Cultivons notre jardin 2 : le potager, pour survivre ou pour vivre ?

Juste pour vivre tranquille, dehors ça n’a l’air de rien ça fait de l’exercice, et mettre les mains dans la terre c’est bon pour la santé. Des études scientifiques ont démontré que le fait d’avoir les mains dans la terre augmentait la production de sérotonine, l’hormone du bonheur. Les adeptes de la jardinothérapie préconisent une à deux heures d’activité par jour.

Pourquoi Toucher la Terre Aurait un Effet ANTI-DÉPRESSEUR.

https://www.comment-economiser.fr/toucher-terre-depression.html

Rassurez vous je ne suis pas dépressif, bien au contraire, très heureux, surtout quand je regarde les infos. Loin des villes et ses bruits, surtout des tamtams de sauvages,  il est agréable d’entendre les oiseaux toute la journée. Quelques fois on s’énerve  quand même, quand le renard vient vous prendre 4 poules achetées il y a un mois, (c’était la semaine dernière) c’est la campagne. Il faut le savoir, mais à choisir entre prédateurs je préfère les miens. La campagne c’est aussi 3 cigognes qui tournent 10 minutes au dessus de la maison (il y a 15 jours) ou les écureuils qui viennent sur la terrasse, ou la transhumance qui passe sur le chemin à côté du terrain (la semaine dernière). Ça c’est pour vous faire rêver.

Maintenant il faut revenir au potager et ça c’est du boulot, d’amateur. Dans les deux sens du terme. Il faut aimer, beaucoup  (indispensable,  sinon retournez au canapé) et commencer par être amateur. Pour celui qui commence, il faut faire un tour autour de vous, voir ce qui pousse et ne pousse pas. Surtout lier des amitiés avec  d’autres jardiniers déjà installés, ça paraît une évidence, mais chaque région a des particularités auxquelles il faut s’adapter. Chez nous,  à quelques KM et même centaines de mètre  on n’a pas les mêmes résultats. Dans les creux le soleil arrive plus tard, le froid aussi, surtout avec une rivière à côté. Les campagnes  ont encore suffisamment de pollinisateurs pour avoir de beaux fruits (le voisin a 10 ruches, ça arrange bien mon potager), en ville les pollinisateurs  sont  en train de disparaitre ou ne sont pas assez diversifiés, ce qui diminuera vos récoltes. Avoir sa ruche ce n’est pas un gros travail, mais l’investissement en matériel, surtout pour une seule ruche, est le problème.

En plus des outils pour le potager  (motoculteur, débroussailleuse et tondeuse si l’on a un verger) il faut énormément d’outils à main, donc prévoir un local ou un chalet pour tout ranger,( le mien fait 20m2 pour les 600 m2 de potager) avec une partie atelier pour réparer. Il faut aussi une table de travail pour préparer les semis. Il faut stocker les sacs de terreaux, et les bacs pour préparer les semis. J’en ai une dizaine récupérés dans des vieux frigos. Il faut aussi stocker les films plastiques pour démarrer les plantations, une dizaine  que je change tous les 3 ans (pas tous en même temps) Il faut aussi stocker les sacs d’engrais (j’y reviendrais plus tard).

Je me laisse allez à parler de mon grand potager, c’est très dur de penser pour un  plus petit.

Pour un potager l’élément essentiel c’est l’eau. Pour 100 m2, pour ne pas utiliser l’eau de la ville, au pif je dirai qu’il faut une réserve d’eau de pluies de + /- 1000 litres (tout dépend des régions). Pour moi, c’est une réserve de 5000 litres pour passer, juin, juillet, aout (depuis 3 ans les ruisseaux  s’assèchent) et sûrement 10000 litres  qui sont tirés quand les ruisseaux coulent.

Ensuite, pour l’amateur qui veut commencer, vous pouvez acheter les plants chez un  maraîcher ou un producteur de plants, souvent ils vendent sur les marchés, c’est moins  cher. SI vous pouvez, évitez,  les jardineries en libre service. Les plants sont souvent de moins bonne qualité et ont beaucoup voyagé, tous les clients y touchent ou mélangent les plans dans les barquettes, à la pousse vous pouvez vous retrouver avec des tomates cerises au lieu de cœur de bœuf.  Après vous pourrez vous lancer dans la production de vos propres  plans (on en reparlera)

Les plants de pommes de terre, et les graines d’haricots verts je les achète chez un revendeur de matériel (tracteurs, tondeuses, etc) c’est aussi beaucoup moins cher et il sélectionne les meilleurs variétés ; les haricots sont vendus au poids. Bien sûr,  je pense qu’en ville ça n’existe pas, pauvre de vous.

