Merci Macron ! Les Français crèvent mais les grosses communes s’enrichissent grâce à l’inflation !

Bizarre, incompréhensible ?

Les comptes des collectivités sont-ils en train de plonger dans la rouge, sur fond de crise énergétique et de l’inflation ? Non, au contraire, affirme la note. Le document pointe des rentrées fiscales en hausse et des bas de laine qui enflent. « En matière de trésorerie, le solde du compte au Trésor des collectivités locales poursuit sa progression pour atteindre 60,7 milliards d’euros à la fin août 2022, contre 53,8 milliards à la fin août 2021 et 43,2 milliards à la fin août 2019 »

Le Parisien

41% d’augmentation de recettes en 2 ans, mazette ! Et tout ça sur fond de crise Covid donc en théorie de réduction de l’activité et donc de rentrées d’argent moindres ! On peut se contenter de considérer la baisse des recettes fiscales sur l’essence en période Covid, avec télétravail, confinement, interdictions de circuler… Cette augmentation est ENORME, incompréhensible.

En fait, je ne comprends qu’une chose, c’est que juste après la crise des Gilets jaunes due à l’augmentation de l’essence, l’Etat Macron a continué de nous ponctionner comme un malade pour payer Mc Kinsey, les armes envoyées en Ukraine, aller faire du jet ski à Brégançon, j’en passe et des meilleures.

Alors, non, ces augmentations ne sont pas incompréhensibles. Non…

Tout cela est le résultat de la fin de l’indépendance des communes, obligées de se rattacher  à des groupements de communes et en dépendre. Et, surtout, de dépendre pour fonctionner des augmentations de la TVA et des impôts fonciers décidées par l’Etat et. donc… des subventions ! Si le Maire donne son parrainage à qui il faut, si il vote bien dans les communautés de communes, si….

Subventions du gouvernement, subventions du département, subventions des régions…. Finie l’indépendance, fini le choix de sa politique, de ses investissements, de ses dépenses. On vous impose telle disposition de transport scolaire, telle organisation d’école, CP et CE1 dans une commune, le reste dans une autre et ensuite des heures de transport poour vos gosses. Et tout cela le plus souvent pour l’avantage politique du Maire de la plus grosses commune !Idem pour la cantine, la garderie et je ne parle pas des hôpitaux, maternités… que plus personne ne gère sauf le gouvernement.

Comment, me direz-vous, certaines communes et collectivités locales peuvent-elles s’enrichir sur fond d’inflation ? Vous et moi, amis lecteurs, voyons bien clairement que, avec l’inflation tout augmente, nourriture, gaz, eau, électricité, essence… et que salaires et retraites ne bougent pas ou si peu…

Eh bien c’est que avec l’inflation… beaucoup d’argent rentre dans les caisses de l’Etat (qui en fait le mauvais usage que l’on connaît)  via la TVA et les impôts fonciers. Tout augmente… et donc mécaniquement, la quote-part versée par l’Etat aux collectivités locales augmente aussi. Et comme les dites collectivités n’ont pas vu leurs dépenses augmenter dans la foulée car les budgets, contrats etc de l’année en cours ont été négociés l’année dernière voire avant… plus le Français voit sa bourse se vider, plus celle de la plupart des communes augmente, voire explose !

Les causes de cette envolée ? Des rentrées de taxe foncière en hausse et « une forte dynamique » des recettes de TVA, dont une partie est reversée par l’État en particulier aux régions et aux départements. Ces recettes connaissent « une progression de 9,6 % » à cause de l’inflation, se traduisant par une « majoration non anticipée par les collectivités de 2,1 milliards d’euros versés en octobre 2022 ».

Les experts ne nient pas l’impact de la hausse des prix sur les dépenses courantes des collectivités, mais ils estiment que le phénomène reste dans des proportions « contenues » et que parallèlement l’augmentation des prix dope les rentrées de TVA et de taxe foncière. Au point, pour 2023, d’anticiper des « perspectives favorables qui permettraient de faire face pour la très grande majorité (des collectivités), au contexte d’inflation anticipé ».

