Sophie Binet élue secrétaire de la CGT : un suicide syndical en direct

Je l’écrivais hier, la lutte entre les deux candidates à la succession de Philippe Martinez serait serrée, très serrée.

Et ce fut le cas au-delà de l’imaginable.

La réunion de l’instance chargée d’élire le futur secrétaire général commença à 23 heures.

8 heures plus tard, aucun nom n’avait obtenu une majorité.

Il ne restait plus qu’une heure avant la reprise du congrès en séance plénière.

C’est alors que se produisit l’impensable, un 3e candidat sortit subitement du chapeau et, ô miracle, recueillit une majorité.

Sophie Binet venait, à la surprise générale, d’être élue nouveau secrétaire général de la CGT.

Comment cela a-t-il été possible ?

Comme d’habitude, par la bêtise des uns et des autres.

Marie Buisson, la candidate soutenue par Philippe Martinez, était jugée trop féministe et trop écologiste. Pendant des heures, de multiples tractations eurent lieu pour trouver une majorité.

En vain.

Du côté de sa concurrente, Céline Verzeletti souhaitant maintenir une CGT beaucoup moins en rupture avec son passé, une majorité était possible. À une condition : il fallait s’entendre avec l’aile la plus dure de la CGT incarnée par Olivier Mateu, le bouillonnant secrétaire général de l’Union Départementale des Bouches du Rhône (Marseille).

Incapables de trouver un accord, les deux ont rendu impossible la constitution d’une majorité.

Et comme c’est souvent le cas, c’est un troisième larron qui, à la dernière minute, est venu tirer les marrons du feu. En l’occurrence une « larronne ».

Et pas n’importe laquelle.

Ceux qui redoutait une rupture avec la CGT “historique” vont être servis.

La personne qu’ils ont placée à la tête de la CGT est une gauchiste wokiste, féministe et écologiste.

Pour une rupture, cela va être une sacrée rupture.

Afin de mesurer l’ampleur du désastre qui s’annonce pour cette organisation, il suffit de regarder cette petite vidéo tournée juste après la proclamation du résultat de l’élection du secrétaire général.

video ici

 

Il est intéressant de noter que la grande majorité de la salle est sidérée. On dirait que les délégués sont sonnés en découvrant celle qu’il viennent d’élire comme secrétaire général. Ils ne tapent pas dans les mains, ne reprennent pas la chansonnette et sont très nombreux à rester assis sur leur chaise, l’air dans le vague. Image frappante qui en dit bien plus qu’un long commentaire.

Afin de préciser le profil de l’heureuse élue, il faut indiquer qu’elle est très liée à la féministe Caroline de Haas. Pour ceux qui l’auraient oublié, Caroline de Haas s’était rendue célèbre au moment des 1 500 viols le soir du réveillon 2015-2016, en déclarant à ce sujet : « Allez déverser votre merde raciste ailleurs ». C’est la même de Haas qui, à propos des femmes importunées par des migrants dans le 18e arrondissement de Paris avait répondu : « Il faut élargir les trottoirs ».

Sophie Binet est également connue pour être co-auteur d’un livre “Féministe, la CGT ? Les femmes, leur travail et l’action syndicale”.

Au sein de la CGT elle était, avant le congrès de Clermont-Ferrand, en charge du secteur Égalité Femme-Homme et secrétaire général de l’Union des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict), le syndicat des cadres de la CGT, depuis 2018.

Ajoutons qu’elle est aussi connue pour ses prises de positions écologistes, proches de celles de l’extrême gauche.

Avant de devenir permanente syndicale, elle occupait un emploi de conseillère principale d’éducation (CPE) dans un lycée à Marseille puis au Blanc-Mesnil dans le 93.

Étudiante, elle fut une dirigeante de l’UNEF, syndicat gauchiste à son l’époque, avant qu’il ne devienne carrément islamo-gauchiste aujourd’hui.

Georges Séguy et Henri Krasuki doivent se retourner dans leur tombe.

Du côté du gouvernement, ce sont des mines d’enterrement.

Le premier ministre, Elisabeth Borne, l’a félicitée pour son élection (ce qui est classique), ajoutant comme d’habitude la stupide affirmation : “c’est une chance pour les femmes bla bla bla…”

Interrogés en off, des ministres ne cachent pas leur inquiétude pour les futures négociations avec la CGT.

