Georgia Meloni, un faux espoir pour l’Italie ?

A propos de Giorgia Meloni…

J’aimerais dire ceci car sa candidature à la fonction suprême en Italie semble soulever chez vous de faux espoirs.

J’ai moi-même soutenu un moment cette dame mais, force est de constater qu’hélas sur les deux points les plus urgents du moment à savoir la guerre en Ukraine et la farce du covid, elle s’est franchement alignée sur les positions de l’ennemi. Elle soutient clairement l’UE et l’OTAN contre Poutine et elle s’est complètement couchée devant la politique répressive de Draghi sur le covid. Malheureusement, c’est la même chose chez Salvini et Berlusconi :

 

Giorgia Meloni rassure sur la fiabilité de Fratelli d’italia

La politique étrangère fait irruption dans la campagne électorale. Le jour du nouveau russiagate, Giorgi Meloni rassure les alliés de l’Italie sur le fait que son éventuel gouvernement sera atlantiste et soutiendra les arguments de l’Ukraine contre la Russie.

Le jour où la Ligue se réveille avec un nouveau « Russiagate » dénoncé par la presse sur de prétendus contacts entre la Ligue du Nord et des Russes intéressés par la chute du gouvernement Draghi, que Salvini a qualifié de fake news, le président politique du président de Fratelli d’Italie, et candidat probable du centre-droit au Palazzo Chigi, sur la fiabilité de l’allié-rival.

À la direction du parti, Giorgia Meloni a réitéré quelle serait la position du pays s’il devait aller au gouvernement, fidélité à, notamment : « Nous serons garantis, sans ambiguïté, de la position italienne, du soutien à la bataille héroïque du Ukrainien. Je peux absolument soutenir l’Ukraine. Bataille héroïque des Ukrainiens. dire qu’une Italie dirigée par les FDI et le centre-droit sera une Italie fiable sur les tables internationales ».

Meloni, sur la ligne à suivre à l’égard de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, a toujours revendiqué un rôle pour l’Italie qui ne doit pas être « le maillon faible de l’Occident » mais doit se montrer « juste et loyal, enlevant le stéréotype de la nation spaghetti et mandoline si chère aux détracteurs ». L’éventuel gouvernement de centre-droit, avec la première femme présidente du Conseil (si jamais elle le fera), ne peut être qu’atlantiste et respectueux des souverainetés des nations qui ne peuvent se rendre, mais qu’il faut aider à se défendre. Les dirigeants de la coalition qui « doutent » de leur position sont avertis.

Giorgia Meloni semble donc avoir bien compris que les élections se gagnent précisément en remportant le suffrage des citoyens italiens, mais que cela nécessite une place précise sur la scène internationale, conformément au principe selon lequel la politique étrangère, et avec elle la défense des intérêts nationaux , cela ne peut-il pas changer à mesure que les gouvernements changent.

Le but est de faire ressortir de plus en plus le visage responsable du parti. Outre le message « envoyé » à Letta (« Il a dit que l’Italie devra choisir entre lui et nous. C’est vrai. Quand l’histoire appelle, il faut répondre présent et nous n’avons jamais reculé »), la société de Fdi a voulu contact aussi avec le sien : « Si quelqu’un qui peut, sous notre bannière, avoir des comportements qui permettent à la gauche de nous peindre comme des nostalgiques de l’opérette alors que nous construisons un grand parti conservateur, il sait – a-t-il observé – qu’il a la mauvaise maison et que nous le traiterons comme il le mérite : un traître à notre cause ».

La thèse est qu’aucun faux pas ne sera permis. Pas au sein de la FdI et pas même aux alliés : « Dans cette campagne électorale il ne faut pas qu’il y ait de polémique. Les polémiques aident les opposants et nous ne voulons pas permettre ne serait-ce qu’un millimètre ». Deux mois après les élections, et avec des sondages favorables lui permettant de négocier en position de force sur les postes de Premier ministre et les collèges concernés, Giorgia Meloni a plus que jamais besoin de moins qu’elle dispose aussi d’une classe directe capable de gouverner.

Traduction google

https://www.rainews.it/articoli/2022/07/giorgia-meloni-rassicura-sullaffidabilit-di-fratelli-ditalia-322f0d47-8bb5-48fa-be10-b85fdb58b9b2.html

Conclusion : il est probable que la droite italienne remporte les élections mais elle s’inscrira dans la continuité de la trahison du peuple italien.

