A Marseille, si les petites musulmanes allaient à la piscine, tous les enfants sauraient nager, non ?

1 enfant sur 7 ne saurait pas nager en France. 1 sur 2 à Marseille !

Mais que se passe-t-il ? Un démon sévit-il à Marseille qui empêche les enfants d’apprendre à nager ?

C’est, forcément, la faute au gouvernement, à la société, aux maîtres nageurs…

Horresco referens, quel est ce pays qui abandonne les enfants et les jette à l’eau pour les noyer ? C’est presque ça !

Comment l’expliquer ? Les politiques d’éducation physique sont-elles en cause ? Manque d’infrastructures, de maitres-nageurs, de club, de créneaux pour les scolaires, de volonté politique, comment expliquer ces inégalités devant la nage ? Les bassins seraient-ils devenus un nouvel espace des privilèges ?

Incroyable.

Pas un mot pour comprendre pourquoi, alors que depuis des lustres, tous les enfants, en France, vont à la piscine régulièrement pendant l’école primaire et le collège…. Et que, donc, tous les enfants apprennent à nager, plus ou moins bien certes, mais ils ont au moins une initiation et plus.

Pas un mot surtout pour s’étonner des particularités de Marseille et pour chercher si, par hasard, la Seine-Saint-Denis, par exemple, n’aurait pas elle aussi un taux faible d’enfants nageurs…

Pas un approfondissement pour savoir si, par hasard, il n’y aurait pas plus de filles que de garçons qui ne sauraient pas nager ?

Pas une référence aux Territoires perdus de la République, qui, déjà, il y a plus de 20 ans, expliquait que les filles avaient moult certificats médicaux ou excuses à 2 balles pour ne pas aller à la piscine et être vues en maillot de bain…

Résumons la situation : ce que l’école française apporte, connaissances, savoir-faire, moyens d’échapper à une noyade en passant est refusé par un certain nombre de parents musulmans. Que ce soit la natation ou notre histoire (je me souviens de Dieudonné, lors du débat qui nous avait opposés qui disait qu’il trouvait normal que son fils ne veuille pas apprendre l’histoire de France).

Je trouve l’Education Nationale et les mairies déjà fort généreuses qui permettent aux enfants d’apprendre à nager alors que, à mon sens, cela relève des devoirs des parents. Même pour les parents qui n’ont pas les moyens d’aller en vacances à la mer, il y a à présent des piscines un peu partout où l’on peut soit apprendre à ses enfants à nager, soit leur faire donner des cours de natation, en groupe ou en individuel pour un prix défiant toute concurrence.

Ma conclusion, c’est que quand on veut on peut. Quand on ne veut pas, ce n’est ni la faute de l’Etat, ni celles des profs, ni celles des maîtres nageurs mais, pour une bonne partie sans doute des enfants non nageurs, la faute à l’islam. Qui interdit la piscine aux filles et qui n’encourage sans doute pas beaucoup ses garçons à pratiquer des moeurs d’Occidentaux… sauf s’il s’agit d’enquiquiner le Français moyen avec des burqas.

 663 total views,  1 views today

image_pdf

6 Commentaires

  1. Et bien on saura quoi faire si on se fait agresser par une dizaine de bachées et armées de couteaux en étant au bord d’un lac ; hop, on les pousse dans l’eau.

  2. Dieudonné raisonne comme un enfant, avec une mauvaise foi absolue.L’antisémitisme n’est jamais loin et il ne croit pas un mot de ce qu’il dit quand il parle des bienfaits de l’islam

  3. pas économique financièrement ,, faudra changer l’eau tous les jours !!!!

  4. Bientôt les musulmans diront que si leurs filles ne savent pas nager c ‘ est parce que le règlement islamophobe interdit le burkini .

  5. Dans ma ville ce sont plutôt les Fds qui évitent d’aller à la piscine, vu le comportement de certaines chances pour la France.

Les commentaires sont fermés.