Ras-le-bol des voilées qui prennent les infirmières pour leurs esclaves et les menacent de mort

Tiens, c’était encore ma fête, hier. J’ai beau avoir de l’expérience, avoir le cuir fait, depuis le temps… ça me touche encore. Je fais la brave, je gère, j’explique, je discute, je négocie, je passe le flambeau à une collègue… mais, une fois rentrée chez moi, je m’effondre. Une loque en larmes. La peur de retourner travailler, et pourtant j’aime ce que je fais et je ne me vois pas femme au foyer… j’ai besoin d’agir, d’être utile. Ce n’est pas un hasard si je suis devenue infirmière. J’adore ce métier…

Dois-je dire « j’adorais » ce métier ? A chaque agression, je me pose la question. Combien de temps encore vais-je supporter le stress, les injures, les coups, oui, les coups aussi, parce que ça commence à tomber. Et on a beau déposer plainte, déposer des mains courantes… pour ce que ça sert !

Allez j’arrête de philosopher, et je vous raconte. Ça m’a aidée à reprendre mon calme, à espérer encore que le lendemain sera meilleur…

Ma journée, hier, avait bien commencé. Je travaillais dans le service dit ambulatoire qui accueille les différents patients qui quittent les différents services à l’heure de fermeture de ces derniers. Et c’est nous, les 2 infirmières, qui gérons tous ceux qui quittent les différents services qui les ont accueillis en ambulatoire. C’est à nous de distribuer les collations, d’aider les patients à s’habiller, voire à faire une petite toilette si des petites taches de sang apparaissent, par exemple et de donner les documents de sortie. On est 2 pour gérer plusieurs patients, on ne n’ennuie pas.

Tout à coup j’entends une voix forte provenant de la salle de bain où ma collègue aide une patiente à s’habiller. Ça crie, je devrais plutôt dire « ça gueule »… et je vois ma collègue qui sort, avec l’air passablement énervée. Elle m’explique que la patiente râle après tout et que, comme elle est valide et autonome, elle a préféré la laisser se rhabiller toute seule, n’ayant pas vocation à servir de punching ball.

On se croyait tranquilles… grave erreur. Voilà que la fille de la patiente râleuse vient chercher sa mère et… nous prend nous aussi à son tour de haut, entre rejoindre sa mère qui doit se plaindre auprès d’elle et elle ressort déguisée en furie, nous insultant avec une telle hystérie qu’on ne comprend pas un mot sur deux…

Je ne m’occupe pas d’elle et vaque à mes occupations dans une salle interdite au public où la fille entre brutalement pour m’agresser, me menacer, exiger d’avoir mon nom -que je ne donnerai pas, évidemment- et elle me menace carrément de mort ! Annonçant qu’elle reviendra le lendemain pour accomplir sa promesse !

Nous appelons la police pendant que la fille prend à témoin les autres personnes présentes, nous accusant de racisme lié à leur couleur et leur religion. La tarte à la crème habituelle… Naturellement elles se sont dépêchées de prendre leurs cliques et leurs claques avant l’arrivée de la police…

Comme je m’ennuie, j’ai dû aller le lendemain perdre 2 heures pour porter plainte au commissariat…

C’était ma chronique d’une journée presque normale au sein des services de santé français…

 1,157 total views,  6 views today

image_pdf

34 Commentaires

  1. Et l’histoire de la femme qui a empoisonné un bébé au destop dans une crèche ?
    On ne nous a jamais dit qui était cette femme, vous ne trouvez pas ça bizarre ?
    Son identité, sa nationalité, ses motivations ?? Motus.
    Son jugement ? Motus.

  2. Et si toi, tu les menaces de mort, que se passe-t-il ? Tu iras tout droit au tribunal, pour islamophobie, appel à la haine, menace de mort.
    Et là, tu vas payer très cher, en frais et punitions diverses.
    Mais eux, que risquent-ils ?? RIEN, rien de rien. C’est parce qu’ils le savent qu’ils se permettent tout.

  3. Il n’y a plus aucun respect puisqu’on leur permet tout.
    Une bonne tarte dans la gueule et un coup de pied au cul, avec menace de ne pas les accepter la prochaine fois.
    On relève leur identité et la fois d’après on les fait patienter, en attendant la police.
    L’ennui, c’est qu’après ça, on tombera sur les juges cocos qui vont leur donner raison, et ensuite il faut penser à Samuel Paty, qui n’a été ni soutenu, ni défendu, ni protégé, et qui a fini DECAPITE.
    Décapité, pas seulement par l’islamiste qui l’a tué, mais par tout le système puant qu’est devenue notre société, pourrie vendue aux pétrodollars.
    L’ISLAMOGAUCHIASSERIE qui permet tout cela.
    Les musulmans te menacent de mort et ils prennent le pouvoir avec la complicité de ceux qui devraient te soutenir.

