Oumma.com : protestation d’un boulet algérien contre notre ambassadeur Driencourt

Jai relayé la tribune de notre  ex-ambassadeur en Algérie, parue dans « le Figaro » de la semaine dernière :

https://resistancerepublicaine.com/2023/01/11/xavier-driencourt-lalgerie-seffondre-entrainera-t-elle-la-france-dans-sa-chute/

Il s’agissait d’alerter les Français sur le risque qu’un effondrement inéluctable de l’Algérie fait peser sur la France, en ricochet.

Nous avons eu, en commentaires, les protestations d’un de nos commentateurs algériens.

Voici que maintenant Oumma.com, ce site islamo-algérien implanté en France, y met son grain de sel.

De nombreux sites vendus à la kleptocratie FLN hurlent dans le même sens  d’ailleurs.

Comme ici :

https://www.lexpressquotidien.dz/2023/01/11/les-delires-obsessionnels-de-xavier-driencourt-sur-lalgerie/

Je commente  en orange   les divagations, pour le coup, de ce type :

 

Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France en Algérie, est habitué à des sorties médiatiques spectaculaires, dans lesquelles il s’en prend d’une manière très peu diplomatique à l’Algérie. Il vient de récidiver dans une tribune récente publiée par le quotidien Le Figaro. Le titre de sa contribution, « L’Algérie s’effondre sous nos yeux, elle entraîne la France dans sa chute », en dit long sur les sentiments qu’il nourrit à l’égard du pays dans lequel il a travaillé durant plusieurs années.

Bien-sûr, on peut faire l’effort gigantesque de croire, ne serait-ce qu’un instant, que Driencourt aime l’Algérie et les Algériens comme il le prétend, et n’a de haine que pour le régime algérien qu’il se permet de traiter de tous les noms.

Les premiers à dire leur « amour » du pouvoir algérien, ce sont les jeunes Algériens qui multiplient les manifestations et qui sont une écrasante majorité (70%) à vouloir fuir l’Algérie

Mais au détour des phrases qui constituent l’ossature de sa diatribe, on se rend bien compte que l’Algérie, fantasmée par Driencourt, appartient à un passé à jamais révolu et qu’elle est en tout cas à mille lieues de l’Algérie réelle qui cherche, dans la difficulté et la douleur, et malgré tous les problèmes de gouvernance qu’on lui connaît, à sortir du sous-développement et de la dépendance.

Dans cet horrible « passé révolu » les Algériens vivaient en Algérie et ne pensaient pas qu’à la fuir, pour immigrer en France. Toujours cette même logorrhée des « lendemains qui chantent » typique de la kleptocratie FLN et que Driencourt, d’ailleurs dénonce dans son article.

Sans sacrifier à la tentation d’une lecture psychanalytique, qui serait pourtant bien à propos, essayons d’entrer dans l’imagination débridée de cet ancien ambassadeur qui prend ses fantasmes pour la réalité. Il dit aimer l’Algérie et les Algériens, mais il montre en même temps sa répugnance à l’égard de l’Algérie complexe et rebelle qu’il n’arrive pas à cerner et des Algériens qui ont pris la mauvaise habitude d’immigrer en France.

Pour démêler l’écheveau de ces sentiments contradictoires, il faut bien déconstruire les objets auxquels ils s’appliquent. Commençons par l’Algérie. Driencourt l’aime, mais sans le régime qui la représente pour le meilleur et pour le pire, sans le FLN, sans les militaires…

Mais qu’est-ce qu’il n’aime surtout pas dans ce régime honni ? L’autoritarisme ? La mainmise de l’armée ? La bureaucratie étouffante ? Ces tares sont-elles particulières à l’Algérie ? Comment se fait-il que ces tares ne suscitent pas le même rejet quand il s’agit d’autres pays de la région que les politiques français tolèrent quand ils ne les affectionnent pas ?

Ben, jusqu’à présent, y a pas 70% des jeunes Français qui veulent fuir la France.

