Comme nos ancêtres en 1789, reprenons notre destin en main !

Notre ami Jean-Marc Bled, responsable de Résistance républicaine pour la Seine Maritime, est très engagé dans la campagne pour Eric Zemmour (Présidentielles) et pour Reconquête (législatives et organisation) il a accepté de répondre à nos questions.

Christine Tasin

 

Christine Tasin : Bonjour Jean-Marc, tu es donc candidat aux législatives pour Reconquête dans la 9ème circonscription de SEINE MARITIME.

Peux-tu nous dire, d’abord, quelques mots pour te présenter ainsi que ton parcours ?

JEAN-MARC BLED : J’ai 55 ans et je suis cadre technique dans l’industrie après avoir fait une formation bac+3 dans les années 80. Formation qui m’a permis de découvrir l’industrie automobile, aéronautique et sidérurgique avant d’être dans les biens d’équipements.

 

Etais-tu déjà engagé en politique avant ? 

Je me suis engagé au rassemblement national en 2017 mais j’en suis ressorti dans l’année qui a suivi car je n’ai pas trouvé ce pourquoi j’étais venu. De plus le débat entre les deux tours de la présidentielle a été pour moi un élément négatif concernant un futur personnel au RN.

 

A quel moment as-tu rejoint Reconquête et pourquoi ? 

J’ai rejoint en mai 2021 les AMIS DE ERIC ZEMMOUR par le biais du réseau patriote.

Pour moi c’était une évidence, Après avoir lu ses derniers livres et en l’écoutant quotidiennement lors de ses interventions sur CNEWS il me paraissait évident de me positionner à ses côtés. Mon positionnement politique était en phase avec le propre positionnement de E ZEMMOUR .

 

Quelle(s) forme(s) a pris ton engagement ? 

Mon engagement a débuté par la volonté de rendre visible E ZEMMOUR par des campagnes de collage d’affiches. Puis en juillet j’ai été contacté par le responsable régional de ce qui allait devenir Reconquête un peu plus tard, me demandant d’être le coordinateur de la Seine maritime pour les présidentielles et les législatives.

 

Que penses-tu des résultats des présidentielles ?

D’un côté très décevant car on espérait un score bien plus élevé mais on le sentait venir par les adhérents et sympathisants qui avaient peur de la montée de LFI dans les sondages. Certains d’entre eux me disaient qu’ils allaient voter Marine Le  Pen pour éviter d’avoir Mélenchon au second tour. D’un autre côté 7% pour un parti ayant moins de 6 mois d’existence c’est un bon début. Cela montre qu’il y a un socle électoral qui doit permettre de viser des résultats positifs dans les scrutins à venir.

 

Que penses-tu du refus de Marine Le Pen de ne pas faire l’union des patriotes ? 

Ce refus ne m’étonne pas. Son score du premier tour la met en tête et largement dans le camp des patriotes. Refuser l’union a pour but de ne pas permettre à Reconquête d’exister et dans l’absolu de garder ses électeurs en espérant que les résultats à venir seront du même ordre que ceux de la présidentielle.

 

Pourquoi as-tu choisi de te présenter aux législatives ?

C’est quelque chose qui est venu progressivement. Au sein de Reconquête 76 nous sommes une équipe soudée dans les différentes circonscriptions et nous avons choisi de nous présenter afin de continuer l’aventure de la présidentielle. Plus personnellement, à 55 ans j’ai envie de m’engager activement dans ce mouvement où je me retrouve pleinement.

 

Et pourquoi dans cette circonscription tout particulièrement ?

J’ai choisi cette circonscription car c’est celle de mes ancêtres.  Du plus loin que j’aie pu remonter, ils y étaient déjà présents il y a des siècles. Je l’ai choisie également car c’est une grosse circonscription au niveau de sa superficie où l’on retrouve un côté industriel, agricole et maritime.

 

Parle-nous un peu des électeurs de ta circonscription : quel a été le score d’Eric Zemmour au premier tour des Présidentielles et celui des deux candidats du second tour ?  

C’est une circonscription où le grand remplacement n’est pas encore prononcé mais le grand déclassement est présent dans le sud avec une perte d’emploi industriel au cours des 40 dernières années importantes. Le reste de la circonscription est rural et on a le côté maritime et touristique avec des villes comme Fécamp et Etretat.

Le score d’Eric Zemmour ne fut que de 4,7% dans ma circonscription mais quand  les citoyens auront bien pris la mesure de l’Etat de la France et de ce que peut leur apporter Reconquête, je suis sûr qu’ils voteront massivement pour notre parti.

 

Quels sont les autres candidats face à toi ?

Nous sommes 12 candidats. Trois dans le camp des patriotes,  RN,  DLF et Reconquête. Plus le parti animaliste, Lutte ouvrière, la NUPES, un candidat indépendant et 5 candidats du centre et de la droite molle se réclamant d’Emmanuel  Macron.

 

Quelle(s) forme(s) a pris ta campagne ? Qu’as-tu privilégié ?