Le Parisien

Il reste néanmoins des communes qui tirent la langue. Elles sont 500, paraît-il, à être dans une sale situation. Serait-ce celles dont les Maires on parrainé Marine ou Eric ? Celles dont les Maires, comme celui de Saint-Lys refuse d’accueillir les migrants ? Celles qui ont refusé la fusion avec une ou des communes voisines ?

Tout au plus, « 500 communes » sont considérées comme susceptibles de rencontrer de grandes difficultés de trésorerie, assurent les services de l’État, qui assoient leurs prévisions sur une hypothèse de ralentissement de l’inflation, l’an prochain (4,2 % en 2023).

Le Parisien

Et comme tout est globalisé, l’enrichissement de certaines collectivités locales permet de laisser dans l’ombre les petites communes.

Après 4,7 milliards d’euros en 2021, le solde des collectivités locales resterait excédentaire de 4,4 milliards en 2022 puis de 1,5 milliard en 2023. » Un montant global qui ne détaille toutefois pas les grandes disparités entre types de collectivités (région, département, métropole, communes rurales…).

Le Parisien

Tu m’étonnes que régions, départements et autres communautés de communes soient si riches qu’ils subventionnent SOS Méditerranée pour qu’ils nous inondent de migrants, pour faire de la pub pro-migrants dans nos écoles, qu’ils aient des milliards pour faire construire et fonctionner partout des établissements accueillant les dits migrants…

Pendant ce temps, c’est nous, qui, obligés d’acheter du pain, de l’huile, de l’essence, de la viande, de la lessive… nous serrons la ceinture, ponctionnés par l’inflation, qui permet d’engraisser encore plus les associations pro-migrants.

Elle est pas belle la France sous Macron ?

 684 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. C’est fou comme tout est calculé pour nous mettre sur la paille tout en hébergeant et gobergeant nos envahisseurs.

  2. les dotations de l’etat ne sont pas indexees sur l’inflation.
    encore un mensonge.on les comptes plus.

  3. On attend quoi pour virer ces voyous,. ces bons a rien, qui font tout pour détruire la France et surtout son peuple d’origine.

  4. Evidemment : méthode mac-kinsey pour faire élire le « micron » : supprimer une taxe (cela fait bien dans un programme électoral) donc suppression taxe d’habitation !
    MAIS, cela affecte les finances communales …. et comme la « compensation » promise (prise sur le budget de l’état (cela coûte rien, c’est l’état qui paye !) ne compense pas le manque à gagner des communes : la solution augmenter les impôts fonciers ( = des riches qui ne peuvent pas délocaliser !!!)
    Et hop, le tour est joué !
    Merci mac-kinsey , merci aux crétins qui ont voté pour le psychopathe narcissique !

    • Il aurait mieux valu supprimer la foncière car la taxe d’habitation est payée par tous, locataires comme propriétaires, mais comme il faut dégoûter les Français d’avoir accès à la propriété…

  5. Un exemple, ma commune patronne la CC.
    Taxe GEMAPI (la taxe inondation), 2021 : + 66,67 %.
    2022 : + 20 %
    Passé de 6 € en 2020 à 12 €.
    Pourtant, ni ma commune, ni les autres alentour ne sont en zone inondable. Où va ce pognon ?
    Sans compter les augmentations habituelles de la commune et de l’intercommunalité.
    J’ai remarqué aussi curieusement, que les prélèvements du département avaient disparus sur les feuilles d’impôts. Ils vivent de quoi, alors ?

  6. La ville où j’habite, baptisée FLERS AGGLO, qui regroupe 42 communes et 55000 habitants.
    Cependant tout n’est pas rose à FLERS AGGLO, car une des 42 communes souhaite en sortir.
    Et ce n’est pas évident pour le Maire et son conseil municipal, de pouvoir quitter FLERS AGGLO.

    • Là encore, comme pour l’UE et tous ces organismes qui forcent à renoncer à son individualité, ça ressemble aux anneaux qu’on ne peut plus retirer une fois passés et soumis au porteur de l’Anneau Unique.

Les commentaires sont fermés.