Et ce que Driencourt explique justement, comme nous islamophobes, c’est que nous ne voulons pas d’un destin musulman à l’algérienne pour notre France qui ferait fuir les nôtres  de chez nous, comme il fait fuir, depuis des décennies,  les Algériens de chez eux.

Et les premiers, encore une fois, qui manifestent du « rejet » (sic) pour leur propre pays ce sont les Algériens eux-mêmes qui font des pieds et des mains pour émigrer en France et fuir, enfin, les voyous mi-maffieux, mi-islamistes du FLN.

Driencourt nous livre le fond de sa pensée. Ce qu’il n’aime pas en Algérie, au-delà de l’autoritarisme et du militarisme tant décriés, c’est la propension du régime algérien à utiliser la rente mémorielle et…énergétique dans ses rapports avec la France pour arriver à ses fins, comme lors des négociations sur les visas et la question migratoire.

Au passage, il égratigne également la politique officielle de la France et du président Macron qu’il juge trop timorée face à l’Algérie. Pire, l’Algérie utilise la rente mémorielle pour faire passer une politique qui serait, aux yeux de Driencourt, anti-française alors qu’il ne s’agit que d’un effort tout à fait légitime de diversifier les partenariats sur la scène internationale.

« Diversifiez » (sic) vos partenaires et diversifiez surtout votre émigration : il y a 58 pays musulmans pour vous servir !

L’Algérie a visiblement tort d’ouvrir son marché à la Chine, à l’Italie et à la Turquie ! Elle devrait rester une chasse gardée française pour plaire à Driencourt et à ses semblables ! L’Algérie a tort d’adopter sur le conflit ukrainien une position de neutralité qui ne convient pas aux cercles atlantistes qui influencent visiblement la politique étrangère de la France.

C’est la grenouille qui se fait plus grosse que le boeuf. En quoi l’Algérie compte-t-elle en 2023 dans le Monde? Vous êtes en guerre contre votre propre voisin, le Maroc ! Et quand le pétrôle viendra à s’épuiser, vous retournerez à votre néant.

On peut aussi deviner le fond de la pensée de l’ancien ambassadeur dans les non-dits qui sont parfois plus significatifs. L’Algérie est répugnante de fermeture parce qu’elle refuse de normaliser ses relations avec l’Etat colonialiste et raciste d’Israël comme l’ont fait d’autres régimes arabes plus fréquentables aux yeux des représentants de la bien-pensance française.

Nous y voilà ; après la haine anti-française, la haine antisémite, les deux superbes os que donnent  à ronger les musulmans du FLN pour justifier leur monstrueux  échec …

Même ce tartufe de Plenel, vil propagandiste pro-Alger en France, s’en émeut:

La réalité c’est que nous en avons plus qu’assez des pincettes prises avec ce FLN :  plus de courbettes devant eux, plus de Macron à Alger, plus de Darmanin  et ses courbettes devant le monument des assassins FLN, plus de rapport à la con de Stora : Basta ! Assez ! Ruptures avec ces crapules du FLN, qu’ils crèvent de haine dans leur coin !

L’armée algérienne est affreusement méchante parce qu’elle refuse d’envoyer ses soldats se battre comme supplétifs de l’armée française dans le Sahel pour protéger les mines d’uranium qui font fonctionner les centrales nucléaires françaises.

La France n’a rien à foutre de la pseudo-protection de l’Algérie ! La majorité de notre uranium ne vient d’ailleurs pas du Niger. Puisqu’Alger est indifférente à nos centrales nucléaires, coupons le courant aux Algériens installés en France : ça nous fera des économies et ils seront raccord avec leur cher FLN.

L’Algérie est tellement rétrograde qu’elle refuse de s’ouvrir au tourisme…sexuel qui fait le bonheur d’une certaine faune politique, médiatique et artistique.

Après la haine anti-France, après la haine anti-Israël les fantasmes sexuels de ce Monsieur : la totale quoi !.

Il est vrai que les Français ont des leçons de morale à prendre des admirateurs du violeur de petite filles et de petits garçons : le ci-devant montrueux Mahomet.

Quant aux Algériens, Driencourt les aime tellement qu’il refuse absolument de les voir en masse chez lui en France.

