Un ancien soldat : les Etats-Unis de Biden, ce n’est pas le pays pour lequel nous nous sommes battus

USA : des démocrates appellent à boycotter la fête nationale !!!

Un ancien soldat américain : les Etats-Unis de Biden, ce n’est pas le pays pour lequel nous nous sommes battus

 

C’est le 4 juillet lorsque j’écris ces lignes, jour de fête nationale aux États-Unis, que des démocrates demandent de boycotter !

Par exemple cette école de Californie :

Les membres du conseil scolaire de Woke California appellent les gens à boycotter le 4 juillet

https://gellerreport.com/2022/07/woke-california-school-board-members-calls-for-people-to-boycott-fourth-of-july.html/, alors que ce centenaire, un ancien combattant, Carl Spurlin Dekel, engoncé dans son vieil uniforme, portant fièrement ses médailles, certainement pas gagnées dans une pochette surprise, contemplant l’Amérique d’aujourd’hui, déclare au bord des larmes : « Ce n’est pas le pays pour lequel nous nous sommes battus ».

Les membres du conseil scolaire de Woke California appellent les gens à boycotter le 4 juillet

  • Les membres du conseil scolaire de Californie réveillés appellent les gens à BOYCOTT le 4 juillet parce qu ‘«il n’y a aucune raison de célébrer»
  • AnaMarie Avila Farias, membre du conseil scolaire du comté de Contra Costa, a partagé une image décolorée du drapeau américain avec la légende: « BOYCOTT 4TH OF JULY »
  • « Je n’ai pas célébré le 4 juillet depuis 2016 et je ne pense pas que ce soit un jour férié à célébrer », a-t-elle écrit sur un post Facebook. ‘Qu’est-ce que tu penses?’
  • Le membre du conseil scolaire local a avoué plus tard ne pas « se sentir particulièrement patriote » grâce à l’annulation du droit à l’avortement la semaine dernière
  • En réponse à un commentaire sur son message suggérant qu’elle « peut-être organiser des funérailles et enterrer la Constitution et le drapeau », Farias a écrit: « Veuillez m’inviter! »

Par Alastair Talbot Pour Dailymail.Com, 30 juin 2022

Un membre réveillé du conseil scolaire de Californie appelle les gens à boycotter le 4 juillet, affirmant « qu’il n’y a aucune raison de célébrer » le jour de l’indépendance de l’Amérique.

AnaMarie Avila Farias, résidente de troisième génération du comté de Contra Costa et membre du conseil scolaire du comté, a partagé une image bleu et blanc décolorée du drapeau des États-Unis le 28 juin, ainsi que les mots « BOYCOTT 4TH OF JULY », sur Facebook .

« Je n’ai pas célébré le 4 juillet depuis 2016 et je ne pense pas que ce soit un jour férié à célébrer », a écrit Farias dans un post sur Facebook. ‘Qu’est-ce que tu penses?’

La position de l’élue sur la fête fédérale a suscité un mélange de réactions de la part des personnes sur sa page privée, certaines étant d’accord avec elle tandis que d’autres étaient critiques.

‘Pourquoi boycotter le 4 juillet ? Sans ce que nos ancêtres ont fait, nous, les Américains, n’aurions pas les libertés que nous avons aujourd’hui », a écrit un utilisateur.

Un autre lui a donné raison, seulement pour lui demander : « Pourquoi ? La fête célèbre la déclaration d’indépendance du tyran britannique, le roi George III. Vous souhaiteriez que nous soyons encore sujets de la Grande-Bretagne ?

voir la suite ici :

https://gellerreport.com/2022/07/100-year-old-veteran-breaks-down-in-tears-this-is-not-the-country-we-fought-for.html/

 

Et vous Français, pour ceux qui comme moi ont porté l’uniforme, pour ceux dont les parents et grand-parents se sont battus pour que la France survive, est-ce aujourd’hui le pays pour lequel vous, vos parents et grand-parents, vous êtes battus ? Ma personnelle réponse est « NON ».

Je ne me suis pas battu pour le pays où je vis actuellement, mais depuis les élections présidentielles de 2020, ce n’est plus le pays dans lequel j’ai vécu depuis plus de 40 ans.

Le patriotisme est insulté, à quelques exceptions près. Il est grand temps de se secouer, ce brave centenaire ne peut plus faire grand-chose, autre que pleurer sur son pays, et je n’ai guère d’autre recours que de taper du clavier de temps en temps.

Wake up America, réveille-toi la France. Si ce n’est pour vous, pensez à vos enfants, vos petits-enfants et, en ce qui me concerne, à notre arrière-petit-fils ainsi qu’à sa petite sœur ou à son petit frère prévu pour novembre.

