6 mois de prison avec sursis pour avoir refusé que son fils porte le masque à l’école

La planète Mars, vous connaissez ? C’est la France de Macron. C’est la justice du copain de Macron, Dupond-Moretti… Pendant ce temps, des violeurs, des agresseurs au couteau se baladent librement…

Il avait pourtant tout bien fait, donnant à l’institutrice un certificat médical justifiant le non port du masque, remplacé par celui d’une visière… mais l’instit bouchée à l’émeri n’a pas voulu en démordre, alors ça s’est compliqué et le papa s’est un peu énervé… en paroles seulement.

Et hop ! Tribunal illico presto.

Et hop ! 6 mois de prison avec sursis et 2000 euros d’amende. Le pauvre père n’a même pas pu faire valoir ses arguments à la barre, le Président lui interdisant de se justifier au motif qu’il ne voulait rien savoir sur le sanitaire et qu’il n’était là que pour injures à destination de l’instit. Moi qui croyais benoîtement que, s’il y avait des différences entre les peines des condamnés, c’était lié à la prise en cause du contexte, des raisons, des explications… Bernique ! Il n’est pire sourd qui ne veut pas entendure.

 

Oui, « c’est bien un truc de dictature »… le procureur avait même demandé la perte de l’autorité parentale. Ben voyons ! Il s’agit toujours d’emmerder et les non vaccinés et ceux qui osent DESOBEIR mais surtout de leur supprimer leurs libertés fondamentales…..  dans la France de Voltaire ! Pfff !

Le côté réconfortant c’est que le papa n’était/n’est pas seul. Ils sont nombreux les parents qui ont compris l’horreur des mesures sanitaires dans nos écoles pour nos petits.

[…]

Du monde devant le tribunal

Chansons, musiques, sitting, discours tout y était pour soutenir la cause de François Champart qui a écrit plusieurs mails à l’institutrice de son fils quand il a appris que cette dernière lui avait fait porter un masque en lieu et place d’une visière plastique comme convenu et soutenu via un certificat médical.

Mais l’objet du délit n’était pas là. Mais dans l’interprétation faite par la destinataire de ces écrits qui ont été jugés menaçants.

Le prévenu n’a pas pu revendiquer sa position

François Champart a tenté de revendiquer la menace représentée par les décisions gouvernementales de faire porter le masque aux enfants. Par la mise en place d’un protocole sanitaire dans les écoles. Il s’est fait stopper tout net par le président de l’audience : « Nous ne sommes pas là pour faire de la politique, mais pour vous juger pour des faits de menaces à l’encontre d’une représentante du service public. Avez-vous bien compris ? »

Il est revenu à la charge à plusieurs reprises en tentant d’imposer son argumentaire. Rien n’y a fait le tribunal n’a pas voulu l’entendre sur ces points-là, mais uniquement sur les menaces. « Je n’ai pas souhaité le faire. Je voulais juste ouvrir un débat, un dialogue que je ne parvenais pas à mener sur un sujet qui me semblait important, la santé de nos enfants. Je n’ai rien contre elle. »

« Mon seul combat est de ne plus jamais vivre ça »

Il a dû céder la parole à la partie civile. Me Céline Thil, pour l’institutrice : « Elle ne vient pas au tribunal car elle est discrète. Elle n’a pas besoin d’une tribune pour aider les enfants. Elle n’a rien à se reprocher et pourtant elle a été jetée à la vindicte populaire quand on l’a posée au cœur d’un débat politique. Aujourd’hui, elle est intimidée, elle a peur. Elle souhaite juste que tout s’arrête. Elle n’a jamais voulu battre monnaie, mais aujourd’hui (Elle s’appuie sur la virulente intervention d’une mère dans la salle) elle va demander réparation. »

