Blanche, française de souche, mention TB : rédhibitoire pour Parcoursup ?

 

Je prie les lecteurs et administrateurs du site de bien vouloir m’excuser de proposer un nouvel article sur Parcoursup et les lettres déchirantes de bacheliers brillantissimes issus de notre peuple, recalés de leurs demandes pour intégrer les grandes écoles prestigieuses.

https://resistancerepublicaine.com/2022/07/09/dechirante-lettre-dun-bachelier-ultra-brillant-pas-pris-a-polytechnique/

La lettre de Déborah M. conforte l’autre témoignage que l’on a pu lire et mérite à mon avis elle aussi d’être publiée.

https://www.charentelibre.fr/charente/courrier-des-lecteurs/parcoursup-une-tres-bonne-eleve-charentaise-clame-son-ecoeurement-dans-une-lettre-aux-ministres-11639133.php

Cette jeune fille aurait pourtant tout pour plaire à Macron, elle a fait une partie de ses études dans un lycée français d’Allemagne. Plus européen, tu meurs. Et elle a décroché son bac avec une moyenne de 17,5/20.

La vraie inconnue, c’est de savoir qui accède aux formations tant prisées. Y aurait-il du parisianisme dans l’air, faut-il être issu de l’Ecole alsacienne plutôt que d’un obscur patelin de province ?

Ou bien avoir eu les mêmes notes en Seine-saint-Denis (avec sans doute un niveau plus faible, les borgnes étant rois au royaume des aveugles…) ?

Mystère…

 

Parcoursup : une très bonne élève charentaise clame son écœurement dans une lettre aux Ministres

 
« Je ne saurai vraisemblablement jamais pourquoi je vais certainement devoir renoncer à mon rêve », écrit Deborah M.
 
 
Par Déborah M. – Mouthiers, publié le 14 juillet 2022 à 11h55.
« Monsieur le Ministre, je m’adresse à vous pour vous faire part de mon incompréhension et de mon écœurement quant au processus de sélection de Parcoursup »

Elle sourit sur la photo, et pourtant, Déborah M. en a gros sur le cœur. À 18 ans, la jeune femme originaire de Mouthiers-sur-Boëme, qui a fait une partie de sa scolarité à Saint-Paul (Angoulême) et ses dernières années de secondaire dans un lycée français en Allemagne, vient d’obtenir le bac. Brillamment. Mention Très bien. Moyenne générale : 17,4. 20 en maths. 16 en physique. 19 à l’oral et l’écrit de français. Pourtant, elle n’a obtenu, via Parcoursup, qu’une admission dans trois cursus universitaires. Toutes les formations de prestige dont elle rêvait lui ont été refusées. Elle rêvait de faire Polytechnique. Son rêve lui échappe. Sous forme d’une lettre ouverte, elle s’adresse aujourd’hui aux Ministres. Voici son courrier.

 

« Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse, Madame la Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Je m’adresse vous au moment où la phase d’admission principale de Parcoursup s’achève, afin de vous faire part de mon incompréhension et de mon écœurement quant au processus de sélection de cette plateforme. Élève de terminale au sein d’un lycée français en Allemagne, je souhaitais pouvoir intégrer une classe préparatoire aux grandes écoles (CGPE), filière MPSI ou MP2I, en vue de notamment de présenter ultérieurement le concours de l’X. J’avais donc formulé 22 vœux et sous-vœux, répartis entre 18 CPGE (avec et sans internat) et 4 cursus universitaires, ces derniers en cas d’éventuelle réorientation.

Quelle ne fut pas ma déception lorsque le couperet des résultats de Parcoursup est tombé. Refusée d’entrée dans 11 CPGE. Liste d’attente dans 6 avec un classement rédhibitoire équivalent à un quasi-refus. Liste d’attente dans un autre avec un classement de 162 (mais aucun élève de cet établissement n’a intégré Polytechnique ces 5 dernières années). Admise dans trois cursus universitaires. En liste d’attente dans une autre. D’aucuns m’objecteront que l’accès aux classes préparatoires est très sélectif et que mon dossier était vraisemblablement moins bon que celui de mes camarades. Je dois humblement prendre en considération ce fait. Je demeure cependant persuadée qu’il n’explique pas tout. Au moment de la finalisation de mes vœux j’avais une moyenne générale de 16,91 dont 19 en maths, 20 en maths expertes et 15,3 en physique.

