Docteur Malone : Macron, Berset, Gates, Fauci, Birx… peut-on leur faire confiance?



J’ai traduit pour les lecteurs de Résistance républicaine l’une des dernières lettres de mon confrère , le Docteur Malone. Ce n’est pas un scientifique arrogant et arriviste, mais un vrai médecin cultivé.l

Il résume parfaitement la bêtise, la soumission des élus et autorités américaine et surtout leur responsabilité dans cette catastrophe. C’est la même chose en Suisse, en France… hélas.

Macron, Berset, Gates, Fauci, Birx… peut-on leur faire confiance?

Expédiez les clowns du Service américain de la santé (HHS)

 

Pourquoi les responsables de la santé publique (NIH américain et autres) qui dirigent le cirque COVID ont failli à leur devoir envers notre pays.

par Robert W Malone MD, MS

20 juillet 2022

Un principe de base de la santé publique est le suivant : « Plus la société peut fonctionner normalement pendant une pandémie, mieux les gens s’en sortiront et survivront. » Ce principe a été renversé en « Plus la société peut être effrayée, isolée, contrôlée et supprimée – plus elle sera à l’abri du virus. »

(Breggin Peter Roger, Breggin Ginger: COVID-19 and the Global Predators COVID-19 et les prédateurs mondiaux, pp. 12-13. Lake Edge Press. Kindle Edition).

En ce qui concerne la « pandémie » COVID-19, la santé publique a échoué. Comment et pourquoi ?

1 Notre gouvernement n’a pas vérifié les tactiques alarmistes de Wuhan/Chine. Nous savons maintenant qu’un grand nombre de personnes à Wuhan ne mouraient pas dans la rue et que les données sur les fosses communes ont été falsifiées pour des raisons que nous ne comprenons toujours pas; que les données sur la mise en quarantaine pour contrôler la propagation des maladies infectieuses de populations entières n’existent pas. Le gouvernement américain a été délibérément soumis à une propagande concertée de la part du Parti Communiste Chinois (PCC). Deborah Birx et ses acolytes ont complètement avalé la propagande du PCC, hameçon, ligne et plomb. Birx continue apparemment à ignorer qu’elle s’est fait avoir!
2 La réponse de la santé publique aux USA (également en France, en Suisse, etc,) ne disposait pas de données démontrant que le confinement, les masques, la fermeture des écoles et la distanciation sociale fonctionnaient réellement.
3 Les masques à eux seuls ont causé une diminution du développement du langage, du QI et des compétences sociales chez nos enfants. Confinement, distanciation sociale et masques ont entraîné des problèmes de développement de la parole, des retards de QI et de compétences sociales qui peuvent être permanents chez nos enfants et ont poussé de nombreux adolescents et jeunes adultes au suicide.
4 Deborah Birx a réécrit les directives du (Center for Diseases Control) sur ces sujets sans l’approbation du CDC ou de la Maison Blanche (comme indiqué dans son livre, Silent invasion ). Comment cela a-t-il pu se produirLa plupart de ces fonctionnaires sont titulaires d’une Maîtrise en santé publique (MPH ou Master’s in Public Health).

 

5 Ces MPH ne sont PAS formés en économie, en politique, en relations internationales et en médecine de catastrophe. Ils ne sont responsables de rien d’autre que des vies perdues à cause de la maladie et qui pourraient être sauvées. C’est critiqu

6 Ces diplômés MPH sont formés à « l’incidence et la distribution des maladies dans une population, et utilisent ces informations pour trouver les causes, les modes de transmission et les méthodes de contrôle des maladies. » C’est tout. Ils ne comprennent pas la médecine, les maladies, l’économie ou la politique internationale. Cela ne fait pas partie de leur formation.

7.Les diplômés MPH sont souvent formés pour traiter les pandémies comme un modèle « taille unique », puis ils tombent dans le sophisme de la bataille la plus actuelle: ils combattent toujours la dernière bataille.

 

8.Pour les vaccins, le modèle d’éradication de la variole est considéré comme l’étalon-or. Mais la variole est due à un virus ADN stable. Ce n’est pas un virus à ARN hautement mutant, qui évoluera pour échapper aux thérapies médicamenteuses et aux vaccins (deux autres exemples de ces types de virus à ARN sont ceux du SIDA et du rhume).

