L’arme des Frères musulmans contre les sociétés occidentales, c’est la ruse

 Voici un bon article du Point qui peut alerter le grand public sur Les Frères musulmans, leurs objectifs (le califat sur Terre…) et leurs méthodes (la ruse…). 

L’arme des Frères musulmans contre les sociétés occidentales, c’est la ruse, explique Florence Bergeaud-Blackler.

L’analyse est remarquable. 

Dommage que Florence Bergeaud-Blackler n’aille pas au bout du raisonnement et continue à distinguer islam et islamisme : on  laissera cette naïveté de côté et la phrase qui conclut l’article :

“Il faut aider enfin les musulmans qui ne veulent pas de l’emprise frériste, pour qu’ils puissent s’en libérer et permettre la renaissance de la pluralité des courants”.

C’est évidemment la condition posée par le système pour continuer à être invitée à Parlons Vrai chez Bourdin, par exemple : les critiques de l’islam qui “parlent vrai” ne sont pas invités !  

Florence Bergeaud-Blackler

Dans une enquête fouillée, Le Frérisme et ses réseaux (Odile Jacob), la spécialiste de l’islamisme, chargée de recherche CNRS (par ailleurs auteur en 2017 du livre Le Marché halal ou l’invention d’une tradition) décortique avec acuité l’origine d’un mouvement qui prospère sur nos faiblesses, grâce à des armes conceptuelles comme l’islamophobie.

 

Le Point

Extraits

Historiquement, le frérisme a commencé à prendre forme sur les campus universitaires européens et américains, dans les années 1960, où se sont rencontrés des étudiants ou des réfugiés islamistes du Maghreb, du Moyen-Orient et du Pakistan.

Ces jeunes hommes qui ne pouvaient pas rentrer dans leur pays, où ils risquaient la prison ou la mort – alors qu’ils pouvaient pratiquer paisiblement en Europe– se sont forgé un nouveau destin, celui d’islamiser les territoires non musulmans par la da’wa, la prédication, et par la démographie. Et ils se sont mis au travail, galvanisés par leur mission et leur liberté. Le frérisme utilise l’“islamisation de la connaissance”, qui consiste à retourner la pensée critique de l’Occident contre lui-même.

Quelles sont leurs méthodes ?

La doctrine de ce mouvement est « l’islam du juste milieu » théorisé par Youssef al-Qaradawi, dont j’ai étudié un certain nombre de textes qui n’avaient pas été traduits en français. Le cheikh s’est inspiré de la confrérie arabe des Frères musulmans fondée par Hassan el-Banna en 1928, et de la branche indopakistanaise plus récente de Abul Ala Maududi. Le frérisme n’est pas une théologie ni une école juridique, c’est ce que j’appelle un « système d’action » qui se donne pour mission de piloter depuis une position médiane les différentes composantes théologiques et juridiques de l’islam sunnite pour qu’elles accomplissent la prophétie ultime, qui est l’instauration du califat sur terre. Le frérisme utilise les compétences et les spécificités de chacun pour les rediriger vers l’objectif, en infiltrant les milieux à conquérir pour en modifier l’ADN. Il fonctionne très méthodiquement par plan, en se dissimulant et en agissant le plus souvent dans le cadre des lois démocratiques.

On reproche aux Frères musulmans une certaine duplicité. Comment se traduit-elle ?

Je préfère employer le terme de « ruse », qui inclut la duplicité et la dissimulation. Le frérisme emploie la force de ses ennemis contre eux-mêmes, utilise certains de ses adversaires contre d’autres, et ne refuse pas une alliance provisoire avec certains de ses ennemis, si c’est pour combattre un plus grand adversaire. Le frérisme utilise le mensonge, la dissimulation, la subversion, la guérilla juridique, l’intimidation et l’« islamisation de la connaissance », qui consiste à reprendre et retourner la pensée critique de l’Occident contre lui-même. Le problème, c’est qu’il agit le plus souvent dans le cadre de la loi et que mentir, tromper, ruser n’est pas interdit.

Le frérisme ne respecte pas les principes qui fondent et légitiment les lois d’une démocratie. Ses hurlements à l’islamophobie, chaque fois qu’on le prend la main dans le sac, activent ceux des militants de la gauche anticapitaliste, auprès de laquelle il se fait passer pour un néoprolétariat. Mais l’idée que le frérisme soit de gauche est une tromperie puisque, par exemple, le marché halal, instrument de son expansion, est profondément compatible avec le néolibéralisme. Par crainte d’être considérée comme coupable d’injustice, la démocratie se plie aux exigences insensées de ses victimes supposées.