François Champart, pour sa défense a insisté : « Je suis d’accord avec le procureur, la citoyenneté a été cassée en janvier 2022 par le président qui a décidé que je n’étais plus un citoyen. À partir de là je ne suis plus dans le pacte citoyen. La seule chose qui me motive, c’est le bon sens général et remettre les enfants au cœur du problème. Nous, les parents, nous portons la douleur de nos enfants. Le masque ne sert à rien. Il est nocif. Mon seul combat est de ne plus jamais vivre ça. »

Procureur Daudens : « On a désigné une enseignante comme étant le mal »

« Tant qu’elle ne contrevient pas à la loi, la liberté de conscience est libre en France, lance le procureur Daudens. On est libre de croire que le protocole ne sert à rien. Il peut penser que le masque est toxique pour les enfants, il peut alors le retirer de l’école et assumer sa scolarité. Aujourd’hui, on lui demande des comptes pour des faits de menaces et d’intimidation. Nous sommes là aujourd’hui car il a refusé tous les dialogues. »

Puis le procureur Daudens s’énerve « Pour obtenir une exception à la règle pour son fils. Il estime que la règle ne s’applique pas à son fils, c’est grave car cela met à mal le pacte Républicain. On a désigné une enseignante comme étant le mal. Nous sommes dans une logique sectaire. » Il a requis une peine de 6 mois de prison avec sursis probatoire de 18 mois. La protection de l’institutrice en évitant tous messages haineux et en interdisant tout contact avec le prévenu.

Il a demandé l’affichage du jugement dans les écoles « pour rappeler les principes de la vie commune. » Puis il a requis l’annulation des droits civiques et civils durant trois mois. « C’est une réquisition de l’ordre du symbole pour dire à la société ce qu’est la citoyenneté. »

https://www.midilibre.fr/2022/05/31/il-refuse-que-son-fils-porte-le-masque-a-lecole-perte-de-lautorite-parentale-et-prison-avec-sursis-requises-a-beziers-10328129.php

 

 1,327 total views,  2 views today

image_pdf

17 Commentaires

  1. A noter que l’instite est particulièrement bornée, têtue et querelleuse, elle veut avoir le dernier mot et se fiche de la santé du gosse qui est sous sa responsabilité.

  2. Wouaaaaaouh ! le proc en plein dans la logique totalitaire, pour lui pas de cas particulier, c’est marche ou crève !
    Le rouleau compresseur de l’égalitarisme, qui n’a plus rien d’humain, c’est le visage du robot niveleur qui écrase tout ce qui dépasse.
    Put** de soviet à la mode maoïste.

  3. Dans l’enseignement privé sous contrat : j’ai été dénoncé par une lettre anonyme à la tutelle de l’établissement car je ne mettais pas mon masque. Étant chef d’établissement il m’a été recommandé de donner l’exemple ! Remarque : j’avais accepté cette mission à titre exceptionnel venant de prendre ma retraite suite à un problème cardiaque. Bien entendu j’ai à plusieurs reprises fait comprendre à mes collaborateurs ma position sur la folie Covid. Cette position n’était pas en odeur de sainteté !

  4. Nous avons là tous les signes d’un pouvoir en perdition qui ne contrôle plus rien, qui est en perdition, et qui ne songe plus qu’à se protéger en se barricadant derrière la Louââ.

    Incapable, incompétent, atteint du syndrome de Peter, il se réfugie derrière le règlement pour sanctionner tous ceux qui contestent ses décisions ineptes, absurdes, inefficaces et injustes qui partent dans tous les sens, sauf le bon.

    Quand je parle de pouvoir, c’est tout le système : pas seulement le gouvernement, le monde politique, mais toute l’Administration d’État.

    Faute d’avoir une action efficiente sur le réel, les dirigeants de tous niveaux se réfugient dans le symbolique, le verbal et les arguties juridiques, idéologiques et scolastiques. Bref derrière le verbiage. Un signe qui ne trompe pas, la novlangue en béton précontraint destinée à tromper et masquer, nier la réalité qui sévit dans le discours de tous ces décideurs, incapables de nommer le réel et à admettre les faits.

    Encore un signe de décadence, de déliquescence pour ne pas dire de putréfaction avancée de la civilisation.

