Bernard Accoyer: «Le marché européen de l’électricité est un échec patent»

 

 

Du Figaro :

 

ENTRETIEN–  «L’Allemagne cherche à entrainer le reste de l’Europe dans ses choix, pourtant malheureux sur le plan géostratégique et du climat», observe l’ancien président de l’Assemblée nationale.


Bernard Accoyer, ancien président de l’Assemblée nationale de 2007 à 2012, ancien député de Haute-Savoie, dirige l’association de défense du patrimoine nucléaire et du climat PNC France. Il a publié «Une affaire d’état. La tentative du sabordage du nucléaire français» (Hugo Doc).

 

 

LE FIGARO. – Les pays européens se divisent sur la question d’un plafonnement du prix du gaz utilisé pour produire de l’électricité. Pourquoi l’Allemagne s’oppose-t-elle à ce dispositif?

Bernard ACCOYER. – L’Allemagne est très dépendante du gaz pour son électricité en raison de l’intermittence des énergies renouvelables, pour son industrie et pour les logements où le chauffage au gaz est très développé. Le gouvernement redoute qu’un plafonnement du prix du gaz ne réduise l’offre et crée une pénurie générale.

Une majorité d’États membres, dont la France, défendent cette solution simple et efficace, mais la négociation avec l’Allemagne reste difficile.

L’Espagne et le Portugal sont sortis du marché européen de l’électricité en faisant valoir leur exception énergétique. Pourrait-on faire de même ou du moins tenter de négocier les tarifs avec l’Union européenne?

La solution ibérique est pertinente ; la France ne l’a pas à ce jour obtenue de Bruxelles.

Le marché européen de l’électricité est un échec patent, c’est une des causes de la crise énergétique européenne et de la crise électrique en France.

Ce marché a été ruineux pour EDF, forcé de subventionner ses concurrents, coûteux pour les consommateurs, et catastrophique pour notre système électrique, puisque les distributeurs concurrents d’EDF n’ont fait que s’enrichir sans, pour la plupart, construire de capacités de productions pilotables.

La sortie du marché européen de l’électricité, ou à défaut une réforme en profondeur, n’empêcherait pas la solidarité d’approvisionnement.

Mais ce marché ne pourra plus fonctionner avec les divergences de systèmes de production qui existent désormais entre les États, particulièrement entre la France et l’Allemagne. La France, en restaurant ses capacités de productions pilotables, c’est-à-dire essentiellement nucléaires, doit retrouver un niveau de prix du kilowattheure compétitif.

L’Allemagne, qui entend ne pas remettre en cause sa sortie du nucléaire, continuera donc de dépendre des énergies intermittentes, et donc essentiellement, et pour longtemps, du gaz, dont le prix restera élevé.

En 2011, Angela Merkel avait déjà décidé unilatéralement de sortir du nucléaire. Le président français a estimé jeudi que Berlin jouait une partition solitaire. A-t-il raison?

La pression de l’écologie politique qui a poussé Angela Merkel en 2011, comme Gerhard Schröder en 1998, à décider de la sortie du nucléaire, afin de rendre possible une grande coalition entre leur parti politique, respectivement CDU et SPD, et les Verts.

L’Allemagne cherche désormais à entrainer le reste de l’Europe dans ses choix, pourtant malheureux sur le plan géostratégique et du climat.

Cette décision allemande de 2011 explique-t-elle la situation dégradée de notre parc nucléaire?

La décision allemande de sortie du nucléaire et son activisme à Bruxelles n’expliquent ni ne justifient l’insuffisance de production d’électricité en France.

Celle-ci résulte de choix politiques et d’une absence de prévoyance. Quant à l’indisponibilité temporaire d’une partie importante du parc, elle relève d’événements qui auraient dû être anticipés si les gouvernements avaient écouté l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) plutôt que des idéologues.

 

La France a changé de politique en cessant de développer son parc nucléaire depuis vingt ans puis en voulant le réduire depuis dix ans.

NDLR : Donc sous les présidences Hollande-Macron.

Alors que la France disposait d’une électricité fiable et bon marché, nos capacités de production pilotables et d’importation d’électricité sont aujourd’hui insuffisantes, et le risque de ne pouvoir répondre à la demande est réel, si les conditions météorologiques hivernales sont rudes. La sobriété évidemment nécessaire ne suffira pas.

Comment en est-on arrivé-là?

Sous la pression idéologique, induite en erreur par des scénarios militants sous-évaluant les besoins en électricité, sous-évaluant les conséquences de l’intermittence des énergies renouvelables et avec l’idée fausse que le foisonnement du régime des vents en Europe pourrait compenser l’intermittence, la France a imprudemment fermé, depuis dix ans, 17 centrales à charbon, qui n’étaient appelées que marginalement, et les deux réacteurs de Fessenheim, en parfait état, pour une puissance totale installée de 12 GW, soit environ 15 % de nos capacités.

