Le réchauffement climatique : mythe ou réalité ? Et l’homme dans tout cela ?

Ah, le réchauffement climatique ! Que d’échanges, d’avis, de démonstrations, de contre démonstrations. D’avis officiels et non officiels. Chacun y va de son site Internet qui illustre sa pensée, laquelle est contredite par un autre qui y va aussi de son site disant tout l’inverse.

J’allais dire aussi que de débats. Mais ça, je ne peux pas le dire, car tous les débats de société importants, coronafolie, immigration, violences, ruine économique, effondrement de l’éducation nationale, augmentation du chômage (même si l’on veut nous faire croire qu’il baisse), faillites des entreprises, etc… sont interdits dans tous les médias subventionnés.

Christine, m’a fait l’honneur de me demander de faire le point sur les réalités des questions climatiques et telles qu’elles sont présentées au public. Je vous conseille au préalable d’écouter ou réécouter son article sous forme de vidéo en cliquant ici.

J’ai donc écrit ces quelques lignes dans un esprit d’objectivité scientifique en laissant de côté mes opinions politiques que connaissent bien mes amis lecteurs sur RR.

Dans cette question des variations climatiques, il y a deux aspects :

  1. les causes des variations climatiques de notre planète
  2. l’influence de l’homme, si elle intervient, et dans un tel cas à quel niveau.

Concernant les causes des variations climatiques, pour des gens de bonne foi, il y a consensus. Alors, nous allons commencer cette réflexion de cette façon-là.

Quelles sont les causes des variations climatiques ?

Bien sûr, on va la faire simple car comme toujours les choses sont bien plus compliquées. De nombreuses études sont sorties expliquant, plus ou moins en détail, les variations climatiques. L’objet de ces quelques lignes n’étant pas d’expliquer des traités entier sur la question, mais de rester dans les généralités.

Notre planète Terre a toujours connu des périodes très différentes froides, de glaciations, chaudes ou tempérées. Mais dans l’ensemble il y a cinq causes majeures responsables des variations climatiques.

Première cause :

Elle est évidente, il s’agit de la fonction de la quantité d’énergie solaire reçue par la Terre. Cette question est fondamentale et elle implique quatre éléments :

  • les données fixes et variables de notre planète Terre
  • les zones de notre planète prises en considération
  • les données fixes et variables de notre étoile le Soleil
  • ce qui existe entre le Soleil et la Terre, l’espace sidéral

L’activité du soleil est sujette à de nombreuses fluctuations. Il est estimé que depuis sa création (4,5 milliards d’années) le Soleil a une capacité chauffante supérieure de 25 %.

Le Soleil est une étoile variable : il connaît un cycle d’activité sur une période de 11,2 ans. Quand on parle de cycles solaires, on fait référence au champ magnétique du Soleil et non à sa température comme beaucoup le croient : le gaz de l’étoile est chargé électriquement et se déplace, ce qui génère un champ magnétique.

Les champs magnétiques générés par le Soleil s’étendent dans l’espace sidéral, formant ce qu’on appelle le champ magnétique interplanétaire : ce champ est transporté à travers le système solaire par le vent solaire, un flux de gaz chargé électriquement, envoyé par le Soleil dans toutes les directions.

Le Soleil produit ainsi plus de rayons UV qui atteignent la surface de la Terre, réduisent de quelques % le taux d’ozone et réchauffent l’atmosphère.

Mais aussi, pour être précis dans les études et pour comprendre comment l’énergie solaire impacte le climat, il faut prendre en compte de nombreux élément,s ce que ne font pas toujours les spécialistes avides de conclusions rapides :

  • la physique des plasmas
  • la chimie atmosphérique
  • la mécanique des fluides
  • la radioactivité naturelle
  • la thermodynamique
  • la physique des particules.

De plus, l’impact des rayons UV qui atteignent la surface de la Terre ont des influences différentes selon l’endroit terrestre. Ce que nous ne traiterons pas dans ces quelques lignes, évidemment.

Deuxième cause :

La position relative Terre-Soleil n’est pas constante. L’orbite de la Terre autour du Soleil évolue sur une période d’environ 100 000 ans d’une forme presque circulaire à une forme très elliptique.

Ensuite, l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre par rapport au plan orbital varie progressivement tous les 41 000 ans. Enfin, cet axe de rotation décrit en 26 000 ans un cône, appelé cône de précession. Ces trois paramètres modifient la distance Terre-Soleil, et donc la quantité d’énergie solaire reçue.

Troisième cause :

Les températures au niveau de la Terre sont très différentes en fonction des lieux et des époques. L’évolution de ces températures à ces endroits est également différente car obéissant à des critères variables selon les endroits (obliquité des rayons solaires, etc…).