9.La direction du CDC et du NIH n’a jamais tenu compte de la pathologie de la maladie, des traitements, des conditions politiques, économiques et du développement de l’enfant. Pour COVID-19, les experts du CDC et de la FDA spécialisés dans des domaines autres que les questions de santé publique ont été ignorés. Les experts spécialisés dans d’autres disciplines susceptibles d’avoir un impact sur l’économie, le développement et les conditions de santé au niveau mondial n’ont pas été utilisé

10. Le gouvernement a complètement détruit sa réputation en matière de développement d’essais cliniques et de normes réglementaires. Le CDC a caché des données. L’agence américaine pour les médicaments, la FDA, n’a pas suivi sa propre réglementation, même lorsqu’il n’y avait pas d’ »urgence ».

11La loi Bayh-Dole a corrompu les NIH et CDC. Les fonctionnaires fédéraux ne devraient pas profiter des brevets dans les spécialités pour lesquelles ils sont engagés.

12Les revenus tirés des brevets par les employés fédéraux corrompent les employés des FDA, CDC et NIH. La loi Bayh-Dole doit être amendée pour exclure les employés fédéraux du partage des bénéfices des brevets financés par des fonds publics.

 

La profondeur de la corruption est accablante.

 

13.Le gouvernement a agit de connivence avec des sociétés privées et des individus, comme Bill Gates qui contrôlent le « récit » des maladies infectieuses. Les dollars des entreprises contrôlent et orientent désormais souvent les politiques gouvernementales. Cela s’appelle aussi fascisme.

 

14.Ils ont utilisé des fonds financiers du CDC et du NIH pour mener des essais cliniques défectueux et pour verser de l’argent aux entreprises. Ils ont utilisé des études défectueuses (« conçues pour échouer ») pour « prouver » que les traitements médicamenteux existants ne fonctionnaient pas pour le COVID. Par conséquent, les responsables de la santé publique et la FDA ont certifié très tôt qu’un vaccin était la seule option. En déclarant qu’il n’y a pas d’options de traitement précoce et qu’il n’y a pas d’options de traitement multi-médicaments et multi-étapes disponibles, l’autorisation d’utilisation en urgence a pu être signée. Il s’agit d’une fraude.

15.Le président Biden continue de signer les ordres de la loi sur les pouvoirs d’urgence associée au COVID-19. C’est frauduleux. Le Congrès doit agir pour limiter ses pouvoirs.

16.Le CDC a dépensé plus d’un milliard de dollars pour promouvoir les « vaccins» géniques et pour calomnier/interdire les critiques. Ils ont utilisé cet argent pour faire taire ce qu’ils percevaient comme leurs critiques et ennemis politiques. C’est ainsi que se comportent les « républiques bananières »; les États-Unis, (la France des Droits de l’homme et la Suisse) devaient faire mieux.

 

17.Les responsables de la santé publique, comme le Dr. med.Tony Fauci, se sont activement concertés entre eux et avec des gouvernements étrangers (le Royaume-Uni et probablement la France) pour cacher les origines du virus. Ils ont activement tenté de cacher que la recherche par gain de fonction qui a créé le virus est le produit des États-Unis, avec ou sans la participation active de la Chine.

Le gouvernement américain a comploté avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS ou WHO) pour retirer la souveraineté à notre nation pendant une pandémie. C’est une trahison.

Il faut procéder à une véritable évaluation des effets secondaires indésirables, et des dommages causés par la vaccination de tout le monde avec un « vaccin» génique problématique et à haut risque.

Lorsqu’il y a eu des crimes contre l’humanité, il doit y avoir des comptes à rendre.

 

Il n’y a qu’une chose que notre gouvernement veut faire en ce moment, c’est  nettoyer tout ce gâchis puant balayé sous le tapis et qui pourrit de l’intérieur. La seule question est de savoir s’ils vont s’en tirer ?

En changeant un peu de direction, je voudrais faire une rapide critique du livre du Dr. Deborah Birx: Silent Invasion: The Untold Story of the Trump Administration, Covid-19, and Preventing the Next Pandemic Before It’s Too Late. Ah oui, je suis furieux.

Ce livre ne donne pas une « bonne image » de la doctoresse Birx. Son livre fournit une analyse détaillée de ce qui s’est passé pendant les quarantaines du COVID-19, ainsi qu’un compte rendu détaillé des décisions dont elle a elle-même été responsable. En fait, elle a involontairement condamné ses décisions et fourni une mise en accusation détaillée de son propre comportement pendant l’épidémie.

Dans son récent livre, le Dr Birx a démontré qu’elle avait beaucoup de reproches à distribuer. Elle accuse Trump. Elle blâme le CDC. Elle accuse les médias. Elle blâme Scot Atlas. Elle accuse tout le monde, sauf elle-même!