La campagne touche à sa fin, et nous avons fait en sorte d’être le plus visible possible. Cela passe par le collage de nos affiches dans chaque village et le boîtage/tractage. Nous avons sollicité le plus de média possible (radio et journaux) et nous avons fait en sorte d’être le plus souvent possible dans les réunions catégorielles.

 

As-tu un message particulier pour les lecteurs et adhérents de Résistance républicaine à propos et des législatives, et de la situation politique ? 

Je demande aux militants et adhérents de Résistance républicaine de voter massivement pour les candidats de Reconquête. Nous sommes dans le vrai, la situation sociale va se dégrader malheureusement. L’immigration massive de personnes de confession musulmane va augmenter drastiquement avec une volonté de non assimilation de la part de trop d’entre eux. L’insécurité sera croissante.

Les Français n’ont pas encore pris conscience que l’on est à un tournant civilisationnel et que si l’on ne reprend pas les choses en main, nous ne pourrons que laisser aux générations futures une France sans repères où l’anarchie sera présente accompagnée d’un islam conquérant. N’oublions pas que nous sommes issus du siècle des Lumières.  Les Français de l’époque ont su prendre leur destin en main quand ce fut nécessaire !

Merci à toi Christine, le combat continue !!!

Jean-Marc Bled

Propos recueillis par Christine Tasin

 

 752 total views,  2 views today

image_pdf

7 Commentaires

  1. Coucou du dimanche, mon bulletin est prêt, je vais passer directement dans la cabine ! j’ai quant même une question jusqu’ou ces frileux, pleurnichard vont se rendre compte qu’il sera bientôt trop tard. Alors là on les entendra critiquer encore.l’histoire se répète.

  2. « Je n’ai pas trouvé ce pourquoi j’étais venu » au RN. Dommage de ne pas expliquer pourquoi…
    Je crois qu’au stade où nous en sommes, chacun campera sur ses positions et le camp national sera divisé pour très longtemps.
    Et ne nous leurrons pas, Marine le Pen n’a eu besoin d’aucun appel au vote de quiconque. Un appel au vote a un sens quand une situation politique est ambiguë, qu’on peut légitimement hésiter entre deux options.
    L’appel au vote (implicite) de Mélenchon pour Macron permettait de clarifier son positionnement de traître à la Nation et aux travailleurs français.
    L’appel au vote d’Eric Zemmour relevait du domaine du pléonasme…

    • Ah bon ?

      MLP n’aurait eu besoin d’aucun appel à un vote en sa faveur ??

      Faux !

      Avant que Eric Zemmour se lance dans la bataille elle est allée pleurnicher auprès de lui, en demandant qu’il renonce afin « de récupérer les 3 petits pourcents » (dont elle pensait qu’ils pesaient) et dont elle prétendait avoir le monopole !!!

      Et, tout le long de la campagne, elle et surtout Bardella (qu’elle avait envoyé au charbon pour ce faire) n’ont pas cessé de mettre des bâtons dans les roues de Zemmour.

      Alors oui, si le camp national est maintenant éclaté, ce n’est que de la responsabilité de cette garce.

      Quant à un soit disant pléonasme de la part de Zemmour ? je ne vois pas le rapport avec la réalité des faits.

      Et je me répète : il n’a pas cessé (avec l’appui de Marion, de Bay, de Peltier et d’autres) à plaider pour un regroupement des patriotes.

  3. Je continue de penser que Zemmour pourrait avoir un rôle essentiel surtout si le système s’écroule et c’est ce qui risque d’arriver malheureusement ?

  4. Tous les ingrédients, malheureusement, sont réunis, comme en 1789,pour qu’une révolution éclate : cherté de la vie, bientôt bien disette, dette (le royaume de France était surendetté). Rajoutons à cela la montée de l’islam que les Français ne connaissaient pas alors, et nous avons là une véritable poudrière. Même si Reconquête obtient peu ou pas de députés, Zemmour aura un rôle essentiel si révolution il y a. Peut-être le futur président, l’homme providentiel qui pourra sauver ce pays.Le rôle de Bonaparte.Si Macron n’a pas de majorité dans huit jours, nous aurons un parlement à l’italienne. Il ne pourra pas tenir cinq ans dans de telles conditions. À moins d’une dissolution de l’Assemblée.

    • Parallèle très pertinent, très vrai et donc susceptible de se reproduire.

      La petite différence (qui ne modifie cependant pas la donne) : Louis XVI était faible et n’a pas osé « donner » l’armée.

      Aujourd’hui : une partie du peuple est en colère ascendante et en pré-phase de soulèvement; une partie de l’armée ne pourra que se mettre de son côté. Mais, nos adversaires actuels ne sont pas des aristos poudrés, veules et bons pour l’abattoir, mais des démons malfaisants et prêts, de leur côté.

2 Rétroliens / Pings

  1. Comme nos ancêtres en 1789, reprenons notre destin en main ! – Riposte Laique
  2. Comme nos ancêtres en 1789, reprenons notre destin en main ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Les commentaires sont fermés.