L’ex-otage Alexandre Goodarzy alerte sur les Frères musulmans et l’islam

Alexandre Goodarzy

Son livre paru en 2021 paraît maintenant en anglais.

Date de parution : 24.03.2021

https://www.editionsdurocher.fr/livre/fiche/guerrier-de-la-paix-9782268105161

 

Alexandre Goodarzy espère que son livre en anglais  Kidnapped in Iraq (mai 2022) servira d’avertissement aux autres nations sur la menace de l’islam.

 

 

Les Libanais, les Syriens et les Irakiens [chrétiens] nous disent souvent :

« Ce que nous avons toujours vécu avec l’islam va vous arriver ! Vous n’êtes pas assez prudents ! Ce qui nous frappe aujourd’hui vous arrivera demain ! ».

« Beaucoup des meurtriers partis faire le djihad en Syrie et en Irak viennent d’Europe », ajoute l’auteur. « Il est évident qu’avec leur expérience guerrière et meurtrière au Moyen-Orient, ils représentent un danger pour les pays européens où ils risquent d’importer cette violence aux mêmes fins à un moment ou à un autre. »

Plus que de simplement vouloir partager son expérience horrible, Godarzy dit qu’il veut que le monde sache les avertissements qu’il a reçus des Syriens pendant son séjour là-bas.

« En privé, lorsqu’ils s’ouvrent à vous, il n’est pas rare d’entendre des remarques telles que : 

« Par les armes et les institutions, les Frères musulmans gagnent du terrain, grignotent l’espace social, culturel et politique. Ce que nous repoussons aujourd’hui réapparaîtra dans 20 ans. Nous vivons avec ce problème depuis 1400 ans »

« Mais vous, en Europe, vous ne les connaissez pas. Vous ne vivez avec eux que depuis 50 ans.' »

 

Cet ancien professeur d’école catholique français raconte les conditions de torture auxquelles il a été confronté alors qu’il était retenu en otage par des militants islamiques pendant deux mois. Il était allé en mission humanitaire chrétienne en Syrie.

En 2014, Alexandre Goodarzy s’est alarmé des rapports sur l’oppression des chrétiens au Moyen-Orient et a réagi en rejoignant le groupe humanitaire SOS Chrétiens d’Orient en Syrie. Il s’est rendu dans ce pays en 2015 pour aider les chrétiens persécutés dans cette région classée comme l’une des pires en matière de tolérance du christianisme.

Professeur d’histoire et de géographie, M. Goodarzy a expliqué au Christian Post qu’il avait entendu parler de SOS Chrétiens d’Orient par l’un de ses élèves.

« Pendant longtemps, j’ai ragé de rester spectateur de toute cette folie humaine, de devoir regarder de loin cette région que j’aimais tant, pour finalement rester impuissant », a écrit Goodarzy par courriel. « [SOS] a été pour moi un appel du Seigneur, un appel à le servir en venant soulager ses enfants, mes frères ».

Après avoir entendu des choses sur la diminution de la population chrétienne en Syrie – qui est passée d’environ 2 millions à environ 700 000 depuis le début de la guerre civile il y a une décennie – Alexandre Goodarzy s’est senti obligé d’aider.

« Nous n’empêchons ni ne jugeons ceux qui veulent quitter le pays, mais nous aidons ceux qui veulent rester », a-t-il déclaré.

SOS Chrétiens a fourni pour plusieurs millions d’euros de matériel médical, de nourriture, de vêtements chauds et de produits hygiéniques aux Syriens. L’organisation caritative a également aidé à reconstruire des églises, des maisons, des écoles et des hôpitaux.

Couverture de « Kidnapped in Iraq » (en anglais)

L’organisation a également financé des camps d’été pour « des milliers de jeunes Aleppins qui n’ont connu que la guerre pendant plusieurs étés », déclare Alexandre Goodarzy.

Dans son nouveau livre, Kidnapped in Iraq : A Christian Humanitarian Tells His Story, Alexandre Goodarzy raconte ses voyages humanitaires en Syrie, son voyage à Alep, la deuxième plus grande ville de Syrie et l’une des plus anciennes villes habitées de l’histoire. Il y détaille également ce qu’il a vécu pendant les 66 jours où il a été retenu en otage par des terroristes djihadistes, racontant les tortures et les menaces contre sa vie.