Et je ne vois aucun petit parti capable d’inverser le mouvement ? A mes yeux, seul un improbable soulèvement des peuples serait susceptible de changer les choses. Dans le contexte actuel, aucun vote ne pourra changer quoi que ce soit à la situation tragique que nous traversons tous en Occident. Nous ne vivons plus en démocratie mais sommes clairement tributaires de la dictature de la bureaucratie technocratique mondialiste et transhumaniste. L’hiver s’annonce frisquet car ils ont coupé le gaz en enfer …

 873 total views,  1 views today

image_pdf

24 Commentaires

  1. Avis personnel
    Covid vaccins etc chacun fait ce qui lui convient… Liberté si possible
    Ukraine etc elle fait ce qu’elle veut
    Poutine ou Zelinsky.. Bonnet blanc etc
    Point fort point primordial
    DEFENSE DE L ITALIE DU PEUPLE ITALIEN
    STOP IMMIGRATION STOP INVASION STOP ISLAMISATION
    tout est dit cest l’essentiel civilisationnel
    … Ou chute de  » Rome  »

    • Défendre l’Italie et les italiens c’est: 1) Dénoncer et arrêter immédiatement la sinistre farce létale du covid. 2) Négocier immédiatement avec Poutine.3) Arrêter l’immigration sauvage et ses commanditaires. Les deux premiers points sont une question de vie ou de mort à court terme, ce qui n’enlève rien à l’importance du point trois bien sûr. Tous les chemins mènent à Rome, y compris pour les missiles éventuels de Vladimir. Et ne croyez pas qu’à Paris vous êtes en sécurité. Rien n’est moins sûr … Chamberlain et Daladier croyaient avoir signé la paix pour mille ans en 1938 à Munich. Nous connaissons la suite …

  2. Il n’y aura pas beaucoup de polichinelles qui auront le courage de s’afficher pro-Poutine.
    Ils courbent tous la tête pour ne pas être exclus du JEU.

  3. C’est partout pareil, on change le pot mais les cornichons restent les mêmes.

  4. Toutes les élites sont des pourritures, il faut changer tout le processus démocratique et tirer au hasard dans le peuple ceux qui gouvernerons.

  5. Quand vous postulez pour diriger un pays, vous ne pouvez pas effrayer vos concitoyens par des propos à l’emporte pièce et totalement opposés à tout ce qu’ils ont entendus jusque là ! Il faut présenter vos convictions sur l’essentiel (l’immigration), rester ferme là-dessus et laisser penser que l’on est prêt à discuter et faire des concessions sur le reste !
    Mme Meloni reste un espoir pour l’Italie dans le contexte désertique actuel !

    En France, nous n’avons personne de compétent et aux convictions assumées si près du pouvoir.

    • Filouthai de 13h41,

      votre commentaire est pertinent.
      Tristement pertinent mais pertinent, RÉALISTE.

    • Parfaitement raison, il faut gouverner mais dès qu’on se présente on froisse des gens et c’est toute l’habileté de cette femme qui semble décidée, mais habilement.

    • L’immigration est un point essentiel, c’est vrai. Mais la guerre en Ukraine et la farce du covid sont tout aussi essentiels et d’une urgence brûlante. Les prises de position de Meloni sur ces deux points sont une trahison des attentes et espoirs de nombre de ses électeurs potentiels. Ceci dit, l’Italie n’a jamais vécu une vraie démocratie et n’a jamais bénéficié d’un véritable homme fort depuis la fin de la seconde guerre mondiale. De plus elle vit sous la tutelle du catholicisme et l’influence des ONG que l’on appelle mafia. Seul le régime fasciste était parvenu un temps à les juguler. Etais-ce mieux? Aujourd’hui, l’Eglise et son parti démocrate (PD) ainsi que ses ONG mafieuses immigrationnistes ont effectué un virage mondialiste à gauche toute. Ces derniers restent toujours très influents car on les retrouve dans tous les rouages des institutions italiennes. Ils ont toujours confisqué le pouvoir et possédé l’argent.

    • Bien pensé ,il en est de même pour la droite Française il ne faut pas tous vouloir immédiatement, tout doucement l’oiseau fait son nid .

    • Eric Zemmour
      Faut il vous le presenter ?

      Ces idées, partagées par la majorité des francais
      Alors pourquoi n’est il pas élu ?
      … Réponse : la caste merdiacratique a sali ses propos, épargné les coneries de Macron, joué subtil avec ses.. silences…
      Encensé le  » timonier fou » le sieur Melenchon dit méchant Kon

      • @Raoul ! Zemmour a été diabolisé comme l’avait été JMLP en 2002. Les médias et les socialo-gauchos n’en on fait qu’une bouchée, et pourtant ses meetings avec en point d’orgue le Trocadéro le plaçaient en tête pour être élu! Les querelles avec MLP n’ont pas arrangé les choses. Tout a été fait pour le discréditer: doigt d’honneur, la provocation de cette femme était savamment préparée, Z est tombé dans le panneau ! Une réponse à la Chirac eut été plus efficace; du style: « vous en avez de la chance! » Les prénoms idem! Les élections à l’américaine, pour une fois qu’il y avait quelqu’un qui voulait changer le cours de l’histoire!
        Au lieu de ça, l’immigration et l’islamisation effrénée bat son plein, augmentation de toutes les énergies, pénuries de denrées alimentaires, inflation…. et peut-être quelques missiles russes en réponse au soutien du pianiste à queue! La soumission aveugle aux USA qui posséderaient 25% des terres arables!!!

