Boris Johnson, démissionnaire, va être envoyé au Rwanda

Portrait de Boris Johnson

 

C’est là qu’il voulait envoyer les migrants et les demandeurs d’asile illégaux présents sur le territoire du Royaume-Uni.

Il se fait qu’il se retrouve lui-même banni par les siens.

Il doit trouver asile quelque part. Le Rwanda serait un bon choix. À l’autre bout du monde. Loin de la Russie qu’il voulait conquérir.

Il y a à peine une dizaine de jours, au dernier sommet du G7 en Bavière, il voulait se moquer de Poutine en proposant aux membres du club d’enlever les vestes pour montrer leurs pectoraux.

Celui qui voulait montrer les pectoraux à Poutine fait, aujourd’hui, pitié. Il a baissé son froc. On voit son derrière comme chez un macaque.

Boris Johnson a fini par céder. Il a démissionné. Malgré les casseroles qu’il traînait, il pensait pouvoir rester au pouvoir jusqu’au-delà de 2030.

Il s’accrochait au pouvoir comme un scarabée à sa boule de bouse.

Il sera sûrement remplacé par un musulman à la tête du parti conservateur et à la tête du gouvernement britannique.

Peut-être bien par cet homme d’affaires d’origine irakienne, Nadhim Zahawi, que Boris Johnson venait de nommer chancelier de l’Échiquier. C’était mardi dernier. Près de 48 heures plus tard, ledit chancelier demandait à Boris de foutre le camp. Ce à quoi Boris a dû se résigner.

C’était le coup de grâce.

Boris venait d’apprendre à ses dépens la forfaiture de ses compatriotes et de ses alliés musulmans.

L’ingratitude est un principe chez bon nombre de musulmans. Surtout pas de reconnaissance envers les mécréants.

Boris pourrait également se voir remplacé par cet homme originaire du Pendjab, Rishi Sunak, le musulman chancelier de l’Échiquier qui a cédé sa place au musulman Nadhim Zahawi.

Bref, les musulmans se pressent au portail.

Comme Londres est déjà dirigée par un musulman, la boucle sera bouclée.

Alors que son pays est rongé et gangrené par l’islam, où la charia est appliquée de la même manière qu’en Arabie saoudite, Boris Johnson s’en est pris à Poutine et à la Russie. Il s’est montré un soutien indéfectible de Zelensky et de l’Ukraine. Il voulait absolument faire tomber Poutine.

Le Royaume-Uni a été le premier pays européen à envoyer des armes à Kiev, dès janvier 2022, avant même ladite invasion russe.

Le soutien militaire et financier du Royaume-Uni à l’Ukraine se chiffre à près de 2,6 milliards d’euros.

Alors que 17 % de la population du Royaume vit sous le seuil de pauvreté.

C’est impardonnable.

Boris Johnson est un traître qui mérite bien son sort.

Il s’en va. Bon débarras.

Une crapule de moins au service de l’islam.

Messin’Issa

 

 

 

 

 

 

 741 total views,  1 views today

image_pdf

5 Commentaires

  1. Vous ne semblez pas comprendre la stratégie mondialiste…
    Placer des musulmans est leur BUT: comment mieux casser les nations occidentales?

  2. ´Une crapule de moins au service de l’islam´

    Boris passe, l’islam reste !!

Les commentaires sont fermés.