D’autres me rétorqueront que des critères alternatifs aux notes sont également pris en compte. Je m’étais investie dans le tutorat d’un élève de mon lycée. Madame la Ministre, Monsieur le Ministre, où est la cohérence de ce système de sélection, qui œuvre dans une totale opacité ? Quel est ce système absurde et inéquitable qui permet un algorithme fumeux ou un critère inavoué d’éliminer irrémédiablement un élève et qui anéantit les efforts de motivations de trois années de lycée ? Comment peut-on faire reposer l’avenir d’une partie de ma génération sur une plateforme kafkaïenne ? Est-ce ça l’égalité républicaine de l’accès à l’enseignement supérieur ?

Pour ma part, le sort en est jeté. Je ne saurai vraisemblablement jamais pourquoi je vais certainement devoir renoncer à mon rêve. J’ai entrepris la démarche de vous interpeller via une lettre ouverte afin de dénoncer ce manque absolu de transparence. Une simple lettre aurait sûrement terminé sa course dans une corbeille ou peut-être aurais-je reçu une réponse convenue de pure rhétorique ».

 

 851 total views,  1 views today

image_pdf

23 Commentaires

  1. belle requête !!!! j’espère qu’elle aboutira…..
    seule préoccupation, j’espère qu’elle ne milite pas chez LFI, les écolos dingos, les wokes et cie………

  2. nos enfants français ne font plus recette dans leur propre pays : ce système honteux s’appelle « la discrimination positive », système raciste anti français blanc, s’il en est, mais jamais dénoncé et qui mène aux situations dénoncées

    • « mais jamais dénoncé »

      Oui, et pourquoi ? Parce que les gens ne réfléchissent pas et laissent faire, incapable d’anticiper les problèmes. Quant à moi, dès que j’ai entendu cela j’ai même parlé d’illégalité car la discrimination est inscrite comme interdite dans la Constitution.

      Souvent je parle, et je vois que la plupart n’ont même pas réalisé la gravité de ce problème, pour eux ce sont des petites choses…. mais après, « on » hurle quand ça se voit.

      Comme il est dit pourtant, « mieux vaut prévenir que guérir ! ».

  3. Si elle envoie sa lettre à Pape Ndiaye, ce ministre, noir, raciste et qui affiche ouvertement son militantisme anti-Blanc en étant un des créateurs du Cran, cette jeune fille n’a aucune chance d’être admise dans une classe prépa dépendant du service public !
    On imagine facilement que le ministre doucereux et sans aucune compassion pour la scolarité des jeunes français, a fortiori quand il s’agit de jeunes filles blanches, se fera un plaisir de multiplier les problèmes de cette jeune étudiante.
    Nous sommes en Macronie, et les valets valent aussi peu que leur maître !

  4. Déborah, tu es française, intelligente, pas feignante, peut-être un peu trop claire qui sait, pas boursière non plus?
    Cela s’appelle de la discrimination positive, faut-t’y faire ma cocotte.

  5. C’est bien au contraire Maxime, de pousser ce cri d’alarme car c’est tellement révoltant ! Et cela contribue en plus à saper les bases de notre société.

    Il n’y a même pas que les grandes écoles, cela impacte aussi les orientations que l’on aimeraient faire et qui correspondent même au profil de l’étudiant, j’ai un cas parmi mes proches.

    Il faut le crier haut et fort !

    Merci de le faire.

  6. J’ai l’impression qu’il s’agit d’un sabotage systématique de la France. La criminalité soutenue dans les rues, la perte des fleurons industriels, le sabotage de l’autonomie énergétique, la propagande médiatique qui rend assujetti à l’escroquerie criminelle du Pfizer Business Plan, le support aux organisations néfastes lgbtdélirantes, indigénistes, anti-police, antifa, immigrationnistes remplacistes par les pires sociétés du tiers monde, islamique subversif et pour finir le sabotage de l’éducation et des élèves académiquement performants.