On a le sentiment que la gauche se déchire quasi systématiquement sur les questions que cherche à imposer le frérisme à l’ensemble de la société…

L’arme principale du frérisme, c’est l’intelligence. Sa lutte machiavélique contre le blasphème et l’islamophobie est redoutable car elle s’appuie sur la culpabilité et l’incapacité de l’Occident à supporter la violence, fruit d’un long processus de civilisation des mœurs décrit par Norbert Elias.

Par crainte d’être considérée comme coupable d’injustice, la démocratie se plie aux exigences insensées de ses victimes supposées. Par mauvaise conscience, en espérant payer et en finir une fois pour toutes, elle organise sa propre censure, comme on l’a vu à maintes reprises depuis l’affaire Rushdie ; des salles de cinéma ou de théâtre déprogramment des films ou des représentations, des journaux refusent de reproduire ou même de décrire, voire floutent, des images jugées offensantes, les universités travaillent sur l’islamophobie et laissent tomber les études sur l’islam, des intellectuels demandent à Charlie Hebdo de renoncer à dessiner…

Comment le frérisme s’est-il propagé en Europe ?

Les Frères ont commencé par prendre en main les écoles coraniques, les mosquées de quartier en couvrant le territoire d’associations islamiques dont les noms n’étaient plus arabes mais banalisés et localisés, comme l’association des musulmans « de la Gironde », « d’Angers » ou « de Lille ». Ils étaient peu nombreux, faisaient face à l’islam des consulats des pays d’origine, plus préoccupés par le contrôle de leurs ressortissants en diaspora que par la foi. Ce n’était pas de l’improvisation mais le produit de plans successifs par lesquels le frérisme s’est effectivement déployé par détournement ou étouffement des différents courants de l’islam.

Dans mon livre, je rapporte plusieurs de ces plans, et notamment celui du prédicateur Youssef al-Qaradawi, qui avait annoncé sa stratégie pour lever un « mouvement islamique » dès 1990 pour les trente années à venir ; un plan qui s’est en partie réalisé. L’un des objectifs était de former une élite musulmane, un autre d’islamiser la connaissance par le biais des sciences humaines.

Vous écrivez que le frérisme diffuse « des normes et des valeurs qui renforcent l’antisémitisme, la misogynie, la criminalisation de l’homosexualité ». Cela ne va-t-il pas à l’encontre du libéralisme culturel défendu par la gauche dans la plupart des démocraties occidentales ?

Qaradawi incite à cultiver l’hostilité à l’égard des Juifs, l’un de ses adeptes, Hassan Iquioussen, l’illustre très bien. Évidemment, l’antisémitisme étant interdit, la lutte pour la libération de la Palestine permet de cultiver en creux la haine d’Israël et des Juifs. L’inégalité homme-femme est portée par des sourates du Coran très explicites, et seule l’abrogation peut venir à bout de ce problème. Sauf que les Frères sont des partisans d’une lecture littéraliste du Coran, considéré comme la parole de Dieu, donc sacré, intouchable.

Sur l’homosexualité, les Frères prétendent ne pas condamner les homosexuels mais l’homosexualité, ce qui est évidemment une absurdité. C’est une ruse destinée à se montrer ouvert et libéral, mais aussi à faire des mouvements LGBTQI des alliés utiles dans le dispositif d’atomisation de la société en communautés sexuelles, raciales ou religieuses. Il suffit que les Frères disent qu’ils défendent les victimes homosexuelles, les femmes battues ou les victimes des attentats pour qu’on les considère comme des démocrates ou même des alliés contre Daech. Nous avons envie de croire qu’ils sont nos amis car ils nous font peur, mais ils nous veulent comme ennemis.

Faut-il lutter contre le frérisme en Europe ?

Tout le monde doit être informé de la façon particulière dont le frérisme fonctionne.

Il faut que tous les services régaliens soient formés, mais aussi les services sociaux, les entreprises, notamment celles qui agissent dans le secteur halal.

Il faut interrompre les financements de certaines ONG qui luttent supposément contre le racisme, l’islamophobie ou la radicalisation, véritables niches de l’activisme frériste. Il faut mener ce combat au niveau des institutions européennes.

Il faut aider enfin les musulmans qui ne veulent pas de l’emprise frériste, pour qu’ils puissent s’en libérer et permettre la renaissance de la pluralité des courants.

Le Frérisme et ses réseaux. L’enquête, par Florence Bergeaud-Blackler (Odile Jacob, 416 p., 24,90 €).