Quatrième cause :

Les variations climatiques sont liées également à la dérive des continents. La position et la part relative des continents et des océans changent, ce qui modifie les processus d’absorption, de réflexion et d’échange d’énergie ainsi que les courants océaniques et la circulation atmosphérique. Pour ne donner qu’un exemple, le Sahara se trouvait en région polaire Sud il y a 450 millions d’années et a été recouvert par une calotte glaciaire.

Cinquième cause :

La composition de l’atmosphère joue un rôle important dans la transformation et la redistribution de l’énergie solaire. Les constituants de l’atmosphère ont varié au cours du temps. Les gaz à effet de serre (vapeur d’eau, dioxyde de carbone, méthane, etc.) étaient prépondérants pendant les deux premiers milliards d’années, créant au sol une température plus élevée. Par ailleurs, les éruptions volcaniques, en projetant de fortes quantités de gaz et de poussières, voilent la lumière solaire et peuvent provoquer un « hiver volcanique ».

Les expressions « réchauffement climatiques » ou « refroidissement climatique » sont-elles adaptées ?

La réponse est non. Un climat se définit pour une période et un endroit donné par l’ensemble des divers états de l’atmosphère, principalement la température et humidité de l’air, les précipitations, les vents, l’ensoleillement.

Ces états dépendent de plusieurs facteurs d’origine cosmique, planétaire ou géographique. Les facteurs cosmiques (rayonnement solaire essentiellement) et planétaires (circulation atmosphérique, rotation de la Terre) entraînent une distribution zonale des climats, en larges bandes grossièrement comprises entre des parallèles (des latitudes). Les facteurs géographiques (circulation océanique, continentalité, altitude, nature des sols, etc.) modifient ce schéma en le complexifiant. La conjugaison de tous ces facteurs aboutit à une distribution en grands ensembles climatiques régionaux.

Également, il existe plusieurs types de climats, les équatoriaux, le tropical, l’aride, le tempérer, le froid, le polaire. Parler ainsi de « réchauffement climatiques » ou « refroidissement climatique » sans autre précision est très aléatoire.

Mais, cela dit, il existe l’effet de serre.

Une grande partie de l’énergie solaire apportée par les rayons du soleil arrive sur Terre, est absorbée, et la réchauffe. À partir de là, la Terre émet à son tour des rayonnements infrarouges. C’est là que l’effet de serre intervient en jouant le rôle d’une cage qui garde une partie importante de ce rayonnement infrarouge qui permet à la Terre de se réchauffer. Il est estimé que sans cet effet de serre, la température à la surface de notre planète passerait de plus + 15 °C à -18 °C.

Y a-t-il actuellement un « réchauffement climatique » et l’homme a-t-il sa part de responsabilité partielle ou totale par ses activités terrestres ?

Il semblerait qu’il y ait effectivement un réchauffement actuellement. L’augmentation moyenne de la température de l’air à la surface du globe a été de 0,85 d°C de 1880 à 2012.

Le G.I.E.C, késako ?

Le G.I.E.C (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) accepte d’office le réchauffement climatique, et en rend directement et uniquement responsable l’activité humaine. Selon lui, des modifications importantes de l’activité humaine diminueraient, voire supprimeraient, ce réchauffement. Il estime que depuis l’industrialisation créée par l’homme, 100 à 150 ans, la température de notre planète augmenterait par contrecoup de par la production de dioxyde de carbone. Ceci est clairement expliqué dans son dernier rapport du 04/04/2022 entièrement lu par votre serviteur.

Qu’est-ce que le G.I.E.C ?

Créé en 1988 par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM), il rassemble 195 États membres.

Lieu d’expertise s’étant donné pour mission de synthétiser l’état des connaissances sur le changement climatique et le rôle de l’activité humaine, le G.I.E.C publie des rapports scientifiques sur lesquels s’appuient les États.

La question du rapport au politique est fréquemment soulevée. Le fait que les résumés des rapports doivent être approuvés par les représentants des gouvernements montre l’imbrication avec la sphère politique. Par ailleurs, le G.I.E.C a parfois été accusé de dramatiser la situation. Après l’échec de la Conférence de Copenhague en 2009 éclate un climategate, les nommés climatosceptiques accusant plusieurs experts du G.I.E.C de fraudes scientifiques. Mais, cette accusation, est-elle vraiment inexacte ?

CONCLUSION :

Il n’est pas possible de ne pas reconnaître que, depuis l’industrialisation, l’activité humaine produit des émissions de gaz à effet de serre que sont principalement le dioxyde de carbone et méthane. Évidemment.

Cependant, vouloir impliquer la responsabilité des activités humaines depuis les débuts de l’industrialisation à ces nouveaux phénomènes engendrant cette évolution climatique est une autre affaire. Mais pourquoi pas ? Ce n’est qu’une question de preuves fiables, tangibles et indépendantes.