Ah, le culot de ce muzz ! Ecoutez ce qu’il raconte : Driencourt, comme tous les Français, n’est pas en droit de refuser l’immigration algérienne chez lui !

En effet, la question migratoire l’empêche à ce point de dormir qu’elle se retrouve systématiquement dans toutes ses interventions médiatiques depuis qu’il a quitté sa fonction diplomatique. Certes, il a tout à fait le droit de reprendre à son compte la politique de l’ « immigration choisie » chère à Sarkozy et à Darmanin.

Faudrait que les Algériens comprennent que si en 62, ils ont pris leur indépendance : NOUS AUSSI !

Pas d’ « immigration choisie » d’ailleurs, « immigration zéro ! ».

Rupture, encore une fois, avec Alger en premier lieu !

Mais pourquoi s’offusque-t-il de la position officielle du gouvernement algérien en la matière ? C’est un enjeu diplomatique comme un autre qui fait l’objet de négociations bilatérales entre les deux pays et chacune des deux parties tente de faire valoir ce qu’elle croit être son intérêt.

« Un enjeu diplomatique » (sic)  comme c’est joli ! J’appelle cela tout simplement une COLONISATION, une conquête islamique,  à laquelle il faut mettre fin et d’urgence.

L’Algérie devrait-elle sur ce dossier sensible prendre acte purement et simplement des volontés de la partie française pour plaire au gouvernement français ou à l’extrême-droite française que Driencourt semble de plus en plus courtiser ?

Ah, oui ! Nous sommes souverains mon gars et c’est pas à Alger de décider de notre politique migratoire, mais bien à NOUS !

Si le gouvernement français a reculé sur la question des visas comme le prétend Driencourt, ce n’est surtout pas pour les beaux yeux du président Tebboune ni par peur du chantage du pouvoir algérien. Si recul il y a, il ne peut se comprendre qu’en relation avec des concessions que la partie algérienne a du faire par ailleurs sur d’autres dossiers.

Mais Driencourt préfère ne pas aborder les dossiers sensibles qui constituent l’arrière-fonds des relations bilatérales entre deux Etats que la géographie, l’histoire et la realpolitik condamnent à la coopération, malgré les hauts et les bas qui impriment leur rythme à ces relations si compliquées.

Encore une fois R U P T U R E avec Alger : Alger a tout à gagner dans la poursuite de la politique macronienne, nous avons tout à perdre, à commencer par notre souveraineté que ce gugusse musulman se permet de contester, oui R U P T U R E avec Alger !

Bizarre pour un diplomate qui préfère manifestement rester prisonnier de ses sentiments et de ses fantasmes, ce qui l’empêche de voir la réalité telle qu’elle est au risque de desservir les intérêts diplomatiques de son propre pays et de mettre en péril le récent réchauffement des relations entre les deux pays : une Algérie qui avance de manière parfois contradictoire et prussienne vers un développement certain avec tous les excès sociaux et psychologiques que charrie une extraordinaire mobilité sociale qui a mis la société algérienne sens dessus dessous, ce qui fait craindre parfois le pire aux âmes sensibles qui ignorent comment ce peuple est sorti renforcé des multiples épreuves endurées durant son histoire multiséculaire.

Paroles ! Paroles !

Or, ce développement ne saurait se réaliser sans le parachèvement de l’indépendance nationale sur tous les plans. Une indépendance qui, faut-il le rappeler, n’est pas dirigée contre la France, même si les apparences peuvent parfois être trompeuses, comme c’est le cas quand le gouvernement algérien décide de donner à la première langue mondiale – l’anglais – la place qui lui échoit dans son système d’enseignement. Un choix réaliste dicté par les exigences de développement et non par coquetterie idéologique, et ce, en conformité avec la volonté de l’écrasante majorité des parents d’élèves.

Avant c’était l’arabisation à marche forcée, maintenant c’est l’anglicisation  : faites comme vous voulez, mais lâchez-nous !

Si l’attachement de l’Algérie officielle et populaire à sa mémoire historique relevait vraiment de ce que Driencourt appelle une « rente mémorielle », comment expliquer le fait que la France continue malgré tout à être un des principaux partenaires économiques de l’Algérie ?