Hauts les cœurs.

Jack

 

 

 814 total views,  1 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. La situation là-bas ressemble à la nôtre.
    De vieux patriotes courageux, envahis de migrants de toutes origines qui veulent changer le pays qui les a accueillis si généreusement.

    A la troisième génération, ils chient sur leurs bienfaiteurs.
    Faut virer tous ces parasites ingrats et resquilleurs avant qu’ils ne défigurent à jamais le pays construit par nos ancêtres.

  2. Au soir de sa vie, le général BIGEARD disait :  » Je vais bientôt casser ma pipe et j’en suis bien content ; J’AI TROP AIMÉ LA FRANCE POUR AIMER CE QU’ELLE EST DEVENUE.  » J’en ai fait ma devise.

  3. Bravo. Vous avez de qui tenir.

    Je n’ai pas eu cette fierté : mon père, affecté à une batterie de DCA, s’est fait prendre aux pattes en mai 40, sans combattre . Puis 4 ans de travail pépère dans une ferme allemande. Rentré bien nourri ! Puis abandon vite fait bien fait de femme et de 2 gosses.

    J’a pu, mentalement, « redresser » la barre. Avec des enfants et une épouse aussi patriotes que moi.

    Il nous faut garder le moral et la force. Nous en aurons sûrement bientôt besoin.

  4. Ma réponse est NON aussi !!!!
    Avec un oncle commandant au 2ème bureau + un grand-père colonel de cavalerie ( 2 guerres )+ un 2ème grand-père résistant et adjudant-chef + 1 père conducteur de char ( cavalerie )et des ancêtres sous Napoléon, il est clair que ma réponse est non et que je suis dégouté en pensant à leurs courages respectifs et en voyant ce qu’est advenu le pays pour lequel ils se sont tous battus si sincèrement !!!!!!!!!!

  5. « AnaMarie Avila Farias, résidente de troisième génération « . Tout est dit. Il faut encore un dessin ? Les nationalités ne sont plus que des fictions, et tous ces étrangers retournent l’insigne honneur qui leur a été de recevoir la nationalité d’un pays construit par les ancêtres des autres, contre le pays où ils prospèrent indûment. Chez nous, c’est pire.

  6. Jack, aujourd’hui, ce n’est plus  » Wake up !!  » mais  » Woke up !!  » …

    Tu as raison, les patriotes américains ne doivent du tout reconnaître leur pays…

    Sans compter TOUS les mensonges dont été abreuvés le peuple américain !!!

  7. la France est foutue désolé je suis fataliste et lucide,nous n avons plus de courage.Qn ne peut pas empecher un peuple de se suicider nous avons scié la branche. sur laquelle nous étions assis.Sans courage point de salut et nous n avons plus de courage
    ADIEU MA FRANCE

  8. seule solution , la voie des Armes et là il y aura du travail pour la libération ! surtout n’oubliez jamais de vous équiper en armement …

  9. Les États-Unis de Biden sont devenus un pays qui ne mérite plus que l’on se batte pour lui. Les démocrates et leurs wokes ont réussi à éteindre la flamme de l’enthousiasme et toute velléité de patriotisme. Les usa sont moralement un champ de ruines qui n’inspire qu’indifférence, écœurement, voire mépris et dégoût. C’est la déchéance. L’Europe grâce à ses dirigeants est en train de suivre la pente fatale.

  10. Faudra-t-il un jour malgré notre âge avancé ressortir le treillis et les galons pour aller friter d’importance tous ces connards qui nous pourrissent la vie et insultent la Patrie que l’on a tant servie?
    Je ne vois plus d’autres moyens, si quelqu’un sait?

    • J’ai bien peur que ce soit la seule solution ! Mais nous n’avons rien à perdre à nous engager à fond: ça passera ou ça cassera et nous aurons fait notre devoir !

    • Oui, il le faudra !

      Si un homme de mérite et d’assez haut rang, issu de l’Armée, se dévoile et se dévoue pour sauver notre pays. Avec, derrière lui, de nombreux militaires motivés, sous-officiers et officiers (plutôt subalternes -de l’aspirant et du sous-lieutenant aux commandants, car plus fiables), sans oublier « les petits, les obscurs, les sans-grades », et … la Légion.

      Ce sont toujours des minorités qui font les révolutions, et non les masses, amorphes, attentistes ou pire pour certains, complices de nos ennemis venus de l’extérieur.

      Il ne peut en être autrement !

      Je ne peux me résoudre,(et je ne dois pas être le seul dans ce cas), à attendre la fin de notre Patrie sans qu’un sursaut miraculeux ne se produise.

      Même au prix de sang, de souffrance et de larmes.

Les commentaires sont fermés.