Elections italiennes : entre le rire et les larmes…

 

« Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes » Winston Churchill

 

Le moins que l’on puisse dire, si cette citation est vraie, est que ceux qui se qualifient eux-mêmes d’antifascistes aujourd’hui n’ont cessé depuis des années de déverser injures et menaces à la manière fasciste à l’encontre de cette courageuse petit bout de femme qui a remporté les élections italiennes hier : Giorgia Meloni. Et sa victoire suscite un nouvel enthousiasme rafraîchissant au sein du camp patriote un peu partout dans le monde occidental.

Les élections en Italie nous ont réservé quelques surprises que je vous propose d’examiner ensemble ci-après en vous livrant quelques « dessous » de la politique italienne.

 

Depuis la proclamation de la République italienne en 1946, c’est la première fois que ceux que l’on qualifie de l’injure « d’extrême droite » parviennent au pouvoir dans ce pays. Et pour la première fois également ce sera une femme qui occupera le fauteuil de Présidente du Conseil (C’est-à-dire Premier Ministre) de la République italienne.

Quelques chiffres tout d’abord pour vous situer le résultat du vote sur lequel se sont exprimés 64% des électeurs.

Le premier parti vainqueur, Fratelli d’Italia, emmené par Giorgia Meloni a remporté 26% des suffrages exprimés.

Le second parti, qui incarnera l’opposition, est le Parti Démocrate classé à gauche qui a remporté 19,1 % des suffrages et qui subit une petite défaite mais surtout une lourde humiliation après avoir été habitué à mener pratiquement sans interruption la « course en tête » du paysage politique italien depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Ce parti, issu de l’ancienne démocratie chrétienne, a toujours été très catholique et soutenu depuis toujours par le Vatican et la haute finance mondiale. Il s’affiche franchement pro Europe, pro OTAN, pro américain. La plupart des Présidents du Conseil et Présidents de la République italienne sont issus de sa mouvance depuis les débuts de l’histoire de la République. L’actuel Président italien, Sergio Mattarella, est aussi issu de cette nébuleuse et ses relations avec Giorgia Meloni ont été jusqu’ici pour le moins tendues, voire explosives …

Le troisième parti à être parvenu sur le podium des vainqueurs est l’inattendu Mouvement « cinque Stelle » (cinq étoiles) emmené par l’ancien Président du Conseil, Giuseppe Conte. Ce parti était annoncé comme perdant par les sondages mais est parvenu à recueillir 15,4% des suffrages, résultat dû aux manœuvres obscures de Giuseppe Conte. Ce personnage, au départ venu de nulle part, avait été propulsé au pouvoir par l’alliance du Mouvement cinq étoiles avec la Lega de Salvini suite aux élections de 2018 remportées alors par ces deux partis. Son résultat actuel moins mauvais que prévu est l’œuvre de Giuseppe Conte (qui était aux manettes au début du covid) et qui promet des carottes aux Italiens sous la forme de promesses d’aides sociales, recette qui fonctionne toujours auprès d’une partie de l’électorat modeste (et qui le restera …). Giuseppe Conte est un homme ambitieux qui a pris goût au pouvoir et  qui a largement contribué à torpiller Draghi qui lui avait volé son fauteuil. Je ne serais pas surpris que son parti (classé à gauche)puisse jouer les trouble fête en s’alliant avec, par exemple, le Parti Démocrate pour tenter de reprendre le pouvoir même si les deux jurent se détester cordialement. Enfin, à mes yeux, Giuseppe Conte fait partie des personnes qui, suite aux décisions qu’elles ont imposées à leur peuple lors de la crise du covid, devraient être traduites en Justice pour crime contre l’humanité.