Suite au prochain numéro

 

 

 744 total views,  3 views today

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


42 Commentaires

  1. Pour les tomates j’utilise des tubes en PVC petite section comme tuteurs. Je les perce de trous sur 20 cm, un bouchon sur l’extrémité enterré et j’arrose en remplissant le tube (une poignée de feuilles d’ortie mélangée avec du compost avant plantation).
    Sinon pour les autres plantes, enterrer un tuyau percé de trous sur toute la longueur, un bouchon à une extrémité et de l’autre un coude un morceau de tube qui sort de terre et remplir pour arroser. Économie d’eau et gain de temps. Et pailler

  2. J’ai investi dans le broyeur de végétaux Stihl GHE 420 avec 2 entonnoirs distincts : un pour les végétaux et petits branchages et l’autre pour les branches jusqu’à 5cm de diametre.
    Pour mon potager je procède par planche de 70/80cm de large que je decaisse sur 40cm de profondeur. Dans le fond je mets une couche de broyage de branche mélangé avec de la tourbe, ensuite une couche de broyage de vegetaux mélangé avec du compost, je recouvre avec la terre du decaissage (ca forme une petite butte qui augmente la surface de culture) un bon arrosage et je recouvre d’une bache noire et je laisse la nature faire son oeuvre. Au printemps je decouvre je paille et je plante. Les plantes vont puiser elles-mêmes les nutriments et les arrosages sont limités.

  3. En campagne : attention aux aigles, aux buses, aux milans, etc… : ils ne trouvent pas de problèmes à manger les petits animaux – dont les NOTRES.
    Rien que pour les milans, j’ai ai des dizaines et des dizaines au-dessus de ma tête; et ce n’est pas rare de les voir avec serpents, rats, CHATONS – entre les griffes…

    Du coup, éviter de prendre de poules NAINES : ce serait bête qu’elles se fassent attraper par un milan ou un aigle, ou autre rapace. (Pour référence : ma poule la plus petite est une Appenzelloise Huppée. J’irai pas en-dessous, question taille…)

    De même, faire beaucoup de petits abris pour vos animaux : même les grandes poules restent à risque d’attaque de rapaces, et les chatons – voire même chiots OU petits chiens – peuvent servir de proies…

    Mais il y a un bon avantage à avoir des rapaces au-dessus de chez soi : ils servent « de chats ».
    Les rapaces chassent aussi les rats, campagnols, et tout ça… et peuvent donc être considérés comme des prédateurs UTILES au jardin!

    • Emilie, pour éviter la predation des rapaces il faut mettre une ou deux dindes avec les poules. Elles sont tres observatrices et donnent l’alerte dès qu’un rapace se présente et ça marche bien.

    • Des aigles!!! Dans quel coin de France habites-tu pour avoir autant de milans, de buses et des AIGLES?
      La Provence, le Dauphiné, le Languedoc Roussillon, Midi-Pyrénées?
      Ces oiseaux rapaces attrapent des souris, des campagnols et des rats dites-vous. Mais les rats se cachent près des maisons, des fermes, des poulaillers, là où ils peuvent trouver de la nourriture, pas en rase campagne, donc avant qu’un rapace voit un rat, ça peut prendre des années, voire mille ans! (Hi hi hi, milan). Donc ne comptons pas sur les rapaces pour nous débarrasser des rats. Il se vend des pièges à rats et c’est la seule façon de s’en débarrasser et ne jamais laisser de la nourriture à terre, ça les attire.

      • Bonjour, Retour aux sources.

        Auvergne. Moyenne montagne.
        Coin paumé entre champs agricoles et forêts (ou ce qu’il en reste)…
        …sources d’eau à proximité.
        Bel environnement. Beaucoup, BEAUCOUP de rapaces : ils s’y plaisent.

        Tellement d’oiseaux présents qu’on pourrait presque parler d’invasion – surtout en ce qui concerne milans, buses, grand corbeaux… (j’assiste souvent à des bagarres : les grands corbeaux n’hésitant pas à attaquer les milans)
        …buses, faucons, chouettes, hiboux… etc…
        (Il y a aussi les migrateurs, comme l’aigle botté… très joli!)