Certes, il est possible de faire une superposition des activités humaines avec une tranche de temps de notre planète. Ceci n’établit pour autant aucun lien entre les deux. Il est difficilement crédible de lier une évolution du climat terrestre a une très courte période d’activités sur notre planète, et d’en établir un rapport de cause à effet. Sauf erreur ou omission de ma part, je n’en ai encore observé aucune preuve purement scientifique.

Les éléments apportés par les partisans de la responsabilité humaine sur l’évolution climatique dans le sens de l’augmentation de la température actuelle n’existent pas.

Ils établissent une superposition entre une constatation évolutive de la température de courte durée avec la création d’une activité humaine, et en déduisent ipso facto que ces derniers sont responsables de ladite évolution climatique. Une constatation n’est pas une preuve.

Cette attitude n’est pas scientifique, quoiqu’essaie de démontrer le G.I.E.C.

Il est ci-dessus expliqué que l’évolution climatique de notre planète est liée à de très nombreux facteurs et sur des évolutions temporelles beaucoup plus longues. Tirer des conclusions sur des bases aussi faibles autorisent de rester sceptique sur de telles affirmations.

Ainsi, il est tout aussi difficile de rendre responsable l’industrialisation humaine de l’augmentation de la température de la surface de notre planète que de l’innocenter. Un esprit scientifique ne peut conclure définitivement un état physique ou chimique que s’il en a la preuve irréfutable, laquelle preuve est renouvelable et avec les mêmes résultats. Dans cette question de réchauffement climatique, nous en sommes extrêmement loin.

Si les conséquences de telles affirmations légères étaient inexistantes, elles n’engageraient que leurs auteurs et tout s’arrêterait là. Mais, la politique s’en est mêlé, les idéologies s’en sont emparées, et chacun a établi la mayonnaise qu’il souhaitait. Avec les conséquences sur les peuples que l’on connaît hélas, quand les dits politiques ont les pouvoirs.

En restant sur le plan purement scientifique, sans parti pris ni penchant politique, on peut dire en toute conscience qu’il n’existe aucune preuve scientifique et irréfutable d’un lien entre la légère évolution climatique de la surface de notre planète et l’activité humaine. Il y a qu’une constatation de simultanéité et rien de plus.

Cachou

Note de Christine Tasin

Un immense merci à Cachou pour avoir si promptement répondu à ma demande et avec une clarté et une exigence d’honnêteté intellectuelle incroyables. En Béotienne que je suis je ne peux que conclure que les causes des changements climatiques sont trop nombreuses, que la plus grande partie échappe totalement à l’homme parce que liée aux activités, fluctuantes, du soleil, à ses cycles d’activité, à l’orbite, très fluctuante elle aussi, de la terre par rapport au soleil, à la dérive des continents (qui n’obéissent pas encore à Der Leyen, quoi qu’elle en ait…), aux courants océaniques, aux éruptions volcaniques… j’en passe et des meilleures. Alors, imputer tout réchauffement climatique à l’homme serait ubuesque.  L’homme, simple souris embarquée sur un grand vaisseau…

“Il y avait dans le voisinage un derviche très-fameux qui passait pour le meilleur philosophe de la Turquie ; ils allèrent le consulter ; Pangloss porta la parole, et lui dit : «Maître, nous venons vous prier de nous dire pourquoi un aussi étrange animal que l’homme a été formé. — De quoi te mêles-tu ? lui dit le derviche ; est-ce là ton affaire ? — Mais, mon révérend père, dit Candide, il y a horriblement de mal sur la terre. — Qu’importe, dit le derviche, qu’il y ait du mal ou du bien ? quand sa hautesse envoie un vaisseau en Égypte, s’embarrasse-t-elle si les souris qui sont dans le vaisseau sont à leur aise ou non ? — Que faut-il donc faire ? dit Pangloss. — Te taire, dit le derviche. — Je me flattais, dit Pangloss, de raisonner un peu avec vous des effets et des causes, du meilleur des mondes possibles, de l’origine du mal, de la nature de l’âme, et de l’harmonie préétablie.» Candide. Voltaire.

Que les prétendus scientifiques du GIEC en prennent de la graine…  Cachou à la place du GIEC !

 1,176 total views,  1 views today

image_pdf

37 Commentaires

  1. Pour résumer ton article en termes de réponses, je pense que l’on peut tenter de mettre un pourcentage de « responsabilité » pour chacun des paramètres que tu as évoqué, Cachou :-))

    Ce qui est avéré, voir les liens que je t’ai donné, notamment sur le GIEC, le Groupement d’Individus Escrocs en Climatologie, c’est que, une fois de plus, il a été créé une peur, dont la seule finalité est de mettre en place le nouvel ordre mondial, afin de CONTRÔLER chaque individu !!!