Le quatrième résultat de ces élections et la véritable surprise non prévue par les sondages est l’effondrement de la Lega de Matteo Salvini à 8,8% des suffrages (après avoir caracolé un temps à 30%) et qui paie aujourd’hui le prix d’une succession d’erreurs commises par son chef ces dernières années. Salvini est le premier qui avait compris les dangers de l’immigration sauvage qui nous submerge mais, première erreur, il n’avait pas compris la duplicité de Giuseppe Conte. Ce dernier, avide de pouvoir, avait vu en Salvini un dangereux concurrent qu’il était parvenu à écarter et menacer de poursuites judiciaires, voire de prison sous le prétexte fallacieux que Salvini aurait interdit le débarquement de migrants … Pour « sauver sa peau », Salvini s’est alors, deuxième erreur, associé au gouvernement Draghi et ses horreurs ce qui a signé la débâcle actuelle de son parti que le peuple a sanctionné. Si Salvini avait eu du courage dans la tempête, il aurait pu peut-être connaître un destin de type Nelson Mandela ? Il a fait un autre choix dont bénéficie pleinement aujourd’hui Giorgia Meloni qui, elle, a su assumer une opposition résolue au gouvernement de Draghi. Nul doute que son parti, Fratelli d’Italia, a siphonné une grande partie des partisans de la Lega de Salvini.

Le cinquième larron du résultat des élection est le parti Forza Italia de l’inoxydable et vieux renard Silvio Berlusconi qui talonne la Lega de Salvini avec un score de 8,1% des suffrages exprimés.

 

A eux trois, Fratelli d’Italia, Lega et Forza Italia réunis, la droite parvient à remporter la mise et accéder au pouvoir avec 43, 8% des suffrages exprimés en sa faveur contre seulement 26,1% des suffrages à la gauche. Avec toujours le danger d’une alliance contre nature susceptible d’inverser les tendances du pouvoir … Pour faire simple, je vous fais grâce ici du résultat des autres partis de gauche, de droite ou des verts qui ne pourraient devenir signifiants que s’ils servaient à renverser la majorité.

 

Pour conclure ce bref tour d’horizon des arcanes de la politique italienne, je désire vous faire part de mon choix personnel au sujet de ces élections. Je ne suis pas allé voter, la mort dans l’âme, préférant m’associer à la majorité silencieuse des exclus et des laissés pour compte de la population italienne. De ceux qui s’inquiètent de manquer de chauffage cet hiver, qui se demandent comment payer leurs factures d’énergie, nourrir leurs enfants, qui ont été virés de leur emploi et privés de revenus pour avoir refusé la piquouze obligatoire. De ceux qui font la file à Milan et dans d’autres grandes villes pour recevoir un pain et du lait de l’assistance publique. De ceux enfin qui ont fait faillite et sont absents car ils se sont suicidés de désespoir… Les rescapés de cette situation dramatique représentent 36% des électeurs silencieux, le premier parti d’Italie, loin devant Fratelli d’Italia…

La réalité italienne est très différente de la perception que vous pourriez en avoir. En fait, c’est notre parti, celui des abstentionnistes de la majorité silencieuse qui a « gagné » puisque 36% de l’électorat italien n’a pas été aux urnes (sans joie …). C’est la première fois depuis la création de la République italienne en 1946 que l’abstention « remporte » les élections à une majorité écrasante … Giorgia Meloni a donc obtenu les suffrages de 25% des 64% qui ont voté pour un parti du système. Son parti a donc remporté virtuellement moins de la moitié des suffrages « engrangés » par les abstentionnistes. Ces 36% d’abstentionnistes sont une véritable bombe à retardement social du mécontentement de la majorité du peuple. Il se compose des exclus, laissés pour compte, victimes des « vaccins » de la dictature sanitaire et de tous ceux qui ont été virés de leur emploi et appauvris suite à celle-ci. On y trouve également une large tranche de gens (dont des intellectuels de premier plan) qui s’opposent aux sanctions infligées à la Russie et qui veulent sortir de l’OTAN, de l’UE, de l’euro, de l’hégémonie US et de la dictature mondialiste. Je souhaite bien du courage aux Fratelli d’Italia pour réussir le changement car ils héritent de la pire situation économique et sociale vécue par l’Italie depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Giorgia Meloni remporte « à tout casser » 17%  de l’ensemble des suffrages de la totalité de l’électorat italien. Et ce ne sera pas une politique « à la Thatcher » à laquelle elle sera contrainte par la situation catastrophique dont elle hérite qui risque de lui réconcilier les 36% exclus d’une vraie démocratie. Dans une véritable démocratie il faudrait impérativement retourner au vote mais je vois mal comment cela pourrait se faire sauf si la majorité du peuple se soulève pour renverser le système par la révolte.

