A son procès, l’assassin : « Je n’ai pas honte que ma religion autorise le meurtre, c’est dans le Coran »

L’auteur de l’attentat de Vienne Kujtim Fejzulai

 

Grand procès du terrorisme à Vienne : « Le Coran dit que tuer est permis ».

Deuxième jour du procès pour terrorisme au tribunal régional pour les affaires pénales de Vienne. Six jeunes hommes, qui ont soutenu l’auteur de l’attentat de Vienne Kujtim Fejzulai en amont, doivent répondre de leurs actes devant un jury.

Jusqu’à présent, les accusés, âgés de 22 à 32 ans, n’ont pas encore pu s’exprimer. « Vous n’avez pas encore dit grand-chose. Cela va changer aujourd’hui », constate également le juge-président ce jeudi matin.

Adam M. (32 ans) est d’abord interrogé. Il est accusé d’avoir servi d’intermédiaire à l’auteur de l’attentat pour l’achat des armes. « Je ne connaissais pas Kujtim Kjtim Fejzulai.

Mais je l’ai déjà vu », dit-il. Il devait présenter « quelqu’un » à un trafiquant d’armes slovène. Il n’avait pas réfléchi à la raison de l’achat d’un fusil à tir rapide ». 

« Vous deviez bien penser à quelque chose », poursuit le juge.

« L’assassin est venu me voir. Il m’a dit ce dont il avait besoin – une kalachnikov – et je l’ai dit au Slovène ». Quelle impression a-t-il eue de Kujtim F. ? « Beaucoup de musulmans ressemblent à ça. Cheveux longs. Habillés normalement ».

Ce qu’il ne dit pas, c’est que Kujtim  travaillait dans la même entreprise de sécurité que lui. « Mais il y a 2 000 personnes là-bas. Je ne l’ai jamais vu là-bas ». D’autres accusés étaient également employés par cette entreprise. Il ne les connaît pas non plus.

Remise d’armes
La première remise d’armes à Kujtim Fejzulai a eu lieu le 23 juin 2020. Le trafiquant d’armes slovène est venu à Vienne. « Mais il ne voulait pas être vu lui-même ». Adam M. lui aurait donc remis le sac contenant l’arme et une enveloppe contenant de l’argent (probablement 3.000 euros). « Je ne voulais pas de cet argent. Mais j’ai reçu 500 euros ».

Une autre fois, un pistolet et des munitions auraient été apportés à Vienne et remis. Adam M. se serait à nouveau chargé de la remise. Cette fois-ci, il n’a pas reçu d’argent, affirme l’accusé.

Une fois de plus, il affirme ne pas s’être posé de questions sur la raison de l’achat de l’arme. « Vous remettez à un parfait inconnu une kalachnikov, puis des munitions et un pistolet. Vous ne vous êtes pas soucié de ce qu’il en ferait », estime le juge. « Non, ce n’était pas le cas », répond Adam M.

Mais pourquoi ne s’est-il pas renseigné ? « Je ne peux pas répondre à ça. Mais c’est la plus grosse erreur que j’ai jamais faite. Malheureusement, je ne peux pas revenir en arrière ».

Selon l’accusé, de nombreux Autrichiens posséderaient également des armes. « Je ne pense pas qu’ils soient si nombreux que ça », rétorque la procureure. « Surtout, ils n’ont pas de kalachnikov ».

 

 Ishaq F., 22 ans.

Le deuxième à être interrogé est Ishaq F., 22 ans. Il connaissait le futur auteur de l’attentat depuis l’enfance. « Nous avons joué au football ensemble ».

Ishaq F. a déjà été condamné deux fois pour des faits similaires. Il avait partagé de la propagande de Daesh et recruté pour l’organisation terroriste. Aujourd’hui, au tribunal, il qualifie Daesh de « bande d’assassins ». Alors qu’il était détenu à Vienne-Josefstadt, Kujtim Fejzulai lui a écrit sur un téléphone portable illégal. « Il voulait savoir si je connaissais quelqu’un qui vendait une kalachnikov », raconte le jeune homme de 22 ans.

Il l’a mis en contact avec Adam M. Ishaq F. explique qu’il a bien réfléchi à la raison pour laquelle Kujtim F. avait besoin de cette arme. « Il m’a dit qu’il voulait la revendre. Tant qu’il n’a pas de munitions, il ne peut pas faire de dégâts avec, je me suis dit ».

« Veiller aux nouvelles »

Mais d’anciens témoignages contredisent ces propos. Kujtim Fejzulai lui avait écrit : « Je veillerai à avoir des nouvelles. Si je sors, je vais faire un attentat ». Concrètement : à la Stephansplatz.

Ishaq F. fait marche arrière. Il aurait appris cela par un tiers, pas par le futur auteur de l’attentat. Et : « En prison, tout le monde dit autant de conneries ». Il était au courant de l’attitude radicale de son ami d’enfance. « Mais Kujtim a condamné les attentats en Europe ».

Lors de son arrestation, sa mère, choquée, lui a demandé : « Fils, qu’as-tu fait ? » Cela figure dans le volumineux dossier. Et tout autant la réponse : « Maman, je n’ai rien fait. A l’époque, j’avais déjà dit que Kujtim voulait faire un attentat. Mais personne ne l’a entendu ».

Au tribunal, l’accusé veut se montrer purifié. Il n’a rien à voir avec Daesh. Il explique qu’en détention, il a aussi eu affaire à des gens qui mangeaient du porc. Sur le téléphone portable du jeune homme de 22 ans, on a toutefois trouvé une quantité de textes radicaux. Les textes étaient notamment les suivants : « Abattage au couteau ! » Ils ont été téléchargés après l’attentat. « Je ne sais pas si quelque chose est radical tant que je ne l’ai pas écouté. Je ne peux pas le savoir », estime le jeune homme.