    C’est, à mon sens, ce qu’il faut retenir ; peur du climat, peur de la maladie, peur de ne pas être soigné ou de contaminer les autres, peur des pénuries, énergétiques, alimentaires, et enfin, la peur des peurs, celles des radiations nucléaires !!

    Je pense que c’est sur cette peur-là que les mondialistes vont s’appuyer, car de par la nature des radiations, leur longévité, les peurs PERDURERONT très très longtemps, et c’est ce que ces ordures veulent !!!

    • Tu as absolument tout compris, c’est exactement ce qu’il se passe. Toutes ces peurs créées le sont consciemment, et même inventées. Le gouvernement essaie de créer des peurs sur des événements qui se sont passés, et essaie de créer des événements pour arriver à de nouvelles peurs.
      Depuis que Macron a été mis en place par le magnifique peuple français, qui a renouvelé son mandat tant il a été un bon président pour ce peuple, le gouvernement ne parle que de peurs en permanence et ne cesse de les faire se succéder sans arrêt.
      Il ne faut pas sortir de Saint-Cyr pour savoir que les dictatures s’installent et durent qu’à la seule condition du respect de deux éléments : la peur et la censure. C’est exactement ce qui se passe dans ce pays, et c’est ce qui permet au mondialisme, idéologie nazie, de s’installer petit à petit chaque jour qui passe.

  2. A Jean-Paul SAINT-MARC :

    Peux-tu me parler des écrits, démonstrations en vidéo, livres de jean-Pierre PETIT ?

    je suis très curieux d’avoir ton avis sur la MHD, le modèle JANUS, sur les OVNIs, ainsi que sur les contacts extraterrestres dont parle Jean-Pierre PETIT, et depuis des décennies …

    Je te remercie d’avance pour tes réponses, patriotiquement tien, BobbyFR94 :-)))

    Mais chacun ici, peut bien évidemment me donner son ou ses opinions sur les sujets évoqués ci-dessus :-)) ou ses lumières scientifiques dans les sujets en question …

    • Petit témoignage, si ça peut t’intéresser :
      Mon oncle et sa femme, de retour de Martigues vers Juan les Pins, un soir vers 22H, ont été suivis par un petit objet volant, très lumineux , qui s’est tenu à quelques cm du toit de leur voiture, et qui les a accompagnés un petit moment.
      Subitement il a disparu à la vitesse de l’éclair.
      Ils ont été très secoués, et ne l’ont raconté que des années après, de peur qu’on ne les croie pas.

      • Merci, ami frejusien, de ce témoignage très intéressant.
        Il est vrai que, personnellement, je ne m’intéresse pas beaucoup aux extraterrestres si ce n’est que pour ma culture générale basique.
        Je ne dis pas qu’ils n’existent pas, un esprit scientifique ne peut rien négliger, ni nier, tant que la démonstration de l’existence ou la non existence n’est pas faite.
        Par contre, le témoignage de ton oncle et sa femme, doivent vraiment intéresser ceux qui sont passionnés par le sujet.
        Merci à toi, ami.

  3. Et cette grosse escroquerie leur a permis d’instaurer un système de bonus malus, avec des entreprises devant payer , quoi de plus naturel , des amendes , chouette une nouvelle taxe ! ( »merci Nicolas Hulot)
    Et bien sûr, vient la deuxième grosse escroquerie, les scandaleux pays dits riches, sont mis également à l’amende, car trop pollueurs et doivent aider les les pays de fainéants à combattre ce dangereux réchauffement climatique provoqué par l’homme blanc.
    On commence à sentir comme une sombre machination venant du machin ONU.
    Au final, tout ce cirque a bien une finalité, insoupçonnée au départ.

  4. Considérer le CO2 comme un gaz polluant et comme le principal responsable du prétendu réchauffement climatique est, à mon avis, le point le plus crucial de cette vaste fumisterie. Toutes les contraintes environnementales idiotes, tous les interdits, toutes les faillites industrielles actuelles et à venir liées à la réduction des émissions de CO2 nous démontrent l’insondable bêtise des crétins qui nous gouvernent. Hélas, quand les Peuples ruinés et soumis réaliseront enfin que tous ces baltringues les ont floués, les escrocs stupides seront morts de leur belle mort dans l’abondance et la volupté et la populace n’aura même pas le plaisir de les pendre.

    • Dorylée, c’est sur le fait suivant que tu te trompes ::

      Les traîtres qui ont été mis en place, par le mensonge permanent notamment, savent PARFAITEMENT qu’ils ont menti, et qu’ils continuent à mentir

      Nous avons été floués à un point, et ça continue de « plus belle » !!

