Olentzero… le « Père-Noël » traditionnel du Pays Basque

Il n’a rien d’un Père Noël… Avec son visage noirci par la poussière du charbon de bois, Olentzero a un air un peu terrifiant. Rien à voir avec le bonhomme rose à la barbe blanche immaculée et au costume rouge écarlate qui fait rêver les enfants aujourd’hui!

Et pourtant, Olentzero, avec son air noir et un peu effrayant, est le père-Noël du Pays Basque.

Depuis des siècles, il est chargé de veiller à ce que tout le monde soit au chaud pour la soirée de Noël.

Luna ne peut plus parler, bouger ou manger toute seule après l’agression

« Les cadeaux de Noël d’Olentzero », un beau conte que l’on vous raconte, en attendant sa venue… 

« Tout le monde sait que le vieux charbonnier Olentzero revient à l’époque de Noël pour vendre son charbon de bois dans les villages de la vallée. Il transporte son charbon dans de gros sacs de toile qu’il pose sur le dos de sa mule.

Une année, alors qu’il descendait de la montagne avec son chargement, une branche déchira un des sacs. Olentzero ne s’aperçut de rien. Les bouts de charbon de bois tombaient un à un sur le chemin.

Pendant ce temps-là, Patxi, le plus jeune garçon d’une famille pauvre du village, parcourait la forêt à la recherche de bois mort pour chauffer sa maison. Quand il découvrit les bouts de charbon, il commença à les ramasser un à un pour les mettre dans son panier. Mais il y en avait tant que Patxi ne pouvait pas les prendre tous. C’est ainsi qu’il parvint sur la place du village où Olentzero vendait sa marchandise. Patxi, voyant qu’Olentzero était plus pauvre que lui, tendit son panier au charbonnier. Olentzero vida le panier dans un grand sac puis il le rendit à Patxi en le regardant avec une grande tendresse.

Puis il se pencha pour murmurer à l’oreille du garçon :

« En revenant chez toi, tous les morceaux de charbon que tu trouveras encore sur le chemin seront transformés en chocolats.

Tu les mettras dans ton panier. Tu ne pourras pas chauffer ta maison avec mais ceux à qui tu les donneras auront chaud au cœur durant tout l’hiver. »

Beaucoup disent que c’est depuis cette histoire qu’on a l’habitude d’offrir des chocolats à Noël.

Et certains pensent même qu’il n’est pas nécessaire d’attendre Noël pour se réchauffer le cœur avec du chocolat ! »

 

Texte écrit par Claude Labat, spécialiste de la mythologie basque.

Une légende de Noël du Pays basque…

Olentzero, c’est un message d’espoir dans l’obscurité de l’hiver : la certitude que jamais le Soleil ne s’éteindra.

 A l’origine, on appelait « Olentzero » (qui veut dire charbonnier) le tronc avec lequel on maintenait le feu de la cheminée la nuit de Noël. Le lendemain, on répandait les cendres de ce feu devant la porte principale de l’etxe. Ainsi, on protégeait la maison et ses habitants pendant la nouvelle année.

Olentzero prit peu à peu l’apparence d’un homme sale, un peu canaille. Le béret et les vêtements usés rappellent que cet homme est un homme de la forêt et de la montagne où il vit et où il travaille. La légende fît alors d’ Olentzero un charbonnier qui vit dans la montagne où il fabrique du charbon de bois. Une fois l’an, juste avant Noël, il va, avec sa faucille et son bouquet d’ajoncs, dans les villes et villages des vallées basques distribuer du charbon (et non pas des cadeaux) afin que nul ne souffre du froid la nuit de Noël. Le charbon était alors le symbole du soleil qui recommencera à chauffer la terre après l’hiver. 

 

Originaire de la vallée de la Bidassoa et présent bien avant le christianisme, ce mythe a traversé les siècles, s’adaptant sans cesse. Il s’est étendu à l’ensemble du Pays Basque et se rapproche aujourd’hui, de l’image du Père-Noël que nous connaissons bien.  

Olentzero à Noël : un porteur de message 

Au-delà d’un gros bonhomme jovial qui apporte des cadeaux, cette légende est porteuse d’un message bien plus grand. Messager de la lumière en apportant ses morceaux de charbon, il représente le solstice d’hiver avec l’espoir du retour du jour, de la lumière et de la chaleur. Il est alors accompagné de Mari Domingi, un autre personnage de la mythologie, lié aux rituels de connexion avec la nature. Elle représente la féminité mais aussi le solstice d’hiver et l’arrivée d’une nouvelle année. Et avec elle, le début d’un nouveau cycle. C’est la perspective de jours meilleurs et plus féconds qui se rapprochent.

Un message d’espoir qui nous dit qu’ au-delà de ce qu’on ne voit pas… Au-delà de ce qu’on ne connaît pas… Au-delà de l’hiver froid, sombre et rude qui s’installe et de l’incertitude du présent, il y a toujours une lueur d’espoir à garder. Il y a toujours un feu pour se réchauffer et des guides pour nous éclairer sur les mystères du monde qui nous entourent.

Olentzero, c’est un message d’espoir dans l’obscurité de l’hiver : la certitude que jamais le Soleil ne s’éteindra.

Fête à Bayonne : Olentzero et Mari Domingi, un autre personnage de la mythologie

Voir sur RR :

La fête juive des Lumières a lieu en décembre comme Noël, comme les Saturnales romaines…

Sur l’origine de la tradition (Solstice d’hiver) : 

https://www.baskulture.com/article/et-olentzero-vint-quand-mme-bayonne-3581#:~:text=Au%20Pays%20Basque%2C%20lors%20des,f%C3%AAtes%20du%20%E2%80%9CSoleil%20invaincu%E2%80%9D.

Source du présent article : 

https://www.quefairepaysbasque.com/olentzero-le-noel-traditionnel-du-pays-basque/#:~:text=Le%20b%C3%A9ret%20et%20les%20v%C3%AAtements,fabrique%20du%20charbon%20de%20bois.

 

 3,977 total views,  3 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Je suis basque franco-espagnol. Mon père de Bergara (Gipuzkoa° et ma mère de Bayonne. Tous les deus BASQUES.
    Cette tradition est FAUSSE. L’olentzero c’est une invention toute récente, tout au plus 50 ans pour se différencier des Traditionalistes espagnols ou Carlistes, les seuls héritiers des Traditions Basques et, bien entendu des Espagnols Royalistes.
    Le but de ce faux Olentzero c’est de créer comme tous les nationalistes qui n’aiment ni la France ni l’Espagne une raison pour exprimer qu’ils ne sont ni Français ni Espagnols.
    En tant que BASQUE Franco-Espagnol: Vive ka France et Vive l’Espagne et Vive nos VRAIS TRADITIONS.

  2. Noël n’ a rien a voir avec le père noel publicitaire de coca cola ! Mais beaucoup avec le patchwork culturel qui compose la France! Basque, Breton, Alsaciens, Corse, Savoyard, Auvergnats, et tant d’ autres. Seul pays au monde a avoir réussi cet exploit!!!!

  3. Quels beaux contes viennent des traditions et des racines européennes… Merci à tous ces beaux conteurs de nous les ressusciter

  4. Belle découverte de ce mythe basque !
    Ma grand-mère me disait qu’à l’époque où les gens se chauffaient et cuisinaient au charbon, une petite bonne femme toute vêtue de noir, faisait commerce de ce combustible, elle sillonnait la ville avec sa mule et sa carriole remplie de charbon.
    On l’appelait NINI la charbonnière.

Les commentaires sont fermés.