Les centrales pilotables sont mobilisables selon les besoins (hydraulique, fossile, nucléaire) ; les centrales intermittentes, éoliennes et solaires ne fonctionnant que s’il y a du vent ou du soleil.

La production d’électricité devant, à chaque instant, s’équilibrer avec la demande. Un système électrique doit donc disposer obligatoirement de capacités de production pilotables pour, avec l’aide éventuelle d’importations, répondre aux pointes de consommation.

Des capacités de production en énergies renouvelables ne peuvent satisfaire à cette exigence, en raison de leur intermittence.

Ainsi, l’Allemagne, qui a investi plus de 600 milliards d’euros dans les énergies renouvelables, a conservé un parc de centrales fossiles lui permettant de répondre aux demandes de pointe.

Elle n’a pas amélioré pour autant ses émissions carbonées.

Cette crise nous invite-t-elle à repenser en profondeur notre modèle énergétique? Dans quelle direction?

L’urgence évidente est de restaurer nos capacités de production pilotables d’électricité.

Pour cela, il faut bâtir un plan énergétique sur le court, le moyen et le long terme, ce dernier étant celui des systèmes industriels électriques ; réviser sans délai les textes qui prévoient encore aujourd’hui la fermeture de 12 réacteurs supplémentaires d’ici 2035 ; simplifier les procédures et raccourcir les délais d’autorisation de construction des installations nucléaires ; relancer la quatrième génération de réacteurs nucléaires: les réacteurs à neutrons rapides (RNR).

Le nucléaire durable a toujours été l’objectif des concepteurs de la filière française (ces réacteurs utilisent comme combustible les déchets des réacteurs des générations antérieures).

 

Chaque jour qui passe sans agir est ruineux pour nos finances, il assombrit l’avenir énergétique, industriel, économique et social de la France.

https://www.lefigaro.fr/vox/economie/bernard-accoyer-le-marche-europeende-l-electricite-est-un-echec-patent-20221030

 

Pour se résumer : que les Européistes nous expliquent ce que nous a rapporté la ci-devant Union dite européenne, à part d’humilier en permanence notre souveraineté avec des petits personnages comme Ursula von der Leyen ?

Et même Accoyer, à l’image de tous les LR, européiste, pourtant auteur de cette belle analyse, est incapable de tirer les conséquences de cette faillite de l’Union dite européenne.

Qui, non contente d’organiser notre invasion et notre destruction spirituelle,  est en passe de nous détruire matériellement…

 792 total views,  3 views today

image_pdf

15 Commentaires

  1. les Français ont refusé le traité de Mastrich et leur choix était le meilleurs ,nos élus sont passé outre de leur vote et maintenant qu’est devenue la France? Tous ces traitres doivent payer cette trahison !Supprimons cette loi inique qui dit que les élus ne sont pas responsables des décisions qu’ils prennent !La c’est pire alors pourquoi ne veulent’ils pas faire de référendum national tout simplement parce qu’ils en savent le résultat et qu’il ne leur sera pas favorable!

    • Non, ils ont accepté le traité de Maastricht, ils ont refusé la constitution européenne qui est virée par la porte est revenue par la fenêtre avec Sarko le traite et plus des 3/5 des parlementaires qui ont voté pour le traité de Lisbonne…

  2. depuis que des pauvres types ont eu l’idée de construire l’europe, tout a été mis en oeuvre pour casser du français et la nation France ils ont tout démantelés et réduit notre puissance à néant et remplacent le peuple de souche par des sarrasins : c’est un crime de guerre et on comprend aisément ce qu’on doit faire à ces traîtres.

  3. ZEMMOUR a fait une conférence sur l’énergie, le 22 octobre en Haute Garonne, à voir sur YouTube.
    On aspirait au FREXIT avant tous ces évènements, mais maintenant, le FREXIT m’apparait comme la seule et unique solution pour nous tirer d’affaires.
    Il faut sortir des griffes de l’UE, et le plus vite sera le mieux.
    Le gros Machin est ruineux par son fonctionnement, et de plus il nous conduit à la ruine, à la guerre, et à l’invasion.
    Il nous a inoculé un poison dont on verra les effets à long terme, en empiétant sur ses prérogatives.

  4. C’est à cause des Prussiens et de sa représente Von Der Leyen et de nos politiciens Européistes mondialistes de Bruxelles qui nous ont conduit dans ce merdier énergétique puisque les Prussiens par pur idéologie nous fait renoncer au nucléaire , à notre souveraineté énergétique et industriel avec le choix du renouvable avec ces maudits Eoliennes qui polluent nos côtes et qui ne sont pas efficaces environnementalement parlant , voitures électrique à la noix …. On n’aurait pas dû suivre ces Prussiens dans leur délire énergétique. Bernard Accoyer a fait son Méa Culpa !