« Tuer est autorisé »
Dans une conversation électronique, l’homme a également écrit : « Je n’ai pas honte que ma religion autorise à tuer ». « C’est écrit dans le Coran », répond l’accusé. « Je suis musulman ! Pas chrétien ni juif ! »

 

 Kurier

 1,067 total views,  4 views today

image_pdf

18 Commentaires

  1. Existe-t-il dans le monde une autre religion poussant ses fidèles au meurtre de ceux ne partageant pas leur foi?
    Non, car c’est la survivance du mode de vie de crétins de bédoins au 6ème siècle habillée en religion. Elle devrait être interdite et l’entrée de ses adeptes dans notre pays également!

  2. Rappel : De nombreux versets du Coran ordonnent de tuer les non-croyants : par exemple lire des versets du Coran : S2, v191-193 ; S4, v74, v89-91, v101 ; S5, v33 ; S8, v5-8, v12-20, v38-39, v55-58, v64-67 ; S9, v3-5, v29, v111, v123 ; S47, v4 ; …, et constater les verbes à l’impératif qui sont des incitations à la haine et des ordres de meurtre.
    Soit, par exemple :
    • dans S2, v191 : « Tuez-les partout où vous les trouvez … », et « …, n’hésitez pas à les tuer. Ce sera la juste récompense des infidèles. »,
    • ou dans S4, v89 : «… Mais s’ils optent carrément pour l’apostasie, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! … »,
    • ou dans S9, v5 : « …tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ! Capturez-les ! Assiégez-les ! Dressez-leur des embuscades ! »,
    • ou dans S9, v123 : « Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des infidèles qui vivent dans votre voisinage ! … »,
    • etc…
    Avec confirmation de non responsabilité des musulmans de ces actes de tuer : « Ce n’est pas vous qui les avez tués ! C’est Dieu qui les a tués ! » (S8, v17).
    (source : Le Coran – Editions Tawhid – Lyon – 2006)

  3. Tuer est plus qu' »autorisé » dans le coran. Les mahométans y sont vivement encouragés , si la victime n’est pas mahométane et se refuse à abjurer sa propre religion, ou son absence de religion .Les assassins y gagnent une place dans le paradis d’allah

  4. JE NE VOIS PAS COMMENT SANS SORTIR SI ON NE RETABLIE PAS LA PEINE DE MORT AU MOINS POUR LES CRIMES DE SANG et particulièrement pour ce genre d’individu une autre solution serait de leur promettre de les enterrer avec une peau de cochon animal impure dans leur religion et qui en dissuaderait quelques un du passage à l’acte .

    • La crémation devrait suffire, pour leur religion c’est pire que tout, plus de corps, plus de martyr, plus de fête, plus de vierges au paradis.

  5. Kujtim Fejzulai le tueur islamiste de Vienne affirme que le Coran lui autorise à tuer des personnes qu’il qualifie de Kouffars , de mécréants à savoir les athées, les chrétiens et les Israélites parce qu’il est fier de les exterminer au nom de Allah . Cet épisode montre que l’islam a une théologie contradictoire qui respire le satanisme à plein nez .

  6. Enfin un musulman assez bête pour avouer ce que les autres musulmans, plus intelligents et donc plus fourbes, s’efforcent de cacher, dont l’avocat Nabil Boudi, comme expliqué hier dans l’article https://resistancerepublicaine.com/2022/12/06/proces-de-lattentat-de-nice-me-nabil-boudi-avocat-de-lislam/
    METTONS LE NEZ DE L’AVOCAT NABIL BOUDI DANS SON CORAN DE M€RD€ :
    Imprimer la première page de l’article de hier : https://www.printfriendly.com/p/g/FxRAwV
    Imprimer la première page du présent article, qui dément le mensonge de l’avocat islamiste : https://www.printfriendly.com/p/g/7V9mHb
    Envoyer le tout par la poste à l’adresse postale publique de l’avocat mahométan soutien des terroristes (pléonasme) qui se trouve sur la page
    https://www.nabil-boudi-avocat.fr/contact
    Mettre le nez d’un avocat mahométan dans le caca de son cocoran qu’il essaie de faire passer pour du chocolat, ça ne coûte qu’un timbre.
    Ceux qui veulent en faire + peuvent aussi envoyer ces le même courrier au journal Marianne qui publie la propagande islamiste de l’avocat : https://telephone.fr/marianne/

  7. Au moins il reconnait que c’est bien écrit dans le coran qu’il faut tuer les mécréants, voilà pourquoi cette religion est tant dangereuse mais pourquoi sommes nous aussi stupides pour laisser entrer chez nous tous ces cinglés, ils s’imaginent que le coran est la parole de Dieu, une belle excuse pour justifier toute la médiocrité de cette civilisation si on peut parler de civilisation ?

    • Un homme franc pas comme beaucoup d ‘ hypocrites musulmans qui veulent nous vanter un islam de paix et d ‘ amour.

    • Plus le temps passe et plus je me dis que Marx avait raison…la religion est l’opium du peuple…mais chez des muzz c’est opium + coke + héros + amphétamines….

  8. Takya, mensonge et les juges qui croient cette ordure sont bien naifs. Les assassins muzzs sont complices et coupable. Ils reconnaît que c’est écrit dans le coran et qu’il faut suivre ce qui est écrit dans le coran, que ça religion lui autorise de tuer, alors il faut quoi de plus aux juge. Il est coupable donc à pendre.

    • Non, le juge idiot mais surement rouge, va affirmer que c’est pas ça l’islam et que le prévenu ment, car on sait bien que les juges savent mieux que tout le monde, sinon ils ne seraient pas juges.

Les commentaires sont fermés.