Hommage à Sempé, papa du « Petit Nicolas » qui nous laisse le rire en testament

Je suis triste, ce matin.

« Il m’est arrivé de devenir, par moments, raisonnable mais jamais adulte. »

Jacques Sempé, illustrateur des aventures du Petit Nicolas dont l’auteur est René Goscinny.

 

 

Il nous a quittés, le poète. Il nous ont donc quittés, les 2 génies grâce à qui des millions de petits Français ont découvert le plaisir de la lecture et ne l’ont plus quitté. Ou plutôt que la passion de la lecture n’ont plus quitté. Hier Goscinny, l’écrivain, et aujourd’hui Sempé l’illustrateur.

Le Petit Nicolas est presque aussi vieux que moi, puisque ses aventures ont été écrites entre 1956 et 1965 mais il n’a pas pris une ride. Publiées sous forme de feuilleton, ses aventures ont fait fureur. La vision tellement juste de l’enfance – mais aussi, par ricochet, de celui des adultes- a forcément obligé certains à revoir leur regard sur l’enfance, sur la liberté, sur le bonheur, tout simplement. Au départ c’était une bande dessinée mais Sempé n’aimait pas trop le genre, il ne s’y sentait pas à l’aise, alors ils sont partis sur le format qui a fait le succès du « Petit Nicolas », texte et dessins.

Je l’ai découvert, adulte, et déjà prof. Je me souviens des fous rires pris en le lisant, du bonheur de ces lectures, de ma quête de tous les « épisodes » parus… j’avais retrouvé mon âme d’enfant. Je crois que le Petit Nicolas m’a appris plein de choses sur la liberté, sur le respect dû aux enfants, sur la vraie vie… Il a fait partie, à son petit niveau, des livres qui m’ont faite.

Alors vous pensez bien que, depuis, j’ai toujours proposé Le Petit Nicolas à tous les enfants croisés, et notamment à mes élèves. Forcément. Ça ne marchait pas avec tous, mais j’ai donné l’envie de lire à des gosses qui refusaient par principe tout bouquin grâce au « Petit Nicolas ».

Le petit Nicolas, c’est, bien sûr, pour moi l’amoureuse des mots peu attirée par les images, la langue et la verve de Goscinny, forcément. Mais les fabuleuses illustrations de Sempé réussissaient à capter mon regard, tant elles correspondaient à l’esprit et à la lettre du texte.

Merci à ces 2 enchanteurs, à ces 2 passeurs du beau, du bon, mais, surtout, de l’humour.

Le RIRE !  Un des éléments qui distinguent l’homme de l’animal. Un des éléments qui distinguent les  bons des salauds. Comparez les rictus d’un Macron essayant de rire vraiment, ce dont il est incapable et le rire franc d’un amoureux de la vie comme un Jacques Brel. Par exemple.

Ecoutez Rabelais : « rire est le propre de l’homme »

Ecoutez Hugo :

« Rabelais, que nul ne comprit ;
Il berce Adam pour qu’il s’endorme,
Et son éclat de rire énorme
Est un des gouffres de l’esprit ! »

Oui, un Petit Nicolas arrive et tout est changé. L’homme est changé. La vie est changée.

Lisez le Petit Nicolas, faites-le lire, allez voir et revoir tous les dessins de Sempé, parce qu’il cultivait l’essentiel : le beau en sus du rire.

Et n’oubliez pas, jamais, d’être, pour toujours, un petit Nicolas plein de bon sens, d’irrévérence, et d’amour de la vie.

 

 553 total views,  2 views today

image_pdf

10 Commentaires

  1. et quel dessinateur!… un papier et un crayon… et c’est tout un monde! et il a dessiné jusqu’au dernier jour … extraordinaire!

  2. Lecture de ma sixième. Je les ai tous achetés, regrettant qu’il n’y ait pas eu d’autres volumes. RIP et merci pour ces aventures amusantes pleines de tendresse.

  3. Merci Christine pour cet hommage. J’aimais bien le Petit Nicolas. Je l’avais lu dans mon enfance. Le format était intéressant. Les personnages étaient assez justes. Oui, c’était savoureux.

  4. La photo en tête de cet article éclate du bonheur de la vie. Nous possédons un petit livre du Petit Nicolas, et je le relis toujours avec des éclats de rire, tellement indispensables en ces jours que nous vivons.

  5. Merci Christine pour cet hommage , le problème c’est qu’il n’y a pas trop de « relève  » .
    La relève aujourd’hui c’est la chienlit

  6. Ma mère lisait Paris Match et il y avait toujours un dessin de Sempé inclus dedans. Je regardais ces dessins, toujours des mamies sur des bancs, à l’église, chez le psychiatre, et des phrases très fines et amusantes, même philosophiques. Je voulais même les garder et les compiler. Toujours des feuillages bucoliques. Sempé avait un don, une fraîcheur d’âme. Bon voyage monsieur Sempé.
    Pour moi, c’est une nouvelle très triste.

  7. Bonjour,

    Merci pour cette évocation.

    C’est ma tante, qui était une artiste, qui me l’a fait découvrir dans les années 60, en Corrèze.

    « Le petit Nicolas », c’est synonyme de vacances pour moi .

    • Je me souviens d’un couple d’illustrateurs dans le milieu de l’édition, qui prenait ses vacances en Corrèze tous les ans, au même endroit. Des gens charmants, qui m’ont fait aussi découvrir ce merveilleux dessinateur et auteur. Eux-mêmes avait un talent exceptionnel. L’été, ils se promenaient avec un carnet pour croquis et des crayons. Des gens paisibles, intéressants, la belle époque !

2 Rétroliens / Pings

  1. Hommage à Sempé, papa du « Petit Nicolas » qui nous laisse le rire en testament – Riposte Laique
  2. Hommage à Sempé, papa du « Petit Nicolas » qui nous laisse le rire en testament | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.