Une forte « présence djihadiste »

Selon Alexandre Goodarzy, une forte « présence djihadiste » d’Al Nusra – la branche d’Al-Qaïda en Syrie – et de l’État islamique marque la route d’Alep sur des centaines de kilomètres. Il faut plusieurs heures pour s’y rendre en voiture ou en bus.

Le voyage, selon Alexandre Goodarzy, n’a jamais été facile.

« J’ai eu des frayeurs. Les carcasses de voitures, de bus, de tanks qui ponctuent la route, la réaction des passagers qui paniquent dès qu’il y a un barrage. Il n’est pas rare que les islamistes se déguisent en soldats de l’armée syrienne pour arrêter, tirer et décapiter les passants », raconte-t-il.

« Tout cela, je le savais, et j’avais parfois peur. Mais je savais que Dieu était là. »

Malgré les risques pour sa propre vie, Alexandre Goodarzy était convaincu d’accomplir l’œuvre du Seigneur.

« Une fois [que vous êtes arrivés] à Alep, vous rencontrez toutes ces personnes oubliées, presque négligées. (…) Vous vous dites que cela en vaut la peine », dit-t-il . « Nous devons parfois prendre des risques pour Dieu. Le reste est entre ses mains. »

Après avoir fait régulièrement l’aller-retour dans le périlleux trajet en bus de 12 heures entre Damas et Alep pendant 18 mois, Goodarzy a été enlevé avec trois autres employés de l’organisation caritative et retenu captif par des terroristes irakiens lors d’un voyage à Bagdad en janvier 2020.

Alexandre Goodarzy, à droite

« Vos vies vont s’arrêter ici »

Parfois sans manger pendant plus de 24 heures – partageant souvent deux boîtes de thon pour quatre personnes – Alexandre Goodarzy raconte  que la milice chiite qui les a enlevés a joué des chants coraniques en boucle jour et nuit pendant une semaine.

Il a dit que les militants gardaient les captifs sur un sol froid. Parfois, lui et les autres se couvraient de couvertures dont la puanteur était souvent plus difficile à supporter que le sol lui-même.

Leurs yeux étaient couverts d’un bandeau ou de lunettes peintes en noir à l’intérieur et à l’extérieur pour les empêcher de voir.

Alexandre Goodarzy affirme que les ravisseurs les ont soumis à des tortures psychologiques, les ont tour à tour raillés et ont discuté avec eux des stars du football français. On leur a dit d’ « oublier » de revoir leurs familles un jour.

« Vos vies vont s’arrêter ici », raconte Alexandre Goodarzy, qui rapporte les paroles de l’un de ses ravisseurs.

Même dans les circonstances les plus sombres, la prière a aidé Goodarzy à tenir le coup d’un jour à l’autre.

« Parfois, nous nous surprenions à prier, presque comme si nous étions gênés », écrit-il. « Ce n’était pas tant la gêne de la prière que la gêne de la reconnaissance de la faiblesse et de la peur. Nous ne voulions pas que l’autre sache à quel point nous étions près de craquer. »

Christian post

https://www.christianpost.com/books/christian-aid-worker-recounts-his-66-day-abduction-in-iraq.html

 

 1,008 total views,  3 views today

image_pdf

12 Commentaires

  1. Merci Bornet.
    J’apprécie beaucoup les témoignages individuels.
    Au moins, on reçoit la vérité pour contredire les mensonges officiels.
    Personne ne reconnaitra l’action positive de Poutine aussi bien en Syrie, qu’en Arménie où son armée a stoppé les massacres dans le Haut Karabagh.
    L’Occident actuel mené par la gauche américaine se fout complètement des massacres des chrétiens par les muslims.
    Donc, nos journaputes délivrent la version officielle au lieu de la Vérité.

  2. Je suis syrienne chrétienne. D’accord pour les confidences des chrétiens de la Syrie quand ils s’ouvrent à vous. Nous avons toujours eu peur de la majorité musulmane et de ne pas avoir le droit civique comme par exemple la présidentiel.(D’ailleurs, c’est une décision qui a été élaborée par la France lors de son occupation de la Syrie et le Liban en 1925) Mais étant née et vécue une grande partie de ma vie à Damas, ne suis pas d’accord de dire que la Syrie est une » région classée comme l’une des pires en matière de tolérance du christianisme. » C’est complètement le contraire. Les chrétiens en Syrie (au moins avant la guerre) pouvaient pratiquer leur religion en toute liberté et sont bien protégés par le régime en place. Même pendant la guerre le Moufti de l’Etat le plus haut dignitaire islamique est venu à plusieurs reprise faire la prière dans les églises de Damas.