Importations algériennes : 1.02 % de notre production française,  je tremble !

Quant au chantage énergétique que Driencourt prête à l’Algérie avec l’arrière-pensée de parasiter la refondation de son partenariat avec l’Union européenne, il faut rappeler que la volonté de mettre le potentiel énergétique du pays au service de son développement dans une relation économique équilibrée avec l’Europe est une constante dans la politique algérienne depuis la nationalisation des hydrocarbures en 1971, même si des contraintes conjoncturelles l’ont obligée en 2005 à signer un Accord d’association avec l’UE qui s’est avéré quelques années plus tard en sa défaveur et qu’elle cherche actuellement, en accord avec Bruxelles, à le réévaluer pour le rendre plus équilibré.

L’Algérie n’a donc nul besoin d’user d’un quelconque chantage en la matière. Son potentiel d’exportation de gaz (et bientôt d’électricité et d’hydrogène) plaide en faveur d’un statut géopolitique éminent en Méditerranée. Un statut qui ne sera après tout qu’un juste retour des choses eu égard à la position stratégique du pays, à son histoire et à la vitalité débordante de sa jeunesse.

Toujours ce culot extraordinaire devant une réalité algérienne effroyable. « Vitalité de la jeunesse » (sic),qui est massivement au chômage  et qui ne  pense qu’ à fuir l’Algérie !

Une jeunesse qui sait faire la part des choses, même quand elle crie sa révolte et sa soif de liberté et de bien-être, comme lors du Hirak de février 2019. Une jeunesse qui empêche visiblement de dormir l’internationale des colons, de Paris à Tel Aviv…

On aimerait, nous, que les colons  musulmans installés en France dégagent avec leurs mosquées  car l’internationale des colons elle est là et pas ailleurs !

Une jeunesse éduquée, avertie et aguerrie par le service militaire, qui constitue le dernier rempart contre toute atteinte à l’Algérie et a fortiori contre l’effondrement que prédisent les oiseaux de mauvais augure, qui n’ont jamais rien compris à ce grand pays.

Paroles, paroles !

https://oumma.com/les-divagations-de-xavier-driencourt-ancien-ambassadeur-de-france-en-algerie/

 1,025 total views,  2 views today

image_pdf

26 Commentaires

  1. J’ai l’impression d’avoir affaire à un Don Quichotte qui part en croisade afin de faire payer aux Musulmans leurs supposés méfaits colmis il y a treize siècles. Avec un peu de volonté pourquoi ne pas remonter un peu plus loin dans le temps, et partir aussi en croisade contre les Vikings, les Vandales, les Huns et les autres barbares qui ont ensanglanté l’Europe au haut moyen-âge. Je doute cependant que votre vie suffise. Et puis à quoi bon, de toute façon, une fois mort, tout cela n’aura plus d’importance, car le monde se fera sans nous !

    • Bonjour,

      J’aime votre « supposé » : merci pour nos millions de victimes de l’Islam.

      Pourquoi remonter si loin ?

      Parce qu’il y a un continuum depuis 1400 ans des crimes de l’Islam contre nous.

      Je ne sais pas si vous avez remarqué mais les Vikings sont devenus les Normands, les Vandales ont disparu (chez vous), les Huns sont devenus les Hongrois : ils ne nous agressent pas ou plus.

      Les musulmans nous martyrisent : ils volent, pillent, violent, tuent, avec constance, comme depuis exactement 1400 ans (622) ,maintenant sur notre sol …

      • Ce type est tordu. Laisse le monologuer ! Et c’est un violent, ça se sent, entre les mots, au coeur des lignes.

        • Je vous assure que je ne ferais pas de mal à une mouche et je suis loin d’être un tordu. Je ne suis pas français et je ne vis pas en France mais je connais parfaitement la culture et la langue française et en matière d’Histoire de France que je connais tout aussi bien, je m’intéresse surtout à la période de l’Occupation avec ses lots de collaboration, de dénonciations, de bassesse qui m’ont appris que les Français sont capables du meilleur comme du pire, même entre eux.

