Rishi Sunak, favori au poste de Premier ministre britannique, est le candidat de Schwab et de la Chine

La famille du candidat au poste de Premier ministre britannique Rishi Sunak dirige une entreprise partenaire du Forum économique mondial.

L’entreprise en question est liée à la Chine qui pousse l’identification numérique et au crédit social.

L’ancien ministre britannique des finances, Rishi Sunak, qui fait partie des favoris pour devenir le prochain Premier ministre de la Grande-Bretagne, a des liens familiaux avec un partenaire technologique du Forum économique mondial qui a plaidé pour une économie de type Parti communiste chinois, avec des identités et des monnaies numériques traçables.

M. Sunak, qui est arrivé en tête du second tour de scrutin des députés conservateurs dans la course à la direction du parti Tory le 15 juillet, après la démission de Boris Johnson, est largement considéré comme le candidat « néolibéral » ou « mondialiste ».

Sunak a travaillé comme analyste chez Goldman Sachs, puis pour des fonds spéculatifs à la Cité de Londres.

Son épouse détient des parts dans la société d’investissement Catamaran Ventures à hauteur de 430 millions de livres sterling, ce qui fait d’elle l’une des femmes les plus riches de Grande-Bretagne, et elle a créé sa propre marque de mode en 2010, Akshata Designs.

Le père de l’épouse de Sunak, Akshata Murthy, est le fondateur d’Infosys, une société indienne de technologie de l’information qui fournit des services à un grand nombre d’entreprises et de banques figurant au classement Fortune 500. L’un des principaux services de l’entreprise est Finacle, une plateforme bancaire numérique. Mme Murthy reste une citoyenne étrangère avec un statut « non domiciliée fiscalement », c’est-à-dire qu’elle ne paie pas d’impôts au Royaume-Uni, malgré le fait que son mari soit le plus haut responsable des finances de Grande-Bretagne et qu’il espère devenir Premier ministre.

Infosys figure sur la liste des partenaires officiels du Forum économique mondial (WEF), qui a été accusé de chercher à développer l’infrastructure technologique nécessaire à la mise en œuvre d’un système mondial de « points de crédit social ».

Le système de points de crédit social a été utilisé par des régimes autoritaires pour refuser des droits et restreindre les mouvements des individus qui ne se conforment pas aux diktats. Pour le Forum économique mondial, les priorités en matière de crédit social seraient probablement axées sur des questions sociales de gauche comme le changement climatique, la diversité et l’équité.

Le candidat de Klaus Schwab.

Loin d’être un partenaire silencieux, InfoSys s’est attiré les louanges du Forum économique (WEF), étant surnommé « leader mondial des services et conseils numériques de nouvelle génération ».

« Forte de trois décennies d’expérience dans la gestion des systèmes et des rouages d’entreprises mondiales, elle guide ses clients dans leur parcours numérique en leur permettant de disposer d’un noyau alimenté par l’intelligence artificielle qui aide à hiérarchiser l’exécution du changement… » Le Forum économique sur la société InfoSys liée à Sunak

Plusieurs dirigeants d’Infosys ont également contribué à des articles sur le site du Forum, notamment le directeur mondial, le président et le responsable de la conformité de l’entreprise.

« Les monnaies numériques pourraient supprimer les lourds appareils opérationnels et de sécurité qui entourent les formes conventionnelles de transmission de l’argent », poursuit son article, avant d’affirmer « qu’il existe également des avantages politiques et sociaux. »

Le candidat de la Chine.

« Le potentiel de la Chine dans ce domaine est immense. Si le paiement électronique en monnaie numérique est largement adopté comme système de rationalisation du commerce et de réduction des risques, la Chine pourrait devenir le banquier du commerce mondial, ainsi que son usine. Mais l’objectif le plus important pour la Chine est en fait plus local et concerne l’inclusion financière. La numérisation du  paiement électronique en monnaie numérique,  permettra à des centaines de millions de citoyens, dont certains parmi les plus défavorisés, d’accéder aux services financiers. Cet avantage peut être appliqué à n’importe quel pays du monde », poursuit l’article, qui révèle également qu’Infosys contribue aux efforts de numérisation.

Un autre article de Joshi, intitulé « Digital identity can help advance inclusive financial services », préconise d’accorder à chaque personne une « identité numérique unique » pour effectuer des transactions financières. Il cite le Parti communiste chinois comme exemple de réussite de cette politique :

« Le gouvernement chinois de la province du Zhejiang a mis au point un « code numérique d’entreprise » dans ce but précis, répondant aux besoins des petites et moyennes banques (PME) en leur offrant des ressources financières faciles d’accès. MYBank, une filiale de Ant Financial, la société chinoise de Big Tech, collabore avec le gouvernement chinois par le biais de ce dispositif pour fournir des prêts bon marché et d’autres produits financiers aux PME. »

Il appelle également à la création d’un « conseil de stabilité numérique » pour réguler tous les paiements.

« Ce « conseil de stabilité numérique » donnerait aux membres la plateforme pour partager les meilleures pratiques et surveiller les risques dans le commerce numérique et les soins de santé, par exemple. Avec ce conseil en place, des trusts de données pourraient être construits pour gérer les données des particuliers et des PME », explique-t-il.

Infosys est également membre de l’initiative « Partnering Against Corruption » (PACI) du  Forum économique, qui regroupe des représentants des plus grandes entreprises du monde. Le National Pulse a récemment révélé comment l’initiative, qui prétend lutter pour la transparence dans les pratiques commerciales, est dirigée par l’ancien PDG de Reuters qui siège désormais au conseil d’administration du fabricant de vaccins COVID-19, Pfizer.