      Et je ne crois pas que tous seront morts quand la vérité va jaillir, pire qu’un GEYSER !!

      Proverbe du Bouddha :  » 3 choses ne peuvent être cachées très longtemps, il s’agit du soleil, de la lune et de la vérité  »

      Et, pour cette dernière  » On peut cacher la cacher un temps à une partie du monde, mais JAMAIS tout le temps à tout le monde !! « 

    • Merci de ton courrier.
      Pour préciser, je suis quelqu’un d’assez superficiel, donc les rapports du GIEC, je ne les ai guère survolés, je me fie, orgueilleux que je suis, à ma réflexion, à mes recherches, aux recoupements que je ne cesse…
      A part cela, je ne suis qu’un ex-petit-prof de physique sans grande prétention.
      En ce qui concerne ma position et ce qui la fonde, c’est :
      1/ Je parts sur le principe qu’il y a un réchauffement climatique, une simple expérience personnelle en montagne ou durant près de 20 ans pour préciser, dans la même région, j’ai constaté la disparition des névés et des glaces !
      2/ Je constate que le phénomène est mondial, qu’il ne touche pas qu’une région en particulier même si « je » vis en casanier dans une région limitée !
      3/ Je tente en somme un résonnement par l’absurde : ainsi je suppose que le réchauffement est lié aux phénomènes propres au système solaire. Je trouve une contradiction énorme dans la rapidité de l’évolution des températures contrairement à la lenteur des variations liées au système solaire.
      A suivre 1.

      • Suite 1.
        4/ J’aborde alors la deuxième supposition, un réchauffement lié à l’activité humaine (et je crains qu’il n’y en ait une autre ce que je souhaiterais, ce qui serait rassurant). Quel phénomène peut alors produire une augmentation anormale de la température ? Comme je n’en vois qu’un, il se trouve qu’il dépasse la notion du simple effet de serre.
        Je ne veux faire peur à personne, mais quelle sera la situation si rien n’est contrôlé ?
        Le scientifique considère qu’une loi physique est vraie tant que le résultat d’une expérience peut être reproduit avec un résultat constant, autrement dit, que le résultat est prévisible avec certitude. C’est ce modeste esprit scientifique lié à mon ex-métier qui me fait dire que l’on ne peut prendre le risque sans la certitude du résultat, non pour imposer le silence à qui n’est pas de mon avis, ce qu’il me semble que tu as perçu. Si cela est motivé, je m’en excuse !
        Je voudrais bien que quelqu’un me prouve, me CONVAINC que j’ai tort, cela me rassurerait !

        • Je te remercie, ami Jules, de ces échanges que nous avons eus qui ont été extrêmement cordiaux et instructifs pour nous deux, et tous les lecteurs et participants aussi.
          A la prochaine !

  5. Voici des articles à lire, dont les informations qui ne feront pas le journal de 20h00 :

    https://www.breizh-info.com/2022/04/27/185703/les-12-mensonges-du-giec-par-christian-gerondeau/

    https://www.dreuz.info/2019/08/francois-gervais-physicien-expert-du-giec-directeur-au-cnrs-lurgence-climatique-est-un-leurre-video-196370.html

    https://www.dreuz.info/2019/08/le-giec-le-fabricant-subventionne-du-mythe-rechauffiste-moderne-196212.html

    TOUT, absolument TOUT est fait pour culpabiliser l’homme occidental !! et ainsi justifier l’invasion dont nous sommes victimes …

    c’est d’abord cela qu’il faut retenir, surtout après avoir lu les articles et visionné les vidéos dont liens dans ces derniers …

  6. Suite 5.
    « Les expressions « réchauffement climatiques » ou « refroidissement climatique » sont-elles adaptées ? »
    ==> Confusion entre climats et phénomènes de réchauffement ou de refroidissement généraux !
    « Mais, cela dit, il existe l’effet de serre.
    Une grande partie de l’énergie solaire apportée par les rayons du soleil arrive sur Terre, est absorbée, et la réchauffe. À partir de là, la Terre émet à son tour des rayonnements infrarouges. C’est là que l’effet de serre intervient en jouant le rôle d’une cage qui garde une partie importante de ce rayonnement infrarouge qui permet à la Terre de se réchauffer. Il est estimé que sans cet effet de serre, la température à la surface de notre planète passerait de plus + 15 °C à -18 °C. »
    Effectivement l’effet de serre existe, mais Cachou limite cet effet à l’absorption par la terre elle-même, l’atmosphère jouant uniquement l’effet de cage ! Cela existe mais est TOTALEMENT IGNOREE l’action des rayonnements cosmiques (ondes électromagnétiques, pour le moins UV, lumière visible) sur les molécules gazeuses (H20, NH4, CO2,…).
    A suivre 6.