          • Pas la peine de venir faire le gentil avec moi. Ça ne marche pas. On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. Va vendre ta tambouille ailleurs !

          • @Paco. Ce que tu penses de moi, ce que tu es, que tu saches faire des grimaces ou non, sont des choses qui ne m’intéressent absolument pas. J’ai posté des commentaires juste parce que l’article, bourré d’inexactitudes et de clichés, parle de mon pays d’une façon haineuse et j’ai continué parce qu’on a répondu à mes commentaires. Si vous voulez que je ne commente pas, faites une pétition au modérateur pour me bannir et comme ça vous resterez entre vous à discuter et à vous persuader mutuellement que seuls vous, detenez l’absolue vérité. Tout simplement !

  2. Il faut absolument couper les ponts avec l’Algérie qui nous ont pris pour des cons , qui nous font du chantage mémoriel avec la colonisation et la guerre d’Algérie dont le FLN n’assume pas ses responsabilités criminels pendant la guerre d’Algérie avec le massacre des Harkis en 1962 ainsi que des Pieds Noirs et ils veulent qu’on continuent de délivrer des visas à leurs ressortissants et Mr Driencourt est très courageux sur ses opinions malgré la campagne de diabolisation des Islamo Gauchistes de l’Express , du Monde , du lécheur babouche pro FLN et salafiste Edwy Plenel , ses Djihadistes de Média Djihad Part et toute la Gauchosphère qui n’apprécient pas l’insoumission aux Fellaghas …

    • Vous voulez que les Algériens assument leurs crimes ? Assumez d’abord les vôtres puisque c’est vous qui avez commencé. Les Algériens ne sont pas venus en 1830, que je sache, massacrer des populations entières réfugiées dans les grottes de Dordogne en les enfumant. Vos soldats l’ont fait avec les célèbres Enfumades du Dahra et d’autres lieux en Algérie.
      Assumez le massacre de Zaatcha ou même des enfants ont été passés par les armes.
      Assumez les conséquences de l’abominable Code l’Indigénat.
      Assumez le massacre du 8 mai 1945.
      Assumez les camps de regroupement, les tortures de l’armée française !
      Assumez les crimes des Saint-Arnaud, Bugeaud, Pelissier et autres Herbillon !
      Enfin, montrez-nous la voie en pardonnant à ceux qui ont collaboré avec l’occupant allemand et transférez donc les restes de Joseph Darnand dans le Panthéon.
      Si vous voulez savoir pourquoi Driencourt a une dent contre l’Algérie, il suffit de connaitre dans quelles conditions il a quitté l’Algérie.

      • Bonjour,

        Tout ce que vous énoncez, nous en sommes abreuvés partout et en permanence, en France, par la complicité des gauchistes et des musulmans.

        Le gros, l’immense mensonge, que vous endossez d’ailleurs c’est que nos relations avec l’Afrique du Nord ont commencé en 1830 selon gauchistes et musulmans.

        Nous ne sommes pas, en 1830, tombés sur le poil de gentils brebis musulmanes mais sur d’ignobles crapules qui mettaient la terreur contre nous depuis des siècles en Méditerranée …

        Nous avons subi pendant 1400 ans préalables (!!!) le djihad des musulmans, de Poitiers (732) au razzias esclavagistes sur nos côtes (deux millions d’ esclaves capturés puis martyrisés dans vos bagnes d’Alger, de Tunis …)

        L’Espagne de mes ancêtres a subi, pendant 800 ans, le colonialisme atroce des vôtres.

        Demandez-vous pardon pour tous ces crimes initiaux ?

        Parce que je ne vois pas bien pourquoi les Européens commencent à s’excuser sans cela.