    • Eh bien il faut renverser ce gournement et cette putain d’europe qui ne sert à rien qu’à remplir les poches des olligarques collabos. Tout, absolument tout est fait pour ruiner la France. Ils veulent notre terre de France, ils veulent tout le pays pour eux. Ils faut les buter

  7. Avec Eric zemmour qui voulait faire l’école au mérite, cette jeune fille très méritante aurait eu toutes ses chances. Vous n’avez pas voulu de Zemmour, tant pis pour vous, vous avez ce que vous avez veauté, vous plaigniez pas. Mais maintenant ce sont vos enfants qui vont payer les pots cassés, de vos conneries. Vous vous attendiez à quoi avec un dictateur comme macronescu. Pleurez maintenant car vous avez fait le malheur de vos enfants. Bande de cons.

    • Il faut se méfier de la réussite aussi au « mérite »…. Il y a tellement de passe-droit, de nuances à apporter dans l’octroi des notes pas toujours neutres, parfois, il suffit d’avoir de bonnes relations (cf les facs).

      Le mérite c’est un « concept », cela ne veut pas dire grand-chose dans la réalité et c’est dur à appliquer, c’est flou.

      • Pas dans un concours, ou même un examen, lorsque les copies sont anonymées. Pas sur plusieurs épreuves écrites,organisées dans ces conditions. Un mauvais élève ne passera pas cette rampe. Système que l’on fait disparaître au profit des « dossiers », où là, les pressions exercées sur les professeurs qui notent sont faciles. Dire que le « mérite » est flou, relatif, inexistant, c’est faire le jeu de ceux qui veulent uniquement l’entre-soi et la fameuse discrimination « positive ». Deux fléaux.

        • Vous oubliez une chose essentielle dans ce domaine des concours voire examens : les « entretiens » organisés à la suite des écrits… ceci de plus en plus vu la pléthore de candidats.

          Et puisque vous parlez de « concours » sachez que dans les Mairies beaucoup de recrutements sont « sociaux » qui finissent par une intégration en tant que fonctionnaire tout court.

          Le concept de « mérite » est très subjectif, et je ne parlais pas spécialement des concours ou examens (quoique, si l’on ne va pas dans le sens du prof….), je parlais en général.

          Il suffit de se poser la question pour en saisir la complexité : qu’est-ce que le mérite ?…

  8. Et après, ces mêmes connards se plaignent que les jeunes cerveaux fuient la France pour d’autres pays. Et surtout, ils ne comprennent pas pourquoi. Je me demande à quel niveau est leur propre QI.
    Il est presque certain qu’ils partent du bas la liste pour faire leur sélection.

    • « Et après, ces mêmes connards se plaignent que les jeunes cerveaux fuient la France pour d’autres pays »

      Cela existe depuis longtemps. Le fait est que beaucoup ne s’en apercevaient pas, mais actuellement, puisqu’on a laissé faire, cela devient criant !

      Beaucoup refusaient, il y a quelques années, même de passer leur thèse après des DEA difficiles (diplôme de 3ème cycle universitaire préparatoire) car cela ne servait à rien vu le travail que cela demande et la reconnaissance qui en est faite.

      Direction : soit un travail inférieur, soit effectivement, fuite vers un autre pays.

      En France, il faut, depuis longtemps (Révolution Française ?), il faut absolument tirer par le bas, la réussite est mal vue ainsi que le travail intellectuel (la preuve : il faut payer ses années d’études pour acquérir des points de retraite même si la société exige un haut niveau pour obtenir un Titre d’exercice professionnel).

      Et combien estiment que travailler intellectuellement est moins fatiguant qu’un travail physique (cf toutes les discussions autour de la retraite à ce sujet) ?… Ils n’ont qu’à pratiquer pour voir, c’est ce que je leur dis….

      • C’est pour cela que mon fils ne veut pas revenir en France, il travaille et restera en allemagne

  9. Ce n’est pas l’égalité républicaine! C’est l’égalité que vous avez voté en votant Macron .

Les commentaires sont fermés.