Parlons Vrai chez Bourdin avec Florence Bergeaud-Blackler, anthropologue, auteur de “Le Frérisme et ses réseaux” 

 1,579 total views,  1 views today

image_pdf

28 Commentaires

  1. Mensonge, manipulation, cruauté et surtout immense bêtise… c’est leur tendon d’Achille !!

  2. Comme d’hab. à noter le nombre important de femmes en arrière plan sur la 1ère photo en haut de l’article.

  3. L’emploi de la ruse n’est pas propre aux Frères musulmans. 100 ans avant machiavel, était écrit le second livre fondamental de la pensée arabo musulmane, Le Livre des Ruses La stratégie politique des Arabes. Ouvrage, publié en français, difficile à lire pour quelqu’un ne maitrisant pas ou peu la culture arabe. Tout y est.

  4. Les MUZZ pratiquent la Taqiya en Europe et dans le monde et ils savent très bien le faire parce que les Gauchos des médias dominants sont facilement manipulable pour infiltrer tout le système d’un pays sous de faux prétexte comme l’islamophobie qui est un mensonge pour imposer l’Islam dans l’Europe entière et pratiquer la guerre sainte Djihad sur notre territoire. Voilà la tactique des MUZZ en général.

  5. Bref rien de neuf depuis que Jean Marie lE PEN a sonné l’alerte ,les “béni oui-oui de la pensée unique continuent la politique de l’Autruche ,les prisons qui débordent de Muzz,cent agressions par jour au couteau sans compter tout le reste (vols,viols,jupe interdite etc etc!)Bref pas de diabolisation devenez musulmans appliquez la Charia et jetez votre missel au profit du coran !Voila c’est cela l’intégration et si par hazard l’on vous tue et bien faites comme hollandouille qui lui s’est parfaitement intégré ,une marche blanche comme devise “Non vous n’aurez pas ma haine”!

  6. Les islamophobes ont la trouille de l’islam (pas évident pour eux), les résistants ne sont pas islamophobes, non, ils sont anti-islamisés, nuance…

  7. Je serais objectivement en désaccord avec la question de l’homosexualité puisque le pape vient de dire à peu près la même chose que les frériste en disant “grosso -merdo” que l’église n’a rien contre les homosexuels mais que l’homosexualité est un péché. Qu’une religion soit pour un modèle hétérosexuel et considère comme péché l’homosexualité n’a rien de choquant puisqu’en soi elles sont toutes pour le modèle patriarcal. Ce qui est différent c’est la criminalisation, ou pas, de cette orientation sexuelle.
    Pour le reste, que le point mette en lumière l’entrisme des frères musulmans c’est essentiel pour ouvrir les yeux des français. Mais à mon avis, la majorité des Français le savent déjà et le condamnent.

    • Et l’islam serait devenu une race, à lire et à entendre ces collabos. Je me demande où ils vont chercher leurs “enveloppes”. Sous l’Occupation, c’était rue Lauriston.

  8. C’est surtout la chialerie leur arme la plus efficace, ils n’ont aucune fierté, ils sont capables de prier dans les rues le cul en l’air, citez-moi une autre religion capable de faire ça ?
    Mais c’est comme ça qu’ils ont obtenu leurs premières mosquées et les suivantes
    ” Les pauvres disaient les couillons de service, il faut leur donner des lieux de prière c’est pas grand chose ”
    Très vite est venue l’égalité de traitement, favoriser un blanc était raciste, pleurniche garantie
    Entre eux ils en rient, le blanc est stupide et manipulable il faut en profiter
    Les plus dangereux ne sont pas les politiques corrompus qui nous les imposent, mais bien ces couillons de blancs qui commencent toujours leurs phrases par ” Je suis pas raciste ”
    une manière de demander pardon à l’avance
    Le racisme sans agressivité bien sûr est un comportement naturel qui permet la sauvegarde des espèces, les animaux l’ont toujours pratiqué, regardez les documentaires animaliers vous verrez que les races ne se mélangent jamais

  9. Rappelons que c est l ayatollah Khomeyni qui inventa le concept d islamophobie,afin de mettre l occidental dans un etat de panique muette lorsqu il evoque les exactions produites par le truchement de l Islam.
    Rappelons qu il existe les versets abroges (ceux de la Mecque ou Mahomet fait profil bas) et abrogeants (ceux de Medine ou le meme jette le masque par des versets violents,appels au meurtre etc..)
    Les pieux musulmans possedent des Corans par ordre chronologique et non suivant la longueur des sourates,comme il est d habitude.
    Un peu de recherche permet de trouver
    Des Corans par ordre chronologique.