        Il faudra bien, un jour que tout cela soit dit et se paye enfin contre le mensonge islamo-gauchiste …

        • On ne traite pas avec les crapules, dites-vous ? Expliquez-moi alors Le traité de paix franco-algérien de 1801 conclu le 26 frimaire an X (17 décembre 1801) entre la France, représentée Charles-François Dubois-Thainville, et la régence d’Alger, représentée par le dey Mustapha Pacha dont le préambule est libellé ainsi :« Le gouvernement français et la régence d’Alger reconnaissent que la guerre n’est pas naturelle entre les deux États, et qu’il convient à la dignité, comme aux intérêts de l’un et de l’autre, de reprendre leurs anciennes liaisons.»
          Toutes les anciennes puissances coloniales ont présenté des excuses à leurs anciennes colonies, sauf la France.

          • Bonjour,

            L’Algérie, le Maroc ont présenté des excuses à l’Espagne (800 ans de colonisation !) , à la France (des dizaines d’années de colonisation) ?

            Je ne parle même pas du ci-devant état colonial musulman qui occupe Constantinople et tant de terres chrétiennes.

            Et d’ailleurs le calife Erdogan il vous a présenté des excuses, dites-moi :=)

          • Vous avez le don de nous faire dire ce que l’on n’a pas dit : l’Algérie n’a jamais demandé à la France une quelconque repentance. L’Algérie a demandé que l’Etat français reconnaisse que, durant la colonisation, des crimes de guerre ont été commis par ses agents, notamment les militaires ci-dessus cités. Ces crimes sont documentés par des sources françaises en leur temps : il suffit d’entrer dans le site la BNF et de tapez leurs noms et vous aurez la liste de leurs crimes.
            Quant aux Turcs, eux aussi n’ont pas été tendres avec nous, mais ils ne nous ont pas spoliés, ne nous ont pas réduits à la famine en brûlant nos récoltes. Ils n’ont pas créé de Code l’Indigénat.La seule chose qu’on peut leur reprocher est de s’être contenté de prélever les impôts.
            Montrez-moi une seule photo d’avant 1962 où l’on verrait des indigènes bien habillés, bien portants ! Avant 1958, seuls les fils de notables indigènes avaient droit à la scolarisation. Il a fallu attendre cette date pour que de Gaulle prenne enfin un décret pour ordonner la scolarisation massive des enfants indigènes, mais c’était trop tard, vraiment trop tard !

          • Bonjour,

            1)Le problème c’est que si nos archives sont totalement ouvertes, celles des assassins du FLN ne le sont pas.

            Mais je n’ai qu’à faire de simples recherches sur la Toile pour trouver le récit des atrocités du FLN, très semblables à celles des Nazis.

            Vous me parlerez évidemment de « juste Résistance ».

            Désolé les Résistants français ne se conduisaient pas comme ça.

            2)Justement, comment vos amis turcs n’ont-ils pas ouverts, eux, du temps de leur longue colonisation, des écoles ???

            Ah, ils étaient trop occupés à nous martyriser de leurs bases de pirates algéroises …

            Si les écoles ne fonctionnaient pas c’est en grande partie parce que les musulmans se méfiaient de l’école de la République : école du diable.

            Marc Ferro, anticolonialiste pourtant, a très bien expliqué cela …

            Et puis commencer par assassiner, comme le FLN l’a fait, des instituteurs qui allaient se dévouer au fin fond du bled n’autorise pas, après, à venir pleurer sur l’absence de scolarisation.

            Au fin fond de vous-même, je sais que vous pensez que j’ai raison …

          • C’est vrai que tuer un instituteur est impardonnable, et à l’époque des membres de la direction du FLN avaient vigoureusement réprouvé ces actes. Les choses auraient pu se passer différemment n’eût été l’aveuglement et le jusqu’au-boutisme des colons qui ne voulaient rien lâcher même après l’avertissement du général Duval, chargé du rétablissement de l’ordre après le massacre du 8 mai 1945, qui a dit à cette occasion au gouvernement colonial : « Je vous donne la paix pour dix ans, à vous de vous en servir pour réconcilier les deux communautés. Une politique constructive est nécessaire pour rétablir la paix et la confiance. ». On ne peut pas taxer le général Duval de sympathisant de la cause algérienne, mais il avait su que sans changement notable dans les comportements des colons à l’égard vdes « indigènes », la colonisation en Algérie allait droit dans le mur ! Et il avait raison. De Gaulle a essayé en 1958 de recoller les morceaux avec le Plan de Constantine, mais c’était trop tard.