        Concernant les rats : ils SONT aussi en rase campagne!
        Dès qu’il y a de l’humidité, les rats, souris, et autres bestioles du genre prolifèrent facilement (dans les champs agricoles COMPRIS).
        Les rapaces, renards et chats – entre autres – s’en nourrissent donc.

        Beaucoup de faune sauvage chez moi. En terrestre : chevreuil, cerf, biche, renard, loup, lièvre, lapin, sanglier, blaireau…
        En arthropodes, on n’en trouve pas des très gros (comme c’est le cas dans le Sud de la France) – sauf coléoptères -, mais ils sont très diversifiés.

  4. Je vais bientôt faire un second potager, sur une partie non utilisée de mon jardin.
    (La vie coûte chère.)

    Si j’ai trop de légumes, j’en donne à des amis – je ne sais pas si je peux les appeler MES amis, puisque ce sont les amis ET la génération de mes parents, mais je les considère quand même avec ce genre de sentiments… -, et les gens sont RECONNAISSANTS.
    Ca les aide bien, et moi, ça me fait plaisir!
    Certains le rendent avec ce qu’ils peuvent. Par exemple, l’autre jour, un Monsieur à qui je donne oeufs et légumes m’a offert des CERISES (première récolte – c’était vraiment gentil de sa part)!

    Il faut savoir s’entre-aider. Echanger fruits et légumes si on veut, même…!
    Ca permet en plus de garder des liens étroits avec nos voisins…! Et c’est très important! (Et ça fait plaisir!)

    Puisqu’on est sur le sujet : je confirme que jardiner est bon pour la santé.
    Depuis que je passe ma vie au jardin et avec mes animaux, mon état de santé s’est nettement amélioré depuis : j’ai repris des forces! (Soleil, travail, plaisir…?)

    • oui le travail et cultiver les amis c’est bon pour la santé.Moi aussi je donne le surplus. Une voisine née ici , connaissant tous les coins a champignons nous approvisionne. Ce qui m’a le plus étonné en arrivant ici il y a 15 ans (c’est toujours pareil)les commerçants étaient souriants détendu, idem super U ou carrefour(Lavelanet, je fais de la pub gratuite) contrairement a Agde ou avait l’impression de les réveiller dans la sieste. ICi quand on croise un inconnu sur le trottoir on dit encore bonjour, c’est meilleur pour la santé qu’un crachat

    • Aujourd’hui, les amis sont rares et nos voisins, les maisons voisines, c’est pas la joie et même notre parenté faut pas trop compter sur eux. Sinon je suis d’accord avec vous, il faut s’entraider.
      Vous n’avez pas de cerisier, de pommier, de poirier, de prunier, de mirabellier, de cognassier chez vous? Ah, étonnant, il en pousse partout. Habitez-vous au Pôle Nord?
      « Jardiner c’est bon pour la santé » Oui, mais de quelle santé parlez-vous? La santé physique ou mentale ou spirituelle? Jardiner, c’est un plus dans sa vie, avant le jardinage, il y a les études spirituelles, mes parents, oncles et tantes ont tous jardiné, mais n’ont jamais fait d’études spirituelles, conséquences ils ne comprennent pas grand chose à la vie ni à la politique, ils votent Macron ou PS, c’est dire leur ignorance.

      • Si, même dans les coins au climat pourri, on a des fruitiers.
        Groseilles, cassis, framboises, mûre, raisins, pommiers, poirier, prunier, etc… j’ai de tout ça.

        J’ai aussi un cerisier. Mais pas encore ramassé les fruits (sauf ceux des branches du bas), par contre; trop de vent pour le moment, et donc trop dangereux de monter sur l’échelle.
        Quand j’aurais ramassé ce que j’ai, j’en garderai une partie pour moi, et je trouverai bien quelqu’un à qui donner le reste? (Plutôt que de laisser se gaspiller…)

        • Ah! tu as des arbres fruitiers, je me disais aussi.
          Si tu as peur de monter sur l’échelle parce que le vent est trop fort, tu peux grimper aux arbres, c’est ce que je faisais quand j’étais jeune. Nos cerisiers sont très gros et très hauts. Si tu as trop de pommes, de poires, de mirabelles, tu peux faire des compotes, c’est ce que fait ma mère.

