La colère des agriculteurs européens : un feu de paille ou l’annonce d’une révolution ?


Ci-dessous un article de RT France datant du 8 juillet. On n’entend plus guère parler des manifestations d’agriculteurs, occultées et/ou réprimées partout en Europe. Pourtant ces manifestations visent à défendre non pas les agriculteurs mais la nourriture de tous les Européens.
Face aux manigances des politiques visant à nous affamer, à faire de nos enfants de nouveaux petits Somaliens alors que nous avons moult terres arables et un climat permettant de nous nourrir, ils se sont levés…  En vain ?
Ne pas oublier la phrase de Michel Leclerc :

La situation alimentaire ne peut que s’aggraver, comme le reste. Les Européens resteront-ils sagement chez eux à grelotter et à danser devant le buffet vide ou bien sortiront-ils pour se débarrasser des affameurs, responsables nationaux, européens et mondiaux ?
On attend avec impatience, entre autres, les législatives italiennes de fin septembre… les Italiens vont-ils utiliser leur droit de vote pour virer tout ce monde ou bien seront-ils aussi idiots que les Français qui ont réélu un Macron ?

Pays-Bas, Pologne, Italie… Des agriculteurs expriment leur colère dans plusieurs pays européens

Le secteur agricole européen est secoué par plusieurs mouvements de contestation, de l’Italie à la Pologne, en passant par les Pays-Bas. Autant de pays ayant connu des manifestations spontanées, dans un contexte de hausse des prix.

Depuis le 4 juillet, plusieurs pays européens, comme l’Italie, les Pays-Bas ou encore la Pologne, connaissent une vague protestataire émanant du monde agricole, dans un contexte particulièrement rude marqué par une hausse généralisée des prix et la mise en place de mesures visant à endiguer le changement climatique.

Aux Pays-Bas, ce sont ainsi des centaines d’agriculteurs qui ont mené différentes actions coup de poing, dont une opération escargot, et ont manifesté en protestation d’un plan gouvernemental prévoyant la réduction des émissions d’azote.

Les forces de l’ordre ont notamment fait usage de leurs armes de service le 5 juillet, lors d’un rassemblement dans le nord du pays, à Heerenveen. Des supermarchés ont été bloqués, ainsi que leurs chaînes de distribution. Selon plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux, des agriculteurs néerlandais auraient mené une opération de blocage à la frontière avec l’Allemagne.

A en croire d’autres images, le slogan «Pas d’agriculteurs, pas de nourriture» aurait par ailleurs été formé à l’aide de véhicules agricoles lors d’un rassemblement à Moerdijk, au Sud de Rotterdam.

En Italie, dont la partie nord est frappée par la sécheresse, les agriculteurs se sont mobilisés pour dénoncer la spéculation sur les denrées alimentaires et la flambée des prix qui, selon eux, en découle. En Calabre, un important cortège de tracteurs a ainsi défilé dans la région sous la houlette du jeune Movimento Territorio e Agricoltura (Mouvement Territoire et Agriculture), a rapporté le Corriere della Calabriale 6 juillet.

 

Des slogans tels que «Nous ne sommes pas des esclaves, nous sommes des agriculteurs» ou encore «Allons à Rome» auraient été scandés selon des publications partagées par le parti souverainiste Ancora Italia. La formation politique s’est félicitée de la mobilisation des agriculteurs italiens. «L’injustifiable augmentation des prix des matières premières et des biens de première nécessité – fruits des choix politiques scélérats et bellicistes de ce gouvernement [Mario Draghi] – est en train de mettre à genoux nos agriculteurs», a écrit le parti sur Twitter.


D’autres publications témoignent d’une manifestation dans le centre de la capitale polonaise, Varsovie, le 7 juillet, devant le ministère de l’Agriculture. Ainsi qu’annoncée par la presse locale, la mobilisation dénonçait l’inflation liée à «l’importation incontrôlée» de céréales et d’autres denrées depuis l’Ukraine.

