Claudette serait-elle morte de faim à l’hôpital si elle s’était appelée Aïcha ?

L’ensemble de la presse se fait l’écho du récit horrifiant de la famille de Claudette Simon, une femme de 77 ans décédée dans des conditions atroces à l’hôpital où elle était entrée pour une simple opération de la jambe…

https://www.midilibre.fr/2022/11/08/septuagenaire-morte-de-faim-a-lhopital-elle-na-eu-quun-bouillon-de-legumes-en-une-semaine-10790647.php

Claudette est selon toute vraisemblance morte affamée, dénutrie, déshydratée faute de soins, ayant été laissée à jeun plusieurs jours.

Même la presse étrangère relaye ce scandale.

 

Aberrant: une femme serait morte de faim à l’hôpital

Une famille de Dijon accuse un hôpital d’avoir affamé une septuagénaire à cause d’une opération sans cesse reportée.

par Renaud Michiels
Claudette Simon, 77 ans, a été admise aux urgences du centre hospitalier universitaire de Dijon (Côte-d’Or) pour une fracture à la jambe. Elle devait être opérée mais l’intervention a été reportée à plusieurs reprises. Et selon sa famille, la septuagénaire a été presque totalement privée de nourriture et a fini par mourir de faim et de déshydratation.
Mourir de faim dans un hôpital? L’aberrant s’est-il réellement produit? La famille de la défunte en est en tout cas convaincue et une enquête est désormais officiellement ouverte.
Les faits, qui se seraient déroulés en août dernier, ont d’abord été révélés par «Le Bien Public». Claudette Simon est arrivée à l’hôpital avec une fracture du péroné le 23 août dernier. Les médecins ont décidé de la maintenir à jeun pour qu’elle puisse être opérée aussi vite que possible. Sauf que l’intervention, considérée comme non prioritaire, a été repoussée encore et encore.

Un seul bouillon

Dans l’espoir probable qu’elle aurait lieu chaque fois le lendemain, la septuagénaire a continué à être maintenue à jeun. Selon sa famille, elle n’a eu qu’un seul bouillon de légumes pour tout repas en 8 jours…
L’état de Claudette Simon s’est gravement détérioré et, selon ses proches, elle a été transférée en réanimation dans la nuit du 28 au 29 août pour une «déshydratation complète». Elle est tombée dans le coma et est décédée 48 heures plus tard.
Sa famille dit l’avoir eue au téléphone tous les jours. Selon le fils, elle aurait réclamé à manger à plusieurs reprises. «Ils lui ont dit «Non, vous devez être à jeun, vous allez être opérée demain.» Et ça pendant plusieurs jours», a-t-il témoigné sur BFMTV. Et de préciser qu’une pancarte indiquant «à jeun» avait été accrochée à la porte de sa chambre.

Secret médical

Une autopsie a eu lieu mais la famille de la défunte dit n’avoir eu accès à aucune information sur ses résultats. L’hôpital de Dijon ne leur aurait d’ailleurs jamais fourni la moindre information.
La famille a déposé une plainte à la gendarmerie, qui a ouvert une enquête. «Ça ne va pas faire revenir notre mère, mais on ne veut pas que d’autres familles se retrouvent dans cette détresse-là», a commenté la fille de Claudette Simon.

L’hôpital incriminé a répondu aux sollicitations, sans accepter de s’exprimer sur le fond. «La situation dont il est question fait l’objet d’une enquête, toujours en cours actuellement. S’agissant par ailleurs d’un patient pris en charge par le CHU, ces informations sont protégées par le secret médical et ne peuvent être partagées publiquement. Le CHU Dijon Bourgogne ne s’exprimera donc pas sur ce sujet», a indiqué l’établissement.

Le calvaire de Claudette ne rassure pas quant à l’état de santé des hôpitaux sous Macron, vidés de leur personnel à cause des suspensions faute de vaccin covid, faute aussi au découragement du personnel face à un Macron stigmatisant l’emploi public et préférant les milliardaires aux infirmières.