Elle ne blâme pas Xi Jinping, qui est le plus haut dirigeant du Parti communiste chinois et le président de la République populaire de Chine. Elle ne s’interroge pas sur les raisons qui l’ont poussé à imposer des confinements au monde occidental. Elle ne mentionne même pas le nom de Xi Jinping dans son livre, bien qu’elle fasse l’éloge de son développement de politiques gouvernementales visant à mettre en quarantaine des populations entières.

Michael Senger, écrit à propos de son livre :

« Pratiquement chaque page du livre monstrueux de Birx, Silent Invasion, se lit comme un guide pratique pour subvertir une superpuissance démocratique de l’intérieur, comme on ne peut le lire qu’à travers le récit personnel de quelqu’un qui était en première ligne pour le faire.

 En particulier, bien que les mémoires de Birx n’aient suscité que peu de commentaires sur Amazon, elles ont fait l’objet de critiques élogieuses de la part des médias d’État chinois, ce qui n’est pas le cas des livres pro-confinement beaucoup plus populaires, comme ceux de Michael Lewis et Lawrence Wright ».

C’est le Dr Birx qui a poussé à la distanciation sociale, aux lock-downs (ergo : quarantaines), à l’arrêt des rassemblements sociaux, à la fermeture des écoles et aux masques. Elle a fait cela sans AUCUNE donnée de fond. Elle a fait cela en se basant sur ce qu’elle considérait comme des succès en Chine. Elle n’a jamais remis en question ces données chinoises. Et ces « données chinoises » étaient de la propagande active du PCC spécifiquement conçue pour influencer ses décisions et son comportement. Il est difficile de comprendre la signification de ceci. Qu’elle le sache ou non, le Dr Birx est devenue fonctionnellement un atout pour les services de renseignement et la propagande militarisée du PCC. Ses actions ont profondément endommagé la santé et l’économie des États-Unis. Relisez ça. Lentement. Laissez-le vous pénétrer. Et elle ne sait toujours pas que ce qu’elle a pris pour argent comptant était de la propagande armée. En termes de preuve de l’échec de l’intégration de la communauté du renseignement dans le processus décisionnel de la politique de santé publique, je suis abasourdi par cette réalité. Mais à quoi pensaient-ils ?

Birx et Xi Jinping sont, presque à eux seuls, les responsables de la récession économique mondiale COVID-19.

De son propre aveu, c’est Deborah Birx qui a convaincu le monde qu’il fallait fermer les portes, que les lock-downs (c’est-à-dire les quarantaines) fonctionneraient ainsi que toutes les autres politiques folles des deux dernières années et demie. Il suffit de regarder les preuves aux États-Unis. Pendant les quarantaines, il y avait presque 14% de chômage. Les files d’attente pour la nourriture étaient partout. Maintenant, des indicateurs tels que les saisies immobilières aux États-Unis sont en hausse de 39% par rapport au trimestre précédent Q1en 2022 et elles sont en hausse de 132% par rapport à l’année dernière. Les dommages économiques subis par notre peuple et notre pays à cause de ces politiques sont énormes.

Une vaste étude de Johns Hopkins publiée en janvier 2022 a conclu :

« Alors que cette méta-analyse conclut que les confinements ont eu peu ou pas d’effets sur la santé publique, ils ont imposé d’énormes coûts économiques et sociaux là où ils ont été adoptés », écrivent les auteurs. « En conséquence, les politiques de confinement sont mal fondées et devraient être rejetées en tant qu’instrument de politique pandémique. »

Le Dr Birx a reconnu sa culpabilité pour de nombreux péchés, mais elle ne reconnaît pas encore celui du confinement. Elle a directement nui à nos enfants et à leur avenir.

Les masques à eux seuls ont causé une baisse significative du développement du langage, du QI et des compétences sociales de nos enfants. Les confinements, la distanciation sociale et les masques ont poussé de nombreux adolescents et jeunes adultes au suicide. Les fermetures d’écoles ont été un énorme échec, avec tellement de conséquences horribles qu’il est difficile de les énumérer dans un seul paragraphe (violence domestique, privation des enfants, problèmes de QI et de développement de la parole, suicides, etc).

