Les moines ont-ils le droit de boire de la bière ?

Deux moines trappistes de l’abbaye de Zundert contemplant la robe de leur bière © Abbaye de Zundert

En voilà une vraie question ! S’il est vrai que certains religieux brassent de la bière (notamment les moines trappistes !), alors cela signifie-t-il que les moines peuvent en consommer ? Mettons de côté les “dégustations” des moines brasseurs qui sont bien sûr obligés de goûter les brassins pour vérifier si la recette est au point, et focalisons-nous sur les autres moines de la communauté : auraient-ils le droit de boire de la bière ? Divine Box a mené l’enquête pour vous ! C’est parti !

 

Dans la règle de saint Benoît

 

Saint Benoît, considéré en Occident comme le père du monachisme, a écrit une “Règle”, datée  de l’an 592. Au chapitre 40, il aborde la question de la boisson, et considère que l’alcool n’est pas en accord avec la vie monastique. Être ivre au sein du monastère était très mal vu, et passible de quarante jours de pénitence. Autant dire qu’il valait mieux s’abstenir !

Pour autant, saint Benoît est conscient que la règle ne doit pas être trop stricte et qu’elle doit prendre en compte la nature humaine des religieux. On trouve ainsi dans la règle de saint Benoît que chaque jour, les moines ont autorisation de boire une hémine de vin (soit  ≈ 0,24L).

Il n’est donc point mention de bière, mais si on considère que la question de fond est “les moines ont-ils le droit de boire de l’alcool ?”, alors voilà la réponse de la règle de saint Benoît : plutôt non.

 

Dans la tradition des trappistes

 

Vers la fin du XVIIe siècle, les abbayes cisterciennes sont de plus en plus riches et l’observance du vœu de pauvreté laisse parfois à désirer. En réaction à ce relâchement, plusieurs abbayes cherchent à un retour à une vie monastique plus sobre et pauvre. C’est notamment le cas à l’abbaye de la Trappe de Soligny, figure emblématique de ce mouvement (d’où le nom de “trappistes”), où l’abbé de Rancé impose à ses moines une vie et un régime alimentaire très strict.

Toutefois, la bière est encore considérée comme vertueuse à l’époque (car débarrassée des microbes présents dans l’eau, grâce à l’étape d’ébullition), donc elle est autorisée dans un premier temps.

Mais ce répit n’est que de courte durée car bientôt, au XVIIe siècle, un moine influent de la Trappe, Augustin de Lestrange, impose que seule l’eau pure soit consommée. Voici ses termes : “L’on ne boira ni vin, ni bière, ni cidre, ni quelque boisson alcoolisée que ce soit, uniquement de l’eau pure”. Pour lui, c’est une question de salut !

Par le passé, donc, chez les trappistes, il n’y a pas eu de consensus, mais manifestement le “droit des moines à boire de la bière” n’est pas d’une évidence folle !

L’abbé de Rancé, abbé de l’abbaye de la Trappe à Soligny  au XVIIème siècle © AFP

 

L’avis du Vatican

Voici une anecdote amusante. Le pape Gianfrancesco Albani a eu l’occasion de donner son avis en 1700, lorsque les frères minimes du monastère de Neudeck le sollicitent. En effet, ces frères suivent alors une hygiène de vie stricte et souhaitent, cette année-là, ne consommer que de la bière durant le carême. Ils fabriquent alors une bière d’abbaye nourrissante, riche en malt, et décident par la suite d’envoyer un tonneau au Pape.

Mais voilà, durant le transport la bière tourne et le liquide que le Pape boit n’a rien à voir avec la boisson de départ ! C’est ainsi que le Pape considère qu’une boisson aussi répugnante ne peut être que bonne pour faire pénitence !

C’est donc sur ce malentendu que les frères obtiennent l’autorisation papale de boire de la bière ! Amusant, non ?

                                      La bière Paulaner est celle brassée au départ par les frères du monastère de Neudeck © paulaner.com

Et concrètement, aujourd’hui ?

Le Vatican n’a jamais approuvé les principes très stricts de l’abbé de Lestrange, et aujourd’hui, chaque communauté a la liberté de fixer ses règles en ce qui concerne la consommation d’alcool. C’est ainsi que certains font le choix de l’exclure, comme la communauté de l’Agneau par exemple. D’autres la réservent pour le dimanche, comme les frères du monastère d’Engelszell pour le déjeuner, ou ceux de Spencer pour le dimanche soir, car “beer brigthens up sunday suppers” comme aiment à dire ces religieux américains (“la bière égaie le dîner du dimanche soir”) !

Un moine trappiste surveille la cuve dans la brasserie de l’abbaye de Spencer © AIT

 

Découvrir les bières des moines

Parlons peu, parlons bien, si les moines brasseurs s’accordent parfois un petit verre de bière au repas, c’est avant tout pour vous qu’ils la brassent ! Alors si vous voulez découvrir les meilleures bières d’abbayes, rendez-vous sur la boutique en ligne de produits monastiques Divine Box. Vous y trouverez toute une collection de bières d’abbayes et de bières trappistes, comme l’Orval ou la bière ambrée de Saint-Wandrille !

 

La bière : une boisson bonne pour la santé ?

 

Dès le IXème siècle, les moines commencent à brasser de la bière. Cette production était en grande partie destinée à leur consommation personnelle. Les communautés préféraient souvent avoir leur propre brasserie plutôt que d’acheter la bière. En outre, cette habitude de consommation n’avait rien à voir avec la fête ! En effet, à cette époque, on pensait que boire de la bière était bon pour la santé. On vous explique !

 

À l’époque, la bière était considérée comme une boisson « saine ». Cela s’explique par  son mode de fabrication. Eh oui, l’eau est, en ce temps-là, souvent contaminée, et on ne sait pas la traiter. Or, pour produire la bière, les moines font bouillir l’eau. Tous les microbes sont ainsi éliminés ! De plus, sainte Hildegarde ajoute du houblon (plante herbacée) dans la bière. En effet, elle s’est aperçue que celui-ci, en plus de donner un bon goût à la bière, joue un rôle d’antiseptique. Cette pratique se répand rapidement. Pour les plus curieux, on vous conseille de lire l’article sur la bière et le houblon ! En raison de ces qualités, les moines pensent que la bière a des vertus médicinales. Ainsi par exemple, la Chimay Rouge est surnommée la « bière de santé », car, à cette époque, plusieurs consommateurs lui attribuent des guérisons. C’est pourquoi à l’époque on dit que  la bière est bonne pour la santé, et on pense même que la bière est à l’origine de miracles !

Le houblon est une plante qui a des vertus antiseptiques © jardinage.lemonde

 

La bière, une boisson nourrissante

 

La bière était autorisée même au cours des périodes de jeûne ! Durant le carême elle était surnommée « le pain liquide » en raison de ses vertus nourrissantes. En effet, lorsque les moines commencent à brasser, leur recette est très complète : elle contient beaucoup de fer et de vitamines. Elle est alors beaucoup plus épaisse que celle que l’on connaît aujourd’hui et a un faible taux d’alcool. Au XVIIème siècle, le régime alimentaire des frères trappistes devient très strict à la suite de la réforme trappiste, heureusement, la bière leur permet de gagner de l’énergie !

Vieux dessin d’un moine qui brasse de la bière au Moyen-Âge. © Divine Box

 1,783 total views,  2 views today

image_pdf

4 Commentaires

  1. elles sont toutes bonnes mais la meilleure c’est celle de West Vleteren!

Les commentaires sont fermés.