Claudette n’était absolument pas préparée à s’arrêter de manger pendant plusieurs jours, une grève de la faim forcée et le manque d’eau paraît avoir précipité sa mort, alors qu’elle venait pour une simple fracture de la jambe… personne n’aurait pu imaginer qu’on meure en 5 jours pour une simple fracture… difficile de concevoir une autre cause à sa mort que la négligence dont elle a été victime au sein même de l’hôpital de ce qui est censé être la mère Patrie protégeant ses enfants.

Les médecins n’étant souvent pas les derniers à voter Macron, on peut peut-être aussi y voir un aspect de la considération de certains pour l’être humain, sa souffrance, la valeur de la vie d’un Français, d’une Française…

Mais une ultime question me vient à l’esprit : Claudette serait-elle ainsi morte de faim si elle s’était appelée Aïcha ?

Si cette femme, comme le pense sa famille la plus proche et au vu d’indices très forts, a été totalement négligée par le personnel, en aurait-il été autrement si son prénom révélait une appartenance à l’islam ?

La question mérite d’être posée, quoique polémique.

Certains quartiers ne se seraient-ils pas embrasés à l’annonce de la mort d’Aïcha, n’y aurait-il pas eu des émeutes comme lors de la mort d’Adama Traoré ?

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/emeutes-a-la-mort-d-adama-temoignages-forts-et-rebondissements-1625830356

Ou comme il y en a encore régulièrement lorsqu’un policier tue un banlieusard qui avait commis un larcin lors d’un contrôle d’identité qui se passe très mal ?

https://www.lindependant.fr/2022/03/28/seine-saint-denis-une-nouvelle-nuit-demeutes-apres-la-mort-dun-homme-lors-dun-controle-de-police-10199218.php

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/sevran-un-homme-tue-apres-le-tir-d-un-policier-1648323656

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/deuxieme-nuit-d-emeutes-a-sevran-apres-la-mort-d-un-automobiliste-tue-par-un-tir-de-police-1648452544

https://actu.orange.fr/societe/videos/nantes-des-emeutes-eclatent-apres-la-mort-d-un-jeune-homme-lors-d-un-controle-policier-CNT0000019HUTF.html

Il en fut de même à l’époque de l’affaire Luhaka…

https://www.lesoir.be/81878/article/2017-02-13/affaire-theo-les-emeutes-de-2005-viennent-hanter-la-course-lelysee

Le personnel hospitalier aurait-il laissé Claudette dans le désarroi (si la version de la famille venait à être confirmée) si elle s’était appelée Aïcha ?

 

 

 928 total views,  3 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Je m’interroge à savoir pourquoi la famille n’a pas donné d’alerte. Contrairement aux muzzs elle était peut-être seule ?

    • ça doit ^être parce qu’on leur disait qu’elle allait subir son opération le lendemain, ou parce que ses enfants habitaient loin d’elle.
      Mais il n’y a eu aucun médecin pour surveiller son état et sa déshydratation.
      Dans une situation normale, un médecin passe chaque matin vérifier l’état des malades, de toute évidence, ça n’a pas été le cas/

  2. Je pense que si elle s’était appelée Aïcha, effectivement on y aurait fait attention, mais Claudette. Je ne veux pas non plus jeter la pierre, à l’höpital, mais les 15.000 soignants suspendus, n’ont toujours pas été réintégrés, et la suppression de 17.000 lits d’hôpitaux, n’arrange pas non plus les choses.
    La maltraitance de la macronie, envers son propre peuple, voilà la dure réalité cachée. Comment a t’on pu, régresser autant?.

  3. Ma femme médecin me dit qu’elle ne fait plus confiance à l’hôpital, elle pense que la médecine est devenue un instrument trop étatique, le réseau se resserre de plus en plus autour d’une idéologie très progressiste, une vision acceptée surtout pas les nouvelles générations, par exemple une relativisation de la valeur de la vie chez les anciens, il existe une forme d’eugénisme et de sélection de la population avec des critères de rentabilité, un contrôle et un fichage de plus en plus envahissant et sournois, rien n’est dit mais tout est là, on accepte de moins en moins la liberté de l’individu face à la médecine administrative toute puissante mais de moins en moins efficace du point de vue médicale mais c’est voulu, l’hôpital devient de moins en moins humain et de plus en plus technocratique, on cherche l’économie tout en touchant le maximum de monde.