Cité par l’hebdomadaire Do Rzeczy, le mouvement politique agraire conservateur AGROunion estime en effet que le stockage en Pologne de céréales ukrainiennes serait à l’origine d’une «déstabilisation des marchés céréaliers» et participerait aux difficultés rencontrées par les agriculteurs polonais qui peinent à «vendre et à stocker leurs récoltes».

 

 

Alors que ces différentes mobilisations ne bénéficient pour l’heure que d’un faible écho médiatique, il est à noter qu’elles surviennent au moment où les pays membres de la zone euro connaissent une inflation importante et que la monnaie unique a récemment atteint son plus bas niveau, depuis deux décennies, face au dollar américain.

Selon les récentes analyses portant sur la hausse des prix des denrées alimentaires, il s’agit d’un phénomène aux causes potentielles multiples, parmi lesquelles le redémarrage de l’économie post-Covid-19 et le conflit en Ukraine – Moscou contestant néanmoins jouer un rôle dans cette inflation et pointant l’impact des politiques de relance américaines. Fin juin, le médiatique président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, estimait pour sa part que l’Ukraine avait «bon dos» pour expliquer à elle seule une flambée des prix qu’il a pour sa part qualifiée de «suspecte».

 662 total views,  2 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


5 Commentaires

  1. Il me semble que l’inflation viendrait des nombreux confinements pratiqués par le monde occidental .Ces confinements ont eu pour résultat de mettre l’économie à l’arrêt.
    Cela a entrainé un dérèglement de l’économie mondiale qui a du mal à se stabiliser.
    Rappelons que McKinsey a conseillé ces confinements à tous les pays qui ont fait appel à ses services.

  2. J’ai vu la vidéo d’un agriculteur néerlandais qui ne croyait pas qu’il y avait un « programme secret », mais… : https://t.me/StoryOfBlackBond/12082

    Traduction :

    Agriculteur néerlandais :
    « Si le gouvernement pense que nous avons besoin de faire des Pays-Bas une grande ville, avec seulement des maisons, alors ils doivent nous le dire.
    Mais ils ne devraient pas dire qu’il y a un problème d’azote afin de prendre les terres des agriculteurs pour les transformer en appartements.
    Parce que c’est ce qui est en train de se passer. »

    Interviewer :
    « Ouais, c’est un programme secret… »

    Agriculteur néerlandais :
    « 100%.
    Je n’ai jamais voulu y croire.
    Ni dans les théories du complot, mais toutes ces théories du complot s’avèrent devenir vraies… »

  3. Pas d’inquiétude : même si les médias n’en parlent pas, les agriculteurs ne vont pas abandonner. Ils l’ont dit haut et fort, car c’est désormais leur survie qui est en jeu…
    La guerre plutôt que le suicide… pas vrai? Bien… c’est avec cet état d’esprit qu’ils sont dans les rues…

    Je ne suis pas trop informée de ce qu’ils font en Italie, si ce n’est qu’ils se regroupent…? …mais au Pays-Bas, ils bloquent TOUT.
    Ils sont soutenus par le PEUPLE, et les autorités n’arrivent PLUS à suivre!

    Je ne m’inquiète pas pour les Néerlandais : les médias n’en parlent pas, mais ils nous font le coup du Canada… EN PIRE : leurs biens ET leurs vies sont directement en jeu, alors ils ne rigolent pas.

  4. chez nous les agriculteurs qui défendent leur survie, leur travail sont tués sans ménagement : rappelons nous le drame de 2007 où cet agriculteur avait été tué sans que cela soulève les foules, alors qu’une racaille tuée dans un quartier et c’est out le pays qui flambe

  5. Comme chaque fois qu’il y a une crise, ce sont les Poissonnard qui en profitent. La révolution française n’a été qu’une conséquence de la disette, voulue et entretenue par la spéculation. Les spéculateurs sont la plaie de l’humanité, et ils sont directement responsables des famines, des guerres, de tous les maux de la terre. Les dénoncer serait un acte civique, s’en débarrasser aussi!