Ses dirigeants sont également impliqués dans différents sous-groupes du Forum économique, comme le responsable mondial des services de conseil en matière de durabilité et de conception, Corey Glickman, qui est membre du groupe de travail du Forum sur les villes pionnières.

Sunak lui-même a un passé de douceur envers la Chine, déclarant au Telegraph qu’il souhaitait un « changement radical » dans les relations avec le Parti communiste chinois en faveur d’un renforcement des liens commerciaux et de la collaboration économique. La Chine, quant à elle, a soutenu la candidature de M. Sunak.

Source

 638 total views,  1 views today

image_pdf

19 Commentaires

  1. ha les anglais … ils ont laissé dépérir leur pays (comme nous d’ailleurs) puis à la retraite, ils envahissent nos campagnes, en Charente principalement, et alors attention tous en surpoids, et ça picole grave … ils ne font même plus l’effort de parler Français, comme il y en a de plus en plus, ils forment une communauté … finalement je vais p-têtre faire comme eux et me barrer heeeeeeu ds un pays pauvre, au moins mon fric les aidera un peu … y en a ras la casquette de l’ Europe … et des moutons

  2. Avec notre système dés-éducatif nous devenons de plus en plus incompétents, pour ne pas dire dégénérés (voyez les gay pride et la “mode” homme-loque ) Les nouveaux venus qui ont encore une éducation sévère dans la famille et fréquentent les écoles élitaires et sont intelligents, prennent le dessus: les asiatiques, Indiens, Pakistanais et… Ukrainiens… Des réfugiés syriens en Belgique ont préféré retourner dans leur pays en guerre plutôt que de voir leurs enfants détruits par la mentalité européenne. A côté de la racaille, il y a des jeunes d’origine étrangère, intelligents, éduqués et formés, il est naturel qu’ils accèdent aux manettes, à qui la faute?

  3. Quel triste destin, un Empire Britannique obligé en quelque sorte de nommer un 1er ministre indien, le retour de ses anciennes colonies, c’est à pleurer.

  4. ils sont tarés les rosbifs ; dans les années 70 ils ont accueilli à bras ouverts des envahisseurs qui leur ont bien foutu le bocson et à présent ces gens la prennent le dessus.

  5. J’en peux plus du mondialisme et de leurs méthodes de globalisation lucrative…. j’en peux plus.

  6. Pourquoi ne pas mettre directement un musulman en place comme ils y sont ? c’est sûr que ça va mieux fonctionner ?

  7. Ce type a vraiment une sale gueule ! Les Rosbifs ont une longueur d’avance sur nous en acceptant d’être gouvernés par un étranger de cet acabit … Mais nous les suivons de près !

  8. Bref, rien de nouveau sous le soleil. Si nous continuons passivement à les laisser faire, Schwab & Co continuerons à placer leurs pions en toute tranquillité. Vive la (les?) Révolution!

  9. Sur Youtube, vidéo de Katie Hopkins, il y a quatre jours : NEVER RISHI FIVE GOOD REASONS (5 bonnes raisons pour ne pas choisir RISHI)

  10. Très intéressant. Les Anglais finiront peut-être par regretter Johnson, vaguement turque il paraît. Quant à Sunak, il faut écouter une chronique de la journaliste anglaise Katie Hopkins qui lui taille un costard sur mesure ! Sunak, c’est aussi de véritables boules puantes lancées contre Johnson, chef du gouvernement dont il était ministre. Un Young Global Leader de compétition pour le UK.

    • Johnson est surtout d’origine française par son père qui a récemment obtenu la nationalité française à laquelle il avait droit en vertu de ses origines.

  11. Une bonne tête de vainqueur…Entre le maire de Londres, de Birmingham, et tout le fatras muzz anglais, voilà les hindous dorénavant. Si il est élu, les rosbeefs risquent de payer cher leur domination de l’Inde de 1757 à 1947…

    • Les rosbeefs sont morts ainsi que : les Canadiens, les bouffeurs de grenouilles, les ritals ( ritaux ), les Belges, les suédois, les Teutons, les espagouins, peut-être les Suisses et je dois en oublier.
      Adieu jolie Europe d’antan.

  12. Ne jamais oublier que la Chine et l’Inde sont les pays les plus peuplés du Monde. Ni que les QI moyens y sont élevés.

    Ça fait mal au coeur de voir notre civilisation s’estomper mais où sont nos forces, à part le bla-bla et des débats à la con à n’en plus finir ???

  13. Est-ce vraiment cela la démocratie, le pouvoir exercé par les financiers mondialistes? Un autre grand « démocrate » français n’avait-il pourtant pas déclaré que son « véritable adversaire, c’était le monde de la finance »? Comment s’appelait-il déjà?

  14. Rishi Sunak, encore un nom bien britannique. C’est comme Djamel ou Mohamed de la Lozère, des noms typiquement cévenols.

  15. Voilà ce qui arrive quand on place des étrangers complets au pays au pouvoir suprême. On n’a même pas la consolation d’être dirigé par des vendus de notre sang. Ils n’en ont aucun besoin. Ce sont juste les chefs du syndic d’un immeuble qui ne leur est rien. Infiniment plus digne, le président de Madagascar qui raconte comment l’OMS a essayé de le corrompre pour qu’il rajoute des toxines dans son remède covid-19 https://reseauinternational.net/loms-ma-offert-20-millions-de-dollars-pour-mettre-des-toxines-dans-mon-remede-covid-19-le-president-de-madagascar-denonce-loms-et-retire-son-pay/

    • très intéressant
      j’ai l impression que ce ranoelina ne va pas faire long feu
      s opposer comme ça frontalement à l oms de schwab et de bill gates ça me paraît extrêmement dangereux
      je lui souhaite bonne chance cependant

Les commentaires sont fermés.