        • Diaboliser, ils savent très bien le faire.
          Les nigauds tombent à pieds joints dans le panneau.
          J’en connais de ces nigauds, outrés, bardés des certitudes de la messe télévisuelle.
          Les mettre au parfum s’avère ardu et quasiment impossible, car il faudrait tout reprendre depuis le début, et détricoter un conditionnement qui remonte à l’enfance.

  6. Je partage sur tous les points cette analyse. La trahison est inscrite dans le programme.

  7. J’ai entendu parler de 2 petits partis en Italie: Forza Nuova et Casa Pound (j’ai toutefois un doute sur le dernier nommé car Alain Soral en avait dit le plus grand bien en 2013 ou 2014 et jeme méfie comme de la peste de Soral). Qu’en est-il de leurs situations actuelles ? Jusqu’où pourraient-ils monter ? A quel point la crise peut leur être profitable ?

  8. On est loin du MSI de Giorgio Almirante, comme le RN est loin du FN canal historique. Meloni a choppé le melon! Avec une droite comme ça, pas besoin d’une gauche! comme un parfum de France.

  9. Bonjour ami patriote.
    Je demandais à Colantonio, suite à son commentaire sur le sujet que j’avais développé, à ma manière, d’expliquer, d’expliciter, d’en dire plus long sur la face même pas cachée de cette femme, Giorgia Meloni, que je ne connaissais pas avant d’être tombé par hasard sur une publication la montrant dans une posture très identitaire qui m’avait soufflé, je dois le dire. Hors, c’est toi qui réponds et j’en suis très satisfait. Il est vital de chercher à être au plus près de la vérité, qu’elle nous plaise ou non. N’empêche, sa position identitaire ne me semble pas une simple posture, aussi continuai je de penser qu’elle demeure très positive dans le combat très complexe qui continue de se livrer à l’heure actuelle, sur de nombreux fronts. Je ne la considère donc pas comme une « ennemie » à proprement parler. Merci pour ton travail dans ce sujet. L’Italie, ce n’est pas rien, c’est une des clés du problème global et pour moi, c’est un pays frère !

    • Merci Paco. La politique est quelque chose de profondément dégueulasse. Il y a en Italie plus de cent bases militaires US dont la deuxième plus grande de l’OTAN en Europe (qui fournissent du travail à beaucoup d’italiens). Il est donc difficile pour un politique de prendre position clairement sur des sujets brûlants. Malheureusement, ce n’est pas tous les jours que l’on voit poindre une grosse pointure du genre Churchill ou De Gaulle. Il faut peut-être que la situation s’aggrave encore pour en voir émerger un? Pour le moment je vois deux grands proches de nous et de nos idées: Poutine et Orban. Tous les autres sont des « sans couilles ».

      • Oui, certains n’arrêteront de fumer, qu’une fois bien installé le cancer du poumon…C’est ce type de réflexion et quelque chose d’autre de plus subtil, très immatériel qui m’a fait laisser le paquet de clopes sur la table, la café bu, il y a de cela de nombreuses décennies. Bien m’en a pris !
        L’embrigadement actuel, la mise en fourrière de la liberté, c’est par l’émotionnel que l’affaire se trame. Mais, revers de la médaille, c’est aussi par l’émotionnel que les rues peuvent se remplir de monde. Énervé, dégouté, déterminé le peuple peut reprendre possession de sa puissance initiale. Attendons de voir !

      • Ami Gigobleu, je suis bien de votre avis. Je ne vois personne capable de renverser la table. Churchill et De Gaulle sont arrivés à un moment critique de l’Histoire et ont été les hommes de la situation. Les hommes politiques d’aujourd’hui, hormis Orban et Poutine, n’ont rien dans le ventre. Les Français, les Italiens, et autres membres de l’UE ne réagiront que s’ils se retrouvent le nez dans la m. Hélas!

    • Aujourd’hui une bataille est engagée entre les 2 tendances du NOM. Néoconservateurs et néoréalistes ( terme et analyse de l’économiste, très …voire trop bien renseigné, Francesco Amodeo) . Mais ne jamais perdre de vue que ce sont les deux faces de la même pièce. Ils sont d’accord sur les objectifs…mais pas sur les moyens . Les néoconservateurs veulent la destruction de la Russie et les néoréalistes ont l’espoir de composer avec la Russie …contre la Chine. Meloni finirà sans doute par composer avec la Russie… quant à la LEGA elle est scindée entre pro russes sans doute très majoritaires et pro atlantistes ( numéro 2 de la LEGA: Georgetti…le sous-marin des usa au sein de la LEGA) . La suite au prochain épisode.😉

Les commentaires sont fermés.