    • Merci pour cette mise au point nous sommes, à RR, un soutien de Bachar

  3. La Turquie a envahi le nord ouest de la Syrie, mais aucun media ne nous informera que les Turcs ne sont pas partis et continuent d’occuper ce territoire.
    Or Bachar el Assad protégeait la communauté chrétienne, ce qui n’est pas le cas d’Erdogan.
    Ils ont été aidés par les djihadistes et le silence de l’OTAN.

    • C’est tout à fait juste et bien important de dénoncer cet acte quand la communauté internationale se taise. La Turquie occupe actuellement le village fertile d’Ifrine dans le but de l’annexer comme avait fait avec Antioche et l’Iskandarone en 1939. D’ailleurs, beaucoup des syriens disent que si on a embarqué Poutine dans la guerre en Ukraine serait pour l’affaiblir en Syrie dans l’intention de laisser faire Urdogan d’envahir la Syrie à l’aide de l’armée libre.

  4. Nous savons bien que l’islam est notre ennemi mortel et on le ressent de plus en plus avec le temps et avec le nombre, je pense aussi que les politiciens le savent mais la raison politique est pour le moment la plus forte, on vit le moment présent et on essaye de ne pas penser à l’avenir, surtout à l’avenir de nos enfants. Les musulmans sont cons comme des balais, c’est ce que je pense mais il y a une force chez eux c’est la fanatisation religieuse, ça c’est du costaud, ils sont tellement imprégnés de cette idéologie qu’ils ne sont plus capables de penser par eux-mêmes, c’est ça le grand danger car la peur de la mort n’est plus vraiment un frein alors que pour nous c’est une limite existentielle.

  5. un libanais chrétien vivant en France me disait dans les années 1990 qu’il craignait que la France devienne comme le Liban

    • j ai discuté avec un kosovar qui a connu la guerre en ex yougo
      il me disait que LA FRANCE va finir comme la yougo

  6. J’ai bien connu des communistes à Alger qui étaient pour l’indépendance de l’Algérie. Quelques jours avant l’indépendance, ils ont vite rejoint la métropole de peur de se faire assassiner par le FLN. Pourquoi ? Que risquait-ils ? Eh bien les arabes savent que si vous avez trahi votre pays vous pouvez aussi les trahir et n’ont plus confiance en vous. Vous ne croyez pas ?… demandez à des arabes !

  7. Bonjour,

    Merci pour cet article : j’espère que le livre sera traduit …

  8. Si des partis politiques comme la Gauche d’aujourd’hui sont de connivence avec une religion du tout contrôle sur ses pratiquants comme celle des musulmans qui n’ont rien à dire, mais doivent se soumettre à tous les diktats instaurés depuis le 7 ème siècle, c’est que l’idéologie des gens de gauche aujourd’hui est d’avoir le tout contrôle sur tout monde, Macron fait cela, il a fait piquer tout le monder d’un vaccin qui n’est qu’une thérapie génique, où l’individu perd son intégrité, l’affaibli et devient alors sous contrôle. Macron voulant emmerder les opposants à une thérapie génique, a détruit la liberté, l’égalité, la fraternité en France

  9. De toute évidence cela nous arrivera, car Macron, Méluche, Hollande, Aubry, les gens qui votent à gauche le veulent, ils sont en connivence avec l’islam, l’islamisation, ils y trouvent un intérêt… C’est cela le plus grave, car rien n’arrêtera l’islamisation de l’Occident. Aujourd’hui les gens de gauche sont complètement sous l’emprise de l’islam, ils sont leur ambassadeurs et ils y trouvent un intérêt, celui d’utiliser l’islam pour vouloir instaurer une idéologie du tout contrôle sur les gens, comme une sorte de communisme ou seul la nomenklatura décide de tout pour tout le monde… C’est cela la gauche d’aujourd’hui…

Les commentaires sont fermés.