 

gigobleu

 

 1,066 total views,  1 views today

image_pdf

35 Commentaires

  1. Et nous, en France, nous avons le meilleur parti et le plus grand, le plus efficace et le plus renversant , notre ami Gigobleu nous l’a fait remarquer, c’est le fantastique parti des abstentionnistes.
    Macron peut remercier ce parti, car sans aucun effort, et en restant bien au chaud chez soi dans ses pantoufles, il a réussi à faire réélire macron.
    Nous serons éternellement reconnaissants à ce merveilleux parti.

    • Votre raisonnement a l’apparence de la sagesse. En attendant, les faits sont têtus, Macron est réélu … par ceux qui ont voté pour lui, pas par ceux qui se sont abstenus! Et vous continuez à voter encore et encore … pour rien … Votre stratégie est inefficace. Il y a autre chose à faire en ce moment que d’aller voter. La Révolution par exemple. C’est ce que je dis depuis deux ans. Il faut impérativement renverser violemment le système dictatorial actuel avant de retourner au vote. C’est vous qui devez sortir de vos pantoufles.

  2. Forza Italia et Forza Giorgia Meloni pour sa victoire aux élections législatives en Italie ! Maintenant elle va être présidente du conseil Italien.

  3. En Italie ; en fait; c’est les abstentionnistes qui ont remporté les élections : Bon courage GIORGIA !…d’ici à ce que ce soit les italiens qui fassent la révolution avant les français qui continuent à roupiller y’a pas loin !

  4. L’histoire de la page blanche et du culot, j’ai déjà entendu ça au lycée, c’est une vieille histoire.
    Ou alors, c’est mon oncle qui me l’avait racontée.

  5. @ Cachou. Concernant le culot, tu as raison, j’en suis bien pourvu. Un jour en classe, un prof de français m’a collé une punition pour indiscipline. Je devais lui fournir pour le lendemain une rédaction de 10 pages sur le sujet de mon choix. J’ai donc choisi le culot. Sur la première page j’ai écris consciencieusement mes nom, prénom, classe et date. Ensuite le titre « Le culot ». J’ai commencé ma rédaction par « le culot c’est ça: » … et j’ai rajouté 10 pages blanches. Il m’a noté 10/10 pour la forme, 10/10 pour le fond et 10/10 pour l’orthographe.

    • Quand j’avais 15 ans (j’en ai actuellement 69) on me racontait déjà l’histoire de la rédaction sur le sujet « Qu’est-ce que le culot » et de répondre par des pages blanches précédées de « Le culot, c’est ça ».
      Moi-même je l’ai racontée à pas mal de personnes en précisant que c’est une histoire qui m’avait été racontée.
      Pour élargir cette idée, pour moi le culot peut faire l’objet d’admiration s’il est employé pour faire progresser des choses ou des propositions intéressantes. Il n’a aucun intérêt s’il est utilisé pour une réaction épidermique sans lendemain. Le coût de la page blanche, fait partie de cette dernière catégorie.
      Un exemple de culot que tout le monde connaît bien, celui du professeur Raoult. Pour soigner ses patients, il s’est opposé frontalement au chef de l’État et toute sa clique de centaines de pit-bulls qui l’ont agressé en permanence. Pareil pour le professeur Peronne et tant d’autres.
      Voilà le vrai culot…