  4. Voilà ce que macron a fait de notre hôpital, le meilleur du monde avant son élection.
    Nous sommes bien redescendus au niveau du tiers monde, et peut-être mm pire.

  5. Il est en effet permis de penser que la mort ne serait pas survenue parce que la famille de la victime aurait vociféré fortement (un euphémisme), en amont, en sachant que leur mère était affamée volontairement… Les Français sont-ils trop polis, trop patients ? Dans le Rhône, ces jours-ci, les urgences étant fermées, deux jeunes n’ont pas hésité à fracasser la porte vitrée de l’hôpital pour entrer de force. Pourtant l’un des vandales n’était que « légèrement » blessé à la main… Peut-être faut il savoir aussi faire du foin quand les choses traînent…

  6. Ma femme et moi avons vécu les mêmes choses en tant que soignants ( IDE et AS ).
    Des gens à jeun chaque jour car opération reportée… chaque jour.
    Notre système de santé, le meilleur du monde jadis, est mort !

  7. Il est grand temps de remettre de l’ordre dans le système médical, et pas qu’à l’hôpital ! J’ai d’autres exemples tout aussi lamentables.

    Ecoeurant en tous les cas et presque incroyable dans un pays dit civilisé ! Et qu’on ne me dise pas que c’est juste par manque de personnel, c’est faux.

    Même dans les pires moments, on n’a jamais vu ça. Pauvre femme, pensées tristes pour la famille aussi.

    J’en connais qui sont terrorisés à l’idée d’aller à l’hôpital ! Et des personnes âgées qui pleurent paniquées devant le téléphone car aucun médecin ne veut les prendre en charge (médecin ça ?), le leur ayant pris sa retraite. Ben oui… il faudrait se déplacer… et les pathologies sont trop compliquées donc ennuyeuses à gérer… Véridique !

    Que les gens arrêtent d’idéaliser le milieu médical (sans généralisation bien sûr quoique… quand on voit le terrain…).

  8. Quelle honte ,même les animaux sonts mieux traités, l’hôpital se dégrade de plus en plus ,ne pas hésiter à porter plainte ,à enregistrer, à filmer pour avoir des preuves ,certains médecins ,infirmières sonts supers mais d’autres beaucoup moins ,désagréables, limite maltraitants ,il n’y a pas que dans les maisons de retraites ,et je sais de quoi je parle pour l’avoir vécu .

  9. quel scandale et bien caché de plus, sauf si cette malheureuse dame s’était appelée autrement – être obligé d’aller à l’hopital aujourd’hui est devenu le cauchemar absolu, le paltoquet de l’élysée ayant fini d’achever ce grand malade depuis des années

  10. Au moins l’hôpital ne pourra pas être traité de raciste, le conseil de ma femme médecin, éviter l’hôpital le plus possible, c’est devenu un vrai mouroir, entre les maladies nosocomiales, le manque de personnel, les négligences, le manque de professionnalisme, mieux vaut éviter tant qu’on le peut, cela ne remet pas en question le très bon comportement de certains soignants bien sûr.

    • à mon avis, juridiquement, effectivement, si c’est l’Etat qui est responsable, tout le monde s’en fout. Comme toujours quand l’Etat est responsable.
      Si c’est une société exploitant une clinique privée, au moins il y a un vrai responsable qui peut avoir peur de payer plein pot pour le décès d’un patient.
      Mais je ne connais pas bien le sujet. La responsabilité médicale est un grand thème du contentieux.

  11. L’hôpital est devenu un lieu infréquentable, dangereux. On y mange très mal, mais de là à crever de faim… Merci Macron de consacrer du fric pour tes chers migrateurs et non à la santé.

