L’appel de Michel Onfray dans le JDD : « La synagogue brûle mais nous regardons ailleurs »

J’ai pu lire ce petit texte de Michel Onfray, publié sur le JDD.
Rien de transcendant mais un rappel tout de même nécessaire actuellement

 

L’appel de Michel Onfray dans le JDD : « La synagogue brûle mais nous regardons ailleurs »

Le philosophe et essayiste Michel Onfray dénonce « un troisième temps de l’antisémitisme », alimenté selon lui par certains membres de la gauche, du Parti Communiste et de la France Insoumise notamment. 

Voici la tribune de Michel Onfray :  « Le service communication du président de la République avait fait savoir qu’à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv, il prononcerait à Pithiviers « un discours offensif ». Comme on pouvait s’en douter, ce fut une bouillie pour les chats dont la trame fut que l’antisémitisme était bel et bien là, mais chez Éric Zemmour , juif au demeurant, ou du côté d’une « extrême droite » fantasmée, qu’on songe en effet à ce qu’elle est vraiment en lisant Brasillach ou Rebatet, Déat ou Doriot. Le mot d’ordre était : la synagogue brûle, mais regardons ailleurs.

Nous sommes pourtant entrés dans le troisième temps de l’antisémitisme : après sa formule anti-judaïque chrétienne qui invoque le peuple déicide​, puis sa formule anticapitaliste qui, sauf rares exceptions, rassemble les socialistes du XIXe siècle qui, Marx et Engels compris, assimilent les Juifs au Capital et à l’Argent dont il faudrait se défaire, voici venu le temps de sa formule antisioniste qui permet à la gauche des barbelés d’inviter à la haine du peuple d’Israël depuis 1948 en invoquant colonialisme, crimes contre l’humanité et régime d’apartheid. Cet antisionisme procède d’un islamo-gauchisme dont ses partisans nient qu’il existe, c’est d’ailleurs leur signature, car le négationnisme est la meilleure façon de refuser le débat : on ne discute pas de ce qui n’existe pas !

Une « proposition de résolution condamnant l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien » a été présentée par un certain nombre de « député-e-s », sic, dont Fabien Roussel, patron du PCF. Ce texte a été déposé par le député communiste Jean-Paul Lecoq, par ailleurs vice-président de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale ! Il est signé par 38 parlementaires issus des quatre groupes de gauche.

Des députés PCF, LFI, PS et EELV ont donc paraphé un texte qui invoque sans vergogne « la domination d’un groupe racial » sur « un autre groupe racial d’êtres humains ». Les fascistes des années 1930, la véritable extrême droite donc, eussent aimé qu’on oppose ainsi la race juive à la race palestinienne afin de fustiger la première pour mieux célébrer la seconde ! Le Drumont de La France juive eût applaudi des deux mains. Et je ne vais chercher ma référence que de ce côté-là du Rhin…

Pourquoi le PCF se trouve-t-il en pointe sur ce genre de combat antisémite ? Et LFI en compagnon de route ? À cause d’un mythe gaullo-communiste qui s’avère le non-dit de la politique française alors qu’il en constitue l’axe depuis l’après-guerre. Cette gauche, si prompte à en appeler à l’Histoire, oublie ce qu’elle a été véritablement au profit d’une légende savamment entretenue par ceux qui assurent la domination gramscienne depuis l’après-guerre gaulliste. Car dans les années noires, nombre de socialistes ou de communistes ayant connu la Première Guerre mondiale soutiennent Pétain, sinon la collaboration, par pacifisme.

Les premiers gaullistes qui partent à Londres après l’Appel du 18 juin 1940 ne sont pas communistes puisqu’à cette époque le PCF soutient le pacte germano-soviétique qui, jusqu’au 22 juin 1941, invite à collaborer avec l’occupant nazi sous prétexte que marxistes-léninistes et nationaux-socialistes ont les mêmes ennemis : la City, les gaullistes, la ploutocratie, les États-Unis, le capitalisme et… les Juifs. Le PCF collabore donc.

Nous sommes entrés dans le troisième temps de l’antisémitisme

Pour preuve, dans l’édition de L’Humanité datée du 4 juillet 1940, on peut lire ceci : « Travailleurs français et soldats allemands, il est particulièrement réconfortant, en ces temps de malheur, de voir de nombreux Parisiens s’entretenir amicalement avec des soldats allemands soit dans la rue, soit au bistrot du coin. Bravo camarades, continuez, même si cela ne plaît pas à certains bourgeois aussi stupides que malfaisants…  » Les bourgeois stupides et malfaisants, voilà un genre de petite musique très contemporaine.