  4. Et les primates incultes baiseurs de chèvres qui se comportent de la sorte sont issus de peuples de chameliers alors quand ils sont malades un bon verre de pisse et HOP !

  5. ces parasites chez eux chez nous, qui encombrent hopitaux et services d’urgence, le tout sans rien payer, se permettent tout et n’ont pas fini de nuire au personnel soignant : c’est pour ne plus les voir que beaucoup quittent l’hopital

  6. Les voilées sont venues en France pour nous faire chier. Dans leur pays d’origine où elles n’ont rien elles n’ont pas le droit de se plaindre !!! Il nous faut faire le ménage et vite ….

  7. Mais bien sûr, chez les barbares le ‘service’ est confié aux esclaves et depuis que nos collabos admettent l’entrée chez nous de la barbarie on en est là !!!

  8. C est grave, mais c est normal c est cette poubelle mondiale qu’on appelait FRANCE.
    Bordel, quand va t elle démarré cette foutue guerre civile 🤔😭

  9. Aujourd’hui, Trou-Du-Cul est allé présenter ses vœux aux blouses blanches dans je ne sais plus quel hôpital. Ça m’inspire deux réflexions : quand on présente ses vœux, on formule un souhait ; or, dans le cas présent, ce sont les blouses blanches qui ont des souhaits et c’est à Trou-du-Cul de faire en sorte de les réaliser. La deuxième réflexion c’est : comment se fait-il qu’il y avait du monde à l’écouter. On les a menacé de sanctions s’ils n’y allaient pas ? Il y avait des gardes armés qui les ont contraints ? Non ? ALORS QU’EST-CE QU’ILS FOUTAIENT LÀ ??? Pensent-ils vraiment que TDC s’inquiète de leur sort ? Si c’était le cas, il aurait commencé par annoncer la réintégration des suspendus, ce qu’il n’a pas fait et n’a pas l’intention de faire.

  10. (Suite)
    Prenez du recul, observez votre situation d’un autre angle et vous verrez que les vrais responsables sont au pouvoir. Si on était vraiment respecté et protégé par notre hiérarchie, ces comportements seraient sanctionnés. Mais ce n’est pas en pleurant sur notre sort qu’on y parviendra. Je vous souhaite beaucoup de courage malgré tout. Prenez soin de vous, ne vous laissez pas envahir par vos émotions négatives, vous faites ce que vous pouvez avec les moyens qu’on vous donne, c’est à dire presque rien. Donc ne culpabilisez pas à la place de ceux qui devraient avoir honte et démissionner.

  11. Je devrais être solidaire ayant vécu des situations similaires de la part de cette population mais aussi de personnes aisées ou proches de médecins. Et pourtant, j’en ai tellement bavé quand j’ai voulu me battre pour obtenir des conditions de travail décentes, je me suis retrouvée seule et j’ai du quitter mon poste que j’adorais, me reconstruire et me lancer dans le libéral. Alors j’ai presque envie de vous répondre que vous le méritez puisque vous avez accepté l’inacceptable. Depuis les années 2000 nous avons subi une violence institutionnelle jusqu’à aujourd’hui où certains de nos confrères ont été virés comme des malpropres pour 1 injection qui ne protège pas et tue. Comment voulez-vous vous faire respecter ensuite?

    • Oui, tout à fait, mais on pourrait dire aussi qu’ils continuent à voter pour les mêmes salauds qui les envoient dans la mouise, ils se syndiquent à la CGT, ça veut tout dire.
      Et lors de la visite du Minable, ils étaient tous autour à admirer Jupiter, suspendus à ses lèvres, attendant une miette qui serait jetée négligemment, au lieu de lui balancer une œuf ou une tomate pourrie, de le huer.
      Comme ils ont fait à Oran, crier « en*** », ça au moins, ça se respecterait.

  12. Mon soutien sincère à vous.
    Je sais pas, moi…J’ai été à l’hôpital, je suis resté poli, j’attendais mon tour, je les remerciais de manière courtoise, saluant par là le travail pas facile..Ah, oui, j’ai compris…j’ai été bien élevé, je suis bien blanc caucasien et je suis surtout CIVILISE (manque l’accent!) et RESPECTUEUX ! Ces gens là, vous le savez depuis TOUJOURS qu’ils sont incompatibles avec nos façons. Point.

