Les pompiers de France – des punching-balls pour la racaille autochtone et les réfugiés

Pompiers francais face aux agressions

Il y a les réfugiés politiques, économiques, climatiques, narcotiques, pickpocketiques…

Mais comment pourrait-on appeler ces réfugiés qui s’attaquent aux policiers, aux gendarmes, aux pompiers et aux ambulanciers du pays d’accueil, la France, en l’occurrence ?

Les pompiers et les ambulanciers surtout. Parce que, eux, ils ne portent pas d’armes.

Samedi dernier,13 août, trois pompiers ont été pris à partie dans le 12e arrondissement de Paris par des résidents d’un foyer de réfugiés qui ont utilisé des armes conventionnelles et non conventionnelles : extincteurs, paires de ciseaux et fourchettes…

Les trois pompiers ont été « légèrement blessés », nous rassure la presse officielle.

Leur véhicule a également été dégradé. Mais c’est une babiole…

Cet évènement n’est pas un cas isolé. Les pompiers français subissent plus de 3 agressions par jour.

Il y a eu 302 agressions au premier trimestre 2022, selon les statistiques du ministère de Darmanin qui se félicite que ce soit 11 % de moins qu’en 2021.

Mais, Monsieur Darmanin, une seule agression est déjà de trop.

Pauvres pompiers. Déjà tourmentés par la racaille autochtone, il leur faut aussi subir les affres des réfugiés.

La France est peut-être le seul pays au monde où des services, qui vont au secours de la population, sont agressés.

C’est inimaginable. A-t-on jamais entendu parler d’agressions de pompiers en Algérie, au Burkina-Faso, au Qatar, en Thaïlande, au Pérou, en Russie… ?

Depuis la préhistoire jusqu’à l’avènement des socialistes en France, les pompiers ont toujours été tenus en estime. Et le sont toujours. À part en France

Des gens sont venus de plusieurs pays européens pour prêter main forte aux pompiers français en lutte contre les incendies. En même temps, des réfugiés, venus de plusieurs pays d’Afrique et d’ailleurs, agressent les pompiers de France qui allaient à leur secours.

Hallucinant.

Les pompiers agressés samedi avaient été appelés au secours d’un résident du foyer des réfugiés qui les ont attaqués.

Gageons que ces réfugiés ne se sont jamais attaqués aux pompiers de leurs pays et n’y ont jamais pensé.

Alors pourquoi en France ? Qu’est-ce qui les pousse à s’attaquer aux pompiers français ?

La réponse n’est ni politique, ni économique, ni psychologique, ni philosophique.

Elle tient en trois mots : Macron, Darmanin, Dupont-Moretti.

Ces agresseurs sont en France avec la bénédiction de Macron, sont logés par Darmanin et protégés par Dupont-Moretti.

Comme cela a toujours été le cas avec les mêmes troïkas présidentielles et ministérielles (président, Intérieur et Justice) dans les gouvernements précédents.

Alors pourquoi empêcher ces pauvres réfugiés de jouer à piquer des pompiers avec des fourchettes ?

Il faudrait, un jour, habiller Darmanin et Dupont-Moretti en pompiers et les envoyer pour une opération dans les territoires tenus par les « richesses pour la France ».

En reviendraient-ils jamais ?

Ces trois éléments néfastes pour la société française (Macron, Darmanin, Dupont-Moretti) se servent, bien sûr, des médias subventionnés, à leur botte.

Relatant cette attaque contre les pompiers français, les médias officiels soumis indiquent que « les agresseurs ont pu prendre la fuite avant l’arrivée des policiers ».

Mais où pouvaient-ils fuir puisqu’ils sont les résidents du foyer de réfugiés de l’arrondissement » ?

Un subterfuge de la part des médias officiels pour innocenter les réfugiés agresseurs. Ce n’est pas eux… Ce sont eux qui ont été agressés par les pompiers.

Les agresseurs ont pris la fuite.

C’est ridicule, lâche et mensonger, mais beaucoup pourraient le croire et même en témoigner.

Surtout côté Mélenchon.

Côté où les réfugiés sont déclarés intouchables et vénérés.

Alors, comment appeler ces réfugiés agresseurs, mais tant sollicités, protégés et vénérés ?

Les réfugiés macro-mélenchoniens ?

Nos pompiers, policiers, gendarmes et ambulanciers sont devenus des punching-balls sur lesquels des jeunes viennent s’entraîner.

Des jeunes autochtones et allochtones.

Nos pompiers, policiers, gendarmes et ambulanciers ne seront à l’abri que le jour où des patriotes seront aux leviers de l’État.

 

Messin’Issa

 

 

 

 1,004 total views,  1 views today

image_pdf

9 Commentaires

  1. Tous ces délires ne sont les fruits du vote IMBECILE des Français !

    Vous aviez Zemmour, mais vous avez préféré Ma-caca-cron, alors, ne vous plaignez pas, assumez !

  2. La proposition de les déguiser en pompiers envoyés dans les « quartiers sensibles », me semble raisonnable, mais il faut envoyer les trois, le Morpion également.
    Mélanchiotte mériterait le même traitement.
    Ah ! on pourrait rigoler un peu !!

  3. Si un foyer remplis de ces chers migrants-agresseurs cramait, je serais pompier, j’irais piano-piano éteindre le feu. Sans sirènes, et sans tuyaux.

  4. Article que l’on ne peut qu’approuver !

    Mais « Macron, Darmanin, Dupont-Moretti », certes mais pas que… Si il n’y avait qu’eux, ils ne pourraient pas faire grand-chose à eux seuls…

  5. Bonne nouvelle l’an dernier il y en a eu plus, peut être une habitude et plus de laxisme , ou alors interdiction de prendre les plaintes

  6. Plus des « jeunes » on ne peut plus dire cela, ce sont maintenant des « riverains »…

  7. sans dire « c’est bien fait », les pompiers au nom d’une éthique à la con , ont le choix :
    soit se défendre aussi violemment et ainsi sauver des « victimes »……
    soit faire vraiment la grève… et ne plus intervenir… faire comme les « urgences » des hôpitaux….
    il y en a un peu marre des problèmes des uns et des autres, il y a eu des élections , assumez ,merde…….ou faites tout sauter !!!!!!

    • Ne rêvez pas les Français ont été transformé en chiffe molle . Quand aux grèves qui en subira les conséquences sans obtenir de résultat ?

    • Les grèves sont inutiles, mais plutôt faire semblant d’intervenir dans les quartiers pourris et les laisser se démerder.
      Bien entendu, il ne faut pas le déclarer publiquement, sous peine d’être traité de vilain raciste et risquer d’avoir des ennuis.

      On arrive trop tard, ou on reste à l’extérieur en attendant que ça se passe, on tourne autour du quartier pour les faire marronner.

Les commentaires sont fermés.