C’est de Gaulle qui crée ce mythe d’une France gaullo-communiste résistante. Cette légende lui permet de rassembler les Français dans un temps où ils se trouvent plus divisés que jamais. S’il avait dû, lui qui disposait de la légitimité de la Résistance, demander des comptes après-guerre aux intellectuels, aux journalistes, aux écrivains, aux magistrats, à la police, à l’armée, aux universitaires, aux banquiers, aux apparatchiks du PCF donc, et à tant d’autres qui ont rendu l’Occupation possible, la France eût été proprement ingouvernable.​

Mais nous n’en sommes plus là.

À l’heure où tout le monde invoque l’Histoire, banco, allons-y : écartons les idéologues de cour et déconstruisons cette mythologie qui permet à « la gauche » de croire qu’elle incarne systématiquement le camp du bien, de la morale et de la vertu, y compris quand elle pare son antisémitisme d’un antisionisme que partageait déjà le Grand Mufti de Jérusalem qui souhaitait ardemment la victoire du IIIe Reich.

Il y aurait en effet beaucoup à dire sur la panoplie de l’homme de gauche : de « l’homme régénéré » à coups de tribunal révolutionnaire et de guillotine par Robespierre en 1793 à « l’homme déconstruit » de Sandrine Rousseau ; du colonialisme célébré par Jules Ferry qui, au nom des principes de 1789, envoie la soldatesque ​française en Algérie, à cette même idéologie soutenue par la guillotine activée pendant la guerre d’Algérie par un ministre de l’Intérieur SFIO qui avait pour nom François Mitterrand ; de la haine des homosexuels, de la contraception​, de l’avortement portée par le PCF dans les années 1950 à la marchandisation du corps humain soutenue aujourd’hui par une certaine gauche.

Un mot pour finir : à Tel-Aviv, où un ami m’avait hébergé dans le quartier de Jaffa, j’ai été réveillé le premier petit matin par l’appel du muezzin lancé du haut du minaret de l’une des quatre mosquées de la ville. Singulier régime d’apartheid celui dans lequel la « race palestinienne » peut prier son Dieu en toute sécurité ! »

https://www.lejdd.fr/Politique/lappel-de-michel-onfray-dans-le-jdd-la-synagogue-brule-mais-regardons-ailleurs-4125799

 

 703 total views,  3 views today

image_pdf

13 Commentaires

  1. m’enfin! l’appel à tuer des juifs (et des infidèles) est écrit noir sur blanc dans les Textes musulmans . ce n’est pas nouveau

  2. Est-ce que le philosophe ONFRAY se réveille ??
    Il sort du ronron des rabbins bien en cour ?
    Il ose avoir une opinion personnelle ???

  3. ce n’est pas nouveau, depuis le début c’est comme cela ; rappelons nous les malheureux enfants juifs tués dans leur cour d’école ou avant même de connaitre le nom du tueur les bienpensants accusaient illico l’extrême droite – imaginons l’inverse : des tués dans une école coranique, la guerre aurait été déclaré sur tout le territoire, les medias bien connus en deuil, on en parlerait encore, et tous les anathèmes le laîus habituel sur la droite y seraient passés – l’état et son gauchisme font le lit de ce qui c’est passé en allemagne dans les années 30 et qui a abouti à l’holocauste : c’est terrifiant

  4. Macron au lieu de faire le beau en Afrique, qui le méprisent aujourd’hui, il devrait commencer à réparer ce que je viens d’évoquer, l’allégeance de Mitterrand au nazisme par le serment formulé en 1943 et qu’il n’avait jamais renié, regretté, défait par la suite…. il l’avait même occulté, ne voulant pas perdre son temps avec ces histoires….croyez moi, pour connaitre ce sujet, le cataclysme de ma vie… Macron a du boulot de réparation à faire, car cela concerne beaucoup de monde qui en sont victimes…

