Un peu de douceur dans ce monde de brutes (I)

Il faut bien l’avouer, l’actualité nous offre un spectacle déprimant depuis quelque temps. Si encore l’information était impartiale et objective, mais c’est loin, très loin d’être le cas. Aussi je vous propose de vous évader avec des musiques douces. Il y aura certainement un autre article consacré à des musiques relaxantes, d’où le numéro I.

Sans attendre, et sans commentaires inutiles, on commence par le prélude de l’acte III de la Traviata, de Verdi :

Dans la douceur, difficile de passer à côté de Mozart avec l’adagio du 23ème concerto pour piano :

Retour à l’opéra à présent avec Mascagni, son intermezzo sous la direction inspirée de Georges Prêtre, voire du compositeur lui-même ! (Il vaut mieux comprendre l’italien…)

Et ce chœur à bouche fermée, extrait de l’opéra Madame Butterfly de Puccini :

Comme YouTube me fait des misères (vidéo bloquée pour les Russes, une sanction de la Hyène ?) le lien direct :

Passons au ballet avec la berceuse de L’Oiseau de feu, d’Igor Stravinski. Pas d’explication sur les interprètes, mais comme je possède le Blu-ray d’origine, il s’agit de la troupe du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg dirigé par le chef banni dans tout l’Occident, Valery Gergiev. Mise en scène de Diaghilev (ballets russes). Quelle beauté !

Musique de scène à présent avec  Manuel de Falla, El amor brujo (l’amour sorcier), la romance du pêcheur :

Même punition que précédemment, voici donc le lien direct !

Allons faire un tour en Irlande avec le Londonderry Air (Danny Boy) :

On termine avec cette berceuse de Richard Strauss, Wiegenlied, avec un tempo très lent. Bon, si vous êtes insensibles à cette musique, à la beauté de la chanteuse et à la pureté de sa voix, je ne peux plus rien pour vous !

En bonus, l’adagio de la septième symphonie de Bruckner, remarquez les tubas wagnériens dès les premières mesures :

J’aurais pu encore vous proposer une infinité de douceurs mais ce sera pour un autre article, à bientôt !

Filoxe

 

 

 

 

 

 

 5,488 total views,  1 views today

image_pdf

11 Commentaires

  1. très bonne sélection, digne de radio classique. Instant de panique au nom de Bruckner,dont le “scherzo fou” de la 9ème a fait pleurer un bébé, lors d’une répétition de P.Herrweghe à Saintes…Merci pour notre culture musicale!

  2. La photo: 5 sur une femme compte tenu de son bracelet, et 2 de plus qui arrivent.
    C’est ‘ça’ qui participe à la justice ? Je sais depuis longtemps pour avoir été dans un service qui m’a permis de les côtoyer de près, que les CRS ne connaissent ni Dieu ni leur Mère, il faut les voir pour le croire !

  3. Décidément, pas de chance ! Il y a un loup avec Wiegenlied, voici un lien qui vous permettra de le visionner, eh oui j’avais OSÉ couper la présentation ! Je me suis rendu coupable de lèse-vidéo.
    https://youtu.be/HIi_1BTd60Y

  4. J’ai commis une erreur dans la partie consacrée à Bruckner : il faut lire TUBAS wagnériens et non cors wagnériens.
    Avec mes plates excuses…

  5. La musique classique c’est beau, c’est pur et c’est cool dans un monde de dingue avec Macronor Terminator Flatulator et ses conneries et l’actualité internationale qui est tout aussi déprimante !

  6. La musique adoucit les mœurs. Peut-être faire écouter du Mozart aux CRS?

  7. Bonjour Filoxe. Merci pour ces magnifiques morceaux. J’aime particulièrement celui de Mascagni.
    Que penses-tu de “Elisabethan Sérénade” de Ronald Binge, qui me renvoie, je ne sais pourquoi, à une douce nostalgie de mon enfance, hélas bien lointaine

  8. Merci Filoxe.
    Actuellement malade, je suis partie dans le ciel avec Mozart.
    La beauté.

Les commentaires sont fermés.