  5. En France, la « Justice » pourrie par le gauchisme vous condamne lourdement pour des crimes imaginaires, comme au bon vieux temps du crime de lèse-majesté, de blasphème, d’hérésie, de sorcellerie, de fornication avec le Diable, et vous absout des vrais.

    Par ailleurs, cette disposition se croise avec le deux poids deux mesures: vous êtes jugés aussi en fonction de ce que ou de qui vous êtes, et non de ce que vous avez fait : honnête citoyen Français en règle, ayant payé ses impôts, blanc, ou racaille « d’origine immigrée » multirécidiviste multicondamné pour vols, agressions, meurtres…

    Attention : contrairement à ce que vous pourriez croire bien naïvement, seuls les premiers sont lourdement condamnés. Les seconds sont relaxés, ou condamnés à la prison à domicile avec permission de sortir et de voyager. Ou à une OQTF qui leur permet d’obtenir un titre de séjour long voire la nationalité « francèse ».

    • Je ne sais plus qui a dit quelque chose disant que quand ce sont les méchants qui font la loi et les fous qui ont le pouvoir c’est le signe de la fin de la civilisation. Manifestement nous y sommes. La France, l’Europe, l’Occident se meurent. Non, pardon : ils se suicident, ils se font hara-kiri.

  6. Si ça avait été 1 gris ( ou plus ) ,il n ‘y aurait pas eu de soucis

  7. =======================
    Je ne sais pas si toutes les retransmissions de séances à l’Assemblée Nationale lorsqu’un député RN parlera se pssera comme çà mais aujourd’ui LeHuffPost nous montre un échantillon de ce que cela pourra être. MUSIQUE FORTE, discours inaudible. ???

    ◘ À l’ouverture de la nouvelle assemblée, le discours d’un élu RN applaudi au perchoir
    https://www.youtube.com/watch?v=h6oyN4Mac4A

    DESCRIPTION : […] En vertu du règlement de l’Assemblée nationale, c’est le doyen d’âge, José Gonzalez qui a ouvert la première séance de cette nouvelle mandature. À 79 ans, ce député du Rassemblement national élu dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône a évoqué avec une émotion visible l’Algérie française. …/…

  8. J’ai eu presque pareil mais j’ai laissé tomber car manque de fric.

  9. « Puis il a requis l’annulation des droits civiques et civils »

    Tiens ? pourtant les prisonniers ont le droit de voter maintenant…. je ne comprends plus (ou si, je comprends trop…).

    Histoire folle, le masque est non seulement inapproprié, inutile et dangereux, point barre et on n’a pas à l’imposer. C’est une entorse aux droits de l’Humain qui a besoin de respirer pour survivre.

    Bon, maintenant il y a le fait que certains qui réfléchissent peu voire sont hypochondriaques, le réclament… La folie a droit de cité !

  10. Donc conclusion il vaut mieux en France être une racaille à qui on donne des simples rappels la loi pour parfois des délits bien plus importants ,plutôt qu’un père de famille qui s’est un peu énervé contre une instit pas très compréhensive. Pfff le monde à l’envers.

    • Vaut mieux écrase 1 flic , si l ‘on est gris ( ou plus ) , c ‘est moins condamnable

  11. Ce juge et ce procureur sont des incompétents et des conards. Pour des raisons tant émotionnelles que leur incompétence en droit ils mélangent deux affaires juridiques:
    1. le port du masque inutile contre un virus respiratoire et la trentaine d’effets nocifs du port de ce masque, dramatiques surtout pour les enfants et les personnes âgées.
    2. l’attitude présumée injurieuse de ce père exaspéré à l’égard de ces deux douteux fonctionnaires de la justice à la française en perdition.

  12. Combien ont voulu macron le sociopathe et sa fausse justice de merde à deux vitesse??? Combien ont rejeté les patriotes comme Z. Hein combien ? Une majorité en tous cas. Eh bien maintenant ils ont la dictature et ce n’est pas fini.

Les commentaires sont fermés.