  5. J’ai arrêté les poules on fini par être infesté de rats et comme mes voisins ne les chassaient pas et que les rats sont très intelligents et difficile a combattre j’ai préféré stopper l’expérience . Lorsque je vois le prix du matériel engagé plus la nourriture je me dis que se sont œufs qui reviennent chers , notons au passage que l’urine des rats est dangereuse pour la santé lorsque la nuit ils pissent sur les légumes .

    • Bonjour, Alexcendre62.

      Les poules n’attirent pas les rats : ce sont les aliment donnés aux poules qui les attirent.
      Pas de restes des repas AU SOL, donc… pas de graines au sol non plus : mettre dans une mangeoire à accrocher sur un grillage, et l’enlever la nuit de préférence.
      Ou alors, acheter une mangeoire entièrement en métal, avec trappe qu’on ferme la nuit (pas de partie en plastique sur ce genre de mangeoire, sans quoi les rat rongent le plastique pour accéder aux graines la nuit).

      Si grosse infestation de rats au potager, alors pas le choix : retirer toutes les cultures auxquelles les rats s’attaquent. Tant pis, c’est une année foutue, mais il faut faire en sorte de ne plus attirer les rats dans le potager (les rats peuvent « abîmer » la terre).

      (S’assurer aussi d’avoir des chats dans le quartier, mais je n’apprends à personne…!)

      (La Mairie peut se charger des invasions de rats! Ca ne coûte rien de demander…?)

      • Merci Emilie pour ces précisions ,quand aux chats a part quelques cas particuliers ils n’osent pas s’attaquer aux gros rats et leur urine n’est pas bonne aussi pour les jardins . Si on a de la place il faut faire des tas de bois les fouines adorent les tas de bois et là les rats préfèrent changer de rue mais attention aux poules et aux jeunes poussins ils n’aiment pas non plus ces charmantes bêtes .En résumé il faut protéger sérieusement ses animaux comme pour l’exemple du matériel de la réclame mais un peu cher pour ma bourse .

        • Alexandre62 : il y a aussi une fameuse 3 en 1 c’est l’oie. Elle chasse les prédateurs à poils et aussi à plumes, excellente gardienne contre les bipèdes mal intentionnés et tondeuse écologique tres efficace.

        • Chez moi, mon potager est à 300 mètres de mon poulailler, je n’ai jamais vu un rat dans mon potager, des fois, à minuit, je croise 1 ou 2 hérissons et c’est tout. Mais ils vont partout, dans mon jardin aussi et les terrains voisins. Quand je m’approche d’eux, ils se mettent en boule. Une fois, j’en ai vu un courir. Ah oui, à minuit, il fait nuit, alors il faut avoir les yeux bien ouverts et connaître par coeur son jardin et potager, sinon…

      • La Mairie peut se charger des invasions de rats. Ah oui! Où ça? Quelle mairie? Première fois que j’entends dire que la mairie va s’occuper des rats. Des rats, il y en a partout.

        • …Rien ne coûte de demander. Il y a des mairies qui acceptent de prendre en charge la dératisation, parait-il.
          Puis, si il y a GROS dangers pour la santé… là, la Mairie n’a pas trop le choix que d’intervenir?

    • Des rats, il y en a un peu partout, pas juste en campagne, près des fermes, des poulaillers, il y en a aussi dans les petites villes et même à Paris. Seuls les pièges à rats sont efficaces. Les chats courent après les souris, pas après les rats. Ils savent que les rats sont très agressifs, les chats ont peur des rats.

  6. Pour trouver plaisir à jardiner, il faut déjà s’intéresser!

    Moi… mon intérêt particulier au jardinage a commencé lorsque j’ai vu MES propres courgettes grossir comme elles l’ont fait : j’ai eu des « courgettes géantes », et j’étais tellement impressionnée et contente que je m’étais lancée pour défi de faire de très grosses courgettes chaque année…
    (Ensuite, l’intérêt pour « le reste » vient tout seul…)

    Quand on a déménagé (avec mes parents) pour habiter une maison montée handicapée, j’ai décidé que je ferai absolument TOUT au jardin.
    Alors j’ai délimité un emplacement pour le potager, et j’ai fait quelque chose de JOLI.
    Des fleurs, des fruitiers, des statues, etc… j’ai fait un joli jardin pour que mes parent aient du PLAISIR à y être, et j’ai planté et semé tout pleins de plantes pour attirer les pollinisateurs, les insectes utiles, et tout ça…