  6. Sacré culot, mon ami gigobleu ! Nous raconter que le parti des abstentionnistes est le parti vainqueur des élections, et que c’est le meilleur des partis, il faut vraiment le faire !
    C’est grâce à ce merveilleux « parti » que l’on a toutes les saloperies depuis 50 ans à la tête de nos pays, et qui plongent quasiment tous les pays de l’Europe dans l’océan islamique et économique.
    À mon humble avis, tu as fait une erreur en ne votant pas, mais il est toujours très difficile de reconnaître ses erreurs c’est dans la nature humaine.
    Mais je crois que tu sous-estimes la capacité des lecteurs de RR à bien analyser les choses.
    Tu as fait ce que tu as pu pour justifier ce que j’estime être une erreur, mais je ne pense pas que tu aies convaincu beaucoup de monde
    Tu as toute mon amitié 😀

    • Excuses moi mais je pourrais te retourner l’argument et te dire que se sont ceux qui ont veauté chez vous qui ont porté au pouvoir les dégénérés qui s’y sont succédés … Comme je l’explique plus bas, il arrive un temps ou s’abstenir et sortir d’un système qui a atteint ses limites est un premier pas vers un vrai changement. Il faut oser le changement et qui ne risque rien n’a rien. « La démocratie est le pire des régimes excepté tous les autres » W. Churchill. La démocratie chez nous a atteint les limites du pire et exige un changement radical. En toute amitié à toi.

      • Oui, c’est tout à fait vrai quand tu écris : « (…) te dire que se sont ceux qui ont veauté chez vous qui ont porté au pouvoir les dégénérés qui s’y sont succédés … ». Exact. On ne peut pas affirmer sérieusement que si il n’y avait pas eu un seul abstentionniste, pour la France, Macron n’aurait pas été élue. Il aurait peut-être été.
        À la nuance non négligeable que des abstentionnistes auraient pu faire changer le résultat final, ce qui est une probabilité, s’ils avaient voté. C’est une première chose.
        La deuxième est que les choses avancent par des initiatives et des actions. L’abstentionnisme n’est pas une force comme tu essaies de nous l’expliquer, c’est un abandon de l’intérêt pour son pays. Tu essaies de démontrer que les abstentionnistes sont la force qui grandit et qui feront changer tout cela, mais je crois que tu n’as convaincu que toi-même.
        Les abstentionnistes sont les plus paresseux et ceux qui se foutent complètement de ce qui peut se passer et qui ne sont que des passifs d’une façon générale.
        Toute mon amitié

        • Quand une démocratie a glissé dans la dictature il faut d’abord renverser la table avec la force de la violence avant de rétablir des élections. Or nos démocraties sont déjà en dictature, confirmée par la dictature sanitaire pilotée par la secte de Davos dont font partie la plupart des dirigeants européens qui usurpent le pouvoir depuis des années. En Italie, depuis Berlusconi, plus aucun Président du Conseil (premier Ministre) n’a été élu par le peuple mais placé par l’oligarchie. Il faut impérativement renverser la table comme indiqué ci-dessus avant de procéder à de nouvelles élections. Si Meloni accède au pouvoir cela fera l’affaire de cette oligarchie car elle sera incapable de redresser une situation catastrophique créée par ceux qui l’ont précédée. Et elle commence mal par son refus de négocier avec Poutine.

        • S’abstenir n’a jamais signifié ne rien faire mais faire autrement. C’est plus simple d’aller voter. Cela donne bonne conscience et l’agréable sentiment sécurisant de faire partie du troupeau. Si mes ennemis me disent que je dois m’empresser d’aller voter, j’ai toutes les raisons de faire l’exact contraire.

  7. Bravo les abstentionnistes, c’est grâce à eux que l’on s’est retrouvé avec Macron et que l’on s’est retrouvé avec des écolos et, très prochainement n’en doutez pas, des musulmans aux manettes.

    • L’abstentionnisme ne signifie pas se retirer de l’action mais sortir d’un système qui a largement démontré son inefficacité et maintenant nocivité. Avec 36% d’abstentionnistes en Italie vous disposez d’une force sociale qui gronde de plus en plus fort et qui veut renverser la table. Attendez-vous d’ici peut à une explosion sociale lorsqu’une majorité de gens auront faim et froid cet hiver. Ce n’est plus qu’une question de temps.

      • Un système inefficace et nocif, soit. Ce serait vous, de quel processus useriez-vous pour mettre un homme à la tête de ce pays ?