  13. Je rajoute une chose et peut être que Jeanne confirmera, – suite à la proposition de Macron à l’instant, de refonder les services, ce qui est extraordinaire, car LUI SAIT !!, alors que ce sont des technocrates qui ont apportés ce résultat ( les finances et les ARS, subventions des structures, à l’acte ) ; Lorsque je travaillais nous « traitions des humains » , nous étions faites pour cela en plus de la technique ! aujourd’hui je les vois, le nez sur leur PC informatique, elles m’ont dit qu’il fallait lire, tout ce qui concerne la patiente, avant d’agir ! perte de temps et déshumanisation alors que nous avions des temps de relève, avant, qui étaient échangés verbalement avec un support écrit , bien sûr, mais qui permettaient de parler l’extra, c’est à dire: pas le moral , pas ceci pas cela ..de la patiente ..le protocole était le même, car nous avions la connaissance, la responsabilité, on se comprenait à demi mot..l’hôpital se déshumanise à cause de ces technocrates, ils ont une lourde responsabilité et ce n’est plus le même métier…et ils ne sont pas là pour régler le problème évoqué !

  14. Je compatis complètement et nous vous remercions pour votre témoignage ! je peux même dire que si il n’y a plus de soignants, que ce soit infirmiers ou médecins, j’ai toujours eu la conviction que la raison est celle que vous évoquez ..mais personne ne le dit ! je pense aussi que les soignants sont des bienveillants (choix de cette formation et travail) , et par là même, sont capable d’endurer ..et ça, ce n’est pas possible ! il y a des solutions à prendre, la première étant de reprendre votre dignité et respect de votre personne, que veulent ignorer vos responsables ( ils ont leur statut et leur salaire qui les portent, ainsi que des ordres !!) et si ils avaient mis dès le début les limites, on n’en serait pas là !! Avant un médecin que vous auriez appelé, aurait pris le contrôle de la situation, mais il me semble, cela n’engage que moi, qu’ils ont démissionnés sans compter que leur métier s’est féminisé à 70% ! il faut absolument analyser et trouver les solutions, vous avez, en sus, ceux qui ne se maitrisent pas pour cause de stupéfiants ou d’alcool ..STOP ! vous n’êtes, vous êtes des soignants, pas des surhommes !

  15. Incroyable !!

    Mais putain ! quand nos gouvernants (ou à défaut, le jour venu, les patriote eux-mêmes avec l’armée) vont débarrasser la France de ces hystériques (mâles, femelles et lardons) et les renvoyer au bled, pour toujours . Marre de marre.

    Je souhaite ardemment, qu’avec la crise économique et sociale qi va bientôt nous péter à la figure, que tout s’embrase.

    Je ne vois plus que cette issue pour en sortir .

    Ceci dit et en attendant des jours meilleurs jours pour Jeanne, il faut souhaiter bon courage !

  16. y a pas que des patients maghrébins ou africains qui posent pb, y a aussi le personnel des soignants ! Beaucoup sont maintenant des divers, discrimination positive à l embauche ou direction communiste etc J ai rendu visite à une amie en maison de repos ( val de marne, 94) elle avait peur et n appelait jamais les soignants de jour ou de nuit Ils faisaient la fête dans les couloirs la nuit avec….plats et tambour ! et se comportaient mal avec les patients français blancs C est aussi dans un EPHAD(94) qu un employé maghrébin …si gentil a été piégé par une caméra de surveillance, il frappait les sous chiens ! C est le tiers monde ! vaut mieux pas avoir besoin d aller à l hopital ..

    • C’est vrai aussi et ira en grandissant, si possible sans diplôme, comme c’est prévu dans les crêches et garderies depuis un décret du 29/7/2022 ! pour palier au manque de professionnel on peut recourir, à n’importe quel adulte n’ayant reçu de formation à la petite enfance !
      Mme Estelle Dupont, psychologue, disait :  » QUI SOMMES -NOUS POUR NEGLIGER A CE POINT, NOS ENFANTS, NOTRE FUTUR ? tout en soulignant que personne ne connaissait l’existence de ce décret !. Un rapport de l’UNICEF paru en novembre 22, note défavorablement la France, sur le droit des enfants . Alors oui, il y a les personnes âgées aussi et les autres.. CELA S APPELLE L UBERISATION A TOUS LES NIVEAUX, la libéralisation à tous les étages, ordonnée par un banquier de 40 ans, sous influence ! Veuillez noter tout cela et voir avec vos députés, si vous le voulez !

      • Denise on risque de voir de + en + de meurtres « accidentels » d enfants de mécréants dans les creches et garderies …Bien regarder qui y travaille ( voilées, muzz ?)avant d y laisser son gosse ou s abstenir..

    • @ exact chouan ,je l’ai vécu à l’hôpital certaines infirmières très bien,gentilles,efficaces ,à l’écoute et internes idem,mais d’autres odieux et odieuses ,désagréables limite maltraitants,il n’y a pas que dans les epads ,ceux là devraient changer de métier. ou bien être mis à la porte .