    • Suite 6
      Ainsi Cachou ignore la physique quantique au niveau des molécules, ce qui reviendrait à ignorer que le ciel le jour a une couleur bleue (ici action sur 02 (l’oxygène) et sur N2 (l’azote)). La physique quantique au niveau des molécules est liée aux photons (le paragraphe de la première cause contient pourtant dans l’énoncé « la physique des particules » ==> particules alliant l’aspect corpusculaire et ondulatoire de la lumière). Sans effet quantique des molécules de matière -discriminatoire en ce qui concerne la libération de l’énergie absorbée- le ciel apparaîtrait blanc, toutes les ondes lumineuses du spectre optique émises simultanément à intensité équivalente (le soleil émet une lumière dite blanche = un spectre complet -ou presque- de la lumière visible) !
      La différence essentielle qui nous intéresse ici, l’effet de serre du à H20 (75%), CO2 (25%) a priori. Augmenter le CO2, voire le NH4 va se rajouter à l’effet de serre ==> augmente la quantité de rayonnement solaire absorbé par les molécules calorifères ==> augmente la quantité totale de IR émis par conséquent).
      Pour ce qui est de O2 et N2, ils réémettent essentiellement dans le visible et plus spécialement autour du bleu !!!
      A suivre 7.

      • Suite 7.
        « Y a-t-il actuellement un « réchauffement climatique » et l’homme a-t-il sa part de responsabilité partielle ou totale par ses activités terrestres ? »
        Il semblerait qu’il y ait effectivement un réchauffement actuellement. L’augmentation moyenne de la température de l’air à la surface du globe a été de 0,85°C de 1880 à 2012. ». Une estimation du GIEC… que je trouve modeste !

        Le GIEC, je ne vais pas m’y étendre…
        Il est déplorable que certains aient cru bon de truquer les résultats de leurs analyses, ce qui discrédite toute l’organisation.
        Les liens politiques, comment pourrait-il ne pas y en avoir vu l’importance de la cause. Le problème est l’utilisation idéologique qui en est faite… pour des intérêts où la finance est derrière !
        A suivre 8.

        • Suite 8.
          Ma conclusion.
          Le contexte, nous n’avons qu’une planète, pas de solution de rechange !!!
          Pour les causes attribuées :
          – liées au système solaire, l’effet est trop rapide, impossible !
          – liées à la teneur de certaines molécules dans l’atmosphère est pour moi la seule crédible.
          Je n’ignore pas que certains considèrent l’action du CO2 et de NH4 comme négligeable face à l’action de H20, je comprends leur réticence mais croit qu’ils font erreur.
          Ce à quoi nous pouvons nous attendre dans un effet d’accélération : le permafrost sibérien se réchauffe. Il libère une masse inquiétante de NH4, et le NH4 est bien plus calorifère que le CO2, certains vont jusqu’à dire 20, voire 25 fois !!!

        • Jean-Marc, tu devrais faire une réponse à Cachou, ce qui permettrait d’avoir des avis, sinon contradictoires, du moins des avis différents, se complétant ou se contredisant, toujours sur des bases scientifiques et des faits AVERES, et non sur des spéculations, comme le GIEC en est coutumier …

          ll suffit de lire les articles dont j’ai donné les liens dans un autre commentaire sur la présente page :-))

          Ca me rappelle, dans un autre registre, celui du modèle cosmologique, toutes les études, les doctorats faits avec des  » semblerait, pourrait, se produirait  » alors que seul le modèle JANUS de l’astrophysicien à la retraite, j’ai nommé Jean-Pierre PETIT, vérifie sans jamais les contredire, l’ensemble des observations faites au cours de ces 70 dernières années dans le cosmos …

          ll y a un intérêt à faire peur aux populations tout comme il y a un intérêt à avoir fait TAIRE Jean-Pierre PETIT et l’avoir empêché de développer ses expériences (MHD, JANUS, entre autres …). Et ce sont toujours les mêmes qui sont à l’origine de ces situations …

  7. Article qui appelle un commentaire !

    Je constate d’abord, en début d’article : « L’activité du soleil est sujette à de nombreuses fluctuations. Il est estimé que depuis sa création (4,5 milliards d’années) le Soleil a une capacité chauffante supérieure de 25 %. »
    Voilà qui est une affirmation qui est une observation qui sera NON RENOUVELABLE, aspect que l’aimable Cachou nous intime à considérer à la fin de son article !
    Je tiens à faire remarquer qu’au niveau de la vie de la planète, qu’il s’agit d’un phénomène extrêmement rapide, moins de 2 siècles sont considérés !!!
    LE PROBLEME : c’est qu’avec la planète, on ne peut RENOUVELER l’expérience !!!
    Alors, on prend les risques ??? Une planète de rechange ???
    A suivre 1.
    Obligé de couper…