        • La Révolution, le coup d’Etat, au pire la guerre. Lorsque Chamberlain est revenu de Munich avec « la paix pour mille ans » en 1938, Churchill lui a dit: « vous aviez à choisir entre le déshonneur et la guerre. Vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre ». Nous connaissons la suite … Et votre Macron, que la majorité de vos bobos ont élu, vous prépare la guerre. Et qui nous prouve que si vos abstentionnistes avaient voté, Macron n’aurait pas été réélu? Une majorité de gens en ont assez de votre système pourri! C’est curieux que ce soit si difficile à comprendre? Pour ma part, je ne veux plus m’associer à ce système. Est-ce clair? J’en suis sorti. Basta!

          • La révolution, le coup d’Etat, soit. Ensuite, de quelle manière choisiriez-vous l’homme que vous mettriez à la tête de ce pays ?

        • Voir ma réponse à Cachou. Votre obstination à persévérer dans le même système nous a conduit dans une situation catastrophique et n’a absolument rien changé. Au contraire, la situation s’aggrave de jour en jour mais nous approchons, je crois, du point de rupture. S’abstenir d’alimenter un système décadent ne signifie pas ne rien faire. Pour soigner correctement une blessure, il faut d’abord la désinfecter et cela fait mal. Votre vote en l’état actuel consiste à mettre un pansement sur une infection.

          • « Pour soigner correctement une blessure, il faut d’abord la désinfecter et cela fait mal »
            Par « desinfection », vous voulez dire supprimer physiquement les individus pour éviter qu’ils ne se représentent aux élections que vous organiserez après le coup d’Etat que vous appelez de vos voeux ? Pouvez-vous préciser cette « desinfection ?

    • Tout à fait. S’abstenir c’est voter pour celui qui sera élu. Merci aux abstentionnistes (déserteurs?) d’avoir fait réélire Macron.

      • J’ai longtemps cru ce faux raisonnement. Une abstention écrasante se transforme en Révolte capable de renverser la table. Il faut laisser du temps au temps. Si votre gouvernement brûle, laissez-le brûler … Ensuite, quand tout a cramé, on peut retourner voter pour reconstruire. Je ne dis pas qu’il ne faut jamais aller voter. Je dis simplement que dans le contexte actuel c’est vain.

  8. Bonjour , pour ma part quelle cruelle déception ,implacable voire désespérante, en écoutant les propos d’après victoire de Giorgia Méloni, déroulant ses promesses de fidélité à l’UE alors que la UVDL l’avait proprement menacée la veille, son soutient larmoyant à Zenlensky ,sans compter sa position pro vaccin durant la crise covid que nous aurions été prêts à éluder, si par ailleurs les espoirs d’une indépendance souveraine et nationaliste pour l’Italie, pouvaient être nourris et par le fait contaminer la France !…Mais rien de tout cela !, « l’Italie est un pays chrétien » clame-t-elle !.. sans blague ? et pour le reste vous n’avez plus qu’à prier !
    Cruelle déception disais-je et même pis que cela , une désillusion si pénétrante, qu’on est en droit de se demander si ce scénario n’a pas été écrit par la pieuvre Mondo elle même !

  9. Je fais le pari que l’Italie retournera aux urnes dans quelques temps. La seule politique qui vaille la peine d’être mise en œuvre, c’est celle qui concerne les migrants. Sans un arrêt drastique de l’immigration, une remigration énergique, l’Italie ne sortira pas du marasme. Mais dame Europe veille, avec la gauleiter von der Leyen. À suivre…

    • Exact, mille fois exact. C’est pourquoi l’arrêt de l’immigration de remplacement (et la remigration) sont les priorités des priorités des priorités.
      Mais les français ne demandent qu’à être envahis et être remplacés par l’islam puisqu’il ont remis en place le plus grand des immigrationistes qu’ait connu la France, notamment grâce au « parti » des abstentionnistes.