    • @ chouan , vous dites  » vaut mieux pas avoir besoin d’aller a l’hôpital  » et vous avez bien raison , je dis toujours aux miens de prendre bien soin de leur santé afin d’éviter toute hospitalisation car l’hôpital la police ou encore la justice faut plus compter sur personne ! Tout a été tiré vers le bas ! Les personnels ne sont pas en cause évidemment , c’est une volonté politique et le résultat d’un assistanat effréné de millions de blattes et y a plus un sou , alors on encule les retraites et tout augmente ..et oui la vie de château ça coute !

  17. Ça donne juste envie de faire le zidane : un bon coup de boule et retour du silence.

  18. Il suffit de ne pas restituer la carte vitale aux violents. Évidemment ça supposerait une volonté.

      • sans compter qu’il est facile de dupliquer et copier une CV

  19. Avec l’islam politique et conquérant on est dans la merde et les deux infirmières ont l’amère expérience avec cette patiente voilée et sa fille Fanatique à souhait qui se permettait de menacer de mort les infirmières et aussi de les accuser à tort de racisme alors que les infirmières ne sont pas racistes mais que la mère de la voilée s’est très mal comportée avec les infirmières donc cette accusation de racisme est un chantage Victimaire à la prétendue Islamophobie mais les médias d’extrême gauche soutiennent les voilées, l’islam est un cancer pour la France !

  20. ah oui, comme je vous comprends!
    J’ai surtout travaillé en ehpad, mais je pourrais apporter ma pierre à l’édifice!
    En effet, durant un stage en service de neurologie, un « beau » jour, arrive toute une smala avec le samu. ls débarquaient d’Algérie, la mémé avait fait un AVC alors hop ils l’ont chargée dans un avion et hop hop soit disant elle a fait son AVC à l’aéroport. Mon vénérable, oui! Ca faisait longtemps, son « truc », et tout le monde qui squatte une chambre normalement prévue pour 2 patients, ça crie, _ça hurle ( au racisme, tiens) ça « laisse crever les gens pire que des chiens en France », qu’on leur a fait la colonisation…Et j’en passe. Tous on est des français, (sauf la mémé). L’enfer, typique. et ça remonte à 2005, ça doit être ô combien pire aujourd’hui.
    Si je puis me permettre un avis, mieux vaut être femme au foyer.
    Je préfère « faire la bonniche » et encore, ce terme est souvent entendu bien qu’inapproprié que servir de serpillère à toutes les merdes venues de tous les trous à chiottes de la planète.
    Amicalement

  21. J’ai fait un séjour à l’hôpital. Je salue le professionnalisme de tout le personnel, leur gentillesse, leur dévouement. Il est vrai que je suis un FDS. À force de fréquenter le service d’urologie, j’ai fini par connaitre le personnel. S’il n’y avait que des malades comme vous, voilà ce que j’ai entendu à ma sortie. Les voilées et leurs conjoints ont pourri le système de santé et pas que ça !

  22. Chère Jeanne, je compatis, mon épouse est infirmière et votre histoire lui est aussi familière. Toutes travaillent à flux tendu. L’exigence et l’arrogance de certains patients, ajouté au manque de personnel, fait que le système ne peut plus tenir. Et on ne réintégre toujours pas les professionnels de santé….ni les pompiers ! Honte à toi macron et à tous ceux veulent nous faire travailler toujours plus longtemps.

    • ON n’a toujours pas réintégré les soignants non vaccinés. On continue à fermer des lits. Peut-être que Macron battra le record de Sarkozy, 37.000 lits en moins. On nous a vendu Macron, comme la rupture, mais c’est la continuation, et on nous a beaucoup trop culpabilisé, avec Marine, « on ne peut pas voter Marine Le Pen, elle est raciste ». Bientôt les petits Blancs seront minoritaires, et alors là…..

      • On a pas réintégré les soignants non vaccinés, ça ça relève d’un formidable et surdimensionné orgueil de Macron ! alors il faut que momentanément ils aillent travailler dans un autre pays limitrophe ( c’est juste une idée, ils ne peuvent rester sans travail et surtout ils leur faut reprendre leur dignité ) ; quant aux lits fermés, les lits sont fermés car il n’y a pas de personnel pour être au chevet..

  23. Il paraît intéressant l’article pour beaucoup de personnes ,pas pour moi qui vie la même chose même dans un autre endroit. Partout c’est pareille.

1 Rétrolien / Ping

  1. SECURITE : cela ne peut plus durer. Il faut sévir : Ras-le-bol des voilées qui prennent les infirmières pour leurs esclaves et les menacent de mort ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.