    • Suite 1 :
      Ce qui précède formulé au sein de la première cause, qui se trouve doté d’un résumé de 6 aspects physiques à considérer.
      – 2 sont très rapides au niveau de la planète à l’échelle qui nous intéresse, relèvent de la météo si j’ose dire (dynamique des fluides, thermodynamique). Des conséquences, pas des causes.
      – 1 concerne le soleil lui même, la physique des plasmas (==> son évolution).
      – 2 nous concernent directement intervenant au niveau de notre atmosphère (la chimie de l’atmosphère et physique des particules) et sont d’une immense importance.
      – 1 est inutile, la radioactivité naturelle qui ne fait que diminuer…
      A suivre 2 !

      • Suite 2.
        Dans la 2ème cause, les paramètres de Milankovitch que j’ai déjà traités.
        J’observe une étude qui se veut complète, mais j’ai quand même une réserve quand je lis : « L’orbite de la Terre autour du Soleil évolue sur une période d’environ 100 000 ans d’une forme presque circulaire à une forme très elliptique. ». En fait de forme très elliptique, elle est de 0,06* au max de son excentricité**, définie par : e = c/a ( c: 1/2 distance des foyers***, a : 1/2 grand axe) ce qui en fait une ellipse qui reste fort proche du cercle !
        * : actuellement 0,017
        ** : variation = influence des autres planètes
        *** : le soleil occupe un foyer
        2ème réserve, sur tous les paramètres (périodiques), rien n’est dit sur l’état actuel de chacun, d’autant que Cachou formule : « Ces trois paramètres modifient la distance Terre-Soleil, et donc la quantité d’énergie solaire reçue. » c’est quand même important !
        Je tiens à faire remarquer, que pour le moins lent (entre 19000 et 23000 ans), 2 siècles c’est 1/100 de sa période, alors avant que certains expliquent que ce sont les paramètres planétaires qui induisent les variations climatiques extrêmement rapides actuelles, ils ont intérêt à se lever tôt !
        A suivre 3.

        • Suite 3.
          Troisième cause :
          « Les températures au niveau de la Terre sont très différentes en fonction des lieux et des époques. L’évolution de ces températures à ces endroits est également différente car obéissant à des critères variables selon les endroits (obliquité des rayons solaires, etc…) »
          Certes, mais observons, entre l’hémisphère nord particulièrement occupé par des terres et l’hémisphère sud lui particulièrement occupé par les mers à l’effet atténuateur des extrêmes, l’Australie est-elle moins touchée par le phénomène de l’évolution climatique alors qu’elle est entourée par les mers ? Là l’expérience recommence désormais chaque année !!!
          Quatrième cause :
          « Les variations climatiques sont liées également à la dérive des continents…. ».
          On en voit la différence avec l’actuelle situation décrite au niveau de la 3ème cause ci-dessus avec l’hémisphère nord et l’hémisphère sud aux répartitions des continents fort différentes (une antiphrase si vous me comprenez bien).
          A suivre 4.

          • Suite ‘.
            Cinquième cause :
            « La composition de l’atmosphère joue un rôle important dans la transformation et la redistribution de l’énergie solaire. Les constituants de l’atmosphère ont varié au cours du temps. Les gaz à effet de serre (vapeur d’eau, dioxyde de carbone, méthane, etc.) étaient prépondérants pendant les deux premiers milliards d’années, créant au sol une température plus élevée. »
            Tout à fait d’accord, et au cours de ces 2 premiers milliards, les pluies relativement acides dues au C02, ont provoqué la formation de carbonates se précipitant au fond des mers. Ainsi appauvrissement en CO2 de l’atmosphère et son refroidissement (Mince alors !!!)…
            « Par ailleurs, les éruptions volcaniques, en projetant de fortes quantités de gaz et de poussières, voilent la lumière solaire et peuvent provoquer un « hiver volcanique ». »
            Totalement d’accord, mais tant pour l’hiver volcanique (observé après l’explosion du Krakatoa), que pour la fameuse météorite ayant tué la grande majorité des dinosaures, la durée est courte (idem pour un hiver nucléaire mais pas sûr qu’il y ait beaucoup de survivants…).
            Question qui peut se poser, un éventuel volcan aurait-il pu servir de phénomène « gâchette » pour provoquer la première et véritable glaciation de toute la planète alors que les teneurs en H20 et CH4 atmosphériques, elles, ont dû peu changer ?
            A suivre 5.