  5. On s’aperçoit que la Gauche en France accuse tous ceux qui ne sont pas de gauche de WaffenSS. Je suis halluciné…. Ma famille qui a souffert des nazis et qui en souffre encore, voit en ces gens de gauche être des dissimulateurs de ce qu’ils sont en réalité. Mitterrand qui a un nom de rue dans toutes les villes en France était depuis 1943 lié au serment de la Francisque, il a fait cela en 1953, lisez en ce décret de loi de l’époque, il ne l’a jamais renier officiellement par la suite, il ne l’a jamais regretté, son allégeance à cela était scellée. Et cela fait des victimes encore aujourd’hui en Alsace, en Lorraine, et parmi les descendants des résistants partout en France, car il a dirigé la France pendant 14 ans avec ce serment, alors les gens de gauche doivent se taire, et arrêter de traité les RN de la sorte, car le jour viendra où ce sont eux seront vus de ce dont ils accusent les autres. Onfray commence à le faire…

  6. Bonjour,

    Merci de nous avoir donné à lire ce texte.

    Même la Droite a des illusions : ainsi, hier, de Vecchio se scandalisait qu’Onfray puisse parler d’une période antisémite du PC en 39-41, j’ai souvent parlé, sur RR, du livre « la négociation secrète » qui ne laisse aucun doute sur le sujet …

  7. Hé oui, pendant que vous lorgnez très à droite, vous ne voyez pas venir les lames dans votre dos.

  8. Il n’y a pas que la synagogue qui brûle, monsieur Onfray, mais aussi les églises, les cathédrales. Devant l’antisémitisme montant et les persécutions antichrétiennes, l’appel aux meurtres des Blancs en général, nous devrions être tous soudés. Je comprends la peur de mes amis juifs et leur désir de partir pour Israël et ça me fait mal de voir cela. Oui, la France est un coupe-gorge, au sens propre comme au sens figuré. Plus le temps va passer, plus il y aura de migrants islamisés, et de plus en plus plus d’insécurité. Nous ne sommes plus chez nous, nous pouvons même perdre la vie en nous rendant faire nos courses. La peur totale sera bientôt notre quotidien. Peut-être aurais-je dû dire la terreur.

    • @Argo
      Toutes ces églises, basiliques attaquées sont à mettre au même plan que les synagogues. Cependant, plus que de parler de synagogues qui brûlent, son propos – tel que je l’ai compris – consiste à mettre des mots sur une maladie occidentale que l’on retrouve partout dans les mouvements dits progressistes (wokisme, LFI, islamo-gauchisme, racisme anti-blanc, décolonialisme etc…)
      Aujourd’hui, la haine d’Israël ne traduit plus tant l’amour d’un Autre idéalisé (migrant, tranger) et qui n’était en fait que haine de soi, qu’une nouvelle pensée, qui a franchi une étape supplémentaire, à savoir une pensée de mort : la pensée suicidaire d’une civilisation au bout du rouleau. Cette pensée suicidaire veut voir la fin de la France, la fin d’Israël, la fin de notre mode de vie (au nom du pseudo « réchauffement climatique » par exemple).

      Ne vous-êtes vous jamais dit que peut-être, le végétarianisme si à la maode, ou bien le transpécisme ne disent qu’une seule et même chose, à savoir que la vie de l’autre – ici l’animal – vaut mieux que la nôtre ?

    • [@Argo suite]

      Le vrai visage du progressisme – et tout ce combat pour le transsexualisme et autres « identités de genre » l’illustre à merveille – c’est le suicide par fin de toute reproduction. En effet, les sexualités qu’elle met à l’honneur ont en commun de mettre fin à la reproduction (parfois activement avec l’ablation des organes de reproduction).
      Bref, c’est ma lecture de l’article d’Onfray : ce que j’y lis est un Israël qui y représente une survivance de notre civilisation et dont on veut accélérer la disparition. C’est, je crois, très exactement ce que pointe la référence d’Onfray à Sandrine Rousseau et son « homme déconstruit ».

      • Israël, survivance de notre civilisation ?
        J’y verrais plutôt le berceau de notre civilisation et les musulmans veulent le détruire pour attaquer notre civilisation à sa racine.
        Nous devrions les prendre de vitesse et pulvériser la Kaaba, pour régler cette histoire une bonne fois pour toutes.

    • Je croyais que les députains élus par le peuple français étaient là pour défendre ses intérêts et pour améliorer ses conditions de vie. Ils sont tellement nullissimes qu’il leur faut trouver n’importe quel prétexte pour justifier leurs présences et leur incapacité à gérer les affaires de notre pays.

Les commentaires sont fermés.