  12. Cela fait peur.. on dit que les maisons de retraite sont des MOUROIRS a l hopital c est kif kif, mon frère en maison de retraite tjrs pas de chauffage le 9 11 par contre il est pour le + gd bien de l établissement une véritable FOSSE SEPTIQUE A MEDICAMENTS…
    La vieillesse c est le prix a payer pour VIVRE mais c est très CHER….

  13. négligée car FDS ? j y ai pensé aussi mais le pb est peut être + simple On dirait que les hopitaux sont devenus des « usines à gaz » Il n y a pas de chef de service ? de coordonnateur ? de suivi informatique ? chacun (e) prenant son service ignorait l avant et l apres…de la malade ! Seul point connu : l instant présent Donc faute d organisation….Et pas de visite de médecin en 8 jours ? Vaut mieux désormais éviter l hopital!

  14. Je préfère ne pas rentrer dans ce débat, même si le fond est certainement probant; les cités se seraient soulevées, mais le problème est suffisamment grave pour cette dame et sa famille, je suis, en tant que soignante, attérée ! nous ne connaissons pas le dossier au fond, et plusieurs questions se posent : la famille ne s’est pas rendu compte ? car malheureusement, là où on pouvait faire confiance aux soignants, ce n’est plus le cas ! et c’est vrai que des familles n’osent pas réclamer ce qui relève du bon sens, car nous avons été « bien éduqués » dans le respect de ces institutions, sérieuses autrefois ! Alors ce n’est juste pas normal qu’un soignant, en entrant dans sa chambre, n’ai pas vu qu’elle dépérissait car il y a des signes, et que personne n’ait sonné le tocsin !! J’ai pris soin de ma mère âgée, en allant la voir à 700kms tous les 3-4 mois ! et croyez moi, je pourrais vous faire un roman des manques des professionnels de santé, et d’autres, merveilleux ! j’ai vu dans mon immeuble, des enfants s’occuper  » très moyennement » de leur mère qui sortait de l’hôpital, et ce, à plusieurs reprises..que dire !

    • Il est évident que si Claudette s’était appelée Aïcha, ça ne se serait pas passé comme ça. Ils seraient venus à l’hôpital, et ils auraient tout casser. Nous on est un peuple éteint, trop civilisés, trop passifs…..
      Ils ont une culture de la violence, qu’on a complètement perdue.

  15. Être à jeun n’empêche pas à minima de boire de l’eau voire d’être nourri sous perfusion.
    Il y a visiblement faute professionnelle grave dans cette affaire.

  16. on comprend mieux la situation au CHU de Dijon…..ils attendaient la moutarde pour manger le rôti qu’elle ne devait pas manger…………..une question me tarabuste : pourquoi faire des études pour être aussi con ?????un primaire aurait réglé le problème, rien qu’en lisant la notice…..je le confirme, on vit dans un asile de dégénérés , pas dans une société dite civilisée…….

  17. Pour avoir été hospitalisée en maternité récemment, je peux vous dire qu’au moindre « j’ai faim », la famille d’Aïcha serait allée immédiatement taper du poing à la direction, et aurait apporté en douce un bon couscous à Aïcha. Même quand il n’y a aucun problème, ils ne savent pas parler autrement qu’en vociférant. De vrais sauvages.

    • Deux résidus algériens dans mon immeuble : l’une, hystérique, a fait des scènes avec hurlements , à la concierge qui, depuis, en a une peur bleue, et à une voisine, qui a préféré partir. L’autre, un type, , parce que la concierge le priait d’aller téléphoner ailleurs que dans l’entrée de l’immeuble, a fracassé la vitre de la loge, et toutes les boîtes aux lettres, à coups de pieds.

  18. Claudette aura pu continuer à vivre si les médecins lui donnait à manger au lieu de la laissé mourir de faim mais pour les Gauchos des médias dominants sa mort n’intéresse personne mais quand c’est une personne issu des minorités ethniques qui est victime de ce genre de traitement là les Gauchos des médias dominants agissent et parlent voilà le deux poids deux mesures.

Les commentaires sont fermés.