    Résultat : joli jardin, joli POTAGER, terre fertilisée (pourtant NON végétale), de plus en plus d’insectes, de magnifiques oiseaux (les tourterelles se sont définitivement installées chez moi, par exemple), des lézards, des hérissons, etc…

    • Pour s’intéresser au potager, ça prend premièrement un grand terrain et ça demande pas mal de temps et pas mal d’outils. Moi, mes parents me faisaient porter les arrosoirs dès l’âge de 8 ans, alors j’ai appris vite.
      Eux, 5 h du matin, ils étaient au potager, ils y retournaient le soir, toute la soirée.
      Moi, j’y vais à 7h du matin et un peu en soirée, mais à la vérité, je pourrais y passer toute la soirée, car il y a du boulot à n’en plus finir. Le potager c’est bien, mais il y a aussi les études spirituelles.
      Chez moi, mes citrouilles sont tellement grosses que le satellite de Google view les voit du ciel et les filme.
      Il y a des tourterelles chez vous, alors là des tourterelles il y en a partout.

      • Pas forcément : un petit potager aussi est intéressant à faire.
        Bon, c’est vrai que, plus c’est grand, MIEUX c’est…
        Mais quand on n’a pas la place et/ou la santé, ou même le temps : un petit potager est déjà suffisant.

        Dans mon jardin, j’y suis à 5 heures du matin; voire même 4 heures et quelques en été.
        Mais c’est parce que c’est l’heure à laquelle je vais sortir les volailles de leurs enclos, pas parce que j’ai particulièrement envie de jardiner si tôt : trop de brouillard chez moi, alors ce n’est pas très plaisant de jardiner avant que le soleil soit suffisamment haut dans le ciel.
        Mais vu que j’y suis déjà de toute façon à 5 heures, j’en profite quand même pour vérifier tout ce qui a besoin d’être vérifié : limaces et escargots – je suis envahie -, venue de bestioles dans le jardin la nuit, car même lièvres et lapins sauvages me font du dégât…

        « Il y a des tourterelles chez vous, alors là des tourterelles il y en a partout. »

        …Il n’y en avait pas chez moi jusqu’à que je fasse en sorte d’attirer un peu plus de vie dans mon jardin.
        (J’en avais jamais vu de telles aux alentours de chez moi.)

        • Pouh! les limaces et les escargots je m’en fouts!
          Eh! si on commence à faire la guerre aux limaces et aux escargots, on passerait sa vie au potager.
          Tu sors tes poules à 4h du matin, normal, elles doivent étouffer dans leur minuscule cabane. C’est pire que le bagne ton truc. Mon poulailler fait 16m. sur 4 et en hauteur 8m. et l’hiver, elles vont dans une pièce fermée à côté, 4 m x4. H8. Je les sors dans le courant de la matinée, en passant en coup de vent, j’ouvre la grande porte, elles sortent, mes pigeons aussi et je ne m’en occupe plus, j’ai autre chose à faire que de surveiller mes poules et mon coq, de toute façon, elles n’ont pas besoin de moi, elles savent quoi faire. Et les pigeons s’envolent, ils font des ronds dans le ciel.

          • Bonjour, Retour aux sources.

            Les limaces que j’ai chez moi sont surtout des limaces rouges : les grosses dégueulasses qui peuvent atteindre les 20 centimètres de long.
            Comme c’est très humide chez moi, elle me mange tout : fraises, salades, épinards, etc…
            Pas trop le choix que de surveiller tout ça, du coup. J’en ai beaucoup trop : c’est une véritable invasion.
            (Même mes volailles n’arrivent pas à m’en débarrasser complètement, pour le moment : trop de pluie. En ce moment, le temps est pourri, chez moi : le coin est beau, mais le climat est une horreur pour ceux qui aiment le soleil et la chaleur!)

          • Quant aux poulaillers Omlet… promis, mes poules n’étouffent pas. Elles sont même MIEUX que dans un poulailler en bois. (Expériences!)
            En hiver, elles sont au chaud; en été, au frais.
            Le système est vraiment intelligent… il faut avoir pour bien comprendre : les poulaillers sont particulièrement bien conçus. (Moi-même, je ne m’attendais pas à ce que ce soit confortable à ce point pour les poules!)
            Si elles étouffaient… elles ont de la place ailleurs – car grand enclos, et porte des poulaillers OUVERTES -, et l’accès à d’autres abris… mais elles préfèrent aller se coucher ET pondre dans ces poulaillers.
            (Ils sont mieux que ce à quoi je m’attendais avant d’acheter, honnêtement…!)

