Mickaëlle Paty : (…) Après l’attentat terroriste ayant coûté la vie au professeur Dominique Bernard, on est en bon droit de se demander : qu’avons-nous fait concrètement pour que cela ne se reproduise pas ? C’est simple, j’ai le sentiment que nous avons perdu trois ans ! Et si nous continuons ainsi, d’autres professeurs seront assassinés. Car nous ne sommes pas dans « l’après »-Samuel Paty, mais encore dans le « pendant »

Les perturbations recensées lors du dernier hommage qui lui a été rendu, le 16 octobre dernier – soit trois jours après l’attentat d’Arras –, parlent d’elles-mêmes. Et la dernière enquête de l’Ifop menée sur le sujet en atteste : 38 % des musulmans de 15 à 17 ans n’expriment pas une condamnation totale à l’égard de l’assassin de Dominique Bernard. C’est deux fois plus que chez les musulmans adultes.

Force est de constater que certains refusent purement et simplement de faire société avec nous.

(…)

Il reste de l’incompréhension après ce procès, avec le sentiment d’une deuxième chance accordée bien facilement alors qu’on a ôté à mon frère la sienne. C’est peu dire que les condamnations des mis en cause nous paraissent légères au regard des conséquences. Il n’y a pas de justice, disait Camus, il n’y a que des limites. Mais que reste-t-il des limites si on les franchit presque sans incidence ? Pour moi, la clémence de ce jugement, qui privilégie l’éducation plutôt que la punition, n’envoie pas le bon message.

(…)

Regrettez-vous, comme Mickaëlle Paty, le message envoyé ?

L. C. (avocat) : Le huis clos n’est pas un vase clos. Cette décision était attendue. La résonance était inéluctable. On parle d’une affaire inédite qui a sidéré, bouleversé et traumatisé toute une société. Or, il est clair qu’il manque dans les peines prononcées une dimension punitive vraiment dissuasive pour les justiciables du monde scolaire : élèves, enseignants, encadrants, parents d’élèves… Et pour cause, la peine prononcée à l’encontre de Zohra* – menteuse obstinée et calomnieuse acharnée sans qui Samuel Paty serait encore en vie – ressemble plus à une réprimande indulgente qu’à une sanction électrochoc. Il faut quand même se rendre compte de ce qu’on leur annonce : la justice française accorde un sursis intégral à la première responsable de la cabale islamiste ayant mené à la décapitation d’un professeur ! C’est incompréhensible. La perspective d’une fermeté pénale absolue en cas d’atteinte à un cheveu d’un professeur devrait être une certitude pour tout collégien, alors que la France est confrontée à une flambée de violences dans l’enceinte de l’école. L’occasion est manquée…

(…)

L. C. : La question de l’empathie à l’égard de la famille Paty a, en effet, été scrutée. Et pour cause, le point commun de ces adolescents a été leur manque abyssal d’empathie à l’égard d’un professeur, qu’ils appréciaient par ailleurs. Il y a eu chez eux une dissociation mentale sidérante entre leur intérêt égoïste immédiat et le mal causé à ce dernier. Or, trois ans plus tard, on est bien forcé de déplorer la persistance d’une empathie sélective pour certains d’entre eux…

Le Point

https://www.fdesouche.com/2023/12/28/lavocat-de-mickaelle-paty-soeur-de-samuel-il-faut-quand-meme-se-rendre-compte-que-la-justice-francaise-a-accorde-un-sursis-integral-a-la-premiere-responsable-de-la-cabale-islamiste-ay/

 697 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. La mièvrerie à la française a encore frappé.
    Les vrais mecs, les durs, ont disparu.
    Restent les guimauves qui nous entrainent vers la fin.

  2. Depuis Hollande, Macron n’a fait qu’amplifier, les muzz ont décuplés leur pouvoir sur la société française, sur les français. Plus il leur est accordé des droits à s’installer en masse en France, plus il leur est accordé de construire des mosquées, plus il leur est accordé de vivre comme ils vivent dans leur pays d’origine, plus le culte muzz se développe, plus les français sont en danger, plus la liberté de penser, d’expression recule, plus la France recule, plus notre horizon futur devient celui de la vie dogmatique archaïque des pays muzz n’ayant jamais évolué depuis le 7ème siècle… ET PLUS LES LIBRES PENSEURS SONT EN GRAND DANGER EN FRANCE

  3. Vous avez entendu parler du niveau scolaire en cette République, c’est pareil pour les avocats lisez un peu leurs conclusions bourrées de fautes d’orthographe, sauf pour ceux qui se font mousser grace à d’autres du même niveau les journaleux et s’ils en tiennent un il passe aux infos 24/24 durant plusieurs semaines. Les autres sont comme les fonctionnaires et les médecins 4 jours de travail/semaine et encore pas tous. Et vous voulez que cela change ? plus ils auront de “moyens” le mot que l’on entend tous les jours, plus sérieux sera le glandage et les loisirs les nouveaux sports de la République dont les politiques en donnent l’exemple.

    • Des centaines d’avocats au rabais, pour l’aide juridictionnelle pour des centaines d’immigrés et de délinquants issus de l’immigration.
      Ils encombrent les prétoires et changent le visage de la Justice.

  4. Tout à fait d’accord avec Mmes Tassin et Paty.

    En fait, la Justice peine avec ses règles précautionneuses à sanctionner dans le respect exigé, en équilibre, des droits des jeunes délinquants dévoyés et de leurs victimes.

    Ces voyous ont participé à deux assassinats par leur manque d’éducation ou par leur éducation dévoyée par l’intégrisme. L’islamisme, c’est l’Islam en ébullition.

    La Justice, qui est en aval, ne règlera pas le problème, car la peur de la sanction n’arrête pas une idéologie perverse. Il faut tout régler en amont.

    Ma solution : mise en exception des quartiers sensibles par des cours obligatoires de psychopédagogie pour les parents, des cours de culture française et des valeurs occidentales pour les mineurs. Tous sanctionnés, et durant toute la durée de la minorité des enfants.

    La guérison éducative n’est possible qu’à long terme. À moins d’expulsions par millions, de répressions sauvages et de mise en berne des valeurs républicaines.

  5. “L’occasion est manquée…” A moins que ce ne soit un des buts et des moyens intermédiaires qui mène à la destruction de notre société afin de la remplacer par un autre ordre.

  6. Avec les arrivages, le noyautage de notre société, de nos institutions par les adeptes de cette religion, le laxisme, pour ne pas dire autre chose, de notre Justice, le pire est à venir.

Les commentaires sont fermés.