          • Je reviens sur l’assassinat d’instituteurs, parce que, de faits isolés, vous faites non seulement une généralisation, mais vous considérez que vos morts civils valaient plus que les nôtres, pourtant bien plus nombreux. Que pensez-vous des militaires français qui incendient de villages entiers au napalm, notamment en Kabylie, pour punir la population, mettant dehors, quelques fois dans la neige et le froid glacial des familles entières avec femmes et enfants en bas-âge, sans nourriture, sans chauffage ? Que pensez des populations déplacées dans les fameux camps de regroupement ? Que pensez-vous des zones interdites où tout indigène qui s’y trouvait et quelque soit son statut, était immédiatement abattu sans sommation ?

          • Bonjour,

            Merci : tout cela je le sais, c’est bien vous qui isolez les faits.

            J’ai lu, sans doute beaucoup plus que vous, dans les années 70, toute la littérature anticolonialiste de l’époque (Vidal-Naquet et cie).

            Je vous l’ai répété cent fois, on ne va donc pas tourner en rond : cette histoire est HEMIPLEGIQUE.

            Elle fait silence totale sur 1400 ans de crimes musulmans atroces contre l’Europe chrétienne : cela commence avec la colonisation de l’Espagne en 701 par vos ancêtres.

            Et non pas en 1830 ou en 1954 …

            On ne vous entend JAMAIS sur cette histoire-là !

        • Je suis l’échange que tu as avec ce remi qui se cache derrière un pseudo !Je suis 100% à ton côté. Car l’histoire des barbaresques ça reste un énorme morceau d’histoire que le zigue en question s’efforce de planquer derrière des faits, aussi réels soient ils mais qui en quelque sorte, apparaissent moindres une fois la comparaison faite.

          • Bonjour,

            Merci Paco :=)

            Les Barbaresques, cela ne gêne pas du tout les musulmans «  »français » ».

            Ils ont le culot d’éditer , CHEZ NOUS, des livres à leur gloire :

            https://ribateditions.com/produit/precommande-barbaresques

            Imagine un peu une maison d’édition catholique, installée à Alger, et éditant des livres à la gloire des Croisades !

            Même cette comparaison est trop douce : les Croisades c’était de l’anticolonialisme, les Barbaresques du colonialisme.

            Mais c’est nous les intolérants, les racistes et les musulmans « français » les pauvres opprimés.

            Ce cirque abominable ne peut plus durer longtemps.

  3. Je retiens surtout « les Algériens ont pris leur indépendance mais nous aussi », nous ne voulons plus de liens, en tout cas le moins possible avec l’Algérie cette traitresse, plus vite nous couperons les ponts mieux ça sera et de surcroit si elle s’effondre.

  4. SVP ne copiez pas l’entité FLN en mesusant du mot de harki,qui signifie musulman algérien fidèle à son unique patrie avant 1962:la France.Les seuls traîtres sont les déserteurs depuis 1962,et surtout les prétendus binationaux.

    • Tout à fait et c’est pourquoi il est insupportable d’entendre des Algériens en France se plaindre de l’honneur que nous faisons aux harkis parce qu’ils s’imaginent être dans une France qui est pro FLN alors qu’il n’en est rien, pour nous les harkis sont les vrais Algériens de notre ancienne province l’Algérie, on peut même les considérer comme des Français mais là c’est autre chose, c’est un autre débat.

  5. tous ces porteurs de valises remplies de bombes made in FLN en France
    que sont tous ces journalopes, ces politicards qui ne sont que des collabos-traîtres
    les nouveaux Harkis du FLN de la République Française-d’Algérie !..

  6. Bonjour,

    « R U P T U R E avec Alger ! »
    Bravo !
    J’applaudis la conclusion de cet article magistral écrit avec une passion communicative !

  7. Je trouve cet ambassadeur bien modéré. Perso, je n’aime pas ce pays tout court, habitants compris.

Les commentaires sont fermés.