Ils vont d’ailleurs être vite fixés puisque la première négociation est prévue mercredi prochain, avec notamment comme thème les retraites.

Quant à la CGT proprement dite, et son avenir, c’est un énorme point d’interrogation.

Comment les syndicats traditionnels et les piliers du syndicat vont-ils réagir à cette nomination ?

Quelle politique va-t-elle conduire au sein de la confédération CGT ?

Comment va-t-elle s’y prendre, par exemple, pour aller parler aux dockers en cas de conflit majeur ?

Seule certitude : en élisant Sophie Binet à sa tête, la CGT a ouvert une période qui pourrait aisément se transformer en une crise d’identité dont on sait qu’elle vient de commencer mais pas où elle se terminera.

Les mois à venir seront certainement cruciaux pour la CGT, son identité et son avenir.

Bernard GERMAIN

https://ripostelaique.com/sophie-binet-elue-secretaire-de-la-cgt-un-suicide-syndical-en-direct.html

 1,480 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. Pour nous, c’est plutôt une bonne nouvelle, ça signe la fin de la CGT, un syndicat viril, porté par des travailleurs manuels.
    Voilà venue la CGT féministe et transgenre, hip hip hourrah !!
    fuyons fuyons !!

  2. Après les cocos, la cocotte (il faut féminiser ! ) Serait-ce que vous nous annoncez la mort prochaine de la cégété ??? J’en salive d’avance…

  3. etonnant d avoir mis une bobo bien comme il faut a la tete de la cgt
    tous les militants vont se barrer chez sud ou equivalent

  4. Ah oui en effet !!! Wokiste et féministe ? du coup elle ne serait pas pour les spécimens transgenrés ? Trêve d’ironie !!! Je ne vois pas bien dans son CV la place qu’elle occuperait dans le syndicalisme ? Mais plutôt dans un partie politique qui serait sans coup férir sa place !!!! Je rejoindrai en bas de page de l’édito

  5. Oh oui ! C’est bon ton engin est gros Macronor mon amour ! Voilà comment je décris la nouvelle secrétaire général de la CGT Sophie Binet la Gauchiste dégénérée Wokiste Feministo Écolo Dingo qui va tuer la CGT pour épouser la Macronie et faire des gâteries à Macronor Terminator Flatulator le Poudré qui se prend pour Dieu mais qui est sur le déclin, la CGT aurait pu élire Marie Buisson ou Céline Verzelatti mais chez les Gauchos de la CGT on a choisi le pire avec Sophie Binet la Fellatrice de charme de Macronor Terminator Flatulator et la fossoyeuse de la CGT. Tel est le destin de ce syndicat !

    • Ça le changera de Brigitte. Elle lui montrera sa faucille et lui son marteau. Un beau couple.

  6. Quel beau parcours d’extrème islamo-gauchiste ,( l’Unef ) , au moins nous sommes avertis de comment vont se passer les négociations !

  7. Bonjour,

    Merci pour cet article.

    Quoi que l’on pense de la CGT, une fois de plus, en France, la classe ouvrière “traditionnelle” est écartée de toute représentation.

    Il fallait entendre la joie unanime de la bobocratie, à cette annonce, sur “France Info” …

  8. Macron rend fous la société . Ceux de La CGT comme les autres.

  9. Ça va devenir un micro syndicat. Tous les autres ralliant Sud ou FO. Mais même peu nombreux ils feront du bruit et on n’entendra qu’eux.

  10. Borne se réjouit qu’une femme ait pris la tête de la CGT. Tu m’étonnes ! 😆

    Je vois la Binet finir comme Pécresse. Grande gueule face à son public, à la limite du ridicule, et puis “plouf!”

    Une femme n’est pas faite pour brailler comme un pochtron.

  11. Merci Bernard de nous éclairer sur cette élue. Il pourrait bien y avoir du rififi à la CGT et des départs d’adhérents.

  12. Emmanuel Macron, si tu continues il va faire tout noir chez toi, lolll mon dieu quelle est ridicule cette femme, qu’ils sont ridicules tous ces gens de la CGT quel dommage que le ridicule ne tue pas

Les commentaires sont fermés.