  10. Et comme largement anticipé, après sa victoire, la femme blanche Giorgia Meloni a eu pour premier réflexe de prêter allégeance aux US dans leur guerre contre l’Europe.
    Cher @ZelenskyyUa, vous savez que vous pouvez compter sur notre soutien fidèle à la cause de la liberté du peuple ukrainien. Restez fort et gardez votre foi inébranlable !
    Dear @ZelenskyyUa, you know that you can count on our loyal support for the cause of freedom of Ukrainian people. Stay strong and keep your faith steadfast! 🇮🇹🇺🇦
    — Giorgia Meloni 🇮🇹 ن (@GiorgiaMeloni) September 27, 2022

  11. Merci ,Gigobleu ,pour cet eclairage essentiel. Les abstentionistes italiens que vous decrivez, laisses sans voix sont,il me semble,la majorite Dan’s toutes Les ex-democraties occidentales! Moi-meme ,je refuse de voter pour Les prochaines elections en Israel,en vogue de devenir une republique bananiere sous l’egide de l’U.E,porte-parole des Etats-Unis de Biden a et des GAFAM…
    Viva Italia, et le peuple italien!

    • Merci d’avoir compris le sens de mon intervention et aussi vive Israël! Comprenne qui pourra …

  12. C’est bien de relativiser le score de Giorgia mais il faudrait alors le faire pour les autres parties et le résultat ne changera pas, sinon pour dire que la politique a un souci.
    Bravo Giorgia, et du poil à grater pour ton président du conseil européen.

  13. Situation presque identique à celle de la France, où l’abstention a battu tous les records. Le micron n’a pas 30% des suffrages. J’espère néanmoins que Meloni pourra faire quelque chose pour sortir l’Italie du marasme où elle se trouve.

  14. Bonjour et merci pur ce compte rendu.

    – » Je ne serais pas surpris que son parti (classé à gauche)puisse jouer les trouble fête en s’alliant avec, par exemple, le Parti Démocrate pour tenter de reprendre le pouvoir même si les deux jurent se détester cordialement.’-

    C’est tout de suite ce que j’ai pensé et c’est valable pour tous les pays occidentaux, notamment ceux de Cayenne €uropéen, plus américain USA que européen. C’est ce que je pense depuis l’élection de Sarkhözy ; mandat présidentiel pendant lequel l’évidence est apparue de la mort de la démocratie et que dès lors PLUS AUCUN PRÉSIDENT NE SERAIT LÉGITIME PARCE QUE NON ÉLU PAR LE PEUPLE MAIS CHOISI par l’oligarchie mondaliste mondiale.

    Parce que nous sommes prisonniers d’un plan machiavélique qui a de l’âge, a été bien pensé et bien rôdé. Nos ennemis ne vont pas se rendre comme çà. D’ailleurs, Sarkhö, l’orgueilleux et vantard n’vit pas pu garder sa langue dans sa poche, tout fier de croire faire partie de cette oligarchie ploutocrate avait lâché : « nous irons ensemble vers ce nouvel ordre mondial ET PERSONNE NE POURRA L’ARRêTER ! »

    • -« …nous irons ensemble vers ce nouvel ordre mondial ET PERSONNE NE POURRA L’ARRÊTER! »-

      En fait, c’était :

      -« …nous irons ensemble vers ce nouvel ordre mondial ET PLUS RIEN NI PERSONNE ne pourra l’arrêter ! »-

  15. « Le quatrième résultat de ces élections et la véritable surprise non prévue par les sondages est l’effondrement de la Lega de Matteo Salvini à 8,8%  »
    Une surprise, pas tellement, mais une déception dans le comportement de Salvini…

    • Bonjour @Jean-Paul Saint-Marc ;

      Tout à fait d’accord avec vous et ça fait vraiment peine. Cependant heureusement c’est Georgia Meloni qui l’a emporté haut la main et elle est plus fiable.

      Quel sera le comportement de Salvini ? Est-il pris définitivement à la gorge, aux mains et aux pieds… à l’esprit ; ou l’Italie; les Italiens pourront-il voir son retour nationaliste engagé réel ? Espérons-le. Quelle puissance retourne les acteurs nationalistes prometteurs ?

Les commentaires sont fermés.