  8. Petit extrait du long article (2004) du professeur climatologue Marcel Leroux :
    http://guerredeclasse.fr/2019/08/07/marcel-leroux-le-rechauffement-climatique-est-un-mythe/
    « Pour 95%, l’effet de serre est dû à la vapeur d’eau. Le dioxyde de carbone, ou CO2 , ne représente, quant à lui, que 3,62% de l’effet de serre, soit 26 fois moins que la vapeur d’eau. La vapeur d’eau étant à presque 100% d’origine naturelle, comme la majeure partie des autres gaz émissifs ( CO2 et CH4 ou méthane), l’effet de serre est donc essentiellement un phénomène naturel. Seule une faible proportion (effet de serre dit anthropique) peut être attribuée aux activités humaines et cela pour une valeur totale de 0,28% de l’effet de serre total, dont 0,12% pour le seul CO2 , c’est-à-dire une proportion insignifiante, voire tout à fait négligeable. Il est donc stupide de prétendre que les taux actuels n’ont jamais été aussi élevés depuis…650 000 ans selon la dernière affabulation. D’autant plus que les études paléoclimatiques n’ont révélé aucune relation entre le CO2 et la température !

    • (Suite) En résumé, aucune relation causale, physiquement fondée, prouvée et quantifiée, n’a été établie entre l’évolution de la température (hausse, mais aussi baisse) et la variation de l’effet de serre par le CO2. A fortiori, aucune relation n’est démontrée entre les activités humaines et le climat : l’homme n’est en aucune façon responsable du changement climatique. »
      Malheureusement, ce climatologue est décédé en 2008.

      • Merci Armand pour ce très utile complément à l’article de Cachou et à tous les articles sur le sujet que nous publions régulièrement sur RR

      • « l’homme n’est en aucune façon responsable du changement climatique ».
        Je n’en sais rien, mais rien du tout n’est démontré pour cela ! Et c’est pas le GIEC qui l’a démontré !

      • Merci Armand de ces compléments.
        Tu sais, je crois que le GIEC est aussi « indépendant » et « scientifique » que ne l’a été le « Conseil scientifique » du dictateur durant la coronafolie avec l’imbécile et menteur perpétuel petit soldat de Macrocescau, Jean-François Delfraissy…

  9. « …Alors, imputer tout réchauffement climatique à l’homme serait ubuesque… ».
    Non seulement tu as parfaitement raison, Christine, mais ton conditionnel est même de trop car on ne peut même pas dire « serait » mais « est » tant les facteurs de l’évolution climatique sont nombreux, planétaires et interplanétaires, incluant de très nombreux phénomènes physico-chimiques, et d’une complexité faisant appel à des notions encore plus nombreuses, avec des notions de temps qui doivent être ad hoc et non sur quelques années.
    Cette question peut être étudiée, mais quand on voit l’extrême légèreté du G.I.E.C à en tirer des conclusions totales et immédiates, on peut en conclure tout ce que l’on voudra, sauf une scientifisation de la chose.
    Merci de ton rappel (qui a été pour moi une découverte) du passage de Candide de Voltaire.
    Quant à « Cachou à la place du GIEC ! » 3 fois MDR comme disent les jeunes !

  10. Merci Cachou pour ce brillantissime exposé. Je tiens à introduire un autre paramètre, l’âge. En vieillissant, je suis devenu frileux, aussi je supporte allègrement les canicules, et je trouve les hivers plus froids qu’auparavant. Pour moi, la Terre se refroidit. Alors le GIEC…

    • Peut-être que tous les membres du G.I.E.C ont moins de 20 ans. Et qu’ils ont tous chauds. Ou bien alors, encore mieux, ils sont dans leurs chaleurs de 14 ans…

  11. Si on participe à l’émission de CO2 l’homme n’est pas du tout responsable du prétendu Réchauffement climatique qui est un chantage d’extrême gauche qui consiste à dire que l’homme c’est le salopard de pollueur qu’il faut selon la folie des Écolo Nazis le rééduquer pour qu’il sauve Gaïa la planète terre alors que Gaïa n’a pas besoin de ces Ecolos de merde pour vivre. Le Réchauffement climatique est dû en grande partie au système solaire et non à l’activité de l’homme que prétendent le GIEC une officine Écolo Nazis maîtres chanteurs qui font du catastrophisme à longueur de journée jusqu’à faire du chantage à la voiture électrique qui est une escroquerie écologique et les Talibans Verts qui utilisent le terrorisme intellectuel pour se faire entendre. Ce dossier sur le réchauffement climatique est très intéressant et il démonte tous les mensonges des Écolo Nazis et des scientifiques d’extrême gauche qui manipulent l’opinion publique pour culpabiliser l’homme.

  12. La planète supporte 8 milliards de petites souris…euh, non, pardon, d’humains. Ça fait beaucoup, non?

    • Avec pas mal de surmulots et verts en plus ! Nul besoin de les tremper dans l’huile puis dans l’eau ..

Les commentaires sont fermés.