          • Mes poules se lèvent bien avant le levé du soleil. Dès qu’il y a un peu de luminosité (poulaillers ouverts sur l’est, aussi, pour que les poules ne soient pas en plein vent : ça « tourbillonne » beaucoup, chez moi, depuis plusieurs années, alors il faut faire très attention aux emplacement des abris).
            Ce n’est pas parce que le poulailler est « petit », mais parce que ce sont des poules; c’est tout… (les voisins, c’est pareil; et ils ont pourtant de grands poulaillers en bois)

            Donc… « Omlet » n’est pas en faute. 🙂

  7. Pour ceux qui voudraient vivre en campagne pour manger leurs propre légumes… attention au coin que vous choisissez : les coins humides (genre : à côté d’un barrage), « ça passe ou ça casse », selon les années.

    Je suis en moyenne montagne, zone plutôt humide (beaucoup de brouillard), et l’année dernière a été une année tellement pourrie par la météo (pluie TOUTE l’année) que j’ai perdu presque TOUTES mes récoltes.
    Pieds de tomates : pas eu le temps de me donner plus d’une poignée de fruits qu’ils ont complètement pourris.
    Courgettes : j’en ai mangé quelques unes jusqu’à ce que les rats captent mes pieds de courgettes, et me grignotent tous les fruits. (Rats attirés par l’humidité ET par les sal*peris d’un voisin qui ne s’occupe pas de ses animaux…)

    Et je ne parle pas du reste de mes légumes…
    L’avantage, c’est que j’avais pu re-semer un paquet de thym : le thym ADORE l’eau.

    Mais voilà : selon les années, c’est du pourri. Bien choisir son habitation…! Et bien se renseigner sur le climat (surtout sur le brouillard : si vous avez du brouillard jusqu’à 12-13 heures en HIVER, alors OUBLIEZ!)

  8. Les enclos « Omlet » disposent d’un tunnel anti-renard : ce sont des grilles en métal qu’on installe au sol, à l’extérieur de l’enclos.
    Résultat? Le renard ne peut PAS creuser et rentrer dans l’enclos.
    (J’ai l’expérience!!
    Beaucoup de renards chez moi… ils ont bien l’air de se sentir très c*ns quand ils essaient d’entrer dans mes enclos, que je ferme justement LES NUITS pour ne pas que mes poules se fassent manger.)

    Grand enclos « Omlet » (c’est du métal traité antirouille!): https://www.omlet.fr/shop/elevage_des_poules/grand_enclos_pour_poules/

    (Tout ça est CHER. Mais sur le long terme, on y est gagnant question fric. J’insiste bien; j’ai l’expérience, et je n’ai AUCUN regret. « Omlet » change la vie des éleveurs de poules…!)

    L’avantage des enclos « Omlet », c’est qu’ils servent aussi pour d’autres animaux, tels les lapins!
    (Regarder sur le site. Toutes les informations y sont.)

    • Merci a tous , je n’avais pas lu vos commentaires,Dans la suite de ce matin j’avais déjà traité le problème des rapaces, mais j’avais oublié les rats d’Alexandre. je vais le rajouter avant d’envoyer

    • Oui Emilie ils sont parfait ces enclos et surtout déplaçables , c’est un peu dommage que sur le plan budget au regard du cout des œufs c’est un peu cher mais dans la vie il savoir ce que l’on veut la sécurité a toujours un prix et les œufs sont 100% pour l’éleveur , pour les gens jeunes il n’y a pas a hésiter le temps amortira le cout .

  9. Bonjour.

    Pour ne plus se faire manger les poules par les renards, c’est par la marque « Omlet » qu’il faut passer : https://www.omlet.fr/

    (Par peur de me faire prendre mon argent par Macron et compagnie, j’ai vidé TOUTES mes économies dedans, et je peux dire que je ne le regrette pas!)

    Actuellement, le poulailler vendu le plus grand et le plus pratique de leur marque est l’Eglu Cube : https://www.omlet.fr/shop/elevage_des_poules/grand-poulailler-avec-enclos-eglu-cube/
    (Le prendre avec enclos est préférable : ça évite de devoir fermer la porte du poulailler-même toutes les nuits – car on sait que les étés peuvent être CHAUDS en été!)