  5. Je ne vois pas mon commentaire, posté avant midi, à moins que vous n’y soyez pas favorable
    Merci

    • Bonjour,

      Oui, j’ai retrouvé votre commentaire de 10h08 dans la corbeille.

      Sans doute une panne.

      J’ai pris, aussi, Christiane Lambert, ce matin : très convaincante (A part une petite fixette sur Poutine, mais ça c’est pour donner un gage aux Gauchos de France-Info).

      (Le modérateur).

      • Merci Antiislam, oui j’ai trouvé son interview pertinente même si il y a quelques bémols , comme d’employer des sans papiers , ce qui a été dit ce matin par Darmanin ! mais Darmanin veut après, les naturaliser ! et ça c’est non ! des travailleurs étrangers il y en a toujours eu mais ils repartent chez eux après un contrat ! dans l’agriculture c’est pareil, ils sont saisonniers et repartent ( où doivent repartir !) ; car enfin ! Mme LAmbert a dit qu’il y avait légumes et fruits qui n’ont pas été récoltés par manque de main d’oeuvre alors qu’il y a des migrants et des titres de séjour en pagaille !! que font ils ?? idem : les étudiants, soit disant en difficulté, ce dont je ne doute pas, mais alors j’ai connu tellement d’étudiants qui travaillaient à coté pour pouvoir continuer leurs études, ( mon compagnon qui faisait des études de Droit, travaillait dans une usine, puis dans un restaurant tout en dormant sous une tente dans un camping !! perso j’ai fait mes études avec une bourse que j’ai dû rembourser après !!) Alors raz le bol de tout ces gens foutre !!

  6. « L’Allemagne cherche à entraîner le reste de l’Europe dans ses choix »
    Et ceux qui l’ont suivie, en particulier les politiques français, sont coupables de haute trahison. Ils ont volontairement saccagé notre indépendance énergétique.

  7. Parfois et même très souvent, je pense qu’une collaboration ou pour le moins des négociations politiques et union stratégique entre Eric Zemmour et François Asselineau dont je reconnais l’immense expertise des lois et expérience en relations internationales, ne pourraient qu’être opportunes pour LA FRANCE…Même, si le plus âgé des deux ne semble pas vouloir ne serait-ce qu’évoquer le problème de l’identité Française et surtout de l’invasion migratoire qui risque, très bientôt de nous submerger sans espoir de sauvetage !
    Eric, si vous me lisez, que votre Amour de LA FRANCE, vous inspire!..
    Car, rien de tel, à mon sens qu’une Politique efficace en Économie qui ne pourra avoir lieu qu’en abandonnant le « rafiot des 27 »; ce qui se fera lorsque les Français pourront de nouveau avoir confiance en eux-mêmes et en le génie national qui les a inspirés depuis plus d’un millénaire…

    • En effet, je le dis souvent, les français peuvent avoir perdu confiance en eux même avec ce qu’ils subissent quotidiennement, à cause des décisions qui sont prises ! lorsqu’ils seront délivrés de ces jougs  » divers et variés « , je suis certaine que l’énergie reviendra, nous le savons, de par notre Histoire, sauf si nous continuons à nous opposer, – nous opposer c’est avoir voté pour ce va t en guerre « imaginaire » ( et je préfère oublier d’autres qualificatifs ..) – . mais à condition aussi d’être actifs, ce qui n’est pas le cas !

  8. j’ai regardé sur internet, une réunion organisée par des LR, Mme Genevard et Mr Marlex qui avait invité un spécialiste, dont le nom m’échappe à l’instant, et c’est un véritable fiasco ! Ils mettent en cause l’attitude des allemands et le rôle des dirigeants depuis Hollande et surtout Macron – Macron qui disait ce matin sur F.Info qu’il fallait accélérer l’installation des éoliens et du p.voltaique – , ne parlent pas de l’Europe !
    Pourtant que ce soit pour l’énergie, pour les vaccins et l’immigration, il est évident que l’UE ne fonctionne pas et marque même sa dangerosité ! Je pense aussi que les compteurs Linky ont été installés à bon escient !
    Ce matin j’entendais Mme Lambert, présidente de la FNSEA, dire que la France, c’est un comble, importe ! que l’agriculture avait besoin d’électricité, (donc nous allons avoir de graves problèmes) , que la France savait produire de l’électricité, en dehors des Centrales N. même, mais est empêchée par les lobbys verts .. Que veulent ces lobbys ? que nous importions ? quel est le but ? ( interview interressante à 8h ce matin )

  9. L’Union européenne créée par les USA a toujours eut pour objectif la destruction des états et leur remplacement par un magma informe de peuplades plus ou moins indigènes, plutôt moins d’ailleurs. L’objectif étant toujours le même : assurer la mainmise des usa sur cette partie du monde avant que l’urss ne le fasse. Le fait que l’otan continue de s’étendre à l’est, alors même que l’urss a disparue, en est une des évidences. Tout le monde sait cela mais continue à se suicider.

Les commentaires sont fermés.