Lisez ces paragraphes du livre de cette doctoresse Birx et pleurez :

« Les responsables gouvernementaux et les citoyens de toute l’Asie connaissaient à la fois la peur omniprésente et la réponse personnelle qui avait fonctionné auparavant pour atténuer les pertes humaines et les dommages économiques causés par le SRAS et le MERS. Ils ont porté des masques. Ils ont réduit la fréquence et la taille des rassemblements sociaux. Surtout, sur la base de leur expérience récente, l’ensemble de la population et les médecins locaux ont tiré la sonnette d’alarme de manière forte et précoce. Des vies étaient en jeu, beaucoup de vies.(?) Ils savaient ce qui avait fonctionné auparavant, et ils le feraient à nouveau. »

« À peine avions-nous convaincu l’administration Trump de mettre en œuvre notre version d’un confinement de deux semaines que j’essayais de trouver un moyen de le prolonger. Quinze jours pour ralentir la propagation était un début, mais je savais que ce ne serait que cela. Je n’avais pas encore de chiffres sous les yeux pour justifier la prolongation de la fermeture, mais j’avais deux semaines pour les obtenir. Aussi difficile qu’il ait été de faire approuver la fermeture de quinze jours, en faire approuver une autre serait encore plus difficile, et ce de plusieurs ordres de grandeur. »

Deborah Birx a adhéré à l’école de santé publique du contrôle des pandémies: l’idée que lorsqu’une population peut être « effrayée, isolée, contrôlée et opprimée, elle sera plus en sécurité« . Elle a développé ses idées sur la mise en quarantaine (enfermer la population américaine pendant plusieurs mois) en copiant ce que les Chinois ont fait au cours des deux dernières décennies.

Nombreux sont ceux qui pensent que ces politiques chinoises relèvent davantage du contrôle gouvernemental que de la santé publique… Non seulement ces politiques de santé publique ne reposent sur aucune base scientifique réelle, mais elles ont porté atteinte à notre économie, à notre souveraineté, à la santé et au bien-être de nos enfants, ainsi qu’aux adultes et à notre nation. Malheureusement, cette démesure gouvernementale non seulement ne fonctionne pas, mais c’est une recette qu’un régime totalitaire, même inversé, connaît le mieux. Est-ce vraiment la voie que les Etats Unis veulent prendre ?

 

Si vous n’êtes pas encore horrifiés, c’est que vous n’avez pas été attentifs.

Enfin, je souhaite attirer l’attention sur un autre livre – un livre qui mérite votre attention.

Snake Oil : How Xi Jinping Shut Down the World (L’huile de serpent: comment Xi Jinping a fait tomber le monde) par Michael Senger

Comme je suis encore en train de lire ce livre, je ne vais pas, pour le moment, faire une critique complète. Voici plutôt la description d’Amazon :

« En mars 2020, la démocratie libérale s’est arrêtée brutalement.

 Comme l’incendie du Reichstag en 1933, les historiens ne sauront peut-être jamais comment le SRAS-CoV-2 est apparu. Pour les scientifiques, l’exploration de ses origines serait une entreprise enrichissante si elle n’était pas empêchée par une force inébranlable – le pied-de-biche du Parti Communiste Chinois de Xi Jinping.

 Mais alors que les services de renseignement ont passé des mois à enquêter sur les origines du virus, le monde a mis en place une réponse sans précédent qui s’est avérée bien plus dévastatrice que le virus lui-même, entraînant le plus grand effondrement économique depuis la Grande Dépression, une famine généralisée et la disparition d’innombrables vies et moyens de subsistance. Partout dans le monde, les gouvernements ont mis en place des mesures calquées sur les quarantaines de masse imposées en Chine, communément appelées « lockdowns ».

 Il s’agit de la plus grande catastrophe géopolitique depuis la Seconde Guerre mondiale et de la plus grande famine provoquée par l’homme depuis le Grand Bond en avant. Et tout cela pour rien. Les lockdowns n’ont jamais été une science. Ils étaient plutôt devenus une politique mondiale sur l’ordre du prince du PCC qui allait devenir le membre le plus influent de la génération du baby-boom; une aberration imposée au monde par une opération d’influence internationale sans précédent.

 En corrompant les institutions mondiales, en promouvant des données falsifiées, en publiant des données scientifiques frauduleuses et en déployant une propagande à une échelle sans précédent, le PCC de Xi Jinping a transformé l’huile de serpent des confinements en « science », le plus grand crime du 21e siècle à ce jour. Voici l’histoire de comment il y est parvenu, et pourquoi. »

 

Extrait du livre :

 

« Aucun autre pays n’a pu recréer le « succès » de la Chine contre le virus. Après s’être lancés dans des mesures de confinement sans objectif précis, les gouvernements ont trébuché d’une justification à l’autre – « aplanir la courbe », empêcher une « deuxième vague », « maîtriser » l’épidémie, « attendre un vaccin », voire « éliminer complètement le COVID-19″ – en introduisant au passage une série de mandats illibéraux toujours plus sombres, dans l’intérêt supposé de la « santé publique ». Ce fut la plus grande catastrophe géopolitique depuis la Seconde Guerre mondiale, et la plus grande famine provoquée par l’homme depuis le Grand Bond en avant. Et tout cela pour rien. Les confinements n’ont jamais été liées à la science. Ils étaient plutôt devenus une politique mondiale sur l’ordre du prince du PCC qui allait devenir le membre le plus influent de la génération du baby-boom ; une aberration imposée au monde par une opération d’influence internationale sans précédent.