    Il y a aussi l’Eglu Go ET l’Eglu Go Up, mais il est moins grand, moins costaud, et moins pratique (lavage un peu plus compliqué du fait des « petits coins creusés »)…
    ET la poignée serait facile à ouvrir pour un animal (par accident).
    Alors si achat d’Eglu Go (Up), penser à prendre avec les supports de sécurité : https://www.omlet.fr/shop/elevage_des_poules/pi%C3%A8ces_d%C3%A9tach%C3%A9es/25120/supports_de_s%C3%A9curit%C3%A9_pour_poulailler_eglu_go/
    (Eglu Go est aussi adapté aux LAPINS!!)

    • Bon, pour ceux qui n’ont pas de poulailler et qui ne veulent pas s’en construire un, ce que vend Omlet est pas mal, sauf la petite cabane où les poules dorment, l’espace est vraiment minuscule. Et saviez-vous, les poules volent, pas de grande distance, mais sont capables de voler un peu. Chez moi, j’ai fixé des bâtons en bois ou des barres en bois à 1 m du sol, à 2 m. à 3 m. Certaines volent directes sur la barre à 2 m, d’autres commencent par 1m, mais toutes finissent sur la barre à 3 m du sol. Les poules préfèrent dormir sur la barre en bois rond que sur une étagère élevée, sur du plat. Même mes poules naines volent. Et mes pigeons s’envolent directs sur la barre à 5 m du sol. Mon poulailler est très haut et très grand.

      • « Minuscule »… c’est relatif : ça dépend du nombre de poules.
        Les poulaillers Omlet sont plus grands que ce dont ils ont l’air.

        …C’est vrai que les poules peuvent voler.
        …pas TOUTES, car certaines volent très mal, ou ne peuvent carrément pas décoller en raison de leur poids…
        Mais pour les poules qui volent, l’astuce est de couper les rémiges primaires d’une – d’une SEULE – aile.
        Vidéo explicative : https://www.youtube.com/watch?v=1IISdprXfus

        (Vraiment… ne couper QUE sur une seule aile : c’est plus la symétrie de leurs ailes qui permet aux poules de voler que leurs plumes!)

        (Généralement, plus une poule est petite, plus elle est bonne percheuse ET saute haut. Se tourner vers les plus grandes races – genre Brahma ou Cochin – pour éviter d’avoir des fugueuses… mais attention à la raison pour laquelle on veut des poules : toutes les races ne se valent pas!)

        • Hein! couper les ailes à mes poules, mon Dieu quelle horreur! Mes poules volent et mon coq vole et c’est parfait. Tous dorment sur mes perchoirs fixes à 3 m du sol. Et je sais pourquoi ils vont tous et toutes sur les perchoirs, c’est au cas où des rats viendraient la nuit, les rats ne volent pas. Je n’ai jamais vu un rat manger une poule, mais ils en sont capables.
          Oui, la minuscule cabane Omlet est ridiculement minuscule, tu ne me feras pas changer d’avis.

          • Pourquoi, « quelle horreur »?

            Je leurs coupe juste des plumes : ça ne leur fait pas mal (c’est comme si je leur couper un ongle, quoi), et les plumes repoussent de toute façon… (et je ne coupe plus les plumes de mes plus grandes poules après la première repousse; le temps qu’elles grandissent suffisamment pour être gênées dans leur envol)

            Si je ne leur coupe pas les plumes, alors mes poules peuvent se barrer quand elles veulent, et risqueraient donc de se faire manger par un renard – voire attaquer par un rapace. (Grand terrain, mais les poules peuvent être aventureuses selon leur caractère…!)
            Pour leur propre sécurité, il vaut mieux que je leur coupe les plumes. C’est tout. Je fais ça correctement.
            (L’élevage de volailles, c’est de famille, chez moi : on sait ce qu’on fait.)

          • « Oui, la minuscule cabane Omlet est ridiculement minuscule, tu ne me feras pas changer d’avis. »

            Je ne cherche pas à vous faire changer d’avis : j’essaie juste de faire découvrir une marque – « Omlet » – que j’aurais moi-même préféré découvrir bien plus tôt.
            (Après, chacun fait ce qu’il veut… mais autant permettre aux gens de découvrir les choix qu’ils ont?)

            Moi, je parle JUSTE d’expériences. Et mes poules ne sont ni malheureuses, ni infestées, ni malades…
            (D’ailleurs, tous ceux à qui je donne des oeufs me disent qu’ils n’en ont jamais mangé de si bons, même parmi ceux qu’ils ont pris chez les autres éleveurs du coin… Des poules malheureuses ou en mauvaise forme me pondraient-elles des oeufs si bons?)