    • chez eux, ils vivent comme ils veulent.chez nous,c’est pas chez eux, qu’ils nous emmerdent pas avec leur grimoire puant la chiasse mahomébutane.pas de morale pour ces monstres,mais des actions! marre des droits de l’hommasses de la ripoublique collobobo,pédo,bédouine universaliste. klaus swab le barbie de zurich,la hyéne ursula,tous des pantins aux ordre de l’état tyrannique profond.ces engeances pourries qui nous force le fion.voir la guerre en ukraine.zélinsky vs poutine.deux salopes d’une méme face de la méme pièce de l’état profond.le bon zélinsky et le diable poutine,qui sont copain comme cochon.pour tuer du blanc caucasien.la russie et l’Ukraine un peuple frère.vous nous prenez pour des cons!

  10. Rien à ajouter ou à enlever, quel excellent éclairage ! Quand l’Etat français va-t-il se réveiller …. Les violences commises au nom de l’islam s’enchaînent, aucune réaction officielle.

  11. Ok, les médias ne diront plus islamISME mais frèrisme.
    On ne parlera toujours pas d’islam tout court.

  12. Pas la ruse : la FOURBERIE.
    Il faut appeler un chat un chat.
    Ce n’est pas pour rien que le mahométan est toujours décrit comme fourbe et cruel : c’est juste parce que c’est ce qu’il est collectivement. Et il est cela parce que le coran enseigne la fourberie et la cruauté, et rien que cela. Tous les passages qui semblent prôner la tolérance ne la prônent QUE dans le but d’endormir la méfiance afin de pouvoir imposer la violence une fois les mahométans suffisamment majoritaires pour être violents sans risques. C’est tout simplement la façon de faire de Mahomet.

    • Bonjour Laurent P,
      Prône la tolérance ? Ce que vous croyez de la tolérance ne l’est pas en réalité, car les quelques versets perçus comme tolérance ne sont que des versets bien tordus auxquels il est greffés des conditions. Se référer aux hãdiths et tafãsirs. Les gens croient que parceque c’est la période méquoise que c’est tolérant et que celle de la Médine ne l’est plus; c’est plus complexe que ça. Vous n’avez pas tort en utilisant les termes “qui semblent prôner la tolérance”.

    • le sourire par devant ( taquya, mensonge pieux nécessaire car pas assez forts) et le couteau par derrière C est une période de trève en pays mécréant ( Mahomet) de dissimulation avant la conquète par l épée

  13. Cela confirme ce que nous pensions déjà sauf que c’est bien expliqué, l’islam et il s’agit bien d’islam et non d’islamisme est un système politique qui utilise la ruse et tout ce qui peut être pervers comme le retournement de nos lois contre nous-mêmes pour arriver à imposer ses propres lois. Ils sont incroyablement pervers et nous Français qui sommes relativement probes avons du mal à lutter contre ça, nous sommes civilisés et c’est plus fort que nous, on reste droit.

  14. C’est pourquoi maintenant, à cause des salopards qui nous dirigent pour nous détruire l’islam gagne du terrain tous les jours. Normalement un président digne de ce nom, devrait: 1) interdire l’islam, 2) interdire le coran, car ce livre dicte à ces adeptes comment tuer tous les non musulmans, 3) interdire la double nationalité et virer tous les musulmans, 4) arrêter de payer des allocations en tout genre et des retraites jusqu’au Maghreb, 5) dissoudre les assos pro muzzs, pro migrants etc 6) raser les mosquées et enfin FREXIT pour se débarrasser de cette UE qui n’a qu’un but, faire de la France un pays musulman et ensuite, s’occuper des traitres qui ont favorisé cette invasion. Après je pense qu’on pourrait y voir plus clair. Si on ne fait rien la France va devenir le 58 ème pays musulman et nous vivront sous la charia avec nos femmes et nos filles voilées. Mééééé c’est peut être ce que veulent une majorité de français.

    • Bonjour Christian. En effet , on a interdit la publication de Mein Kampf,
      (à tort selon moi), pourquoi n’interdirait – on pas, le coran et ses milliers de versets contraires aux lois de la République . C’est le voeu que je forme pour l’humanité future

    • “1) interdire l’islam”
      NON : interdire les manifestations publiques de l’islam, comme pour le nazisme : on a le droit d’être nazi chez soi.
      “2) interdire le coran,”
      NON : interdire la version actuelle non-chronologique du coran, qui empêche de percevoir le message de violence et d’intolérance (c’est bien pour cela que les chapitres du coran sont sciemment mélangés aléatoirement !) Comme pour Mein Kampf, qui n’est pas interdit à la vente mais à la mise en vitrine (et doit comporter un texte légal additionnel sur papier de couleur en début d’ouvrage).
      Il suffit d’appliquer au coran les dispositions appliquées à Mein Kampf : on a une base légale imposant de prendre les mêmes précautions vis à vis d’un texte qui incite peu ou prou à la même intolérance, à la même violence et qui a eu les mêmes conséquences historiques (la dernière étant Daech et son califat en syrie).

Les commentaires sont fermés.