 

Ce livre est hautement référencé et constitue une excellente lecture, jusqu’à présent. Je suis sûr que je vais y revenir encore et encore.

 

En résumé, ce que notre pays a fait, ce que cette doctoresse Deborah Birx a fait, en manipulant et en mentant au président Trump et aux gens de la Maison Blanche, a causé des dommages inimaginables à notre pays. Des dommages à notre santé, des dommages à nos écoles, des dommages à notre économie, des dommages à nos entreprises, des dommages à l’ensemble de l’entreprise de santé publique, des dommages psychologiques et politiques profonds. Et elle a fait cela en tant que collaboratrice fonctionnelle du PCC en matière de renseignement et de propagande; qu’elle ait été recrutée ou non et qu’elle ait agi directement comme agent double n’a aucune importance. Fonctionnellement, elle était un élément du PCC au sein de l’administration Trump sous la surveillance du Vice-président Pence.

 

Ce sont des mots horribles à écrire. Et je ne prends aucun plaisir à les écrire. Mais si l’on se base sur son livre, et sur la documentation claire selon laquelle le PCC a utilisé comme arme la propagande même qu’elle prenait pour vérité d’évangile, sans même prendre le temps d’obtenir une vérification par la communauté du renseignement (qui a ensuite vérifié qu’il s’agissait de propagande). Il s’agit d’une preuve claire et convaincante d’un échec catastrophique du renseignement. En termes d’opérations du pouvoir exécutif, je suis stupéfait par cette affaire. Je dois me rabattre sur l’une des deux explications suivantes, qui peuvent toutes deux être vraies en même temps: l’incompétence flagrante et l’intention malveillante (ce que beaucoup appelleraient le Mal). Personnellement, je pense qu’il faut sérieusement envisager la possibilité que, s’il y avait d’autres personnes dans les coulisses qui la poussaient à accepter sans critique la propagande du PCC, il y avait peut-être un agent double quelque part dans l’exécutif pendant cette période. Par leurs actions et leurs communications, nous devrions être en mesure de les débusquer, si tant est que l’État administratif le permette.

 

Contourner les protocoles standards, contourner la loi, ignorer les conseils de ceux qui ne font pas partie de la « bulle » d’initiés qui gèrent les crises du COVID, utiliser la Chine, le PCC comme modèle pour les États-Unis c’est inadmissible. Le Dr. Scott Atlas a raison : il doit y avoir des conséquences.

 

« Sur ce critère très important de la gestion présidentielle – prendre la responsabilité de s’occuper pleinement de la politique émanant de la Maison Blanche – je pense que le Président a commis une énorme erreur de jugement. Contre son propre pressentiment, il a délégué son autorité à des bureaucrates médicaux, puis il n’a pas réussi à corriger cette erreur. » Dr Scott Atlas, extrait de son livre (une autre lecture qui vaut la peine): A Plague Upon Our House: My Fight at the Trump White House to Stop COVID from Destroying America (Un fléau sur notre maison : Mon combat à la Maison Blanche de Trump pour empêcher le COVID de détruire l’Amérique).

Traduction : docteur Dominique Schwander

 606 total views,  4 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


6 Commentaires

  1. Ce ne sont que des pourris qui ont trouvé le moyen de faire encore plus de fric. Notre santé, les vie brisées, et les morts ils s’en foutent comme de leur première layette. C’est une mafia, des voyous, des malhonnêtes, des menteurs qui pratiquent la corruption, uniquement pour faire des milliards. Tous des ordures, riches, mais des ordures quand même. A pendre.

  2. Et ajoutons que c’est McKinsey qui a organisé les confinements dans la plupart des pays d’Europe.
    Seule la Suède, n’a pas participé à ce suicide économique et ce grand plongeon dans la bêtise appliquée.

  3. Les intérêts financiers l’ont toujours emporté sur l’intérêt des patients. La corruption est partout. Tout est verrouillé, et la médecine est devenue un moyen de soumettre les populations aux désidératas d’intérêts privés. Les laboratoires sont devenus un deuxième pouvoir.