    • «Par peur de me faire prendre mon argent par Macron et compagnie, j’ai vidé TOUTES mes économies dedans, et je peux dire que je ne le regrette pas» Je n’ai pas compris, vous avez vidé vos économies dans quoi?
      À part les banques, où peut-on placer ses économies?
      Cacher mille euros dans une armoire à linge, d’accord, mais cent mille euros, là c’est risqué. Ex. si la maison passe au feu, adieu vos économies. Ou si un cambrioleur venait faire une petite visite.

      • « Je n’ai pas compris, vous avez vidé vos économies dans quoi? »

        Ah, ah! Pardon, je dois écrire trop vite pour bien me faire comprendre.
        J’ai mis mon argent dans du matériel « Omlet »!
        (Qui est pourquoi j’en parle : j’ai; je PENSE donc suffisamment savoir de quoi je parle pour conseiller ou non cette marque.)

        J’ai pesé le pour et le contre.
        Puis j’ai décidé que, sur le long terme, j’y serais suffisamment gagnante question fric pour que ça vaille d’y mettre l’argent que j’avais économisé jusque là. (Pour le PEU que j’avais…!)

        J’ai vidé mes économies, j’ai aussi serré ceinture… me suis privée de tout : nourriture et vêtements, entre autres… mais je ne le regrette VRAIMENT pas. Après tout, mon argent, je ne l’emporterais pas au Paradis!
        (…Et j’ai aussi pensé à mes parents : je voulais leur faciliter la vie avec ce genre de matériel pour les poules, dans le cas où il m’arrive quelque chose et qu’ils se retrouvent donc seuls à devoir s’occuper des animaux.
        Il faut penser à tout!)

        • Ah d’accord, tu n’avais pas de poulailler et au lieu de t’en faire un, tu as préféré en acheter un. Moi, c’est tout le contraire de toi, ne pas avoir de poulailler, tout de suite je l’aurais construit moi-même, c’est si facile et en plus, on est fier de son travail. Mais il n’empêche que ce que tu as écrit ne tient pas la route, vider TOUTES ses économies dans l’achat d’un poulailler Made in England pour que Macron et compagnie ne puissent pas prendre tes petites économies, c’est inquiétant, je me fais de souci pour toi. Ta retraite doit être petite. Tu me fais penser à une voisine, elle vit sur sa petite retraite, elle a 0 économie.

          • …Mais je ne suis pas à la retraite? Je ne suis que dans ma vingtaine…
            Qui est d’ailleurs pourquoi je pense bien sûr au LONG terme : avec la montée des prix, je ne veux pas avoir à changer tout mon matériel par la suite, et constater que les prix seront trop haut pour mes moyens.
            (J’ai d’ailleurs déjà fait de sacrées économies sur divers produits… et je n’ai en plus perdu AUCUNE poules aux prédateurs.)

            J’ai fais un choix, c’est tout : entre construire un poulailler en bois, avec tout l’entretien que le bois demande ET les risques liés à l’hygiènes, aux acariens/parasites, et aux prédateurs; et acheter un poulailler en plastique DUR, facile de nettoyage, demandant MOINS d’entretien, sans possibilité pour les prédateurs d’attaquer mes volailles… et qui me durera DONC bien plus longtemps que les poulaillers en bois… mon choix est vite-fait!

          • Trop d’oiseaux sauvages chez moi.
            Je dois DONC penser aux poux rouges et autres sal*peries du genre…
            …qui est pourquoi, de par chez moi, les gens préfèrent construire des poulaillers en béton… Or, dans mon lieu-dit spécifiquement, les règles sont dures cause site classé à proximité : je n’ai pas le droit de construire ce que je veux…

            Franchement, ces poulaillers sont mieux que les poulaillers en bois. Je parle là d’expérience.

            Mais préférer l’Eglu Cube à l’Eglo Go : il est plus grand et plus costaud.
            …En plus, hier, j’ai eu la surprise de me faire piquer par une guêpe parce qu’elle avait fait sa ruche entre les parois de l’Eglu Go, et n’avait pas apprécié que je nettoie et déplace le poulailler… (Ce qui n’est pas possible avec l’Eglu Cube.)
            (Dans la foulée, j’ai aspergé la piqûre de vinaigre blanc. Ca a neutralisé le dard. Très efficace!)